INCONNU PROFANE OU INCONNU SACRE ?


92003cafaa7abe6d8f2eeb145f2753c1

INCONNU PROFANE

OU INCONNU SACRE  ?

Afin de tourner l’intention en diversion ils eurent l’idée géniale de couper la lumière en s’en prenant directement à l’étoile.. La couleur ne voulait plus rien dire . Le jaune signifie aussi bien bien la lumière qu’il désignait autrefois le mouvement des briseurs de grève. Les jaunes c’étaient les traîtres. Paradoxe représentatif d’un temps où on ne fait plus que dire tout en faisant son contraire. Tromperie machiavélique instrumentalisée ? Le doute n’est pas permis, faute de pouvoir (ou plutôt de vouloir) résoudre le problème sur le fond,  on détourne par le biais de la forme, hypocrite et fourbe pour envoyer l’acte se faire lanlère au nom du vieux principe de la réunion pour fixer la date de la prochaine.

Ce qui fait quand même temps qu’on profane l’Inconnu  digne, on sacre le règne du casseur qui se cache derrière l’inconnu indigne.

Ainsi tout va favoriser un gouvernement responsable et cause de l’émeute à en faire faire une force de manipulation. Et les faux-robins-des-bois deviendront la main armée de ceux qui dirigent en transformant la  République en dictature.

Dépositaires des secrets du ciel, comptables des apocalypses, ils étaient les veilleurs, ces anges du refus. Leur orgueil produisit des géants malhabiles, contraints de plier,
à la fin, sous le poids du monde avant de gagner l’autre versant de l’éclair. Depuis, sur une terre lasse et repue de cadavres, nous tentons de rêver des genèses plausibles
afin de déchiffrer l’écriture du dieu. Nous mitraillons la nuit de déluges en herbe, mais en ignorant tout de ce qui crée la main.

Je lave à la pluie le regard de vivre.

Je ne referais pas le monde le combat doit être utile, en revanche j’ai pouvoir de t’aimer sans rien en laisser pourrir, souris-moi,  dans nos peines communes, l’amour n’en souffrira pas bien u contraire.

La force de cet absolu, poursuivons-en  sa construction, écris-moi  je te peindrai-Toi….

Niala-Loisobleu – 2 Décembre 2018

UNE QUESTION M’HANTE


téléchargement

UNE QUESTION M’HANTE

Harassé, le marteau de ma porte visse sa main au sommeil

las de coups répétés

L’air levait l’oeil au réveil quand la rue s’est empuantie d’actes inversés

Jaune cocu le soleil pleut

Gamin mon père m’avait montré que l’apôtre cache un faux-mendiant, insistant sur Troie eu égard à mon goût du cheval

L’élan du plafond pris à la volée par le traître de l’opéra doit lutter contre l’aspirateur de la fosse tenu par un roi félon. Antique drame remis à jour par les casseurs.

Mandés par l’Intérieur ?

Niala-Loisobleu – 25 Novembre 2018

 

Monstruosité du Présent ou le Gobe-Bouche


360323Monstruosité du Présent

ou

le Gobe-Bouche

 

La spirale de mon cri s’est crashée
dans les avaloirs pernicieux du web
ma prise d’air engloutie, une autre se révèle
en ombre portée sur l’empreinte de mon haleine

Les algorithmes monstrueux me prennent en otage
le frémissement de l’aile n’a plus de liberté
Sous l’écorce la circulation de la sève est passée en souterrain. désormais Machiavel est aux manettes, la partance suggère la prise de pouvoir de mon individu en direction unique de ce qui touche au business

Chambre noire où des images crues libres sont captives
une photographie voilée cache la vérité
Plus d’étoile sur le fil conducteur
pour initier la clarté de l’instantané

Le rideau de fer avalanche
en un éclair disparaissent sons et lumières
Le fil entre terre et ciel est ancré à un corps mort nommé web
le passage en funambule de la gorge  du ravin a perdu tout balancier

Tu peux avoir des opinions ou pas, elle ne serviront qu’à te regrouper dans une catégorie sociale, aux seules fins d’exploitation sans condition puisque nous y adhérons de nous-mêmes. Guidés par un panel de fausses impressions d’ouverture.

Tu  n’es plus qu’objet ?

Oui, tout tend à nous éliminer en qualité d’être humain. Les grandes idées  des Lumières pour en arriver là, ça penche au suicide….j’aime pas. Le concept de l’Espoir peut réellement trembler sur sa base. Je reste à croire que malgré tout, il demeure l’utopie la plus nécessaire.

La nuque sous le couperet voue à nous faire les baisés du vivant

Mon naturel n’aspire en rien à cette main-mise. La fatalité ne m’a jamais fait bander.

