ENTRE TIEN EMOI 26


a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c8

ENTRE TIEN EMOI 26

 

La chaleur étouffante aurait pu me couper les doigts si tu ne les avais pas mis à l’abri au coeur de cette ombre où l’amour marche bandé. Sans même un regard pour la folle du 3ème qui a tombé son chat en bas, sans doute dans un de ses délires, elle se remet à peindre, enfin c’est comme ça qu’elle appelle son ignorance en général d’un sentiment simple et naturel. La chaleur lance son ultime offensive, enfin j’espère, tellement besoin de me rafraîchir que je bois à la source à grand coup de la baguette à trouver. Ouah dure à tenir, comme ça vibre. Et le chien qui observe les oreilles dressées, rien ne lui échappe, on peut être tranquilles tu sais, tu te souviens comme il a bondit quand le facteur d’un piano faux voulait que tu lui accordes une faveur. La menthe a mille yeux, c’est comme la valse a du tant. Notre manière de la danser java, semble lui plaire. Si tu veux mets l’aiguille à tricoter sous son odeur rafraîchissante deux ou trois glaçons pour durcir les pointes une pincée d’Apollinaire en traversée d’estuaire, loup y es-tu, la culotte du zouave emportée par la dernière crue et la main de masseur te thaÎ les riens en un rein couleur exotique, chassons les maux, y mouchent à merde, quand on sème les greniers se purgent.

Niala-Loisobleu – 22/08/18

ENTRE TIEN EMOI 12


a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c8

ENTRE TIEN EMOI 12

L’éloignement des cigales redonne un pneu de la voie menant plus clairement à l’indicateur de vie test. Avant que les vaches retournent aux trains libérés des pannes l’entre deux-mers asperge la plage du bord à bord au bruimisateur. Ce qui reste de poussière aspire à s’ensacher. La couleur des arbres change de fruit au fur et à mesure que l’encre se lève. Pas loin un oiseau va décrocher l’abstinence. L’atelier secoue le tapis à grands coups de poitrine, on voit plus clair dans la menthe. Sur la Chaume le tilleul ombre l’herbe qui choisit de redresser. Vigueur de bas en haut, remède archi…

Niala-Loisobleu – 06/08/18

INITIATION SPONTANÉE


e6105f9167f603d39ce00000cb5fbd68--max-ernst

INITIATION SPONTANÉE

le peigne tentaculaire

et

spectral

de mon nom tétragramme

peigne

la belle chevelure

terminologique

poussée

sur le corps

de

Olga

de même que

la fameuse position

erotique

dénommée « le cheval »

peigne la chevelure du

néant le peigne hypothétique de mon signe nominal

peigne

la chevelure spectrale

de

Olga

il peigne il saigne il chevauche jour et nuit la belle chevelure télépathique déchaînée sur le nom fatal sur le nom ovale de
Olga

dans un corps-à-corps

télépathique

télépathique splendide

et

complémentaire

on peigne on saigne on chevauche

jour et nuit

le tête-à-tête antithétique

de

ces deux tétragrammes

spectraux

de même que

le fameux chevalier erotique

s’identifie

mythologiquement

à

son cheval

mon nom

télémétrique

Luca

s’identifie

physiologiquement

Olga

il s’identifie

à la splendide chevelure

homographe

de

Olga

dont le

g spécifique

se dissout

tautologiquement

dans l’océan du vertige de l’éclair du cheval

calligraphique

de

mon

L

initial

initial primordial et triangulaire

comme une éruption synthèse

dans la fixité du néant.

 

Ghérasim Luca

DEDICACE à BARBARA


Liegende-Mutter

DEDICACE à BARBARA

 Nu

Nu, j’ai vécu nu
Naufragé de naissance
Sur l’île de Malenfance
Dont nul n’est revenu
Nu, j’ai vécu nu
Dans des vignes sauvages
Nourri de vin d’orage 

Et de corsages émus
Nu, vieil ingénu
J’ai nagé dans tes cieux
Depuis les terres de feu
Jusqu’aux herbes ténues
Nu, j’ai pleuré nu
Dans la buée d’un miroir
Le coeur en gyrophare
Qu’est-ce qu’on s’aimait… Samu

Nu, j’ai vécu nu
Sur le fil de mes songes
Les tissus de mensonges
Mon destin biscornu
Mais nu, je continue
Mon chemin de tempête
En gueulant à tue-tête
La chanson des canuts
Nu, j’avance nu
Dépouillé de mon ombre
J’voulais pas être un nombre
Je le suis devenu
Nu, j’ai vécu nu
Aux quatre coins des gares
Clandestin d’une histoire
Qui n’a plus d’avenue

