CHEMIN DE HÂLAGE


IMG-1013

CHEMIN DE HÂLAGE

Sous la nappe mon sommeil-corail

disparaît au fond de l’évier du plongeur

l’éponge halête

le dessein d’un calcul d’armature

La porte ailleurs est-elle derrière, devant où immobile sur le fond ?

Ombre tes fards sont étain

rentre tes sirènes quelque part

j’en ai les yeux noyés

au bout de l’onde du ricochet

Niala-Loisobleu – 12 Juillet 2018

 

NATARE PISCEM DOCES


NATARE PISCEM DOCES

Francis Ponge

 

 

P. ne veut pas que l’auteur sorte de son livre pour aller voir comment ça fait du dehors.

Mais à quel moment sort-on? Faut-il écrire tout ce qui est pensé à propos d’un sujet? Ne sort-on pas déjà en faisant autre chose à propos de ce sujet que de
l’écriture automatique?

Veut-il dire que l’auteur doive rester à l’intérieur et déduire la réalité de la réalité? Découvrir en fouillant, en piquant aux murs de la caverne?
Enfin que le livre, au contraire de la statue qu’on dégage du marbre, est une chambre que l’on ouvre dans le roc, en restant à l’intérieur?

Mais le livre alors est-il la chambre ou les matériaux rejetés? Et d’ailleurs n’a-t-on pas vidé la chambre comme l’on aurait dégagé la statue, selon son goût, qui
est tout extérieur, venu du dehors et de mille influences?

Non, il n’y a aucune dissociation possible de la personnalité créatrice et de la personnalité critique.

Même si je dis tout ce qui me passe par la tête, cela a été travaillé en moi par toutes sortes d’influences extérieures : une vraie routine.

Cette identité de l’esprit créateur et du critique se prouve encore par l’« anch’io son’ pittore » : c’est devant l’œuvre d’un autre, donc comme critique, que l’on
s’est reconnu créateur.

*

Le plus intelligent me paraît être de revoir sa biographie, et corriger en accusant certains traits et généralisant. En somme noter certaines associations d’idées (et
cela ne se peut parfaitement que sur soi-même) puis corriger cela, très peu, en donnant le titre, en faussant légèrement l’ensemble : voilà l’art. Dont
l’éternité ne résulte que de l’indifférence.

Et tout cela ne vaut pas seulement pour le roman, mais pour toutes les sortes possibles d’écrits, pour tous les genres.

*

Le poète ne doit jamais proposer une pensée mais un objet, c’est-à-dire que même à la pensée il doit faire prendre une pose d’objet.

Le poème est un objet de jouissance proposé à l’homme, fait et posé spécialement pour lui. Cette intention ne doit pas faillir au poète.

C’est la pierre de touche du critique.

Il y a des règles de plaire, une éternité du goût, à cause des catégories de l’esprit humain. J’entends donc les plus générales des règles, et c’est
à aristote que je pense. Certes quant à la métaphysique, et quant à la morale, je lui préfère, on le sait, pyrrhon ou Montaigne , mais on a vu que je place
l’esthétique à un autre niveau, et que tout en pratiquant les arts je pourrais dire par faiblesse ou par vice, j’y reconnais seulement des règles empiriques, comme une
thérapeutique de l’intoxication.

Francis Ponge

ESPÈRE ET TREMBLE


d0dc558d943b54c306e754aa087505d0

ESPÈRE ET TREMBLE

Bien avant le printemps parfois une chaleur étrangement

lourde
S’élève vers le soir à la corne du bois sans feuilles ou près

de la rivière,
Et rôde entre les chemins creux où brûle un résidu de

soufre.
Halo des milliers d’yeux des milliers de troupeaux qui

remontèrent
Des fonds troubles du temps vers ce qui fut le tumultueux

avenir.
Espère et tremble : qui s’approche ou s’efface encore au

détour,
Couronné d’herbe rude et d’un éclat de bleu plus vif À mesure qu’en bas la nuit dissout les reflets, les réponses
A la question déployée en ton cœur comme un drapeau ?
Espère et tremble au souffle chaud qui rôde ; espère et

tremble.

Jacques Réda

 

La victoire des étalagistes brille de publicité mensongère. L’article loin de répondre aux normes du bon sens du déménageur, a de La Fontaine ce petit à côté fable qui Perette. je coupe du monde sans risque de perdre et surtout sans vanité outrecuidante du footeux merdique.

La première fois que j’ai croisé l’espoir je n’étais normalement qu’un enfant, la façon que j’ai tremblé m’a propulsé dans un autre âge. Sur le dessus de ma tête des stuckas piquaient en déféquant la mort de leurs intestins. Au terme de l’exode rentré chez moi, la Marseillaise chantée juste fusillait des lycéens au bois de Boulogne.

Sur l’estrade de mes humanités à combien de coups de règles grammaticales ai-je du tendre les doigts ? La peine de prison ne menaçait que les parents absents d’éducation corporelle. J’ai tremblé au coup de pied au cul de mon père, ô mon papa comme tu as fait entrer l’espoir en moi.

La clameur d’une extinction de voie remonte les grandes idées avancées. Rappelle-moi la date de la réunion devant fixer la suivante que je ressorte des carons le projet d’embellissement des fausses-couches. L’ozone en réclame.

Niala-Loisobleu – 17/06/18

 

Le Don des souffles


223732362-eedea260-51b3-450f-bd0c-339a230ee934

 

Le Don des souffles

(…) Mais ininterrompue, que serait la poésie ? Le laisser-faire, le savoir-faire. C’est la fraîcheur que je souhaite maintenir pour qu’il n’y ait plus de hiérarchie entre tous les états d’une vie, poème ou non. Tout est plus modeste, presque banal, ou du moins peut l’être. On écrit, on  s’épuise.On n’écrit pas, on  se  ressource. J’aurais pu dire exactement l’inverse. La perte égale la  résurgence.  Ni  perte  ni  résurgence,  en  fait.  Je n’arrête rien, et dans ce permanent va-et-vient, cet équilibre instable, il n’y a que le présent qui se régénère. Je n’appelle pas autrement la poésie.

