QUI QUE QUOI


téléchargement

QUI QUE QUOI

 

Les tracas ne fleurissent qu’au coeur des coins de délices, pour ne pas infirmer que l’exception n’en veut pas à la règle. Le miroir à peine allumé dans ce matin bouché, où la pluie métronome sur le haut des bretelles, je sortis mon Janus du coffret à couverts.  Logé dans sa ouate, au confort organisé où il n’y a pas de place pour l’improvisation, le bougre mine de rien est allongé. Quand on veut faire semblant. Mais si qu’on se prénomme Janus on est l’un où l’autre, pas les deux en même temps. Le prenant entre le pousse et l’index je le sortis et le mis à poil, pour qu’il dise la vérité avant de lever la main droite. J’avais ôté la Bible de séjour, ça fait trop hôtel qui Trump, dès la table de nuit.

-Alors mon brave, dis-moi tout de ta pensée, est-ce obligatoire de se cacher derrière une assurance de propos avec lesquels on a rien à voir ?

Le miroir eut besoin d’un instant pour que la buée disparaisse, je ne lâchai rien, il se fit apparaître. Je vis tout de suite le nombre incalculable de quiproquos qui donnent un paquet d’occasions au fourbe pour mentir. Analyser demande des moyens au-dessus des capacités du malhonnête, à voir le toupet avec lequel il se défile quand on le prend en flagrant délit. On appelle ça la mauvaise foi.

Profitant de la présence du témoin irrécusable de notre égo, je lui demandai de me dire Dupin. Sa réponse fut tac au tac: à part la prière commune pour le quotidien, perds pas ton temps avec le Jacques, personne en majorité n’y entrave que dalle. Cependant pense que si c’est en liaison directe avec une personne choisie que tu le cites régulièrement, te prives pas. Le poète vivant n’a jamais été perçu de son temps, raison majeure de lui rendre justice. On est assez gavé par Jupiter qui pose des pardons politiciens à droite comme à gauche dans sa France qui s’arrête,

Qui que quoi

Qui que quoi dont d’où
la cantilène expulsée
atteindrait le point
où se peut écrire
sans penser

il casse une lettre
il ébruite trois
la lettre cassée s’endort

quoi relire quoi
merveille
à l’instant de l’air
déchiré

et recommence ou commence
à ouvrir la boucle, à éreinter
la monture

à piaffer de rire
dans la glu du marigot

.Jacques Dupin

 

Avant que la pluie vienne ton soleil arrosait tes cuisses d’un tempérament énergétique. Je gage que ce jour levé pluvieux, rajeunira ce seoir d’un coup. Aussi difficile que ça puisse être c’est dans son contraire exposé que la vérité est à dégager de sa gangue. Nous ne sommes rien que poussière, il est donc indispensable de balayer devant notre porte. Les simagrées ne tiennent pas devant l’armature du fond de chaque chose…

Niala-Loisobleu – 07/10/18

 

MERCI MARTHE


Avec mes grands-parents en Allemagne

MERCI MARTHE

 

Encore  en partie entre la clef et la serrure, je pêne à ouvrir. De ma mémoire assez longue, autant qu’il m’en souvienne je suis pas du genre à coller au dépassement de l’aurore. Quant j’ai dépassé l’aube pour dormir c’était pour m’être à l’aurore mis au lit. Le jour n’a que peu d’heures, les laisser au sommeil relève d’un manque de vouloir faire indiscutable, ça me fait comme si j’étais fuyard à la responsabilité de vivre, de dormir tard le matin. Pourtant aujourd’hui j’ai confirmé ma règle par l’exception. Et le tout en toute conscience d’un danger imminent. Se battre me disait Marthe c’est la première chose que tu dois apprendre. T’étais là ma bonne, ma gardienne, ce matin quand j’ai vu l’urgence de faire stop. Mourir pour des idées, mon Tonton Georges me l’a assez répété ça vaut pas de se tenir en vie. Tiens déjà il a pu se préserver de finir à la plage, qui sait où on aurait brûlé son esprit libertaire ? Quand je vois l’abus que Mai 68 a fait dans le troublement d’esprit d’innocents qui pour n’en avoir rien vécu s’imaginent… Ce que j’ai peint après ça montre le changement qui s’imposait avec des fleurs, de l’amour et de l’action lunaire.

Niala-Loisobleu – 16 Août 2018

  TRAIN DE PLAISIR


 11744705_m

 

TRAIN DE PLAISIR

Autour de Pâques quand j’étais gamin on nous purgeait. J’en garde un autre souvenir que le lavage des pieds, faut dire que je sors pas d’une tradition de faux-culs. Ceci m’amène à voir en observant le paysage de cette journée, que le printemps c’est devenu qu’un grand magasin. Le bonheur des dames ?  Voilà une question bien libidineuse où autant de pissenlits que de roses se baladent dans un sacré démêloir. Dupin parle de l’herbe des rails. Métaphore puissante qui me traverse au riant express. Dans le compartiment d’une voiture de 1ère, un prince d’Apollinaire,  gamahuche une donzelle à la babasse foraine plus poilue que la femme dite à barbe, pendant qu’un homme d’armes lui transperce le fondement de sa lance. Comme quoi d’une purge à l’autre l’espace se déplace dans le même type de véhicule. Seulement dans tout ce qui est censé s’améliorer par l’assainissement, force m’est donné de constater que plus on avance plus on recule. J’en veux pour exemple: les trains de Guillaume face à la SNCF. Ils avaient un charme qui slavait autrement. Mais ça comme dirait Afflelou, c’était avant, que le Président d’une République basée depuis la loi de 1905 sur la laïcité, fasse du gringue à l’église catholique en lui disant qu’on est injuste à son égard et qu’on va voir à modifier ça.

