Nature


Nature
Il a pendu le garde-manger
à la porte de son embarcadère
Pas de souricières
le fromage s’est faufilé par le plus gros trou
des nuages
il peint le cerf-volant des seins déboutonnés de la cage
sa couleur à tant de bruits d’elle
que la toison ne dort que d’un oeil
magie de l’encre flottante
seule à pouvoir retenir la confiance au plus fort de la peur
et l’embrasse au-delà de sa langue poivrière
 
Niala-Loisobleu
13/03/16
1430198197666905
 
 

RICOCHETS


Victoria Ivanova To Become a Queen

RICOCHETS

A la maille du point de croix, inutile de vouloir apprendre aux aiguilles à fricoter. Les us et coutumes ont mis tout ça dans l’inné de l’Homme au cours de la première nuit des longs couteaux.

Nous voici au pied de l’autre matin. Par l’encadrement l’huis allume le kaléidoscope. Dans un bruit de bottes et de chenilles panzer, la lanterne fait l’actualité en toute absence de magie. Aigre, le vert des Ardennes rappelles-toi la façon qu’il était brutalement devenu gris.

Rappelle-toi Barbara

 

Ce lourd voile noir à la fenêtre mon Amour, je ne veux pas qu’il mange le dais de tes seins pleins d’horizons bleutés. Nos pieds ont payé le prix du chemin des pierres dressées. Sans la colombe que tu sortis de ta poitrine, dans le deuil de la mitraille et les ruines de la haine, le jardin n’aurait plus remis de blanc-mariée au pavé de la mosaïque.

Je t’aime ma Muse ma Vie, n’ouvrons la terre que pour y semer, pas pour y enterrer des alignements de croix militaires.Je prends ta main, viens Dimanche prochain nous irons au bord de l’ô pour sortir du bocal.

Niala-Loisobleu

7 Décembre 2015

IMG_20151203_210654

 

LA BRICOLE


mjticcino17[1]
LA BRICOLE
Ce matin le tri porteur tousse comme s’il allait foutre le camp de la caisse. Pourvu qu’il ait pas pris une pointe de drapeau dans les rayons; le regard un pneu sorti du sectaire l’empêcherait de fébriler au bon sens du coeur. Mauvais ange in de poitrine ? Attention brouillard en retour des tas d’urgence – ça mue hélas plus souvent mauvais sens – René, que la fréquentation des tranchées et autres poteaux d’exécution et une bonne lecture de Fallet, avaient formatés, me prit par ma petite main d’enfant. Son regard de grand-père dépassant le premier abord.
-Aies pas peur, viens on va s’atteler la bricole, me dit-il de cette voix amortie par les poils de la moustache.
Il ouvrit alors la remise, celle-là où, un jour il m’avait dit qu’avec elle, on ne faisait jamais de marchandage, de tricherie promotionnelle. Du net. Publicité éteinte.
Une voiture à bras se montra. Deux ridelles un hayon, et une paire de brancards prêts à partir me tendant leur longue bricole de cuir à se ceindre la poitrine mieux qu’une écharpe toute neuve d’une quelconque confrérie, fusse-t-elle de toute tolérance prétendue, d’appartenance à la Veuve, la Fraternité genre enseigne au néon club-privé…trois points c’est tout.Celle-là on voyait que le cuir avait une connaissance totale de la sueur.
– T’avais quel âge Loiso ?
– Celui qu’on garde toute sa vie quand ça va mal et qu’au lieu de foutre les harangues dans l’huile sur le feu, on se branche à l’harnois de la bricole pour tirer en fermant sa gueule avant que ça enlise définitif.
Tout en désertant le retour aux négriers et leurs guerres coloniales.
Niala-Loisobleu
15 Novembre 2015
Die andere Seite
 https://www.youtube.com/watch?v=fh-xEitFaWI