Niala-Loisobleu
5 Janvier 2018

UN PAPILLON VOLE ET MOI AVEC


c35117194a3b9dc9fc761f3e811af04c

 

UN PAPILLON VOLE ET MOI AVEC

Tête vers l’intérieur, le mouvement des rideaux pose ses doigts sur le rebord de la fenêtre. Dos douloureux, front glacé, une tache contre au manque de clarté de la vitre. La pièce retient visiblement un ensemble d’idées disparates, dans un désordre tel que rien ne tient debout. L’endroit et l’envers se cognent dans les murs d’un palier à la minuterie coupée. Combien d’étages restent-ils à se farcir? Les seules nouvelles attendues n’étant pas arrivées, la boîte à i’être s’écrit en monologue . Il est une boule de cristal, au bas de la rampe. Cet espoir surhumain qui coupe le gaz au bon moment.La musique elle-même n’ose plus faire le moindre mouvement, on la sent sur le pas d’une pudeur extrême, elle si vive, si insouciante, toujours le pas de danse à la bretelle. Le prétexte à sortir du sillon mis spontanément en avant, tel un printemps qui résiste au gel. Et les casseroles repliées sur la batterie de la désinformation , n’émettent pas le moindre bruit qui s’avère, on les sent un peu honteuses, sans toutefois le dire. Seraient-elles coupables ? Pourquoi pas ? Oui, mais de quoi ? De ne rien dire ? Ah la fuite en définitive c’est ça, ce qu’il y a de rassurant. Seulement voilà c’est pas comme quand tu te promènes le nez collé à un petit papillon bleu. Alors tu traverses le champ en sautillant. Pour ne rien perdre de l’acrobatie du vol, t’as les narines au pot de l’animal, qui fait son meeting aérien.Tu chantes et ris, oubliant que t’étais sorti à poil, juste les lacets dénoués de tes semelles de vent aux pieds. Même pas un chapeau de paille, du soleil sans ombre, trempé dans de la fleur des champs, dans la couleur du bonheur. Et ça monte, ça redescend pour dessiner de la volupté, de la spirale, du tourbillon, le manège de tes tuileries, hennissant de tous ses chevaux de bois. Y a même le violoniste du coin de la rue qui fait se tordre l’accordéon de la fleuriste des quatre-saisons. Des sauts de frissons parfumés, des sauts de jours de faites l’amour pas le guère. Et de la fenêtre du 5°, le piano secoue son clavier, la nocturne s’éparpille, c’est matin, c’est vite on court dans l’escalier, les cerfs-volants passent la rampe. Sur les étagères les bocaux de cornichons resteront les seuls à mariner.

Le petit papillon vole toujours…plus fort que la réalité pleine de choses à pas pouvoir décoller du sol.

Les alliances de la combine se rendront toutes seules à l’église pour baptiser la mort.Nous on veut vivre !

Niala-Loisobleu – 24 Février 2017

d9a195b75dc17b5356713ceef5dcd15c

DOUBLE JE


6290320a0bfa6119f2042cdac6728a57

DOUBLE JE
Dans un environnement tout blanc de gel la nudité des arbres ne rend pas le paysage hospitalier. Du
moins en réalité, parce qu’en apparence l’escroc a tout fait beau. Où qu’on regarde aussi bien la rue que les vitrines, bien que le bluff de Noël soit passé, y a des supers guirlandes à gogos. Le pas accélère, la circulation sanguine freine. Assis au bord de monstrueuses évidences d’abus d’idéal sous assistance manipulatrice d’un éleveur de couleuvres faisant son beurre auprès du fragile égaré, le comportement devient insoutenable de par son abaissement. Et le crime se met en place, en toute préméditation et orchestration, soulevant enthousiasme et adhésion de la victime plus que consentante

Je rend la fausse-fenêtre

et
la grande porte en trompe-l’oeil


laissant le bruit des chevaux sortir des pelouses synthétiques
dans un dernier sursaut d’espoir de mettre mon idéal à couvert du danger de l’abominable prédateur soutenant que croire est la dernière des choses à faire.

Hier encore quelques cheminées de fées mâtées sur le pont de mon voilier laissaient croire plus bleu qu’un catalogue de croisières du tour opère à tort. T’as les yeux dans le caniveau plein de crottes. Avec la ligne d’horizon qui rampe genre crotale en embuscade, se dire debout pour te soutenir, ferait que devenir complice du piège découvert. Elle est si basse, veule et d’une laideur adipeuse la menterie qui colle, que même sans me doigter le gosier, je dégueule. En traversée du désert, le chameau à lui tout seul tangue à faire gerber bien plus que nécessaire le bien et le mal. Vierge et catin d’un faux-m’aime sourire en un seul personnage.


Niala-Loisobleu
23 Janvier 2017

 

112738887_o

JE SUIS Ah bon ?


Jacek Yerka

JE SUIS.. Ah bon ?

Charlie trouvez Charlie, sur la page du jour on l’a placé dans le brouillard de l’intox quotidienne. Le premier qui se JE SUIS aura gagner le droit de se pancarter :

JE SUIS PANURGE

Le compagnon de Pantagruel, Panurge, s’est embarqué pour le pays des Lanternes. Sur le bateau il rencontre Dindenault, marchand de moutons qui emmène un troupeau avec lui.
Panurge, ayant obtenu pour un prix élevé l’une des bêtes, la saisit et la jette à la mer. Tous les moutons suivent et se précipitent dans les flots, avec le marchand qui tente de les retenir.
C’est depuis cette époque que l’expression « les moutons de Panurge » désigne les gens qui suivent les autres sans réfléchir.