Niala-Loisobleu – 10 Avril 2018

 

Ombre Aile


IMG_0143

Ombre Aile

Le porte-perruque m’a soudain fait peur, à le voir, il m’a semblé que le paysage où mon esprit divague risquait de se faire chauve, Je joue de plus en plus mon avenir à avancer dans un espace qui réduit au lave âge, me dis-je, Pourtant bien que m’étant posé cette question il y a longtemps, je ne me souviens pas en avoir tenu compte, Quand je peins j’écris, embarqué à bord du pinceau, ce qui ne me passe pas par la tête mais par le cœur, Ebouriffant la raison sans me gratter la tonsure, Bah, on ne marche pas dans l’ombre d’un autre quand sa lumière la valide, C’est dire que l’une boiterait sans l’autre pour se faire réelle, Les heures passées dans ma prime jeunesse à parler de toi mon vieux Sigmund, ont laissé leur empreinte, Avec Lucie, la mère anglaise de mon meilleur ami qui avait laissé son triste mari, industriel pour refonder des études en psychanalyse, on t’a pioché le sujet, Impressionnant ce qui a pu persévérer en moi depuis cette époque, J’ai fréquenté les endroits proscrits par le conventionnel, C’est fou comme le contraire des choses s’y inverse, Ce qui me conduit à dire que lorsque j’écris je me demande si je vais pas encore plus loin en peinture, Je me mouille, Il y toujours la Femme, elle m’accompagne par tout, C’est vrai que le sujet est vaste, En plus il se régénère constamment, Un peu comme mais dans l’autre sens que les hommes-machines qui eux stagnent, Comme quoi on ne peut faire sans complément, L’abus qu’ils font du superflu en raréfiant le Beau, l’intensifie, Le plus bel exemple est donné par la poésie, Quelle compensation, La crise n’y figure qu’au titre de métaphore, Enorme par rapport à la prose du quotidien qui lui, en fait un usage qui fait peur, Vient de passer un son corporel, Vestige d’humain ? J’en ai assez d’échos pour en tirer mieux qu’un espoir verbal, Sous l’appeau il n’y a pas qu’un contraceptif, Rassurant, me disent la pointe dressée de tes seins, Tiens sors la musique de la guitare, Ce temps pourri mérite de revenir au Sud, L’ibère serait moins triste sans tous ces problèmes séparatistes,

Niala-Loisobleu

23/12/17

Le long des Quais 4


IMG_1950

Le long des Quais 4

Que t’as en corps de la colle de nuit aux paupières, voilà que  le rayon comme y disent, qui t’arriverait pour t’offrir la lumière. Merde, ça fait sonnette qui te fout nez à nez avec le couple famélique des Témoins de Jéhovah…

 Pleine Eau
 
 Le cri d’un coq traîne par les rues vides, dans cette chaude après-midi de juin où il n’y a personne.
Le silence, profond comme un grenier à blé abandonné, gorgé de chaleur et de poussière.
Quel désœuvrement sous les voûtes basses de ces tilleuls, sur ces marteaux de portes où baîllent mille gueules de bronze !
Quel après-midi de dimanche distingué, qui fait rêver de gants noirs à crispins de dentelles aux bras des jeunes filles, d’ombrelles sages, de parfums inoffensifs, des
steppes arides du cinq à sept !
Seul un petit nuage, alerte, blanc, — comme le nageur éclatant porté sur l’écume ombre soudain de stupidité la foule plantée sur la plage — couvre de
confusion tout à coup le paysage endormi et fait rêver d’extravagance au fond de l’avenue un arbre qui n’a jamais encore volé.
Julien Gracq

Tu t’ébroues, bon chien, en un clin laisse ton bulbe remettre le crin dans le bon sens. Eureka, les tons apparaissent dans leur intégralité, le suiveur qui n’éclairait que la star s’est pris la pierre de la fronde en pleine poire.

J’aime à mes risques. Voilà ce qui me saute aux yeux. Quand atteint par cette alchimie qui dépasse la sorcellerie, je ne me pose pas la question préalable : Et moi suis-je aimé ? Sacré nuance Bouffi ! Parce qu’il s’agit pas de toujours se croire avoir la plus grosse parce que soi-disant tu s’rais un mec. Non, mais de découvrir qu’en dehors de toi tout peut commencer à exister.

Je vais d’un pas plus clair pouvoir charger les tableaux dans ma voiture. Demain c’est accrochage. Cette expo de par son symbole, du nombre cumulé qui s’arrête, est d’une nouvelle transparence. Un an après, voici le grand curetage en soi, après le retour-départ du fils, pour rentrer dans mon identité.

Niala-Loisobleu – 22 Octobre 2017