QUAND LA DOSE DEPASSE LA MESURETTE


eb1a457af417432a016f412d4f44f536

QUAND LA DOSE DEPASSE

LA MESURETTE

Autour de la fraîcheur que la nuit a étalé dans des déplacements humides, les plis d’un tango révolté parvenus à se tenir au sec traversent la rue.Il ne reste que les pavés pour luire en dehors de toute frime, un coup d’oeil suffit à faire comprendre qu’ils se tiennent prêts. Tant de semelles à la corde usée les ont poli, un coup de travers, deux coups à l’endroit, que leur empeigne fait la gueule aux mesurettes proposées.. En léchant les décollages d’affiches, la désinformation que le vent crache tente de tout faire tomber. Pareil que quand l’envie de foutre le camp ailleurs, fait gémir les chiens au bas du porte-manteau du couloir qui conduit au dehors. La cendre froide d’une série de ronds de fumée ronfle de tout son relent de macadam éteint. Plus personne ne vient, l’heure est au vide des bennes à ordures qui affament  le sommeil à coups de freins. J’ai jeté les entrées fourbes  mises en proposition qu’un instinct primaire montre sous sa vraie nature. Six mois de répit en se servant du côté rapace  de tout commerçant et de la naissance du drone de vierge illuminée de guirlandes, champagne, foie-gras et autres victuailles, garde-tout pour les dindes Monseigneur ou alors réponds..Poussée par les rafales d’un mépris total on se dégrise en salle.   Oui , il nous  faut la réponse à la question posée et pas glorifier l’intérêt du nanti, l’insensibilité, l’absence d’odorat , l’aveuglement et l’errance.

Mais ses plis aux yeux du bandonéon, ne seraient-ce pas les sillons des larmes venus de cette poignée d’êtres qui ont senti le sol foutre le camp ?

SI tout à coup nous nous montrions libres de voler  oiseaux. Un immense silence en eux.

Tiens, vois, la boule du plafond qui jette des lumières, ça lézarde et fissure le blindage !

La vie est mon amour, mon amour est ailes. J’habite un visage dont le corps est un village de petites maisons pressées l’une contre l’autre. Des fruits d’un autre parfum, qui pulpent sa langue verger en rendant le fruit charnu d’un rond arc-en-ciel. Au cou des reflets venus du ciel se baignent dans un lac de dents. Comme si j’avais eu besoin de devenir un rebut interdit de ses épaules tous mes doigts en saut de l’ange accompagnant ses seins d’où tombent les peurs. Elle est bleu profond, d’une eau au cristal allumant des violons tziganes, débarrassant l’étable où les soues du cochon de pouvoir s’offre toute l’indécence des privilèges…

Niala-Loisobleu – 05/12/18

LA TABLE A PIERRES A EAU


IMG-1659

LA TABLE A PIERRES A EAU

Roulant le chevalet sur la droite du tapis, je dresse

Une table à Pierres à Eau

L’eau roule

Dessein qui s’anime

Des hanches l’escalier-roulant-vertébral monte et descend les demies-sphères de l’assise

Les tréteaux du théâtre de tes jambes sont plantés

Je vais entrer en scène…

Niala-Loisobleu – 04/09/18

CLAP ! TOURNEZ !


321239

CLAP ! TOURNEZ !

Tombant sous les fleurs il y eut l’an passé, tout en fête. Que de flagornerie pour enrôler à la meute. Les lêches ont le même processus de camouflage pour rallier en vue d’un but non déclaré. Ignorer que dans l’esprit d’un ou de plusieurs, tu représentes une utilité majeure aidera à mettre en place le scénario , le décor et les acteurs qui feront tourner la caméra, au signal du clap. L’amorçage est parfait. De l’enfant appelant son père, à la Muse énamourée, aux voisins courtisans, auxquels on ajoute une cérémonie quel programme chargé cela fait.

Mais sots que vous êtes le sournois servi par dessein d’une ambition n’a qu’un temps court. L’Amour refuse la tricherie.

Le rond-de-jambe en devînt carrosse. L’année dégoulina d’ambitions toutes plus menteuses les unes que les autres. Au point que le climat en perdit la boussole pour finir par tourner sa veste. Un silence lâche coupant court à toutes explications. Sifflons ce navet, faire avaler une couleuvre en la faisant passer pour une vipère, ne montre que l’usage du faux en toute évidence. Nous resterons en dehors mettant la décision à l’ordre du jour de voter contre.

