UN JARDIN A L’AUBE


limage

 

UN JARDIN A L’AUBE

O géraniums, ô digitales… Celles-ci fusant des bois-taillis, ceux-là en rampe allumée au long de la terrasse, c’est de votre reflet que ma joue d’enfant reçue un don vermeil. Car « Sido » aimait au jardin le rouge, le rose, les sanguines filles du rosier, de la croix-de-Malte, des hortensias et des bâtons-de-Saint-Jacques, et même le coqueret-alkékenge, encore qu’elle accusât sa fleur, veinée de rouge sur pulpe rose, de lui rappeler un mou de veau frais… A contre-cœur, elle faisait parte avec l’Est : « Je m’arrange avec ..lui, » disait-elle . Mais elle demeurait pleine de suspicion et surveillait, entre tous les cardinaux et collatéraux, ce point glacé, traître, aux jeux meurtriers. Elle lui confiait des bulbes de muguet, quelques bégonias, et des crocus mauves, veilleuses des froids crépuscules.

Hors une corne de terre, hors un bosquet de lauriers-cerises dominés par un junko-biloba – je donnais ses feuilles, en forme de raie, à mes camarades d’école, qui les séchaient entre les pages de l’atlas – tout le chaud jardin se nourrissait d’une lumière jaune, à tremblements rouges et violets mais je ne pourrais dire si ce rouge, ce violet dépendaient, dépendent encore d’un sentimental bonheur ou d’un éblouissement optique. Étés réverbérés par le gravier jaune et chaud, étés traversant le jonc tressé de mes grands chapeaux, étés presque sans nuits… Car j’aimais tant l’aube, déjà, que ma mère me l’accordait en récompense: J’obtenais qu’elle m’éveillât à trois heures et demie, et je m’en allais, un panier vide à chaque bras, vers des terres maraîchères qui se réfugiaient dans le pli étroit de la rivière, vers les fraises, les cassis et les groseilles barbues.

A trois heures et demie, tout dormait dans un bleu originel, humide et confus, et quand je descendais le chemin de sable, le brouillard retenu par mon poids baignait d’abord mes jambes, puis mon petit torse bien fait, atteignait mes lèvres, mes oreilles et mes narines plus sensibles que tout le reste de mon corps… J’allais seule, ce pays mal pensant était sans dangers. C’est sur ce chemin, c’est à cette heure que je prenais conscience de mon prix, d’un état de grâce indicible et de ma connivence avec le premier souffle accouru, le premier oiseau, le soleil encore ovale, déformé par son éclosion…

Ma mère me laissait partir, après m’avoir nommée  » Beauté, Joyau-tout-en-or « ; elle regardait courir et décroître – sur la pente son oeuvre –  » chef-d’ceuvre « , disait-elle. J’étais peut-être jolie ; ma mère et mes portraits de ce temp-là ne sont pas toujours d’accord… Je l’étais à cause de mon âge et du lever du jour, à cause des yeux bleus assombris par la verdure, des cheveux blonds qui ne seraient lissés qu’à mon retour, et de ma supériorité d’enfant éveillée sur les autres enfants endormis.

Je revenais à la cloche de la première messe. Mais pas avant d’avoir mangé mon saoul, pas avant d’avoir dans les bois, décrit un grand circuit de chien qui chasse seul, et goûté l’eau de deux sources perdues, que je révérais L’une se haussait hors de la terre par une convulsion cristalline, une sorte de sanglot, et traçait elle-même son lit sableux. Elle se décourageait aussitôt née et replongeait sous la terre. L’autre source, presque invisible,, froissait l’herbe comme un serpent, s’étalait secrète .au centre d’un pré où des narcisses, fleuris en rende, attestaient seuls sa présence. La première avait goût de feuille de chêne, la seconde de fer et de tige de jacinthe… Rien qu’à parler d’elles je souhaite que leur saveur m’emplisse la bouche au moment de tout finir, et que j’emporte, avec moi, cette gorgée imaginaire…

Colette (Extraits de : Sido)

Sautant la barrière, le bois me tendait les ronces, les taillis, les crottes de lapins et le murmure des ailes, je m’y glissais, le vélo en bandoulière et la poche battant le caillou…

-Où vas-tu ainsi me demanda une naïade sortant de la rivière ?

  • Prendre mon peint avec toi, lui répondis-je

N-L 13/06/18

Au refus de tomber sous la coupe


Au refus de tomber sous la coupe

Le jardin a toujours nourri mon écriture picturale, normal que je lui peigne le feuillu. Je n’irai plus à la cabane. L’oiseau que je suis  se refait toujours l’ARBRE où vivre.

