LA BOÎTE AU L’ÊTRE 23


main-header_father-nature

 

LA BOÎTE AU L’ÊTRE 23

 

PARCOURS POETIQUES MOSNAC 2014 – 4

La table est dressée, tout autour les arbres se mettent à chanter
Au pied du promontoire
les fourmis sont aux fourneaux
Un levé d’odeurs
alléchantes
ondule les cheveux des branches

Les tasses
en avons-nous bues….souviens-tu tant ?
Derrière un tronc il y parfois pire que l’obole à donner
Le coeur cogne au coing des haches

Ces ombres ont beau vouloir étendre leurs prises
me voici au seuil de la cabane
Le gros arbre s’est ouvert le bas-ventre
accoucherait-il d’espérance
qu’il ne s’y prendrait mieux
de son vagin réconcilié avec lui-même
l’utérus germe
les sèves qui porteront le cri de la vie au plus loin

J’ai mouché les flammes des girouettes
trop d’étincelles font artifice de leur bois
en galbant le mollet du jambage
pour dire vois ce que j’ai pour toit sous le manteau
Antre entre donc en moi
je suis la sorcière de ton bûcher

La mer partie de l’autre marée
vient à grands seaux laver l’impureté
Du balai
maudite sirène
ton chant naufrageur ne lanterne que le malheur
Je me jette aux écumes pour changer mes jours de destination

La clairière vient d’ouvrir son dôme
un bain de soleil descend
pour m’indiquer la route
le ban publié
fait annonce
il y aura mariage entre la
Poésie et l’Absolu
Le Chevalier, hérault porte la nouvelle sans recours avoir aux anges

L’Araignée silencieuse
omniprésente
ne s’est en rien laissée distraire
Les mythes du monde sont sans dents contre sa toile
Tu peux la maudire comme autant que tu voudras
elle s’en fout
Elle tisse
tirant de l’au-delà un temporel où l’éternité se retrouve

Nous avons du feu pour tous les hivers
la forêt nous couvre de ses flammes chaleureuses
la ressource de l’amour est naturelle
ce que tu coupes repousse en corps plus fort

Niala-Loisobleu
16 Septembre 2014

La trace en corps saignante, impossible de se perdre en ce Dimanche réconcilié avec le paysage. Il m’a suffit d’entrer dans l’estuaire pour ôter des façades la partie fausse de leur architecture. Aux trumeaux le miroir est d’un tain qui dissipe l’ambiguïté du doute contaminé. Quant aux tables saillantes de la pierre, j’ai senti que les colonnes les laissaient parler en raison de leur connaissance du silence. Paix d’une joie simple qui vous prend par l’intérieur. Bonheur macéré dans la confiance. Un Autre matin est à poindre. Sans que les torpilleurs d’une escadre pirate puissent en gâter la pulpe. Il n’y a de vent que celui qui a appris le dessein du sillage en ayant su garder le premier signe de la voix.

Niala-Loisobleu – 7 Août 2017

IMG_0563

LA BOÎTE A L’ÊTRE 21


main-header_father-nature

LA BOÎTE A L’ÊTRE 21

LES CONTES DE L’INVISIBLE

Il y a une fois

qu’il était

un point suspendu se balançait

cerf-volant croisant dans son paradis Bleu

S’il s’interrogea des fois, mit long  à comprendre qu’à vouloir trouver réponse à tout on s’éloigne du Centre, droit dans le mur du Triangle des Bermudes

Bien sûr il y a

les parents

les frères

les soeurs

le mari ou l’épouse

les enfants

le patron

l’épicier

la voiture

les godasses à changer

et l’abscons qui répond toujours pas au téléfon

Mais mon dos

il me fait bien moins mal

quand j’écoute mon coeur à vélo hâler

et que je marche dans le sens de mon âme à bois

en sortant mon oeil de l’herpès pour gratter le besoin de Lumière

J’ai toujours le même âge

dans l’état civil

mais

la vérité

c’est qu’à devoir traverser

mieux vaut garder son tablier et ses culottes courtes

en déchirant tous ses papiers

puisque mourir pour mourir

vaut mieux vivre

Elle est là grande ouverte

a pas bougé

au bord de l’Amour

Ma qu’Aime

large

baie entre

regardant de la bonne moitié de la bouteille

tendue comme un promontoire

pour que j’habite chez Elle

Rut de la Plume d’Encre.