Quand je parle des vagues ou des branches, il est certain que je parle de moi : parlant de moi, je voudrais parler des vagues ou des branches.

Ce ne sont pas nos bras que pressent nos bras, ce ne sont pas nos mots que nos mots font entendre : le soleil lui-même, de qui est-il la lumière ?

 

Pierre Dhainaut

 

Des cases et des lettres beurk de nord mendie je t’attrape à plaine mains que c’est Beauce au moins là il y a pas l’ombre d’un arbre ils les ont tous coupés pour plus de quintal de fric au soleil non ne sont pas mes bras qui nagent c’est mon ventre qui gargouille…

Niala-Loisobleu – 10 Juin 2018

SOLDE AVANT FERMETURE


LEJARD~2

SOLDE AVANT FERMETURE

 

J’ai rêvé d’impossible

pendant que ma main dessinait droite, l’image est sortie tordue sur le mur d’en face

le bleu des mots si vrai

a été affiché sali

par ce que jamais il n’a dit

Ouvrir les tiroirs du passé pour y puiser matière à se venger par pitoyable calomnie

dépasse l’atteinte à la liberté individuelle

Niala-Loisobleu – 4 Juin 2018

 

 


Lithographie  (Henri Michaux)

LE GRAND COMBAT

Il l’emparouille et l’endosque contre terre ;
Il le rague et le roupéte jusqu’à son drâle ;
Il le pratéle et le libucque et lui baroufle les ouillais ;
Il le tocarde et le marmine,
Le manage rape à ri et ripe à ra.
Enfin il l’écorcobalisse.
L’autre hésite, s’espudrine, se défaisse, se torse et se ruine.
C’en sera bientôt fini de lui ;
Il se reprise et s’emmargine… mais en vain
Le cerveau tombe qui a tant roulé.
Abrah ! Abrah ! Abrah !
Le pied a failli !
Le bras a cassé !
Le sang a coulé !
Fouille, fouille, fouille,
Dans la marmite de son ventre est un grand secret.
Mégères alentours qui pleurez dans vos mouchoirs;
On s’étonne, on s’étonne, on s’étonne
Et on vous regarde,
On cherche aussi, nous autres le Grand Secret.

« Papa, fais tousser la baleine », dit l’enfant confiant.
Le tibétain, sans répondre, sortit sa trompe à appeler l’orage
et nous fûmes copieusement mouillés sous de grands éclairs.
Si la feuille chantait, elle tromperait l’oiseau.

(Qui je fus Gallimard, 1927)

 

 

MA VIE

Tu t’en vas sans moi, ma vie.
Tu roules.
Et moi j’attends encore de faire un pas.
Tu portes ailleurs la bataille.
Tu me désertes ainsi.
Je ne t’ai jamais suivie.
Je ne vois pas clair dans tes offres.
Le petit peu que je veux, jamais tu ne l’apportes.
A cause de ce manque, j’aspire à tant.
À tant de choses, à presque l’infini…
À cause de ce peu qui manque, que jamais n’apportes.

(Extrait de « La Nuit Remue » Poésie/Gallimard)

Henri Michaux
Henri Michaux (1953)

RÊVES ASSUMÉS


eab93d1afce3ef0353b2736ae537bfad

RÊVES ASSUMÉS

Que suis-je alors, lorsque je ne rêve plus ?
Un désir de pluie fine sur des fleurs fragiles ?
Une dune de sable sous une promesse inutile ?
Serais-je encore moi-même sans tant de larmes tues ?

Accrochée à des lunes d’une autre galaxie
Je balance sans fin entre Terre, Ciel et Ombre
Creusant, avec la mer qui verse de mes yeux sombres,
Des falaises de dentelle contre vents d’autres vies.

Les guerres intérieures ne signent d’armistice
Que sous l’étoile jaillie de tes lèvres passagères,
Puis dans l’aurore grisée des lumières de cimetières
Elles grondent encore plus fort de leur nouveau supplice.

De ta bouche coule encore l’instant de paix nocturne.
Je lèche le fil d’argent goûtant ta liberté.
Cet instant de mensonge que tu changes en pureté
Prolonge un peu mon rêve dans l’obscure commissure.

Non, je ne suis pas sûre d’être, si je ne rêve plus.
Peu importe les fleurs exorcistes des boues
Peu importe le sel et le vent qui le sculpte
Mes larmes abreuvent les rêves qui me tiennent debout.

Colette Grondin
Extrait de:

« Recueil en vers et contre tout »

A travers ses cils je laisse nager mon oeil aux poils lacustres de son train de bois. Les vaisseaux de guerre de l’armada nuageuse menacent des sabords, la gueule mise-à-feu en bordées défiant le crachoir. Quand l’ombre d’un regard fouineur colle à nos serrures nous sentons le sol perdre sa clef. Où que nous allions, là d’où nous venons reste et demeurera étranger au copié-collé d’un mode à ficelles ordonnancé par tout pouvoir. Notre rêve n’est-il pas d’abord l’aveu même de notre libre-arbitre. A l’intérieur duquel l’Amour majuscule. Au titre d’un Absolu, fait syllabe de notre souffle. Les assèchements respiratoires des aléas d’un quotidien prolifique en la matière ont beau faire, nos bouches trouvent l’une dans l’autre la langue du rêve assumé.
Niala-Loisobleu – 31 Mai 2018