VOS GUEULES SOYEZ PAS VACHES


 

09a0607a69c510abf1e0925f21bae2be

VOS GUEULES SOYEZ PAS VACHES

 

Les douze salopards n’étaient pas encore  remontés du saut hygiénique que l’élan donnait déjà de la bande. Comme si tout à coup le vent s’était pris dans l’hélice on vit distinctement les poissons en hibernation passer devant, sans pour autant faire le moindre signe. La moelle s’en raidit comme à tourner en gelée. Un nouveau streptocoque  entre la hune et la quille ? Question idiote quand la carène ne présente rien qui pourrait faire impétigo ou un court-circuit méningé. N’empêche qu’il y a un lézard dans la flottaison pour que ça panne comme ça. Faudra que je téléphone à l’Amirauté pour savoir si Macron aurait pas nommé un de ses protégés aux affaires-maritimes faute de pouvoir dégoter un ministre à l’intérieur. Faut dire que si ça n’a pas de rapport direct avec mon truc de navigation internet, faut reconnaître que l’enflure étant partout avec notre république devenant bananière, ça dérape pas qu’un brin.

Des êtres hybrides il y en a plus que des voitures, curieux ça pourrit le climat, alors qu’on dit qu’avec ce genre d’auto on le protège. Si besoin était voilà qui expliquerait qu’entre ce qui faut et ce qu’on fait y a pas concordance. Exemple jusqu’à hier des milliers de bouteilles de cognac quittaient chaque jour la ville de François 1er pour rejoindre les pays destinataires à bord de porte-containers. Les-dits containers étant chargés en gare de Cognac par une société filiale de la SNCF qui a plié ses gaules hier. A partir de ce jour les containers prendront place sur des camions pour tailler la route. Celui qui dit le premier que la route ça pollue sera classé danger public et condamné aux dépens.

La méchanceté est devenue d’usage courant. Entre le dégoût que le comportement citoyen procure, la confusion des genres de Lili Pute qui poétise au trottoir, le morveux qui se mouche dans tes doigts, le miro qui montre une merde d’art comme ce qu’une profondeur de pensée lui a évoqué, l’enseignant qu’on bagne de peur qu’il ouvre des horizons sur l’innocence, le philosophe qu’on limoge pour avoir osé vouloir s’exprimer à la télé, les enfants de rockeur qu’on déshérite, ma diva qui perd ses faux saints, le député d’une France dite n marche alors qu’elle cule qui s’insurge qu’on trouve à y redire au point qu’il dépose un projet de loi pour suppression de la libre-expression,, je ne m’étalerais pas sur le souci grandissant de la Mafia qui sait plus comment blanchir son argent ni sur la grève de la faim de l’évadé récidiviste…n’en j’tez plus la cour est pleine…

Niala-Loisobleu – 10/10/18

Peter Sloterdijk ou le gai savoir du temps présent


Peter Sloterdijk ou le gai savoir du temps présent

A 70 ans, le « colosse de Karlsruhe » est l’un des penseurs les plus stimulants et érudits de l’Europe des idées.

LE MONDE |  • Mis à jour le  | Par Nicolas Truong

Peter Sloterdijk, à Cologne en  2016. Le philosophe est un de ceux qui ont le mieux analysé le phénomène de la globalisation.
Peter Sloterdijk, à Cologne en  2016. Le philosophe est un de ceux qui ont le mieux analysé le phénomène de la globalisation. Henning Kaiser/dpa/AP

Peter Sloterdijk est un agitateur métaphysique, un romancier du concept, un intellectuel omnivore. Tout, chez lui, est matière à méditation, de la guerre des monothéismes à l’essor de la globalisation, du triomphe de Donald Trump à l’élection d’Emmanuel Macron. Avec sa célèbre trilogie des Sphères (Bulles, 2002, rééd. Fayard/Pluriel 2011 ; Globes, Fayard/Pluriel, 2010 ; Ecumes, Libella-Maren Sell, 2005), œuvre foisonnante de plus de deux mille pages, il a décrit la morphologie générale de l’esprit humain qui se protège de l’insécurité existentielle par de multiples bulles protectrices, religieuses ou métaphysiques, commerciales ou politiques.

