GRAIN D’AILE


dd9de5d6b41005aa99e3396403522627

GRAIN D’AILE

Brillant d’avoir été au frais, sorti en commençant à chauffer le soleil tenait d’abord à éclairer. C’est vrai les intentions n’ont pas toujours l’apparence du regard que l’on peut avoir.

J’ai allumé l’atelier de l’intention de franchir, il n’a pas crispé , pourtant on dirait qu’il glace j’allume aussi Mozart, entre fous on s’entend mieux.

Que le bleu mette en marche, juste ses ouvertures de rues dans cet espace infini d’un quartier inhabité de tours dévoreuses. La barque tremperait aux cuisses du confluent, la pureté retenue au bief du moulin à marées. Le bruit du lit de la rivière, ne froisse pas les bras.

Niala-Loisobleu – 03/11/18

SANS HEURES AVEC BUT


d6b1fe8ba35b4c10b805c9d60bca0a56

SANS HEURES AVEC BUT

La pluie tenue sur le bord du fossé sec projette ses idées à ailes. A part, marginale ? Sans aucun doute mais par la société pas par choix personnel.. L’oeil coulant comme une pâte à vrai fromage, un choix de parfum bien déterminé, ça sent la pluie quand elle se prend la terre par les lèvres pour l’embrasser au fond à toucher la racine. Le baiser de l’amor rien à voir avec celui du sicilien qui baise au bord du trou. Parce que tout est ainsi fait, tout existe avec son contraire.

Il faisait encore si calme qu’on doutait de se trouver dans un jour de voitures en balades. La lune avait du se coucher derrière les pins, quelques aiguilles restées sur le lit cousaient en corps la chaleur des peaux. Un vent ramené d’Ibère, prépare les rigoles à fournir. Il y aura de l’eau, je suis un pinceau ayant dans la tête des pensées folles, des mots qui touchent, des formes qui poussent, un truc en plumes qui va au-devant des mots, un truc qui m’a Muse.

Je suis là, entier…

Niala-Loisobleu – 14/10/18

PAR LE CHEMIN DE PEINDRE


IMG-1510

PAR LE CHEMIN DE PEINDRE

Peindre

donner à son âme

le droit de représentation

en tous endroits

en toutes circonstances

d’acte et de pensée

par rapport au froid et au chaud de son poil

par le lien que la sensibilité capte, rapport émotionnel

par la spontanéité du geste mu des stimuli reçus

de l’heur de son horloge interne

Devenir siamois du pigment

étreint du pinceau

buvant le médium

qui nargue le couteau

d’un désir d’empâtement

qui peut se faire vapeur d’eau pour pierre

Matière de soi

née du quelque part d’autres

Sensualité affichée

par l’érection d’une forme

donnant l’orgasme à la composition

Peintre montre-toi nu

plus déshabillé que ton modèle

Dis ton combat pour trouver

ce que ton humilité doit taire

Couleur

tu es le teint du tant

dans l’humeur de ta souffrance du peu

Peindre avec l’alphabet de son écriture

du A comme je t’aime aujourd’hui

au Z comme en corps hier à deux mains

La peur unique au ventre

la peur qui crée

la peur qui stimule d’une poussée animale

la peur qui fait surmonter sa peur inadéquate

la peur qui veut que tu la lises espoir

contre l’arrêt brutal de courant pot au noir

désarroi

un rond à remplir de jaune

souligné de bleu vertical

Miroir du ressenti

de la présence

Rien ne se délie du touché ressenti

du vent porteur la vague peut tourner soudain en dérive

changement de direction

une onde passant d’un milieu dans un autre entraîne la réfraction qui dévie…

Niala-Loisobleu – 06/09/18

MA MAISON BLEUE


MA MAISON BLEUE - NIALA 2010 - Acrylique sur toile 61x50 001.jpg

MA MAISON BLEUE – NIALA 2010 – Acrylique s/toile 61 x 50

MA MAISON BLEUE

 

 

Posée nulle part où tout se lotit, partout où les mauvaises herbes sont si hautes que les routes détournent le viol de la nature, où les rus qui sifflent entre les pierres se font crues torrentielles au premier bruit des chaînes des usines et de leurs vikings galères, elle se fait pré, buisson, carré d’avoine, luzerne dans un orchestre de garenne, assemblée d’abeilles, meules à aiguiser le sentiment, et toutes idées saugrenues, primesautières n’ayant d’autre but que celui de l’isoler des agressions de la société.

