TON VOIR SENTIR


d8c217c1c2251e967a8d7ee771c34fa6

TON VOIR SENTIR

 

Cette membrane qui vibre

par où la couleur  va rejoindre le sens de tes mots

j’y palette d’un couteau à trancher l’indistinct.

 

La brume des émotions égarées alentour

colle au mur

par la ficelle mise au clou

tenant le  tableau naturalisé par un empailleur de passage

 

Le touché de ta chair écorchée se fait regard

tes seins allaitent l’étendue vibratoire qui touche aux pores

tu t’engrosses avec l’oeil de ton ventre.

 

Niala-Loisobleu – 06/11/18

Je ne porte un costume qu’en de très rares occasions, ne m’en taillez point


1203- enfants jouant ˆ la marelle dans la rue - Paris 1960 ©Photo BLONCOURT

Je ne porte un costume qu’en de très rares occasions, ne m’en taillez point

Rien sur l’étagère pour soutenir une thèse d’home de paille. Toutes ces rumeurs, vous savez – il a la main leste, et son oeil à la fenêtre quand je monte nue sur l’escabeau, dans l’escalier c’est pire il est jamais devant vous – ah ça déglace la luette quand l’idée remontant la mini ne butte pas à la rigueur d’un petit-bateau sage à l’amarre. La mer monte, comme dit Léon.

Je ne porte un costume qu’en de très rares occasions, ne m’en taillez point.

Dans le passage à l’ombre de mes idées l’intime reste au soleil. Faut dire que si j’en faisais portrait le tissu pour l’habiller ne coûterait pas les yeux de la tête. Mais si. Il y a pire, marginal qu’on m’a appelé alors que mon identité c’était peintre atout heur, sans motif, le rêve, le beau ingéré restitué, des maisons amoureuses, des vaches sans besoin de train, la mer oui la mer et le tour de la terre avec mes bras à sa taille, ma langue dans la sienne et tout le poil qu’on met autour quand on ne cherche pas à se dénaturer, à se tatouer, se foutre de la ferraille aux endroits où on pourrait pas imaginer pouvoir se détester à ce point. Chaque fois qu’ils s’abîment c’est qu’ils s’en veulent et ce qui est terrifiant c’est qu’ils le cachent en disant c’est pour être beau que je m’esthétique au scalpel. Misère humaine, j’accuse, tout comme toi mon vieux Zola, l’homme est trop con pour se reconnaître et simplement voir qu’il a les moyens de ne plus l’être.

J’aime les mômes du caniveau, quand ma copine fait voir un bout de sa culotte blanche, c’est rien qu’un bout de pâquereettes dans notre chant commun de rondes en galoches.

Je vais aller me prêter l’oreille  et revient remuer la Pierre d’Eeu….

Niala-Loisobleu – 05/09/18

Bonne journée à vous, je suis prêt à monter la Pierre d’Eau


5f7e8d1400babdcbabda9993e6a0af43

Bonne journée à vous, je suis prêt à monter la Pierre d’Eau

 

Comprendre est un parcours merveilleux, souvent plus difficile qu’un matin de course à pied dans une campagne polluée. Moi et la course à pied pas de problème, jamais on s’a rencontré, je l’ignore elle me fait pas chier avec ses vertus, on vit en paix. En revanche comprendre c’est une de mes tâches naturelles préférées. Hier ma Muse m’a fait un cadeau inestimable, nous parlions souvent de conduite ou d’attitudes propres au web, avec parfois des approches qui nous séparaient. J’ai cherché à comprendre, j’ai eu la surprise de découvrir qu’une Petite Chose qui s’esclaffe, saute  à pieds joints dans le caniveau pour que ça arrose de super et autres vroum-vroum que le grand prix automobile vacarme qu’il soit d’Italie ou de France sans autres effets que de déranger. Eh ben il s’avère qu’il y en a plus sous le capot de l’émotion que cette présence fidèle pose simplement que chez un montreur d’ourse femelle qui fait que discourir à s’y perdre sans qu’au bout de l’épuisement rien d’autre qu’une preuve d’indifférence domine en toute absence d’émotion. Pérorer pour démontrer dans le seul but de la théorie, en dehors de te gonfler du bulbe ça mène à quoi ?