Les raisons de santé nouvelles qui logent au domicile sont prioritaires, plus possible de partir, le traitement hospitalier est majeur. Puis l’an dernier les mauvais rapports, effractions, vols et abus m’en ont refroidi la chaleur de toutes ces années pleines de joie. L’envahisseur a pris demeure, comme partout,.

je pars reprendre la beauté de l’esprit de solitude, loin de la foule qui arase et bouffe le coin sauvage par son système colonisateur.

Raison impérative de repeindre le jardin at home pour ne pas perdre la vie dans la nature. Aujourd’hui je suis heureux d’y avoir fatigué mon corps. J’ai trouvé un fourmillement de vie que j’ai posé en finissant ma journée créative dans l’atelier.

Niala-Loisobleu – 25/04/18

 

L’EPOQUE 2018 – ET DANS LES YEUX DE CEUX QUI DANSENT


P1050591

L’EPOQUE 2018 – ET DANS LES YEUX DE CEUX QUI DANSENT

 

Quand je vis la voiture s’arrêter devant l’atelier, je précédai la sonnerie de la grille d’une coudée d’intuition.

Bonjour je viens du passé, me dit le visiteur inconnu.

J’étais ami des ……… que vous avez bien connu, vous avez fait tant d’expositions ensemble, leur fille a posé pour vous, vous souvenez-vous ?

Ils sont morts tous les trois.

Dans mes yeux embués qui se retournent en arrière, devant moi les voici qui remontent, clairs et toujours joyeux. Amateurs d’Art, mécènes ce couple fut au premier rang de mes créations de salons internationaux. Leur fille en figure de proue….

Et plus de trente ans après, encore là, me voici repartant comme si c’était la première fois….en tant d’aime avec Barbara Auzou.

C’est un signe je crois.

 

Niala-Loisobleu – C’est vrai ça vient d’arriver le 23/04/18 à 14 heures.

 

 

 ET DANS LES YEUX DE CEUX QUI DANSENT

 

La lumière incendie ce qu’il reste d’absence
La couleur de l’instant se confond à demain
Je n’entends plus qu’un arbre au dessus de tes danses
Un sapin décoré de tes ongles sanguins
Entamons la chanson des enfants et des morts
Tout est beau tout est laid je ne sais plus rien dire
Peut-être un peu trop con pour accepter le pire
Le meilleur millénaire est celui où l’on dort

Je rêve seul dans les ruelles
Au seuil d’un vieux soleil tombant
Ce n’est pas que la vie est belle
Mais elle en a tout l’air pourtant
Je sors à peine de mes pleurs
Mes jérémiades musicales
L’eau fraîche a le goût du bonheur
Il n’y a rien de plus normal
Dire qu’il faudra que je meure

Je salue les passants d’un sanglot de fatigue
Sous le vent du sommeil aucun d’eux ne m’entend
Je me soûle en rêvant tout au bout de la digue
Je ne sais qui je suis je ne sais qui j’attends
Les fantômes fardés de mes fruits de mémoire
Se dessinent sans bruit sur les boucles de l’eau
Il ne manquerait plus qu’un oiseau vienne boire
Au cylindre de feu qui me sert de goulot

Les pianos s’accordent tout seuls
Les voix s’élancent du comptoir
Les lunes font ce qu’elles veulent
Le délire fait le trottoir
Faudra-t-il que la nuit s’avance
Jusqu’au midi du lendemain
Pour que le ciel auquel je pense
Trouve sa place dans mes mains
Et dans les yeux de ceux qui dansent

Pourquoi faut-il toujours que les matins s’écroulent
Au fil de ma spirale idiote et sans pitié
Au fond de mon cerveau j’ai des pierres qui roulent
Je ne suis plus très loin de ton château d’acier
La porte de tes seins m’accable de reproches
La porte de tes seins se ferme sur mes doigts
L’air chaud ne trompe pas je te sens tu approches
Pourvu que mon soleil soit resté dans ta voix
Et dans les yeux de ceux qui dansent

L.L.P – Louis Lucien Pascal

 

Jacques Higelin (La croisade des enfants)


Jacques Higelin (La croisade des enfants)

Les rues ont des Nouvelles-Orléans, des offrandes, petite flamme sur la fleur que l’on confie à l’eau, chandelle que le vent ascendant dans son ballon de toile conduit plein de soleil à l’astre des nuits

pleurent en chantant …

Chante la vie, aujourd’hui s’il y a un mort c’est sur taire

La planète bleue sanguine orange

montre la guerre pour se dire adulte au mauvais sens

les enfants naissent sans penser le devenir

 

Jacques à dit

Négro-spiritual

musique qui accompagne

Je peins, tu peins, mon Amour du soleil

au profond du nombril l’espoir est noué à la vie.