Niala-Loisobleu – 22 Août 2017

 

L’Ordre du Jour

D’élire domicile au cœur ,de l’entracte, acquiescement et refus obligent qui les creuse. Par l’incorporation du hasard à la chair, j’incarne enlin la transe originelle,
j’accueille la foudre du premier rapt. Je suis le moment d’oubli qui fonde la mémoire. Au cortège des apparences et des merveilles d’offusquer l’inanité de ma conquête,
l’anonymat de mon angoisse. Car, du fond de ce malheur, je suis la foule, l’énorme vigueur aveugle et la plus courte flamme. Je suis ce point de morne et suffocante réflexion, la
projection instantanée d’une errance future et d’un mensonge mort. Chaque brûlure est un passage, une défaite approfondie. Au haut crucial où s’abolit la danse, l’expiation
commence et l’acte nul. Mais de l’opération qu’ils impliquent et renoncent, j’augure ironiquement d’un orgasme définitif.

De ce mal qui s’étire dans la longue saignée des siècles, je suis l’exacte et pure abstraction,

– le nœud d’asphyxie formelle.

Ignorez-moi passionnément!

Jacques Dupin

 

L’Appât Rance


125-web

L’Appât Rance

Ma foi

se fait tirer l’oreille

cette odeur de pourri

blottie dans l’appareil

m’alerte

je n’ai plus confiance

le système électoral français

est manipulé

Niala-Loisobleu -3 Mars 2017

 

MES SPIRALES DE CRIS DURS 1


1516729-2022358

MES SPIRALES DE CRIS DURS 1

Il est un moment qui désunit plus loin que le plaisir de la table, instant de convivialité où l’on pense la vie par le né du coeur, toute argenterie, éclats de cristal, sueurs de bougeoirs, faïences limogées, fumées du chef et de tous les pores de pêche.

Il était une foi perdue

Le gendre absent pour choix de rallye 4×4 en Corrèze, sa femme (aussi notre fille) et ses deux enfants (nos petits nôtres) allant d’une coulisse à l’autre sur la table, les chaises et une partie des lits des couverts, que l’accessoiriste avait posé au centre du plateau juste avant de partir sur la pointe des pieds pour ne rien déranger de ces frénésies abusives.

Ce fût d’ailleurs le seul à fournir des excuses…

Qu’est-ce que ce monde où l’amour écrié par tous, et pire encore par ceux que l’on aime, est volatilisé dans un éparpillement plus ressemblant à une remise où se retrouvent pèle-mêle des morceaux de vie en partie brisés, perdus dans des pièges d’araignées, ne toussant même plus pour cause de poussières.

Bof, voilà le maitre-mot.

Il est plus bref que bref, d’une lettre. Englobant à lui tout seul sans qu’on puisse les démêler, le vrai du faux, la comédie, la paresse, le dégoût, la lâcheté, la tromperie, dans une couardise in.

Cette lourdeur dont je ressens les faits, n’est pas qu’une frustration localisée, c’est un profond malaise que sans nul doute, cette circonstance révèle en son entier, comme la bombe à ondes de chocs qui propage sa destruction bien après son explosion.

S’emparer de la libre-pensée

violer le suffrage universel

dans une partouze monstrueuse où les pères s’tapent les maires et les mères le monstre marre hein, les loques naissent , le pet d’Ophile au centre du nouveau nez de la star let, la main d’ma soeur se goinfrant le zouave, la meute de Diane en chasse se broutant le gazon avant de sauts dos miser sur la haie, la rivière qu’w’aïe, d’une charge héros hic au sabre.

Non mais on est pas que de la viande à con sommer.

Un peu d’humanité ne serait que rien de plus normal.

Niala-Loisobleu – 12 Février 2017

dessin-loup-hommes-0

Quand on a que l’Amour on a le meilleur pour s’épargner du malheur…


Quand on a que l’Amour on a le meilleur pour s’épargner du malheur…

 

À Mademoiselle P…

Un seul bouleau crépusculaire

Pâlit au seuil de l’horizon

Où fuit la mesure angulaire

Du coeur à l’âme et la raison

Le galop bleu des souvenances

Traverse les lilas des yeux

Et les canons des indolences

Tirent mes songes vers

les

cieux

Guillaume Apollinaire

Au croisement des deux situations, celle d’avant et celle de pendant, l’après cherche à prendre position. L’homme va nous gaver de prédictions, allant du pire sans jamais s’arrêter au meilleur, faute de savoir faire en se taisant.