Il est de ce fait un de ceux qui ont le mieux analysé le phénomène de la globalisation qui parachève cette « sphérologie » audacieuse (Le Palais de cristal, à l’intérieur du capitalisme planétaire, Libella-Maren Sell, 2006). Le monde des Grecs nous englobait (avec ses corps célestes et la voûte étoilée), celui des grands explorateurs éprouvait la rondeur de la Terre par voie de mer (avec la circumnavigation), celui d’aujourd’hui nous permet de faire venir le monde à nous sur nos écrans miniaturisés : « Nous englobons le monde. »

Renverser les valeurs

A 70 ans, retraité de la fameuse Hochschule für Gestaltung (université des arts et du ­design) de Karlsruhe (Allemagne), dont il fut un temps le recteur, il demeure également un infatigable polémiste. Un trublion qui veut en finirnotamment avec la « fiscocratie » de nos sociétés (Repenser l’impôt, ­Libella-Maren Sell, 2012), au risque de s’attirer les foudres des progressistes allemands, le philosophe Axel Honneth en tête, qui s’insurge contre « la jactance »antisociale de cette « coqueluche des médias » qui laisserait entendre que les pauvres volent les riches (Le Monde, 24 /10/2009).

Mais Sloterdijk ne renonce pas. Aussi éloigné de la « médiocrité postextrémiste »de la gauche radicale que de la « tautologie moralisante » de la nouvelle philosophie, il cherche à renverser les valeurs et, à l’opposition classique entre le bien et le mal, préfère celle « entre le lourd et le léger », entre ce qui alourdit l’existence et ce qui la rend plus légère.

Lire aussi :   Politique : la fin des utopies ?

« La philosophie que l’on choisit dépend de l’homme que l’on est », écrit-il dans Tempéraments philosophiques (2011, rééd. Fayard/Pluriel, 2014). L’homme est un colosse sensible, drôle et mélancolique. Un travailleur acharné qui écrit 20 pages par jour et parcourt 40 kilomètres à vélo, surtout lorsqu’il peut les faire dans le Pays de Grignan (Drôme) qu’il aime tant, et où il réside dès qu’il en a le temps.

Car Peter Sloterdijk considère la France comme une « éternelle fiancée » tout comme « une implosion spirituelle permanente » qu’il dépeint avec amour, acuité et ironie (Ma France, Libella-Maren Sell, 2015). Avec ses allures de géant nordique érudit, ses cheveux et ses idées en bataille, la fausse nonchalance d’un animal aux aguets, il bouscule le petit monde de la philosophie.

Odyssée conceptuelle

Dès son premier livre, que Jürgen Habermas salua comme un « événement »dans l’histoire des idées – avant de s’opposer à lui quelques années plus tard lors de la polémique suscitée par ses Règles pour le parc humain (1999, rééd. Fayard, 2010) –, Peter Sloterdijk rompt avec la posture apocalyptique des maîtres de la théorie critique. Contre « l’agonie » de la philosophie, il ravive l’ironie du cynisme antique ­ (Critique de la raison cynique, 1983, rééd. Christian Bourgois Editeur, 2000). Et réhabilite un gai savoir philosophique.

Pour les uns, ce « nietzschéen de gauche » serait devenu aujourd’hui un « néoréactionnaire », avec sa savante mais virulente charge contre « les enfants terribles de la modernité » sans père ni repère, qui prétendent faire table rase du passé (Après nous, le déluge, Payot, 2017). Pour les autres, il est celui qui a le mieux théorisé le temps présent. Sa méthode ? Le conte philosophique touffu et érudit, l’odyssée conceptuelle. Car « pour éclairer la situation, il faut de grands récits », dit-il.­

A L’OPPOSITION CLASSIQUE ENTRE LE BIEN ET LE MAL, PETER SLOTERDIJK PRÉFÈRE CELLE « ENTRE LE LOURD ET LE LÉGER ».

Artiste de la métaphore et de l’image conceptuelle, son style, à la fois aérien et robuste – français et allemand, aurait dit Nietzsche – est admirablement servi par son traducteur, Olivier Mannoni. « Quand on est son invitée, on le voit devant ses lourdes casseroles en train de préparer avec minutie un mets succulent parsemé de réflexions de haute volée métaphysique », témoigne son amie et éditrice Maren Sell qui publie en France cet « être continuellement inspiré, comme si un petit génie était en permanence accroupi sur son épaule lui chuchotant ses fulgurantes observations ».

Une aventure qui dure depuis son ­Essai d’intoxication volontaire (1997, rééd. Fayard, 2010). Car, oui, il faut être « intoxiqué par son époque » pour mieux la penser, explique Sloterdijk. Vivre des expériences, pratiquer des exercices spirituels. Aller même – comme il le fit dans sa jeunesse – jusqu’à l’ashram de Poona en Inde et suivre le gourou Bhagwan Shree Rajneesh, ce « Wittgenstein des religions », dit-il, qui animait des « séminaires érotiques » aux « règles frivoles ».

