EN VOL


NIALA L'OISEAU BLEU- 2010 - Acrylique sur toile 46 X 38 008

EN VOL

L’orage en roulant sur la Chaume n’a pas fait peur aux oiseaux. Heureusement pour eux c’est que de la nature, normal, pas comme cet acharnement que mettent le hommes à multiplier les moyens de les détruire. Il y a quelques années le jardin regorgeait d’oiseaux, les hirondelles nichaient, les merles colonisaient, sans que ça dérange la présence de rouges-queues au gros ventre, puis les mésanges jaunes et les rouges-gorges se livraient à des joutes de voltiges aérienne avec toute la famille moineaux.

Aujourd’hui je déplore leur raréfaction sans discrimination de sortes…

Il y a un puissant symbole de liberté attaché à leur présence. Ils sont la raison de l’arbre d’être fou en permanence.

L’ordre du grand désordre avance plus dangereux que l’ont été les guerres de religio et la force atomique dans l’explosion nucléaire. La poésie comment fera-t-elle pour se déplacer si nous n’avons plus les vecteurs du rêve dans la libre-pensée ?

L’amour est sans nul doute une de leur représentation les plus manifestes. De ma branche où je vois venir cette clairière pour la parade, mon sang ne fait qu’un tour. Je sens la réaction chimique traverser mon organisme, des couleurs de tous éclats copulent et gonflent les seins de l’espérance. La pierre a ses hauteurs. Des feux y ont été mis pour détruire un certain état d’esprit. Le mécréant que je suis n’a que faire d’un dieu, d’ailleurs s’il y en avait un, il ne pourrait accepter son oeuvre.

Là derrière mon regard, toi qui sens mes yeux te chercher, prends-en l’entité, baigne-toi le corps dedans, frotte-toi le ventre contre et plonges y ta langue et tes mains, tu peux tout caresser, je n’ai qu’en vie de la garder pour la partager avec toi comme un oiseau fait avec l’air.

Niala-Loisobleu – 23/05/18

PETITE HERBE


3e39cede4f321a0d34acebdaf7a121fc

 

PETITE HERBE

Vieilles chandelles de mèche avec hier

froideur d’un extérieur caché je ne sais où.

Ma charrette a saigné l’herbe tendre

deux rails restent au pré

humides de rosée

 

Qu’importe les cris des musettes, les musiques des vins blancs, les vagues en remous de bulles pas pâles, les champêtres matins d’orages au bord d’une éponge à effacer la craie d’un calcaire de tartre à la crême, les foulures de chevilles, les entorses de tenons, la petite mort prend son aise à héler le rabot pour tirer la languette de la chevillette qui chérira unanimement le membre inscrit. Manifestement solidaire.

D’un coeur croisé

sorti

le rouge-gorge

a chanté.

Ah que la lune est belle, vierge de squats indélicats

Vive la marée !

Ma campagne-maritime est au zénith des navigants

Petit grain bleu-horizon

la pelle ouvre un sillon

pour germer l’innocence loin de l’incompréhension.

Mon coeur cabane

ma Muse

au-dedans de son espace-libre

Elle Emoi ramons

Niala-Loisobleu – 19 Juillet 2017

 

SEL SCELLE


SEL SCELLE

Je n’existe que du goût

que le vent cueille sur tes toits

des mousses que tes draps

ont offert aux fenêtres

des matins de palmes

ouverts sur les jalousies fermées

Encore nus

nous écoutons l’oiseau lyre

tendre les cordes des instruments

dans la première parole des cabestans

L’intention de ton pas

va au-devant des marées

blancheur gardée

d’une adolescence caressée au bois flotté

Niala-Loisobleu – 3 Mai 2017

3b2a5e8dba05e3683390e58388c6e5a4

LACRYMALES BLEUES


Alessandra Maria, Thin Lines of Contact _vrouwen66

LACRYMALES BLEUES

Pendant qu’ils avaient

leur do tourné

le tien tout seul a pris toute la gamme

jolie fugue

J’ai posé mes lèvres au sel de tes yeux

larmes bleues

vagues de harpe

cap au large

Un do plus fin que les autres

surgissant de l’ô

a libéré de ta poitrine

les zèles des papillons

Nous voici aux chants d’oiseaux

accordés

une m’aime couleur de plume

à la main

De loin en loin

nous nous rapprochons

à portée

Niala-Loisobleu

12 Novembre 2015

IMG_0192

https://www.youtube.com/watch?v=4uX-5HOx2Wc