LA BOÎTE A L’ÊTRE 32


  main-header_father-nature

LA BOÎTE A L’ÊTRE 32

 

0c2fd949-9478-408a-b47d-27ea833d3401

 

COMME UNE FLEUR CONFUSE EXHALEE DE LA NUIT..

Le bec de cane trempé à la mare

Laisse aux étagères des agonies d’heures

Que des bribes d’ébats remuent sous la dictée

Pour ne pas condamner l’entrée de ma jeunesse

Qui a dit que les murs de ma vieille boutique d’antiquités

Etaient à céder

Pas Toi Femme, ô préciosité

Tu n’as jamais rien eu d’un objet

L’art est inutile, mais indispensable

M’aime

Un pin sot sans chapeau ni crinolines

L’aurait pigner tout seul en ô pinant de la paume

Au long des longs cheveux chignotant mon fleuve

Je refais l’arrêt au milieu en tressant des cerises à tes oreilles

Pour baiser le triangle de tes épaules à l’arche de ta nuque

En remontant au-devant du printemps qui tombe de ta poitrine

Quel âge as-tu donc dis dont vieil enfant

Une montre cassée au poignet

Sans matricule mine et rat logique

Je suis vivant les seins honorés

J’ai vu venir les idées pleines de continents d’accents divers

D’océans aux peaux sans préférences autres

que vivre la couleur de l’amour sans mensonge

J’ai l’allée ouverte le retour déchiré sous les rayons du présent menteur

  – C’est quand qu’on part ?

-Mais t’as pas vu qu’on roule

Joli mois de Mai tes mues guets sont tristes

Chaque matin est fête en soi

Calendrier qui donne ou retire selon qu’on soit du bon ou mauvais côté

De ce qu’on pourrait en corps avoir à donner à l’Autre

Sablier tu crains l’oeuf alors qu’il est porteur de coque

J’en avais pris pour vingt ans renouv’lables mais n’en baillerai plus 3.6.9.

Niala-Loisobleu – 19/05/16

 

(Merveilleuse chanson de Guy Bontempelli, qui fut chantée par JC Pascal, Françoise Hardy, Gréco et quelques autres, dans les années soixante… à la veille d’un faux-sursaut de jeunesse, cris des rémouleurs, vitriers et porteurs d’eau des rues de Mai 68 qui voulaient faire l’amour en ne pensant pas l’étouffer dans l’oeuf. Mais la vie ne fait que répéter les m’aime erreurs…aujourd’hui tout recommence avec ses casseurs d’amour)

 

PRIERE DU SEOIR


PRIERE DU SEOIR

Aux yeux qui sont restés dans les daubes, les herbes marinent toujours. Sur les tâches d’huile d’ô live des meules, les soupirs ont eus l’humeur garenne. Quel âge a le tant ? Il n’a que de brèves aller et venues, qui font qu’il n’a pas le loisir de vieillir. Mais seulement si l’on prend garde de ne pas le semer par grand vent. Oui, elle fut demoiselle, blanche dans sa robe d’un printemps de poète. Un jour où les poubelles girls ne faisaient pas semblant de denser. Qu’en garde-je ? Une belle image au coeur qui en me brûlant l’oeil fait aller mon vélo sur les traverses d’une lueur de bougie-bougie quand vient l’heur de la prière du seoir.

Niala-Loisobleu – 23 Mars 2017

fr.pinterest.com.jpg

LA BOÎTE AU L’ÊTRE 1


main-header_father-nature

LA BOÎTE AU L’ÊTRE 1

SUR LA ROUTE

Sa nuit l’avait retournée dans sa maison d’enfance
fendillée de tant de cloisons-membranes
que par surdité elle entendait des images aux bruits grinçants tourner les serrures
qu’elle finit par se demander
assise sur son lit
si elle rêvait
ou si
c’était l’araignée du plafond
qui ouvrait les armoires à cauchemarder debout

– Ecarte tes pattes de moi, je ne veux plus que tu me touches !!!

On croirait des tôles à fer l’orage
un vrai théâtre d’horreur
Ce bruit lancinant de la scie qui vous rabote l’échine
d’un bout à l’autre des étages
non qu’il se coupe

Imprimés d’une page à l’autre, robes, tee-shirt, vestes, jupes, sweats couraient à travers la forêt
tournant les vilaines pages
en enfilant entre les bretelles et les dentelles des transparences nouvelles
des jours avenir

Ô ma couleur revient me pourprer les joues
me transpercer le ventre
d’un regain d’amour

Les magasins d’épouvantes ont la devanture qui n’est plus à l’étalage
je le vois qui nage à moi…

Niala-Loisobleu
5 Janvier 2015

3

Harmonie du soir


tumblr_mnc2w74YFr1rgfu9oo1_500

Harmonie du soir

 

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !

Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige…
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !

Charles Baudelaire

Aux cernes de nos nuits le matin ajoute la marque de nos lèvres laissée dans nos odeurs de peaux . Ce qui reste incline à poursuivre, dans chaque doigt de nos mains il y a l’ongle du labour et le jeu de paume des phalanges.

Ton souvenir en moi chante le soleil de la rivière où je me baigne.

Niala-Loisobleu – 1er Juillet 2016

85c

RÊVE DE BOULANGE


 

686154

RÊVE DE BOULANGE

A l’angle du Bac

et de sa rue avec la mienne

le boulanger-pâtissier est au fournil

la nuit joue à quai avec la lune

Croissants shows

laissant sortir du soupirail

des gémissements de viennoiserie

Je rêve

détendu

croustillant

comme une ficelle encore chaude

me nouant au soleil à venir

Me revoici nouveau-né

d’un temps sans limites

qui trempe ses matins

dans le bleu…

Niala-Loisobleu

2 Décembre 2015

2.12.15. - 1