LA MORPHOLOGIE DE LA METAMORPHOSE


73b29e5c1735e1d817fad44be42599d6

LA MORPHOLOGIE DE LA METAMORPHOSE

C’est avec une flûte

c’est avec le flux fluet de la flûte

que le fou oui c’est avec un fouet mou

que le fou foule et affole la mort de

La mort de la mort de

c’est l’eau c’est l’or c’est l’orge

c’est l’orgie des os

c’est l’orgie des os dans la fosse molle

où les morts flous flottent dessus

comme des flots

Le fou est ce faux phosphore qui coule

phosphore qui cloue la peau du feu

aux eaux aux flots de la porte

alors que la mort de la mort

de la mort morte et folle

n’est que le lot le logis de la faute

qui fausse la logique de loup doux

de la forme

de la forme en forme de mot en forme de mort

en forme de phosphore mort

qui flotte au-dessus de la fausse forme

c’est le loup du faux cette forme

le faux loup qui fait qui ferme

les fausses portes

qui coule sous la fausse faute

et qui fout qui fout qui fouette

la peau d’eau de la mort

La mort la mort morte en faux en forme de flot qui flotte au cou de la forme eau forte et phosphore doux âme molle de l’effort de l’or de l’or mou de l’amorphe

La logique de l’amorphe fouette et foule l’analogie folle elle la fouette dans sa fausse loge qui est en or comme en or comme l’horloge qui orne le logis d’un mort

Mais le mort le mot d’or d’ordre

le mot le mot d’or d’ordre

de la mort de la mort

c’est mordre c’est mordre les bornes de la

forme et fondre son beau four dans le corps de la

femme

Feu mèche et fouet

la femme fourchette le refus du monde

flamme qui monte haut très

très haut et en or

hors de l’horloge très elle se montre

hors de l’horloge des formes très

et hors du mètre

qui ferme et qui borne les ondes

Tache molle aimée et mince mince et mauve sur un faux fond or orange et oblong

La mort longe le mélange des formes

mais le mort le faux mort le mot

le métamort faux

fausse la métamort fausse et amorphe

il fausse la métamorphose de la mort

la morphologie de la mort folle et amorphe

la morphologie longue longue et amorphe

mort folle de la faute

faux fouet de l’effort qui flotte

reflux d’une horloge qui s’écroule et remonte

fausse métamorphose d’une vraie porte en or

et de l’or en faux phosphore

flou comme les flots du cou

et rond comme un mètre long long

comme un mètre de trois mètres blonds

fou qui montre au clou une fausse orange folle

et au loup le faux logis de la flûte

morphologie de la folle de la follement aimée

de la bien-aimée affolante

dans sa peau affolante

la fausse fourchette affolante du phosphore

analogique et c’est ainsi que la mort est bien morte elle est bien morte la mort la mort folle la morphologie de la la morphologie de la métamorphose de

l’orgie la morphologie de la métamorphose de.

Ghérasim Luca

VOL A VOILE


d44dc7006eb5df94f9b9438fca1abd0d

VOL A VOILE

 

Sa corde dans le saut, elle chantonnait au matin, petite fille remise au bon âge.

Le vert des étendues céréalières faisait rouler des ondulations jaunes dans la montée qui précède la récolte, curieusement accompagnée de cette odeur de terre ouverte que le soc au labour fait monter. En spirale ascendante les cormorans montaient en flèche pour mieux piquer au fond le lieu de pêche qu’ils voyaient grand ouvert sous leur ventre.

Et alentour tout dormait encore de cette incompatibilité qui désunit l’huile de l’eau.

Quand le nuage se disloqua dans les yeux de l’azur, des arbres dressaient leurs cimes sur la portée des guitares. Voix de chair sensuelle, la vie reprenait au refrain.

Au travers de ses mèches elle vit son front relayer le solaire du cadran, chanson de geste, quelques mots sautillants troubadours sur les tréteaux d’un théâtre ambulant gardé par les chiens du désir. Le jour gonflant la corolle de sa robe, elle se se laissa porté par les vents ascendants.

Niala-Loisobleu – 21/05/18

BLEU PHALANGE


BLEU PHALANGE

Au derme traversé

de pierres volantes

passe l’essence au coeur de l’olivier

La nuit accrochée aux levés du soleil

la descente de lit de la rivière

brille à la fourche du pont

Il me jaune comme l’outremer

ce fruit jumeau

vibrant à mes paumes

Des mandolines au cap d’espérance

à la queue des aboiements

d’un océan debout sur le trapèze volant

L’atelier fonde un toi

sur les clavicules d’un mât dressé

au pont d’une baleine

Vague de l’aqueux

sorti du galop de l’écume

que la langue d’un laurier rose

suçote lentement

à saute-mouton sur l’horizon

Niala-Loisobleu – 30 Mai 2017

calb685P1000290_JPG

TINTIN


TINTIN

Qu’est-ce qu’un jardin peut dire au coeur de son taire que les feuilles cachent au quotidien ? Emoi, la motte frémit, une eau sans nom, discrète, effacée. Tant de ce qui s’est tu n’a été entendu

. La vie est un visage qui se découvre derrière ses yeux. Au loin du fard, le regard ne rimmel à rien. Cette enfant qui fut une petite fille n’a fait que dire à sa poupée, prends mes ficelles pour me jouer femme comme le jour t’inspirera. N’oublies surtout pas de m’éveiller princesse. J’ai trop de mal à m’endormir au naturel. Le petit garçon d’à côté posa son cube en lui disant : tu sais je suis rentré dans ta dinette bien souvent pour déjeuner avec toi. Des idées plein l’assiette. L’épicerie qui se la joue odeurs de tapis-volant a des encens plein ses réverbères. J’aime l’épice le long du mur, dit Milou le chien en levant la patte, avant que la cloche coupe la récré. L’appareil ne pensera qu’à la place des hommes, les insectes et l’herbe, tout ce qui fait mon jardin de cabane restera libre. En dehors du système qui compose avec les je t’aime à tous propos. Mettre un petite culotte aux fourmis ça n’existe pas.