Elle s’est faite des quatre éléments, pour ne s’ancrer en aucun lieu d’idée sédentaire. A la fois radeau, cerf-volant, cheval, semelles de vents, oiseau, elle habite où bon lui semble, en dehors des impasses, au sein du libre-arbitre.

De fleurs boutonnées aux patères des aveux

De tiges de botte en couverture

De draps moirés du reflet des frissons

De confiture aux bords des ourlets de l’écuyère

Du roulis du cheval qui ouvre ses sillons

De senteurs boisées sur coulis de dos d’âne

De tomettes vertes à l’escabèche

De marches du palais à la luette

De caves en saoul pente

D’étages sans as censeurs

De meules et de regains en chambres

De greniers sans mal dedans

De fenêtres courant au-devant de l’horizon

De couloirs en coursives autours des océans

De lézardes aux murs d’enceintes

De pont-levis sur les eaux fortes

D’intentions inavouées mises aux glaces des armoires

De fantasmes accomplis dans le faire forgé des volcans impatients

L’arbre étend ses branches du levé au couchant, et les feuilles s’orientent aux quatre cardinaux.Elle porte tous les fruits et transporte les graines de l’amour de l’autre, au potager qui ne sait rien du produit conditionné. Planches aromatiques fuyant l’encens. Il n’y a pas de serrures aux portes, juste des échelles pour entrer.

Entre le soleil et la lune un arc-en-ciel arrose l’espace des eaux de la lumière. On dirait un tableau d’ailleurs. L’oeuvre d’un fou d’amour, d’un fou de vie, qui aurait recouvert la laideur des jours d’une couche de peinture aux pouvoirs magiques. Pellicule d’un glacis, croûte d’une pâte épaisse que les caresses des pinceaux, les lissages des couteaux appliquent en transparences ou enduits.

Elle est la verticale. Le yin et le yang ont posé leur cercle sur la diagonale.

Elévation symbolique qui réunit la Terre au Ciel, dans le passage purificateur du bleu. Les innocents gardent les mains plaines.

Niala-Loisobleu – 1er Janvier 2011

 

 

LA LIGNE ROSE


b56d3a002bb1ed71aac1c76f8b7d22cd

 

LA LIGNE ROSE

 

La nuit a gardé la main chaude au frais

l’animal virole son poil en se frottant au buisson

l’ouest tiré du sommeil trempe ses lèvres dans le chant des oiseaux

l’empreinte marche sur le sable vierge

l’haleine remontant  au sel se promet de donner vie à son rêve.

 

Niala-Loisobleu – 10 Juin 2018

EN AUBADE


 6bf48ed22bbb987049e8a0e4e62af775

EN AUBADE

A peine un pied sorti que l’autre te remontant le long du dos rentre d’emblée dans ce jour qui gris ou pas sera peinture. Tes seins sur ma brosse à dents ça fait la laine fraîche.

Ils regardaient l’étagère, une idée soutien-gorge dans une lettre ornée, Et pourquoi qu’on met des dentelles si c’est pour pas les lire. Mon corps c’est pas une bibliothèque d’illettrés qu’on met dans des reliures belles à s’ennuyer. Faut qui cause.

C’est comme le mur de ma chambre plein de fenêtres de peinture où , le soir quand je m’endors je remplis mon panier d’atelier.

  • Où êtes-vous allés cette nuit, toi la Muse et lui le Peintre ?
  • De l’autre façon de regarder, avec cet oeil non-conventionné qui cherche pas à se faire rembourser. Un regard qui paye sans lésiner le prix fort d’oser changer de trottoir. La dureté du prix de la souffrance pour aimer conforme à l’aspirationau lieu du confort de l’ennui dans un conjugal désaccord.
  • Ah oui et c’était comment ?
  •  Ben, rien qui pourrait faire penser aux fiches techniques des contes à r’euh bourre des pros du commerce du voyage organisé. On est resté là, sans chercher la plus verte herbe, vu que celle d’ici on l’a essayé et trouvé porteuse. Les fourmis qu’il y a dedans sont bosseuses comme avant, quand on chantait en travaillant sans se plaindre. Et comme il me dit, j’aime le vent qui me précède comme un guide pour m’ouvrir tes chemins intimes. Il me fait sa montagne à grimper. Sa mer à traverser, son bois plein de chant d’oiseaux, sa rivière qui coule, qui coule, qui coule, qu’avant l’estuaire on canote en méandres.

Alors c’est tout ça qui rugit du piano, comme une ruée de cascade sous les doigts !

Niala-Loisobleu – 25 Avril 2018