 

Niala-Loisobleu – 6 Avril 2018

 

 

 

 

 

HYMNE AU SERPENT


185668.jpg

HYMNE AU SERPENT

La plaie s’ouvre d’elle-même et sa lèvre est le serpent Le dormeur la sent qui bat et sinue lente à son flanc Elle aura glissé dans l’herbe avant qu’il ouvre des yeux Encore
embués de rêve sur l’Autre délicieux

La Bête (si c’en est une) contemple l’Autre elle aussi Son regard n’est qu’un frisson qui s’étire comme si De la cuisse jusqu’au cou la peau blanche et sa peau verte Étaient les
bords presque joints de la blessure entrouverte

Sa trace où qu’il se faufile est ce pouls voluptueux Qui divise toute chose dont il forme Pentre-deux Homme et femme étant duel rien n’est un dans l’univers Mais ce pouls fend et
recoud ciel et terre sombre et clair

Le serpent cicatriciel propage partout la plaie

Car jusqu’à la fin des temps tout même sa mue le hait

Fuyant la division pour la rendre universelle

Sa fuite en est le fil d’or dans le chas de sa prunelle

2

Le Néant enroulé sur Soi c’est ce même serpent lové

Dont le regard pointé à peine est plus mince qu’un fil d’acier Prêt à fendre et ne fendant pas la ténèbre Immuable il dort à l’affût son
éternité sans durée Fixant la ligne inexistante où tant de fois va commencer Le partage de son non-être et de l’être

Tant de fois et pourtant jamais énorme oubli résiduel

Digestion de l’univers retour au Vide matriciel

Où tout pèse pour que son poids l’annihile

Nulle mémoire semble-t-il ne tient en ce triangle étroit

Posé sur de si lents anneaux qui vont se resserrant sur Soi

Vers l’unique bien qu’innombrable origine

Mais dans le noir toujours plus noir se concentre avant de darder

La force aveugle qui d’un monde au même monde s’est gardée

En attente lorsqu’il retourne à l’absence

Quand naît la femme elle est déjà toute annelée par le serpent

La fascinant l’ensommeillant d’une joie gourde de néant

Pour qu’en elle de par lui seul tout commence

Tout commence par le serpent la délivrant d’un Paradis Dont le rond en se déroulant trace le fil d’un interdit Qu’au désert l’homme cerne et fuit en mirage Le serpent
déroulé de même rampe le long de ce qu’il fuit

Comme il rampe à n’en pas finir autour des flancs de celle-ci Que ses œuvres sans cesse engrossent des âges

3

Le serpent le premier chassé Laisse sa mue aux branches. Pour cerner l’Éden interdit Il s’écorche, s’arrache, Gratte sa nostalgie. Ce qu’elle entoure n’est pas Ne fut
jamais.

Toute mémoire en est vaine. Un glaive qui flambe au zénith Le ceint d’un cercle béant Seuil sans mur ni porte. Seuil où debout de partout Font face l’homme et la femme.
Devant eux, informe, l’Ouvert. Dans leur dos, la crainte. Le Vide est leur œil pétrifié Bloc d’ambre jaune. Le Vide absolue ténuité De la mue aérienne.

Partout elle s’irise, chatoie.

Qui, à travers elle, rayonne?

Le Rien au centre du rond

Autour duquel homme et femme

Sont emprisonnés.

Que sa mue soit l’envers de ce Rien

Le serpent ne se lasse point par ses pores

D’en jouir

D’en jouir pour se fuir.

Son corps n’est que sa fuite impossible

Toujours ailleurs que soi.

N’être rien est son être.

Son être nulle part et partout

Qui jamais assez ne s’échappe

Sous les pierres, le sable, les mots

L’herbe, l’eau, les paupières, la peau.

Son être nulle part et partout

Dont l’ubiquité est la mue

Om nitransparente.

Qui peint l’autre, l’omniprésence ou le monde

En trompe-l’œil sur soi?

Qui est l’image de sa propre image

L’autre retourné?

Lequel, du reflet ou de l’être

Est le moins irréel?

L’homme et la femme errent à la fois

Dans le monde et sa mue.

Leurs paysages y sont aussi des mirages

Leurs horizons des chausse-trapes du Rien.

Si tout est tangible, même la buée

Latente du souffle,

Tout, même l’âpreté sous les pieds

Est illusoire.

Le rythme de leur haleine suffit

Pour que la mue ondule

Qui s’enfle de son vide et sinue

Comme si doublement le serpent

En elle se glissait et hors d’elle.

Tel est bien le monde issu d’eux

Chaque fois qu’ils respirent.

Mais leur souffle obéit aux anneaux

Absents obsédants qui sans cesse

Desserrent et resserrent Fétau

Qu’est tout être à lui-même.

Même les sept cieux étoiles

Sont l’exacte et trompeuse mesure

D’une liberté absolue

Que le constrictor fait accroire.