Européen convaincu, Peter Sloterdijk a, lors de la campagne présidentielle, « vivement » salué la candidature d’Emmanuel Macron, « parce qu’il est le seul à apporter un concept actif et positif de l’Europe », invitant ses amis français à « ne pas éteindre les Lumières ». Le 23 septembre, il dialoguera avec le médiologue Régis Debray, l’un des intellectuels français qui, avec Bruno Latour ou Daniel Bougnoux, entretiennent un dialogue fécond avec le colosse de Karlsruhe.

Nul doute qu’il ne partage pas l’idée défendue par Regis ­Debray selon laquelle l’américanisation du monde précipite la chute de la civilisation européenne. Ni, peut-être, sa critique du « nouveau pouvoir » de Macron. Mais la capacité partagée par les deux philosophes à saisir l’époque par la pensée est telle qu’il y a fort à parier qu’ils donneront à voir ce que peut être un théâtre des idées.

LA FAUTE NON ACQUISE


163415

LA FAUTE NON ACQUISE

 

Être mis au plus pressé, s’acide, goût de citron, comme vie-naigre soumise à esclavage. Les oliviers malades se tordent stériles de fruits, faut se passer d’huile, pour ça pas de problème côté grince ça marche pour moi. Des fois le jardin a des secrets qu’il aurait pu garder pour lui. J’lui en aurai pas voulu.

Et comme si la barque était pas assez lourde de derrière la maison éventrée que j’adore pour les odeurs qu’elle garde d’amour a fallut qu’un jeu de colin-maillard fasse l’erreur en croyant reconnaître c’qui était pas derrière le bandeau.

Bof y a des jours pour se lever et d’autre pour pas. Seulement voilà quand on aime pas traîner au lit faut trouver moyen. J’avais sentu que j’avais guéri en me levant ce matin. J’avais faim donc je mangerai et tant pis pour les contre tant, après tout j’ai toujours dit qu’on était décideur de soi, alors merde à vos bans, j’vais côté lumière…

Niala-Loisobleu – 2 Septembre 2018

A VRAI DIRE


IMG-2104

A VRAI DIRE

Le froid d’un tant passé on ne sait où

dénude le métier à tisser

il fait nuit dans le jour

le coq n’a pas encore sonné à l’écorché

pas une feuille n’est à l’encre

Cachées les unes aux autres

les maisons font silence

un doigt sur l’apporte

Serait-ce si horrible à dire l’intérieur

que la peinture des façades s’efforce à mentir ?

L’esprit feint d’un jaune rire sec comme un suaire

colle aux marnes des langueurs d’automne jusqu’à fin d’hiver

clouant au sol le passage des palombes bleues

d’un double coup sec de canon scié de Péchebel

Ô mon âme ne fuis pas tes yeux

ne les émascule pas de l’invisible espérance dressée derrière le décor d’un quotidien harceleur

La terre est rongée d’un vitriol qui fausse-couches la moisson

trop poilu pour être ô net

Ô j’ai M ni strate ni fossile

mais lisier algues vertes au doré des plages d’un vieux 33 tours

ton chant crevant le mal blanc a marqué les luzernes d’un signe extra-terrestre

j’y suis monté par les cordes d’un haut-de-contre sexué

pour en découvrir l’étendue sans limites au travers de tes dents

la palpitation sans bretelles des chiens fous de ta poitrine

sans ignorer

en toute lucidité mon état rêveur

qui m’a initié dans le texte au vol des oies sauvages

Je plaide pas de n’être que moi exclu des autres.

 

Niala-Loisobleu – 26/02/18

 

Abois Flottés


fc9140622f4dd41c76c7b70f69126b38

Abois Flottés

Au tri, les jours, suivent un ordre naturel contradictoire. Le poignard d’un dur moment d’omoplates n’a pas été mis dans le casier « haine », il porte des traces d’amour sur sa lame, qu’on décide de ne pas forcément voir. La petite cuillère elle, devrait être interdite de berceau.

Sous l’eau qui étale la mémoire incomplète des traversées, des noms impropres nagent aux côtés d’une m’aime initiale. En pêchant les bulles de ton creux à deux mains, j’ai nourri ma confiance.

La grande marée sans voile blanc, tient la promesse de son oui. En pure perle  sa vraie promesse reste protégée dans l’écrin de l’huître. L’ouragan en frappant biens indécents des riches néantise les pauvres d’une injuste différence amplifiée.