Eh ben sachez que j’suis bien d’avoir compris ça. Me sens comme les cailles que des mers poissons couvent sans usage abusif, mais avec un savoir instructif à transmettre.

Bonne journée à vous, je suis prêt à monter la Pierre d’Eau, merci Barbara, chante-moi vite quelque chose…

 

Niala-Loisobleu – 04/09/18

ROUGE BAN BLEU TRIPLE BANC


070a44620ab6891e2e357c469b6af24a

ROUGE BAN BLEU TRIPLE BANC

Stanilas était mieux versé dans les grilles

que dans la porte

Pourtant j’ai reçu un carton

d’un bleu banc

que la mer avait rempli de son sel

à l’apporte du soleil

le fils se faisant cygne

Je m’y suis assis les yeux fermés

banc de la Place du Forum

Pompidou marchant à son tour sur une grille

cette fois de métro

s’est soulevé jusqu’au ô

façon Marylin

T’as d’belles cuisses ai-je dit à ma Muse

en plongeant au bain de ses yeux

seins dans les seins

Notre-Dame n’ayant pas retrouvé son bourdon

et Rome toujours sous pape

il a fallut qu’une mouche débarque  en marie-salope

Eh l’Oiso je monte à bord

dans ta trière ya du bon suc de vigne

et les cales en jarres telles que mains tenant

la porte est double

et le bleu triple

sous les fées de l’Al cool

Les rameurs tenaient le marchand d’esclaves

par le fouet du tambour

et la chaîne galère vaine et ri hyene

par la peau des couilles

devenues si bleues

qu’on aurait dit la porte de vingt cènes

en position des tireurs couchés

 

Que du bonheur en bleu de chauffe

l’ô fourneau rallumé

les mines réjouies du géniteur et d’un de la progénitue

trois moins deux et je retiens un

trempant jusqu’au cou

dans l’encrier

pour peindre

en qu’aime et narre

la voie du bleu d’un triple ban

comme si un ange pouvait être haut-de-contre

Niala-Loisobleu – 14 Mars 2018

 

6eb920985a3997fb624a9a87cfab2e25

 

CE TISON LA DISTANCE par Jacques Dupin et mon Grain de S’Elle


188221

CE TISON LA DISTANCE

par Jacques Dupin

et mon Grain de S’Elle

Et le paysage s’ordonne autour d’un mot lancé à la légère et qui reviendra chargé d’ombre.

Au rebours des laves, notre encre s’aère, s’irise, prend conscience, devient translucide et brûlante, à mesure qu’elle gravit la pente du volcan.

Celui qui simule est agile, est inerte. Le cœur n’a qu une pointe et tourné vers la terre. S’il ressasse son en, il se change en cactus.

L’irruption de la nudité, visible par grand vent, ne supporte que le vide et sa ponctuation meurtrière.

Dévore tes enfants avant qu’ils ne creusent ta fosse, c’est-à-dire sans perdre une nuit.

Des grands oiseaux blessés dans le soir insipide, l’inscription, la douleur s’effacent. Le ciel s’agrandit comme une rumeur, et se laisse franchir.

Hors de la tempête, je dors mal. Ce n’est pas moi, c’est la terre qui dramatise. Un couple se détruit, la lumière est en marche.

Il n’y a qu’une femme qui me suive, et elle ne me suit pas. Pendant que ses habits brûlent, immense est la rosée.