Dès le seuil du Vide, d’instinct L’homme et la femme savent Que s’effondre en eux l’univers Du seul fait qu’ils respirent. Chaque instant son abîme le suit Imperceptible
Insondable-Nulle durée ne saurait être conçue De cette suite de syncopes sans nombre Dont chacune les renfonce au néant Et avec eux le monde. Nulle durée mais le temps
d’un éon Ou le temps d’un souffle Et voici de nouveau s’éployer l’univers Mue emplie du même air qu’ils respirent. A chaque inspiration leur poitrine Se confond à nouveau
avec l’horizon Où se love l’amoureux de soi-même Autour de sa création le serpent Respirant à hauteur de leurs lèvres Leur haleine sans laquelle rien n’est Que l’oubli
avant toute origine Mue ultime du Néant en néant.

4

En souvenir de tes yeux

Je baigne les miens au reflet des rivières

Ocellées de soleil

Leur courant à midi te ressemble

Dans mon regard qui m’y renvoie son image Tes deux pupilles innombrables c’est moi Éblouie de cette identité scintillante Dont l’eau fragmente et multiplie les éclats

Cette eau qui court sans cesse immobile C’est notre ubiquité sans repos De ta peau et de la mienne, laquelle Est la brise? Laquelle le flot?

Nos frissons comme soie qui ondoie Avec l’ombre et l’or des feuillages Font que glissent tout le long l’un de l’autre Indistincts dans l’étreinte nos corps

Je t’évoque de mon sexe à mes lèvres Beau torrent dont m’électrise le froid D’être nue et qu’ainsi soit nue toute chose Je deviens ta mémoire ta mue

En souvenir de ton membre

Je m’étire lascivement vers la mer

Où le ciel est à l’ancre

Dans mes plis je sens l’ancre qui bat

5

Du serpent qu’ai-je connu d’autre Que ses belles phrases lovées Le venin très-subtil de son œil Plus prompt que l’intelligence

Par-dessus la douce épaule sa voix Envoûtait féminine ondulante L’ombre intime où se jouait la clarté Comme affleure le sang sous la joue

C’est ainsi qu’il couvrait au couchant Eve rose qui pâmée de caresses D’une main lui offrait son sein rond Et de l’autre me tendait une pomme

Leurs yeux qui m’attiraient dans leur nuit S’ouvraient sur mon visage en vertige L’arbre svelte où je l’avais adossée Lunaire m’étreignait au lieu d’elle

Plus mes yeux faisaient de ronds dans les siens Plus sa peau d’un blanc bleuté d’astres Exhalait ténébreux ses lointains Où nos corps miroirs béants s’embuaient

Tout en eux s’effaça du jardin Sauf sa nuque renversée dans ma paume Et ce gouffre, de son ventre à ses dents Sous l’orage carnassier de mes râles

Eve à l’ombre de ses cils étendue Sans rivages se gonflait de cyclones J’y plongeais au nadir j’ahanais J’eusse enfin sondé l’origine

Mais un spasme foudroyant fulgura Dans ma chair et sa femelle l’eau noire Par-dessus la douce épaule un regard Me mordait de ses crochets de vipère

Son poison éblouissant omniscient M’a rendu inhabitable à moi-même Divisé d’avec mon ombre à jamais Lucide incurablement sans mon âme

Le serpent n’est pourtant nulle part Sinon dans ma hantise de n’être Que l’œil mince de sa ruse à l’affût Par-dessus la douce épaule la terre

Cette ruse devenue ma raison Prend mon être caché de vitesse Pour voler ses secrets mais sans cesse Les voulant mieux connaître les tue

6

Omniprésent à l’univers bien qu’y étant partout absent Mon absence est l’illusion où prend forme sa consistance Ma force y est de ne pas être en déguisant qu’elle
n’est pas Sous ce bruit d’herbe froissée qui fait croire que je me cache L’être rampant qui fuit ainsi est une ruse du serpent Serpent n’étant qu’un nom d’emprunt où
faussement prend corps

l’Idée Dont mon Autre éternel Se joue de quel rival qui tirerait De l’Un sans cesse l’univers pour empêcher qu’il Lui revienne

L’homme ignore ce Jeu divin dont il est le premier jouet Qui à la crête de l’instant est encore et n’est plus le même A chaque fois que son cœur bat il se vide et devient
néant Pour se remplir tout aussitôt d’un océan qui le submerge Cette immense marée de vie et ce néant ne font qu’un pouls L’homme par lui croit se régler au flux
béant de l’origine Auquel le monde croit que l’homme a pour devoir de le régler En rythmant à son propre sang l’infini des hauteurs marines

Qui est maître du cœur de l’homme est le régent de l’univers C’est la femme les yeux mi-clos tandis que monte et redescend L’espace bleu que gonfle au loin son haleine comme une
voile Au loin tout près car l’horizon tremble et miroite entre les cils Fermés par jeu pour que la vue rende réel ce qu’elle invente Mue du serpent ou regard d’Eve insaisissable
contour nu