Je pense qu’avant l’intelligence, l’instinct n’avait pas l’ambition  dans sa férocité.

Niala-Loisobleu – 8 Septembre 2017

 

BRIS DE GLACE


IRELAND. 1962. Dublin.

BRIS DE GLACE

Dans une étouffante lourdeur la soirée de ce Samedi soir, buttait aux cadenas du manque d’humanité. Soudain une énorme poussée d’air fit sauter la mauvaise foi, d’un tonitruant: « Marre, j’en ai marre, d’être traité comme une bête ».

Les sept vieillards

A Victor Hugo

Fourmillante cité, cité pleine de rêves,
Où le spectre en plein jour raccroche le passant !
Les mystères partout coulent comme des sèves
Dans les canaux étroits du colosse puissant.

Un matin, cependant que dans la triste rue
Les maisons, dont la brume allongeait la hauteur,
Simulaient les deux quais d’une rivière accrue,
Et que, décor semblable à l’âme de l’acteur,

Un brouillard sale et jaune inondait tout l’espace,
Je suivais, roidissant mes nerfs comme un héros
Et discutant avec mon âme déjà lasse,
Le faubourg secoué par les lourds tombereaux.

Tout à coup, un vieillard dont les guenilles jaunes,
Imitaient la couleur de ce ciel pluvieux,
Et dont l’aspect aurait fait pleuvoir les aumônes,
Sans la méchanceté qui luisait dans ses yeux,

M’apparut. On eût dit sa prunelle trempée
Dans le fiel ; son regard aiguisait les frimas,
Et sa barbe à longs poils, roide comme une épée,
Se projetait, pareille à celle de Judas.

Il n’était pas voûté, mais cassé, son échine
Faisant avec sa jambe un parfait angle droit,
Si bien que son bâton, parachevant sa mine,
Lui donnait la tournure et le pas maladroit

D’un quadrupède infirme ou d’un juif à trois pattes.
Dans la neige et la boue il allait s’empêtrant,
Comme s’il écrasait des morts sous ses savates,
Hostile à l’univers plutôt qu’indifférent.

Son pareil le suivait : barbe, oeil, dos, bâton, loques,
Nul trait ne distinguait, du même enfer venu,
Ce jumeau centenaire, et ces spectres baroques
Marchaient du même pas vers un but inconnu.

A quel complot infâme étais-je donc en butte,
Ou quel méchant hasard ainsi m’humiliait ?
Car je comptai sept fois, de minute en minute,
Ce sinistre vieillard qui se multipliait !

Que celui-là qui rit de mon inquiétude,
Et qui n’est pas saisi d’un frisson fraternel,
Songe bien que malgré tant de décrépitude
Ces sept monstres hideux avaient l’air éternel !

Aurais-je, sans mourir, contemplé le huitième.
Sosie inexorable, ironique et fatal,
Dégoûtant Phénix, fils et père de lui-même ?
– Mais je tournai le dos au cortège infernal.

Exaspéré comme un ivrogne qui voit double,
Je rentrai, je fermai ma porte, épouvanté,
Malade et morfondu, l’esprit fiévreux et trouble,
Blessé par le mystère et par l’absurdité !

Vainement ma raison voulait prendre la barre ;
La tempête en jouant déroutait ses efforts,
Et mon âme dansait, dansait, vieille gabarre
Sans mâts, sur une mer monstrueuse et sans bords !

Charles Baudelaire

Où était donc passé le bon côté de la mer, celui qui transporte l’écume et sa baleine sous la main sûre de Jonas ? J’étouffais la gorge pleine, les yeux noyés, les deux mains avalées par le requin borgne. Le pot-au-feu de l’amer n’était plus qu’un tourbillon dans lequel se débattait les hauts-le-coeur. Non l’injuste vision ne peut donner seule son itinéraire pour le mépris. Debout sur le plat-bord, j’attrapais le filet pour lui mordre les mailles. Libération.Le maudit Dick capitaine doit se démordre lui-même de sa vision paranoïaque. On ne poursuit pas une fausse idée constructive à bord d’une grue de démolition. Marie, mon ange, en ce moment en Espagne, sentant le mauvais coup, m’envoya de Cadix, sa belle figure. de proue: « Papou je t’aime tiens le coup, me dit-elle. »

Nialka-Loisobleu – 26 Mars 2017

ab1e604286472ea6daf0c032441c32bf