« Soudain, je ne sais comment, le cas fut subi, je n’eus loisir de le considérer, Panurge, sans autre chose dire, jette en pleine mer son mouton criant et bêlant. Tous les autres moutons, criant et bêlant en pareille intonation, commencèrent à se jeter et à sauter en mer après, à la file. La foule était à qui le premier y sauterait après leur compagnon. Il n’était pas possible de les en empêcher, comme vous savez du mouton le naturel, toujours suivre le premier, quelque part qu’il aille ».

Rabelais, Pantagruel: Le Quart Livre, chapitre VIII.

Lorsque Pantagruel rencontre Panurge, celui-ci, d’une belle physionomie mais misérablement vêtu, gagne immédiatement son affection. Panurge réclame la charité en quatorze langues (dont trois imaginaires), avant de s’exprimer en français . Au Tiers Livre, Panurge décide de se marier. D’un caractère moins enjoué, il est partagé entre son désir charnel et la peur d’être cLivre de Bordocu.

Désireux de ne rien perdre de mon accent, voici une page de mon Livre de Bord, pas choisie par hasard, que je vous tire en vertu de la nécessité de savoir lire avant d’écrire.

REALITE VIVANTE

Assis sur ma pierre de chaume,
je rends d’un oeil ouvert, ses tisanes au tilleul.
En pleine devanture de l’atelier me voici posé sur la dalle parisienne de Pompidou,
où je m’expose, sans qu’une de mes toiles ne franchisse les tuyauteries du grand vaisseau

Manche à air ?

Non, le traître peut rentrer dans sa loge, la diva se repoudrer l’accorte vocale et le librettiste ranger ses portes-plumes dans l’étui à violon.

Comme l’ultime poésie.je vais ouvrir la Grand’ Place,
laver à la St-Marc
le vivant par réel effaceur de fausse existence.

La réalité vivante
Roberto Juarroz
l’a défini
à la 13° Verticale

Muet parmi les mots,
presque aveugle parmi les regards,
au-delà du coude de la vie,
sous l’emprise d’un dieu qui est absence pure,
je déplace l’erreur d’être un homme
et corrige avec patience cette erreur.

Ainsi je ferme à demi les fenêtres du jour,
j’ouvre les portes de la nuit,
je creuse les visages jusqu’à l’os,
je sors le silence de sa caverne,
j’inverse chaque chose
et je m’assieds de dos à l’ensemble.

Je ne cherche désormais ni ne trouve,
je ne suis ici ni ailleurs,
je me refais au-delà du souci,
je me consacre aux marges de l’homme
et cultive en un fond qui n’existe pas
l’infime tendresse de ne pas être.

Place, j’arrive !

Niala-Loisobleu
10 Mars 2013

Au 3° tope-là, Maître Renard sortira son fromage

P.S : Je recommande au lecteur de ne pas se trouver offensé par mon propos sur JE SUIS, je l’ai été en son temps avec CHARLIE, celui que j’accuse c’est le grand manipulateur qui est aux aguets de l’occase à ne pas laisser filer

N-L  05/02/16

11128696_833215150065129_4294127056928525634_n

Au réveil de la nuit de Noël, que sort-il du trou si ce naît le lapin blanc que m’a posé Alice


1312480-Lewis_Carroll_Alice_au_pays_des_merveilles

Gueule de bois, la forêt remonte son cache-né de peur d’attraper froid. Les musettes ont repliées les accordéons, rue de Lappe, le Balajo se retrouve la tête dans l’cul, nuit de chine, sur la place du marché de Noël, les papiers gras tourbillonnent une dernière fois dans le vomis des confettis, odeurs de frite froide, la crèche des forains remballe.A l’ânée prochaine, adieu veaux poules et cochons en peint des pisses. On démonte les étals. Où est passé mon bicarbonate grommelle un sac à putes transporté en bas-débit dans le caniveau d’une orgie de richesses électriques ayant posé le bon peuple en mortes-eaux. Bien au large d’un lapin .Les rois mages se sont enlisés dans la galette d’un trafic de drogue, depuis l’temps qu’ça durait la sécurité avait grand besoin des attentats du 13 Novembre, pour ce refaire un Paris sur les présidentielles. Dieu a tranché, il va baiser ses apôtres. Le sceptre de la Rose battra désormais pavillon de la Marine.Mille sabords, le drapeau moire dans le marécage. du parle ment. Sécurité oblige, c’est tout ce qui reste à mettre au bestiaire de la mare des larmes. Les rats de l’ô paiera Valls-Taubira, veulent encore du gruyère.Aimante comme un chien, la cinquième vous promet une année riche en tours de magie en boucle, représentations gratuites sous le grand chapiteau de la divine comédie… Aïe Marilou on va rejoindre dans l’trou l’homme à la tête de chou…

 

Niala-Loisobleu

25 Décembre 2015

 

https://www.youtube.com/watch?v=NJ7P8JWd5fc