Du monde exact tel qu’il se rêve en se cernant de transparence Glissant sur soi par degrés nuls soie d’un sourire s’effaçant

Ce glissement c’est moi sans moi cette absence est ma jouissance

Se rappelant le ralenti voluptueux peau contre peau

D’un double et long étirement aveugle souple sans frontières

Attouchement mouillé de sel zéphyr ténu rasant les eaux

Eve plus nue que la nuit nue s’y concentrant sous ses paupières

Pour savourer le noir parfait l’absorption de soi par Soi

Vainement si le Jeu sans fin a prévu que son doux abîme

Soit la membrane où Se conçoit et la mue d’où S’extrait le Soi

Ainsi croyant se réunir l’être se scinde se conjugue Double infini multipliant cette distance des miroirs Où ses reflets voudraient s’ouvrir d’inexistantes perspectives Toujours
plus loin perdant cherchant sa plénitude leur néant Plus va pourtant se répétant ce trompe-l’œil la Vie sans nombre Plus y résonne un Vide énorme où
l’innombrable raréfie Dans sa cohue ce qui fut Verbe et n’en est que l’écho informe S’écrasant contre un ciel absent mon Autre après avant les temps.

7

Mais voici que l’homme, Adam, parle.

Voici : sans qu’il se soit rendu compte

Qu’il s’est mis de lui-même à parler

11 cesse de suivre le fil d’une fuite

Qu’il prenait pour sa propre pensée.

Il cesse de se laisser traverser

Par la phrase à n’en plus finir qui s’écoute

Sinuer s’enchanter l’envoûter.

Il s’arrête.

Oubliant la syntaxe de la brise dans l’herbe

Il n’est plus cette hâte de se faufiler qu’a le sens

Hors des vocables dont il mue à mesure

Qu’il s’en invente d’autres, quittés

Avant d’être prononcés, traces vaines.

Voici : planté droit sur ses pieds

Adam prend racine. Il parle.

D’abord il se souvient de son nom.

Il l’éprouve à l’articulation de ses tempes.

Il est la terre. Sa racine est en lui.

Il est le Rouge, le soleil enfoui

Dont la terre accouche avant l’aube

Dans un flux de sang.

La syllabe A de sa bouche

Éploie l’espace qu’ocellera le soleil :

L’homme est ouvert.

Ouvert au centre de l’écho innombrable

Comme un gong ébranlant l’horizon :

A-dame!

Marée haute du souffle à l’extrême de l’âme

Emplissant toute chose amplifiant

Le son immense du silence le monde

Puis (quand le sein touche au ciel) l’éteignant…

Du nom exprès pour elle créé.

Son souffle en elle se configure au vocable

Qui en dedans au-dehors l’a formée.

Ce qui préexistait a ce nom

N’était qu’une semblance de terre

Où le souffle deviendrait son, et le son

L’émanation vivante de l’âme

L’être même de la chose nommée.

Il se souvient d’avoir empli toute chose

Les bêtes des champs les oiseaux et les arbres Tout ce qui plonge, bondit, plane, fouit Reçoit de sa bouche à chaque instant vie et forme Avec son nom.

Lorsque ses poumons font leur plein de l’espace

Leur plèvre en capture les confins au filet

Chaque fois qu’il respire il déploie en lui-même

Les courants en spirale qui barattent les mers

La lenteur des fleuves rongeant l’os des montagnes

Les dérives d’astres au grand large des cieux

Cette double coupole de la même sphère sans borne

Tantôt gouffre de jour tantôt voûte de nuit

Et par-delà toute retombée d’étincelle

Le bloc noir de néant qui ne vacille jamais

D’écouter son souffle lui maintient en mémoire Avec l’Un centrifuge l’unicité de ses noms

Et l’inexhaustible symphonie qu’est leur nombre Où chaque vocable à tous les autres répond Comme se répondent en chacun tous les autres A l’instant où naît le
premier souffle d’Adam Qui est chaque souffle lui sortant de la bouche Quand l’ayant lui-même inspiré de ces noms Il leur réinsuffle cette unique origine Qu’il respire d’eux en
la leur insufflant

L’origine, Eve! la Vive!

Qui, d’elle ou de lui, est pour l’autre

Le premier Toi?

Leurs lèvres jointes se disent

Et scellent doublement à la fois

La syllabe que bouche à bouche ils respirent

Du fond de ce souffle indivis

Qui en chacun est Toi.

Il la nomme : Tu es! et s’étonne

D’être lui dans ses yeux.

Très belle : pour lui plus lointaine

Lorsqu’il la nomme Toi

Que tous les noms dont les mondes

A l’infini chatoient.