Jacques Dupin

 

L’ordonnance et son obligation de la place des vers et du couvert à poisson fait qu’ambidextre mais de préférence gaucher, faut que je remette toujours l’étable du bon côté des curies

Oui, aux laves notre encre luit autrement qu’un cul sale dans un dessous neuf

Grand vent ou pas, la nudité reste plus franche que les mots dits d’une tenue arrangée, bien d’accord cher Jacques, la simulation est inerte

Saturne le grand ogre, m’a montré son menu un jour que Goya m’avait invité à allumer le feu chez lui. Mes enfants me sont restés dans les dents de l’amer

Ô la blessure des grands oiseaux, nulle plaie d’arme blanche ne s’assainit mieux que dans leur jabot, mais sur leur carlingue les croix des cicatrices s’alignent pires qu’en cimetière militaire

Quant à la femme qui me suit, elle n’a pas resté-ni-parti la réponse définitive. La distance n’est rien de kilométrique, je crois qu’il n’y a pas pire que le co-locataire en éloignement…

Niala-Loisobleu – 7 Février 2018

Transe Fusion


Transe Fusion

Le portillon de la cabane bat, un moulinet de pédale à l’arrêt. En se penchant au travers de l’herbe et l’oreille indienne collée au rail, pas même un train ne traverse le passage à niveau. Pour remonter l’étiage il va falloir plusieurs seaux d’ô. Sécheresse d’une langue que la rentrée n’est plus en passe de mettre au programme. L’orthographe ça n’est plus du tout portable. Pourtant j’entends les iris de Vincent violacer d’une forme aigüe contre l’indifférence. Celle que les fous percent dans les barreaux de leur asile, quand le jet ne peut plus éteindre leurs cris. Un jour, quelque soit l’heure, tu rentres et dans l’entrée le miroir te renvoie l’image qu’on ne découvre que dans ses torts. Ceux de n’avoir rien retenu de confiance, acrobate sans filet. Et plus tu vieillis plus le miroir devient grossissant. Four d’un lâché prise. Semailles dans une veine en stase. Le grain a poudré du talon. Au cirque on joue Achille. Alors tu vas et viens dans les tiroirs de tes itinéraires. Bien sûr tu vois défiler le même endroit à piège de merde. Une marque que les pigeons ne nettoient pas malgré St-Marc.

Retournant le taire avec les doigts, tu tires la syllabe, puis la consonne avec les voyelles. Et alors ? Rien.

Rien que la marque sur mon coeur

qui saigne.

Tu n’es pas crabe, marche de vent.

Niala-Loisobleu – 6 Septembre 2017

 

4022377575_4f8536c2ed_b

J’Ai Beau


J’Ai Beau
Je sais avoir découvert le Beau tout petit. La Beauté dans son ensemble, incommensurable espace , qui ne se réduit pas dans l’attente que j’en ai, se réduit en revanche  dans l’esprit de ce que l’Homme en fait . Pas besoin de recherche, au premier regard j’en ressens la présence ou l’absence Reposant sur le fondement esthétique inné, ça se cultive à partir de son concept philosophique.
La vérité ? Je ne triche pas avec.
Les coups de marteau des artisans de la Rue de Verneuil m’ont appris qu’un fauteuil Louis XV ne pouvait pas exclure l’âme de la gouaille des blanchisseuses troussées dans la vapeur des coups de battoir. Levant le nez, les façades donnent une allure aux chambres sous les toits, qu’un faux-cul de bourgeoise n’aura jamais. Il y avait des avaleurs de sabre dans mes grands-boulevards, mais je n’ai retenu que les soupirs des bancs publics. Des réverbères se penchant la tête à nager dans la Seine, il me reste les lucioles faisant le tour du cimetière. La lune déshabillée une nuit entière, quel voyage à respirer l’aisselle pour que le rêve ne s’évanouisse pas. Et une découpe d’arbre en silhouette d’une ombre chinoise, c’est quelque part Léo qui ouvre son piano aux indigents de la pensée traversière. On ne fait que passer, ma parole j’suis sûr que ça fait plusieurs fois que j’viens.
Le Beau n’en finit pas de devoir s’apprendre.
Niala-Loisobleu – 15 Août 2017
cropped-cropped-070a44620ab6891e2e357c469b6af24a2.jpg