L’Autre Rivage


allegory_by_shurikmx

L’Autre Rivage

Fort courant

ascensionnelle

plongée dans le feu

Le cheval d’art son

entre les cuisses

Elle mêle ses eaux intimes

à la semence du cheval marin

où sentant venir la tempête d’une autre rive

elle s’est mise à l’encre

La flamme de leurs mots

crépite de bois vert

de leurs deux mains

 Trois petits poissons les regardent

chacun faisant de son Signe

un s’aima fort Bleu

menant au lointain

Niala-Loisobleu – 11 Septembre 2016

 

A FAIRE VA SANS DIRE


 

 

A FAIRE VA SANS DIRE

Accroché aux tringles des branches le rideau de la nuit se frotte les paupières. Au pied des tables les souris s’empressent de manger les miettes de sommeil. Je suis sorti promener mes pieds nus vers 2 h, un bruit d’idées m’ayant tiré du lit. En entrant dans l’atelier j’ai vu mon travail d’hier. Entre un dialogue et une promenade ailleurs, on se retrouve parfois, le nez chaussé d’un autre regard sur le chemin pris la veille. Le bruit qui réveille vient justement du tableau qui appelle à la reprise après une gestation. Germination créative.
Cette heure nocturne est propice, elle révèle mieux qu’en plein jour, les chemins qui ouvrent sur le but immatériel. Nous tournons au bout d’une ficelle, accrochés pour un temps à un vieux manège installé sur une place de la terre . Cheval de bois qui monte et qui descend en compagnie du carrosse et des trois petits cochons. Sous l’action de la lune tout se met en place. Une autre marée est en marche, pleine de plancton frais, renouvelée d’autre écume, vigoureuse comme une jeunesse nouvelle.
Ne laisser personne venir troubler cet instant de mon éphémère. L’intimité est au point le plus élevé, je peux sans crainte converser avec ma folie. Est-ce que la mort prend les souvenirs en mémoire ? J’entends sourire la cabane. La plage est en musique. Les éclats de coquilles scintillent de leur nacre. Les messages du Télégraphe viennent se poser sur ma palette. Voici le bleu, les ocres et les verts-résine, les jaunes-cabanes, des grands A pour l’inscription-maritime des barques. L’amour est servi, ses deux seins sur le plat.

Niala-Loisobleu

27 Janvier 2016

11193307_833612910025353_5677767931662645729_n

REFLETS D’ESTRANS 21 / Le Grand A d’Amour mis à flot / Cuisson à la criée pour la nage


P1040678

REFLETS D’ESTRANS 21 / Le Grand A d’Amour mis à flot / Cuisson à la criée pour la nage

Algues au rythme

Pour faire une bonne bouillabaisse faut se lever tôt matin

La race casse aujourd’hui domine

Et t’en fais pas pour la rouille

Elle manque pas

Au fond des choses de la soupe quotidienne

Ah la criée

c’était le temps du poisson sauvage

Quand t’allais pêcher la truite à la main

dans le gave d’espérance du passage de la ligne

Des Tropiques du Cancer

Alors inconnus

Dans le panier de crabes

Ô mon Capitaine où donc que t’es-tu caché ?

Niala-Loisobleu

20 Janvier 2016

————-

 

REFLETS D’ESTRANS 21
2015
NIALA
Acrylique et Collage s/toile 80×80

Adresse de mon site officiel : http://www.niala-galeries.com/

 

 

 

 

REFLETS D’ESTRANS 12 / Le Grand A d’Amour mis à flot / Algues Longs cheveux Flottants / Le Serpent qui danse


REFLETS D’ESTRANS 12 / Le Grand A d’Amour mis à flot / Algues Longs cheveux Flottants / Le Serpent qui danse

MUE

Des eaux retirées

voici que la roche

ôcre sanguine

tend sa mue au soleil

A peine a t-on entendu sonner l’écaille

que les rouilles

ont enfilées le bleu sorti de la nasse

Niala-Loisobleu

9 Janvier 2016

P1040522

Le serpent qui danse

Que j’aime voir, chère indolente,
De ton corps si beau,
Comme une étoffe vacillante,
Miroiter la peau !

Sur ta chevelure profonde
Aux âcres parfums,
Mer odorante et vagabonde
Aux flots bleus et bruns,

Comme un navire qui s’éveille
Au vent du matin,
Mon âme rêveuse appareille
Pour un ciel lointain.

Tes yeux, où rien ne se révèle
De doux ni d’amer,
Sont deux bijoux froids où se mêle
L’or avec le fer.

A te voir marcher en cadence,
Belle d’abandon,
On dirait un serpent qui danse
Au bout d’un bâton.

Sous le fardeau de ta paresse
Ta tête d’enfant
Se balance avec la mollesse
D’un jeune éléphant,

Et ton corps se penche et s’allonge
Comme un fin vaisseau
Qui roule bord sur bord et plonge
Ses vergues dans l’eau.

Comme un flot grossi par la fonte
Des glaciers grondants,
Quand l’eau de ta bouche remonte
Au bord de tes dents,

Je crois boire un vin de Bohême,
Amer et vainqueur,
Un ciel liquide qui parsème
D’étoiles mon coeur !

Charles Baudelaire

(Les fleurs du mal)

—————–

REFLETS D’ESTRANS 12
2015
NIALA
Acrylique et collage s/toile 61×50

Adresse de mon site officiel : http://www.niala-galeries.com/