Niala-Loisobleu – 22 Mai 2017

FullSizeRender (7)

 

MOUVEMENT D’AIR


MOUVEMENT D’AIR

Si près qu’on soit n’est jamais aussi loin

Toujours

Que deux mains coupées d’hier

Aujourd’hui

Niala-Loisobleu – 4 Avril 2017

6a015433b54391970c01543598bc72970c-200wi

Notre Mouvement

Nous vivons dans l’oubli de nos métamorphoses
Le jour est paresseux mais la nuit est active
Un bol d’air à midi la nuit le filtre et l’use
La nuit ne laisse pas de poussière sur nous

Mais cet écho qui roule tout le long du jour
Cet écho hors du temps d’angoisse ou de caresses
Cet enchaînement brut des mondes insipides
Et des mondes sensibles son soleil est double

Sommes-nous près ou loin de notre conscience
Où sont nos bornes nos racines notre but

Le long plaisir pourtant de nos métamorphoses
Squelettes s’animant dans les murs pourrissants
Les rendez-vous donnés aux formes insensées
À la chair ingénieuse aux aveugles voyants

Les rendez-vous donnés par la face au profil
Par la souffrance à la santé par la lumière
À la forêt par la montagne à la vallée
Par la mine à la fleur par la perle au soleil

Nous sommes corps à corps nous sommes terre à terre
Nous naissons de partout nous sommes sans limites

Paul Eluard

in Le dur désir de durer, 1946, Œuvres complètes t.II © Gallimard, La Pléiade, p.83

6a015433b54391970c01543598bf53970c-800wi

Temps d’Arrêt, avant Transe Plantation


Temps d’Arrêt, avant Transe Plantation

Je ne cherche pas le bruit d’ailes, mon Arbre vit, sa respiration est audible.

Voici simplement un nouveau chapitre qui s’apprête à cogner

à la Porte de l’Histoire.

« Aux Jardins de mon Amour »

ayant sonné

son 12ème coup

une prochaine série va venir se greffer aux autres.

Greffes

1

Lames grises du réveil
Péninsules éteintes
Quotidiennes et courtes morts

Où se greffe le vide?

Les filaments du monde se défont sous tes doigts

La nasse de tes pensées assourdit chaque source

Les brumeuses cités de toi engloutissent ta face

Plus de fleuves déployés

Plus d’herbes à venir

Plus d’agir plus de fables

Plus de suite plus de surplomb

A l’arraché

comme on extirpe l’ortie
On étripe ce mal

Il tenaille
Il résiste.

2

Sur toutes les terres du monde

L’agneau a greffé

sa face doucement ravagée

Sur toutes les terres du monde

Le bourreau greffe

Son masque impérissable et clos.

3

Où s’assemble notre double

sa voix nommant d’autres voies?

Où se greffe son rameau qui démantèle les ombres qui ronge les murailles?

Surgi des houles de notre soif
Il vient

par triomphe d’images

par vannes par grains par grappes

par ruptures et fusion

Il parle il vient
Ce double

tranchant les ligatures du mot instaurant l’autre connivence.

4

Je descends de tout un peuple de morts des charnières et du plein de ces corps révolus

Nos trames s’entrecroisent leur chair soude la mienne
Leurs rumeurs s’attachent aux lacis de mon sang

Enfant de toutes ces fibres
J’émonde les liens moisis

et me greffe aux vivants

à leur souffle à leurs chutes

à leur risque d’horizons

Visage d’un temps
J’arbitre

Et progresse dans l’onde des jours vers la tenace issue.

5

Marée bue par les sables Éclat retombé en cendres
Gorgée de battements la
Vie s’est défilée escamotant nos soifs

Cette soif

greffe de nos jardins levain de nos éveils amorce du futur

Cri d’alouette

le long des routes exténuées.

6

La ville aux trousses

ne nous exilerait plus

Si greffant l’oiseau

au cœur du cœur des pierres

Le cœur imaginait

La ville aux trousses

ne nous lapiderait plus

Si multipliant ses graines

obstinément tirées vers le jour

Le cœur nous fécondait.

7

Du fond des nuits sans âtre
Ton double assiège encore

Il éclate et questionne

comme pour mieux te greffer
A toutes les pousses de vie!

Andrée Chedid
Son titre j’en connais le thème
le t’Aime
devrai-je plutôt dire
Aboutissement
d’un passage
qui
s’écrira à la pierre du fronton
Métamorphose
prenant forme
de mon rêve poursuivit
Maisons bleues
Soleil lit de Lune
Oiseaux vols Amoureux
Mains de l’Espoir
Arbres Vergers
Chemins culottes courtes et rubans d’enfants
Niala-Loisobleu – 13/04/16
P1040975

Echo bu âge


Echo bu âge

Regardes et que vois-tu

de ces pierres

ton bal  ?

 

D’un crayon vif

je sanguine

le bois mort à la serpe

 

Ton souffle d’un cri sein

remontera sa jupe

jusqu’ô trou de la serrure

Niala-Loisobleu

14/03/16

770340