Il regarde sourire à ses lèvres

L’aube, ce silence entrouvert

Sur une âme à peine échappée

Si fugace et pourtant éternelle

Qu’il sait qu’il ne rejoindra qu’à la fin

Bien qu’elle, avant d’être formée

Pour jamais l’ait rejoint

Ame, ubiquité invisible

Dont Eve a les contours.

Dans les yeux de la Vivante elle est bleue

Elle enclôt tous les êtres qu’il nomme

Elle en est l’horizon.

La distance entre eux est immense

Peau contre peau.

L’huile de ces lascifs frottements

Polit l’espace courbe où s’élude

Et s’accroît l’univers.

Les mots qu’il lui murmure entre-temps

Glissent avec ses mains et ses lèvres

Sur un même épiderme fluide

Le toucher et l’ouïe.

Ce double glissement jamais las

De se fuir sur soi-même

C’est la ruse du serpent qui instruit

Adam à sa mesure.

Entre l’étendue et leur peau

Nulle différence.

Aux confins l’un de l’autre étirés

Leur regard effacé étalé

L’écume des baisers est salée

Le fleuve des caresses mêlées

Aspire à l’estuaire

Plus leurs corps se confondent et plus

Se distendent les mondes

La jouissance en est écartelée

Le soleil équarrit la chair vive

Le sang gicle au zénith

Adam crie Crie sans qu’il sache que c’est lui et quel cri

Ce qu’entend tout son être béant S’arracher avec la souche des bronches C’est le mot : Toi! Dans ses yeux aveuglés par le cri La clarté n’est caillée qu’en surface Leur
douleur suraiguë d’être en face Rompt l’éblouissement : Adam voit. Voit cette autre que lui à jamais Sa compagne, sa distante absolue Sa Nommée qui le nomme. Ce qu’il
nomme en elle, elle en lui Par-delà l’un et l’autre est leur Autre Celui dont mystiquement le serpent Les a faits l’un pour l’autre le leurre Leur ouvrant en miroir un chemin Distance de
l’infinie conscience Qui dit : Toi! Émerveillement De creuser son inexhaustible néant De l’emplir simultané de son être

8

Cette courbe de l’aisselle à la hanche La coupe de cette paume levée Ce sourire s’enchantant de planer Au ciel de ces yeux bleu pervenche

Eve en est le miroir singulier

Que hante sa forme parfaite

Hors d’atteinte et pourtant si concrète

Qu’un seul trait en peindrait la beauté

Ainsi l’aube irradiant l’horizon Se rassure en voyant reflétée Dans l’éclair d’une eau argentée Sa béante perfection

9

Les grands yeux ronds de la beauté cernent les cieux et l’horizon Eve regarde et c’est midi l’éternité est sa prunelle Tout jusqu’aux plus hautes marées respire au rythme de
son sein Comme la courbe des lointains épouse celle de son ventre Cette sereine bleuité perdurerait sans mouvement Hormis l’immense motion de l’Immuable sur Soi-Même N’était
dans l’herbe la coulée insaisissable du serpent Faisant passer comme un frisson de folle avoine aux jarrets d’Eve

L’air que son souffle évente seul remue avec la graminée La paix qui rend l’âme sans bords le frôlement sur la cheville Sont une même impression liant le centre et
l’infini Nulle pensée ne trouble encore cette Présence indivisible Que forme ensemble avec l’azur Eve sans ombre orée des temps Ni aucun mot ne définit ce que naissante avec
l’espace Contient la femme où l’univers se mire en la réfléchissant Leur double et même étonnement méridien s’y faisant face

La tige tant soit peu frémit Eve distingue une fraîcheur

Le serpent vient de déranger d’un jeu de cils l’ordre des mondes

Eve n’est plus cette immobile où de Soi-Même Se conçoit

L’Etre dans la perfection une et sans nombre de ses formes

Un fruit peut-être l’a tentée ou c’est Adam à son côté

Qui lui enseigne (à ce qu’il croit) un vocable pour chaque chose

Dans ses yeux glauques va rester comme un reflet d’éternité

L’éclair d’une eau ou d’une peau enfuie sitôt que devinée

Mère des hommes et des cieux Eve très lente les mûrit Pleine d’eux elle l’est d’abord d’une sagesse qui les porte Dont elle-même ne sait rien bien qu’elle en soit toute
formée Et qu’en tenant les yeux baissés elle en irrigue sa matrice Jusqu’aux confins de cette nuit qui doit clore tous les éons Pourtant même les yeux fermés à ces
confins soudain fulgure La mue en cercle du serpent qui les protège du néant Et circonscrit le lieu sans lieu de l’impensable géniture

10

Le serpent (peut-être) provoque-t-il Dieu? Provoque-t-il, induit-il à paraître Cela qui est en Soi ? A paraître, à Se faire Pensée A Se dire Je?