Nu, je suis venu
Visiter en passant
Un globule de sang
Un neutrone des nues
Nu, le torse nu
Je voudrais qu’on m’inhume
Dans mon plus beau posthume
« Pacifiste inconnu »

Allain Leprest

Bonjour Marthe


C'était les années70 (8)

Bonjour Marthe

 

A y regarder de près, que le loin inscrit sans intérêt d’inutile en existence, c’est dû pourtant à l’esprit d’usure induit par le profit

Le chinois de cette cuisine passe-t-il vraiment les débris du biliaire ? Mais le monde ne serait pas le monde si j’étais conforme à son concept. Heureusement totalement antipathique à ses adeptes, je n’ai pas sa maladie de pot.

Ils n’aiment pas ta gueule m’a dit Marthe, alors que j’étais en corps que tout petit. La bonne et douce, sur la valeur de l’humain, avait une connaissance que seule la saloperie du genre peut apprendre.

Quand enfin libérée à pouvoir être détachée de son lit de torture, je l’ai prise à pleine bouche pour un baiser qui se décollera jamais du bonheur qu’une misère injuste à tout fait pour détruire, je suis entré dans l’honneur qui lui était dû. Les caniveaux n’ont depuis jamais séchés des eaux claires où son coeur m’avait mis à nager. Marthe petite bonne femme que le pain gonfle toujours de sa mie tendre comme amour sans réserve, je me tartine de toi comme la pesée que me donnait le boulanger quand je signais encore Alain Denèfle.

Niala-Loisobleu –

 

INDEFINISSABLE MYSTERE


PHOTO CORNU

INDEFINISSABLE MYSTERE

A la tombée des reins, quand les tâches de manoeuvres méritent la rasade à dépoussiérer le sec, qu’il pleuve ou pas, j’ouvre l’enveloppe d’une condition rêvée.

Les plus gros cailloux juchés à grimpe-moi si t’oses se sont dressés au-dessus du défi des chevaliers de l’autoroute.

J’ai entendu le coq de bruyère sortir du dessous d’un buisson aromatique en déployant son parfum de l’éventail de sa queue. Plus loin des dindons pendaient du glouglou au-dessus du tastevin  comme si la vigne qui s’étirait à flanc de colline avait déjà tiré le pressoir aux pieds nus. Car comme elle me chatouillait la plante le moins que je puisse dire c’est que ce poème de Juillet était plus que prémonitoire. D’aucuns n’auraient pas hésité à nommer ça une publications de bans.

Etrange comme il n’y a pas de distance infranchissable. La notion de tant est insaisissable. L’amour est plus métaphysique que la plus grande des marieuses. Le soir il arrive qu’il dise debout c’est l’heur.

Niala-Loisobleu – 14 Mai 2018

LA BOÎTE A L’ÊTRE 39 / COULE L’EAU


main-header_father-nature

LA BOÎTE A L’ÊTRE 39

COULE L’EAU

Chevilles en gargouilles

Au bord du quai

Les ongles d’une nuit griffent

Les pas qui vont de travers

L’Ile St-Louis cherche où asseoir son chêne

Il n’y a plus d’espace vers la justice

La Conciergerie est dans l’escalier

Les affaires renvoyées en poste restante

Un chat maigre surveille la souris de l’ordinateur

Les yeux enfoncés dans un famélique festin

D’un délire d’affamé

Quand la Seine partit un certain matin du Plateau de Langres

Est-il possible qu’elle ait pu imaginer les peines

Qu’il lui faudrait supporter avant de gagner son Hâvre

J’en doute

Quoique les méandres m’interpellent

Ne sont-ce pas des spasmes

Des ruades

Des j’irais pas plus loin

Si elle a eu des prémonitions

Jehanne mise à part

Mais roue en dedans

Peut-être qu’elle a vu la première

Le mal de France

Sous ses formes géopoliticophysiques

Batelières

Ou maritimes

Quelle drôle d’idée d’avoir donné ce nom là à un transatlantique

Surtout quand on flotte de travers

Qu’on prend l’eau à la première goutte

Alors j’te dis pas quand la tempête arrive

J’ai gardé la verdeur de la mousse des bords de quai

Mes fesses en sont tatouées à jamais

Louis , mon père

M’y a appris à lire l’homme

Rhune pas piqué des foins

C’est fou comme un bon maître est un pont insubmersible

On a été quelques uns à cette école là

Nos fronts en gardent les craies

Coule l’eau

Coule la vie

 

Niala-Loisobleu – 21 Juillet 2011

 

steampunk01