LE NOYE DU JARDIN


kb2765_c53_06_u_0

LE NOYE DU JARDIN

D’un bord non-retenu  l’écart en grandissant met les coutures en alarme

on a vu des chants fertiles craquer soudain sous la brûlure d’un couac

imagine le rossignol garrotté par un changement d’heur

Les eaux calmes se rident comme mordues par un tentacule charnu et mobile, zoophyte flottant à la surface d’une zone blanche où aucune connexion ne passe

insensé mais véridique

Le Cheval Bleu

se cabre à la vue de la forme reptilienne

rien n’indiquant à priori si elle est ou n’est pas venimeuse

Au virage de l’échaudé

l’eau froide agit d’abord et se rétracte après

Remontent les images du cauchemar de l’enfant abusé

l’innocence fourrée dans la bonbonnière d’une gueule velue

Là où on a marché sur la pureté avec les pieds sales

la plaie ne se suture que d’un oeil

Le jour vînt avec

réveil abominable

pourquoi a-t-il fallu qu’un lance-pierre prenne la place du bonjour ?

Sans laisser le temps de vérifier la voilure, la vague traverse le pont en renversant tout sur son passage

le cul hors-d’eau la proue en plongée

le timonier balade d’un bord à l’autre à la gîte

Des ex-voto dans les jambes tout se tient debout avec peine

je me sens périr en marchant seul sous l’eau

Et je me réveille trempé

Niala-Loisobleu

27 Juin 2018

BLESSURE VUE DE LOIN


IMG-0891

BLESSURE VUE DE LOIN

Ah ! le monde est trop beau pour ce sang mal

enveloppé qui toujours cherche en l’homme le moment de

s’échapper!

Celui qui souffre, son regard le brûle et il dit non, il n’est plus amoureux des mouvements de la lumière, il se colle contre la terre, il ne sait plus son nom, sa bouche qui dit non
s’enfonce horriblement en terre.

En moi sont rassemblés les chemins de la

transparence, nous nous rappellerons longtemps nos entretiens

cachés, mais il arrive aussi que soit suspecte la balance et quand je penche, j’entrevois le sol de sang taché.

Il est trop d’or, il est trop d’air dans ce brillant

guêpier pour celui qui s’y penche habillé de mauvais papier.

 

Philippe Jaccottet

 

La bosse que la mer affiche n’est pas la conséquence d’un coup de gueule du temps, c’est ma faute, coincé que j’étais à me débattre dans la baïne internet

Les yeux brûlés je ne distinguais plus le haut du bas posé sur le fil de la lame quand son rasoir  tournait. Une crécelle de vent dans l’ouïe et le poisson crie de toutes ses nageoires pour casser la paroi de l’aquarium. La gueule du fond sort sa murène du gîte d’un trou de roche

Qu’est-ce que l’équilibre quand la balance est truquée

sans qu’on suspecte l’air innocent de la lanterne rouge de la maison de passe

Depuis que je te regarde au plus profond je décrypte ton geste enfantin dans la bousculade d’une violence d’adulte. Crois-tu que ma liberté de pensée en donnant accès à l’acte aurait perdu le respect du partage et le soin du corps dans sa chair comme dans son âme ?

 

Niala-Loisobleu – 17 Juin 2018

IDOLE


189112

IDOLE

Idole devenu d’adorateurs d’idiots,

Monsieur
Machinouti n’aime pas les poètes:

Je vous entends venir avec vos gros sabots.

Ces fieffés paresseux, il faut qu’on les étouffe.

A quoi sert, à quoi rime, à quoi vise après tout

ce sifflotis d’oiseaux de pluie au bord du toit?

D’avoir atomisé
Madame
Chrysanthème

Monsieur
Machinouti yoyote de la touffe:

Saperlipopotame,
Saperlipopoète,

Monsieur
Machinouti, c’est son droit le plus strict,

préfère le confort du fauteuil à roulettes

aux desiderata de ces joueurs de flûte.

Faut se dépatrouiller de tant d’entourloupettes,

et non pas cultiver comme un plant d’artichauts

le goût de l’apocope et de l’anacoluthe.

Saperlipopotame,
Saperlipopoète,

le
Belge est fait du bois dont on fait les trompettes,

le
Belge est fait du bois on fait les gibets.

Idole devenu d’adorateurs d’idiots

Monsieur
Machinouti yoyote de la touffe.

Adieu, plus n’écrirai
Herbier ni
Melonnière.

Monsieur
Machinouti fait un trou à la lune.

Monsieur
Machinouti prend la fille de l’air.

La femme de l’huissier en est toute saisie.

Adieu, plus n’écrirai
Herbier ni
Melonnière

car le fruit du poète a le goût de l’aveu.