La genèse (peut-être) n’est-elle Qu’un rêve de la Présence absolue Détournée sans sortir de Soi-même De l’unicité sans issue?

Et que peut rêver la Présence

Hormis son Paradis?

Sans un pli du vide, sans rien

Qui dérange d’aucun souffle le Rien

Une infinitésimale césure

Dans le Soi contemplant son Néant

A créé le hiatus, la lumière.

L’ouverture qui de Néant en Néant

Engouffre le Dedans.

Pourtant le rêve ne sort pas de Soi-même

Il est rond et parfait.

Tout gravite autour de son centre

Qui rayonne en tout point.

Tout point est la pupille d’un œil

Dont l’iris est l’espace

Et tout œil voit le Tout.

Mais aucun ne contemple le Même

Identiquement.

Infini en nombre est le Même

Tel que tout regard le captant

Capte le captant tous les autres

Qui s’y captent aussi.

Tout regard captant et capté

Est une âme étoilée

Que tout regard étoile.

Chacun de ses points d’or scintillants

Est le rêve d’un rêve

Qui rêve qu’il se rêve

Scintillant de points d’or.

La Vie : cette immense rétine

Close sur soi.

Un Paradis sans paupière

Se donnant pour firmament

Son intime ravissement

Rêve en rond d’ubiquité

Que peuple infini l’Unique

Jouant sans Se diviser

A peupler son ubiquité.

Regard qui cerne et discerne

De sa multitude d’yeux

Partout épars, rassemblés

En sa pure fixité.

Fixité des yeux de la femme Centrés sur le fruit. Comme si de tout ce rêve de rêves Le vortex, l’innombrable regard Barattant dans son midi tous les autres

S’était enfin posé.

La femme dont le regard est vertige

Se raidit pour le visser dans ce fruit

Qu’elle tient à grand effort dans sa main

A distance d’elle.

Et plus son intensité s’alourdit

Plus se tend dans l’effort la distance,

Plus le fruit dans la paume est présent

Et le regard.

Ainsi toute la scène des mondes

Se joue dans la clairière d’un œil.

Celui apparemment de la femme

Écarquillé sur le fruit.

Œil très seul, incommensurablement attentif

A s’ouvrir par la vue l’invisible,

Comme à Soi le Sans Fond.

Le Sans Fond attiré par Soi Se contemple

Qui rêve en cette même femme qui voit

Ce Rêve rêver en Soi qu’il commence

De sortir de Soi.

Celle dont la blancheur brutale oblitère

Sa pénombre méridienne, l’Éden

Et dont la rigidité aveuglante

Sidère de son geste blanc le ciel blanc,

Se rêve rêvée statue, non vivante

Pour que seul, convoité, refoulé

Hors du Rêve à bras tendu dans le Vide

Le fruit périlleusement soit réel.

Telle, fixe au centre de l’œil, est la scène.

Mais la scène — qu’un Seul joue en trois rôles

Étant femme, fruit et Regard —

Est tout autre dans ce même œil qu’elle rive.

En cet oeil. S’y écarquillant sur Soi-même

C’est le Soi globe oculaire de Soi

Qui S’irrite de l’opacité de son cerne.

Il Se sent qui S’exorbite, investi

Par son gouffre lové sur Soi en spirale.

Son absence à tout rompre le ceint

De son propre Dehors sans limite

D’où Quelqu’un dans ce rond figé va surgir

Qui force le dénouement de la scène

Et lui donne son Sens

Provoqué insondablement à créer

Par son gouffre constrictor qui L’enserre

Le Sans Fond Se sertit océan

Œil d’écume sitôt éteint qu’il scintille

Qui sitôt se reforme et qui brille

Dans l’orbite du Néant matriciel

Comme y luit pupille verte la femme.

Femme n’étant d’abord qu’un regard

Entre guêpe, gazelle, lézard.

Mais sous l’arbre, y soupesant la rondeur

Du fruit qu’elle conforme à sa paume

C’est du monde que son œil est lourd, et déjà

Son ventre à l’équateur palpite sous ses doigts.