Niala-Loisobleu – 9 Janvier 2013

 

P1000901

VIDE-POCHES


IMG_1804

VIDE-POCHES

Sur la place vide je n’ai pas eu à tendre le cou pour sentir battre l’artère du chemin de taire. La poste a mis ses boites à lettres sur le parking pour que les voitures qui stationnent s’adressent à elles. Quelques mots en pensée, au dehors d’une carte-postale, ça possède plus de relief qu’un restant d’assiette sur une nappe de brouillard. Les pigeons de là me paraissant domestiqués par l’usage des miettes, je continuai  jusqu’à la lisière du coin inaccessible en voiture. Besoin de me retirer au creux du tissu charnel, là où la touffe d’herbe ne craint rien du desserrage du bouchon de vidange. Et du vent porteur  il y en a. Dessinant le contour d’un trait léger, j’appuyai un peu plus fort au Centre. C’est émouvant de recevoir la réponse instantanément. Ce qui enrobe la surface à perte de vue finit par faire croire. Comme si la vie n’était pas un tiret coupé d’aire. Le bistro qui retenait les joueurs de manille de mon enfance, ne laisse plus passer sous ses brise-bise qu’un disque de der. Ceci ne lui enlève rien de l’atout. Il est à moi, une image à jamais de mon vivant parmi les morts. Comment pourrait-on imaginer que j’accepte de commencer ma journée sans tes lèvres ?

Niala-Loisobleu – 25 Juillet 2017

IMG_1805

VIE PRIVEE 37


VIE PRIVEE 37

Le bois de lit à border la tête, l’oreiller reste à nager. Pages pleines et blanche à remplir du mouvement des jambes synchrones à ceux des bras. Il y a sous l’histoire de notre traversée, une profondeur qui varie avec l’avis de fatigue et la rage de continuer. Vain le mirage au bord des cils. Quel jour étaie-t-il donc dans la genèse ? Il y a des semaines qui vont direct à l’abattoir sous la poussée d’Archimède, de ô en bas qui plonge dans la vaisselle à faire. Il, ou elle, c’est la seule égalité que le malheur délivre. Sans fouille à corps pour savoir à quel genre on est rangé. Le rivage dans l’idée, je me remontais les nageoires et l’aqueux, avec une dose de Pavlov en première intention.

Alors ? Quoi alors ? Racontes !

Aqua bon, fis-je d’un long jet, me débaleinant le sas par les trous des vents. Je rame dit l’haricot et personne ne m’a appelé Potter. Faudrait d’abord être objectif avant de sortir des raisons qui t’ont mises au monde. Rien que pour l’étonnement. Il en manque tellement dans l’art de vivre en commun: Evidemment cette réponse je l’attendais : c’est pas toi qui as choisi de venir au monde. Saches que c’est le cas du plus grand nombre des parents, qui mettent que des accidents en naissance. Alors ou on aborde la raison d’être sur un autre ton ou on se plaint pas que sa couleur soit pas grand-teint. Ton sort que tu sois une fille ou un garçon, va dépendre un max de toi pour monter ou descendre. Les rites de vie ont mis des mauvaises habitudes à la place des bonnes qui faudrait pas oublier. La guerre des sexes c’est la première à reprendre de fond en comble. A revoir sans surtout rien changer à la différence de base, vouloir être pareils en droits, ça n’a rien à voir avec pareils en corps. La cata de l’égalité physique vous n’imaginez pas comme le pire serait. L’amour y perdrait à jamais sa fonction nominale.

Chargé de fruits, le ciel se fit treille. Ombre et soleil enfin en bonne intelligence. Le noyau ne posa plus de problème d’occlusion intestinale. Je pouvais me lever, j’avais fait un si beau rêve, que j’allais travailler à le mettre en réalité.

Niala-Loisobleu – 17 Juin 2017

 

ec3d62792fd0a8be481c133e79c54c5a

REVOLUTION SOLAIRE


REVOLUTION SOLAIRE

Déchirée du mât de nuit, la voile, robe blanche, a traversé les vagues, pieds nus. Seul les battements de la lumière marchaient à l’amble d’un anniversaire consacré à rien de général. Dialogue d’un tête à tête onirique, les mots avaient des écailles roses que le bleu de l’ô faisait trembler d’émotion entre les palmes des cocotiers de ma déraison.

Niala-Loisobleu – 27 Mai 2017

16532512_8111022_69886822


MES ERREURS 1

La pluie d’été

Mais le plus cher mais non

Le moins cruel

De tous nos souvenirs, la pluie d’été

Soudaine, brève.

Nous allions, et c’était

Dans un autre monde,

Nos bouches s’enivraient

De l’odeur de l’herbe.

Terre,

L’étoffe de la pluie se plaquait sur toi.

C’était comme le sein

Qu’eût rêvé un peintre.

Yves Bonnefoy (Extrait Les planches courbes)

Le danger de peindre

c’est de croire

s’asseoir dans du frais

alors que le ban fermé

est sec

Niala-Loisobleu – 14 Mai 2017

J'ai rêvé de toi, cette nuit, je portais une roble blanche-2009 005 copie