Lopin Clopant 2


2299b5f2a2708cc20c5631c3ef7179ed

Lopin Clopant 2

 

Il est vrai que le ressenti d’hier portait bien son germe. Ce ne sont pas les sceptiques qui pourront en faire annuler l’impression, en dehors de ce qui est télécommandé par un tireur de ficelles, ils sont hermétiques à tout. Les siècles ont suffisamment démontré cette vérité pour sortir du doute. L’Homme est fils de taupe ou de lynx. Le reste est bâtard. Je ne sais pas le nom de l’instrument qui donne tant de possibilité au vent. Sans doute y en a-t-il plusieurs en un seul. La bouche à air est parolière du muet comme de l’écrit. En dehors des cas dont je suis, qui s’accordent à reconnaître la multiplicité des endroits qui parlent dans un corps, personne n’y entrave le premier signe. Chacun d’eux à sa sonorité. Mon oreille plaquée à ton aisselle ne me barbe pas, j’ai tout ce qu’il faut comme poils à barbe. En revanche la conque de ton bas-ventre me laisse accroché comme une encre-flottante s’étant assurée une protection contre la venue de la tempête. Les messages captés-là, l’emportent, me ramènent, me posent au mouillage, me font repartir en cabotage, puis à nouveau droit sur une hauturière destination.Traversé d’éclairs de couleurs fulgurants, venus de poissons aux écailles de néons, tes émetteurs deviennent une fête de rue comme il y en avait au Moyen-Âge avant que l’automobile ait pourri l’air de ses chevaux-vapeurs. Tu sais les grandes trompes des hérauts, enrubannées d’oriflammes, eh ben je les retrouve chatoyant tout comme annonciateurs quand sautant du lit tu lâches les chiens de ta poitrine.. Il y a dans l’amour un spectacle antique qui tient du drame comme des jeux olympiques. Mis en gradins je te jure sans mentir que tu es l’arène à Toi toute seule.

Niala-Loisobleu – 29 Novembre 2017

Qu’il est Beau mon Visionnaire


50389080

Qu’il est Beau mon Visionnaire

 

Car nez de bord,

n’est déjà pas n’importe qui

dès le départ

serait-ce-t-il de ceux dont on fait les deux vins qui voient venir de loin ?

L’entre deux mères nom d’un siège…ah non me dites qu’ils étaient Troie…

Avec une pointe de blanc de plain-pied dans le rouge

la rosée mouille cul sec en Provence

fauché comme les blés

Ventoux

et garde rien

Juste la nue-propriété

de l’abondance

pour mieux tout découvrir

c’est moins que la ficelle d’un string

Un chemin sans péage mène atout

l’autoroute mène à rien avec des sous

entendus

à 130 sauf quand y pleut

c’est 110 de der

alors que quand y mouille toujours

les sentes chêvrent ce gain au soleil des jours

Mon Capitaine en voyant mes yeux remplis de lointain

tire le radeau du fond des Minquiers

Viens me dit-il de sa voix bonbon Gare de l’Est

maintenant que j’suis lainé

on aura plus froid aux bans quiz

La polaire est bonne conseillère

Quand j’ai vu les moutons à perte de vue

j’ai sorti mon crayon et mon tableau de bord

l’abstrait m’est devenu connu

rien n’était plus clair que les vagues

du menteur national de la raie publique française

Le bleu n’avait eu jusqu’alors cet éclat noir sans désir

pointillé qu’il était des poings rouges, jaunes, verts, mauves

de qui

Seurat Seurat 

a fait une chanson pointée vers le futur

L’amour qui se trempait la moitié du soleil

dans la tombée du jour

fit un bond d’ô fin

à faire flipper

les grands classiques du ras d’eau

comme qui dirait médusés

Ce visage nouveau de mon âme

en abstrait

n’avait jamais eu de plus figurative représentation

au point que je dus reconnaître m’avoir reconnu

pour ce que m’étais jamais dit

Se parler de soi sans se mentir

à parfois un don d’éclairage différent sur les autres.

la preuve

dans ma montagne avec juste le soleil pour feuille de vie, je te vois ô Toi mon Amour comme  la raison majeure de m’arroser la plante pour tenir tige dressée.

Niala-Loisobleu – 12 Octobre 2016

11079691_841570329255215_3657047889227617775_n