Dès lors le firmament et son œil Auront même rayon, même centre Même stellaire abîme de nuit. Ce regard de ténèbre azurée En lequel tout autre
s’absorbe Est le trou tourbillonnant fasciné

Que creuse la vue du fruit dans la femme Caverne à l’écho sans nombre du Soi. Le Soi résonne, S’y engouffre, l’engouffre Il ocelle ce Néant membraneux Dont la femme
L’enveloppe, dont Lui Est en elle qui L’ignore le dôme Où le Soi rêvant rêvé Se conçoit Né du fruit en façon de Plérome Sans que rien sorte en
rêve de Soi

Mais, rêvé, ce désir devient femme Devient faille d’où le serpent fuit de Soi. Cela glisse sur tout son corps et ondoie De l’épaule à ses reins en caresses
Écailleuses s’étirant en frissons Qui d’horreur en jouissance anticipent Ce séisme : Que le Soi mette bas…

A hauteur de ses yeux de ses lèvres Que n’effleure que subreptice le dard Du triangle turquoise où très mince S’illumine le tranchant d’un regard. Ce triangle nonchalant se
balance L’enchante s’enchante d’elle à la fois Beau cobra se vrillant à son bras Il s’allonge vers le fruit, le contourne Se dérobe derrière, subtil Il feint qu’il soit le
fruit, et le fil De ses yeux dans la chair savoureuse L’avant-goût de la morsure à venir

Mais tandis que sort de Soi le serpent S’annelant autour de Soi tel un gouffre

Où S’avale et Se digère le Soi, Le Soi lutte hélas trop tard dans la femme Contre Soi qui la séduisant S’est séduit Lutte contre le serpent qui féconde Dans
l’œil vide de la femme le fruit : (Qu’il n’y ait jamais rien qu’un seul Rêve Où l’Être avorte avant d’être rêvé Où le fruit reste à jamais loin des
lèvres Où les dents soient à jamais déchaussées Par la terreur que ne les tente la pulpe Que la femme prend pour sa bouche qui luit Affamée de sa propre chair dans
le fruit…)

Spasme céleste, épars ! Ressort du Soi bandé

Sur Soi qui n’en peut plus de S’étouffer, et saute !

Détente du serpent qui surplombe, foudroie!

Trois en un dans l’éclair : serpent, fruit, femme. Qui

Mêle suc, sang, venin? Qui est mangé? Qui mange?

Qui ? Personne. L’éclair est si prompt qu’il n’est pas.

Le serpent en se parcourant s’électrocute.

Tout, un instant, n’est rien que la taie de l’Œil blanc

Tout, rien. Entre rêve et réel. Le point aveugle.

N’étaient les lèvres et la vulve lourdement

Béantes, rouges, double trace de la foudre

La scène serait vide et neutre : un arbre gris

Un dur soleil réverbéré par le mutisme.

Mais la femme aux deux plaies obscènes fait saillie

Avidement, l’Etre n’étant que par ceci

Que l’une et l’autre, avant que rien ne sache encore,

Mangent. Le fruit? Jamais cet arbre n’eut de fruit.

Seul est réel l’espace cru de l’origine

Œil énorme contre le sien, qu’elle fascine.

Et la boule de feu qu’elle mange c’est l’Œil

Du serpent concentré sur la fente de l’Etre, Forçant le Soi d’en désirer être mangé Afin qu’il S’y conçoive et qu’il S’en fasse naître Univers! issu de la
femme et du serpent…

Et, dans l’instant même, s’éveille

Par les yeux de la femme dardant

Leur feu depuis le centre impensable,

Le premier jour.

Le temps, dès avant l’aube, est en marche.

L’Être n’étant plus rêvé

Commence l’apprentissage de vivre

En dehors de Soi.

La Terre est donc, avec ce qui la peuple

Nageant, rampant, ambulant et volant

Tout ce qui pousse, porte fleur, fructifie

Qui existe par elle, vivant.

Avec elle inconcevablement d’autres Terres

S’éloignent à l’infini d’un Néant

Qui Se pense en même temps qu’il S’abîme

Vers son centre insondé.

A la droite de la femme qui voit

Cet éloignement sans mesure

Se tient l’homme, donnant à leur vue

Forme et proportion.

Tous deux ils seraient perdus dans l’abîme

Qui pense l’univers

Si du fond de son Inexistence abyssale

La Pensée ne formait de Soi Se pensant

Terrible, le Seigneur.

Terrible, le Seigneur!

En rendant homme et femme conscients

D’être abyssalement homme et femme

Il les ouvre l’un à l’autre en abîme

Qui les engouffre en Lui.

Entre eux, au-dessus d’eux, autour d’eux

Il propage son gouffre.

Inlassable il multiplie la distance

Entre l’homme et sa pensée qui le fuit

Inexhaustible II féconde la femme

A l’égal de la matrice étoilée.

Sa Colère est cette distance

Son Amour est ce dôme de nuit.

Car le Seigneur est Un.

Et tout l’œuvre de ce couple discord

L’un couvant en germe le centre

L’autre en étant chassé,

Est d’en faire la preuve.

De faire de l’Ouvert sans limite

La sphère dont chaque point soit aussi

Le germe d’un nouveau monde qui s’ouvre

Vers le centre l’irradiant hors de Lui

En chacun des rayons de la sphère Se glisse le serpent.

 

Pierre Emmanuel