Paul Neuhuys

SOLDE AVANT FERMETURE


LEJARD~2

SOLDE AVANT FERMETURE

 

J’ai rêvé d’impossible

pendant que ma main dessinait droite, l’image est sortie tordue sur le mur d’en face

le bleu des mots si vrai

a été affiché sali

par ce que jamais il n’a dit

Ouvrir les tiroirs du passé pour y puiser matière à se venger par pitoyable calomnie

dépasse l’atteinte à la liberté individuelle

Niala-Loisobleu – 4 Juin 2018

 

 


Lithographie  (Henri Michaux)

LE GRAND COMBAT

Il l’emparouille et l’endosque contre terre ;
Il le rague et le roupéte jusqu’à son drâle ;
Il le pratéle et le libucque et lui baroufle les ouillais ;
Il le tocarde et le marmine,
Le manage rape à ri et ripe à ra.
Enfin il l’écorcobalisse.
L’autre hésite, s’espudrine, se défaisse, se torse et se ruine.
C’en sera bientôt fini de lui ;
Il se reprise et s’emmargine… mais en vain
Le cerveau tombe qui a tant roulé.
Abrah ! Abrah ! Abrah !
Le pied a failli !
Le bras a cassé !
Le sang a coulé !
Fouille, fouille, fouille,
Dans la marmite de son ventre est un grand secret.
Mégères alentours qui pleurez dans vos mouchoirs;
On s’étonne, on s’étonne, on s’étonne
Et on vous regarde,
On cherche aussi, nous autres le Grand Secret.

« Papa, fais tousser la baleine », dit l’enfant confiant.
Le tibétain, sans répondre, sortit sa trompe à appeler l’orage
et nous fûmes copieusement mouillés sous de grands éclairs.
Si la feuille chantait, elle tromperait l’oiseau.

(Qui je fus Gallimard, 1927)

 

 

MA VIE

Tu t’en vas sans moi, ma vie.
Tu roules.
Et moi j’attends encore de faire un pas.
Tu portes ailleurs la bataille.
Tu me désertes ainsi.
Je ne t’ai jamais suivie.
Je ne vois pas clair dans tes offres.
Le petit peu que je veux, jamais tu ne l’apportes.
A cause de ce manque, j’aspire à tant.
À tant de choses, à presque l’infini…
À cause de ce peu qui manque, que jamais n’apportes.

(Extrait de « La Nuit Remue » Poésie/Gallimard)

Henri Michaux
Henri Michaux (1953)

NAMARISHA – LE REPAS RIDICULE


images

NAMARISHA – LE REPAS RIDICULE

 

Comment faut-il te le dire ,

Je ne veux pas plus t’entendre que te voir

Namarisha

Et dire que les femmes sont victimes du harcèlement des hommes….quelle pitoyable imposture…

Ne te réabonne pas au fur et à mesure que je te supprime !

Niala-Loisobleu – 25 Mai 2018

 

Une fois n’est pas coutume : allons au restaurant nous payer du caviar et des ptits ortolans

Consultons le journal à la rubrique esbrouffe révélant le bon coin où pour pas cher on bouffe

Nous irons à çui-ci, nous irons à çui-là

mais y a des objections : l’un aimm ci, l’autre aimm ça

Je propose : engouffrons notre appétit peu mince au bistrot le troisième après la rue
Huyghens

Tous d’accord remontons le boulevard
Raspail jusqu’aux bars où l’on suss la mouss avec des pailles

Hans
William
Vladimir et
Jean-Jacques
Dupont avalent goulûment de la bière en ballon

Avec ces chers amis d’un pas moins assuré nous trouverons enfin le ptit endroit rêvé

Les couteaux y sont mous les nappes y sont sales te serveuse sans fards parfume toutt la salle

Le patron — un gourmet ! vous fait prendre — c’est fou du pipi pour du vin et pour du foi’ du mou

La patronne a du cran et rince les sardines avec une huile qui fut huile dparaffîne

La carne nous amène un rôti d’aspect dur orné concentricment do légumes impurs

Elle vous proposera les miettes gluantes d’une tête de veau que connurent les lentes

Elle proposera les panards englués

d’un porc qui négligea toujours do les laver

Peut-ôtre qu’un produit à l’état naturel échappra-z-aux méfaits dla putréfiantt femelle

«
Voici ma belle enfant un petit nerf do bœuf que vous ulilizrcz pour casser tous vos coufs »

De l’omelette jaune où nage lo persil elle fera-z-hélas un morceau d’anthraci

Ce bon charbon croquant bien craquant sous la dont se blanchira d’un sel sous la dent bien crissant

Plutôt que de noircir un intestin qui grêle nous dévorerons la simili-porcelaine

L’hôtesse nous voyant grignoter son ménage écaillera les murs de l’ampleur de sa rage

Alors avalerons fourchettes et couteaux avant d’avec vitesse enfiler nos manteaux

Fuyards nous galoprons dans la rue où ça neige sans peur de déchirer la couturr de nos grèges

Nous retournant au bout de cinquante ou cent mètres nous verrons le souillon jouer au gazomètre

et nous péter au nez ses infâmes insultes

— patronne de bistrot, empoisonneuse occulte.

Raymond Queneau

 

 

Façon d’Agir


161e25e29ba6c65533221284285722fd

Façon d’Agir

Dans un bruit de bébé qui a faim un train bondit du tunnel en emportant la barrière du passage à niveau.Ce fut l’instant précis que l’éclusier choisit pour écluser le sous-marin qui venait d’atterrir.

Le monde est trompeur. Sans bruit l’infidèle sort par la porte dérobée.

Niala-Loisobleu – 15 Mai 2018