L’art de taire , utilisé à l’envers, est hélas la méthode qui demeure appliquée en toutes circonstances et depuis toujours. C’est en fait la seule constance humaine qui traverse les siècles sans déroger quelque soit la longueur de la robe, au-dessus ou au dessous du Je Nous.

Boum aujourd’hui c’est le brixit qui fait la une…On va souffrir disent les uns, ah bon dis-je (je fais partie des autres) parce que quand c’était avant on a été heureux ?

Il faut avoir fait la guerre pour comprendre que la paix d’une certaine manière c’est pire.

Blablabla….la vérité c’est que le savoir-vivre ça n’existe pas. L’homme survit dans un état mental létal. Il tue d’abord la conscience. C’est une précaution liminaire pour se débarrasser de la mirette à Caïn. Je vais pas m’enliser sur ce qui n’est qu’un souci de banquier. Merde au fric, je vis fauché, ayant tout investi dans l’amour. Je ne me battrais donc que contre tout ce qui le met en danger.

Tout devînt si rouillé dans ma pensée, que l’anti-rouille de mon coeur, eut un mal fou à dégripper le ciseau qui coupe les mauvaises pensées, pour rouvrir la malle au trésor A l’orée du bois, un mal de crâne épouvantable tarissait les sillons.On a pas le droit de cadenasser la vérité. Le bateau bleu n’a pas quitté l’anneau, il est lié à la traversée. Nous avons fait alliance pour le pire et pour le meilleur. Tout est contraire dans les apparences. Seulement l’amour ne peut cracher sur l’espoir. Chacun de son côté doit faire face à ses jours de merde. Ce qui enclenche tout un système de non-dits qui par son vice prédispose à croire ce qui n’est que faux. La confiance est en dehors des magouilles ordinaires du quotidien.

Tirez les premiers Messieurs les Anglais et tant pis pour l’effet domino, ou tant mieux, car il n’affectera pas ceux à qui on a déjà tout pris.

Quand on a que l’Amour on a le meilleur pour l’épargne du malheur…

Niala-Loisobleu

24 Juin 2016

0b4b540f6a06dec4806bf91fc9312250

Non, l’accent circonflexe ne va pas disparaître


Non, l’accent circonflexe ne va pas disparaître

Le Monde.fr | 04.02.2016 à 12h48 • Mis à jour le 04.02.2016 à 17h32 | Par Samuel Laurent

image: http://s2.lemde.fr/image/2016/02/04/534×0/4859438_6_8ea2_une-reforme-de-l-orthographe-datant-de-1990-va_367bbf713c455dc806e0bfd1c1e393a4.jpg

Une réforme de l'orthographe datant de 1990 va être introduite dans tous les manuels scolaires. Mais elle ne fait pas disparaître l'accent circonflexe.

« La mort de l’accent circonflexe » ; « L’accent circonflexe va disparaître à la rentrée » ; « Adieu circonflexe, la réforme de l’orthographe va s’appliquer en septembre » : voilà quelques-uns des titres qu’on pouvait lire, jeudi 4 février dans la presse. Une nouvelle qui a immédiatement suscité commentaires et traits d’humour sur les réseaux sociaux.

Le syndicat étudiant UNI et l’observatoire des programmes scolaires ont même publié un communiqué rageur contre la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, qui « se croit autoriser [sic] à bouleverser les règles de l’orthographe et de la langue française ».

Mais pourquoi ce soudain emballement ? Contacté, le ministère de l’éducation nationale avoue ne pas comprendre : il n’a rien annoncé.

Tout a commencé avec un article publié par le site de TF1, mercredi 3 février, qui annonçait que « la réforme de l’orthographe votée en 1990 sera [it] appliquée à la rentrée prochaine », sans préciser sa source.

En 1990, l’Académie française avait planché sur une grande révision du français, afin d’en simplifier l’apprentissage. Cette réforme proposait une série de modifications : harmonisations lexicales (« charriot » avec deux « r » pour être similaire à « charrette »), regroupement de noms composés (« portemonnaie » plutôt que « porte-monnaie ») et suppression de certains particularismes, dont l’accent circonflexe.

Cette réforme, violemment combattue et qui avait suscité des débats passionnés, n’avait pas de caractère obligatoire. Elle constituait une série de suggestions. Et, si la plupart des dictionnaires les proposent comme graphie alternative, dans l’enseignement proprement dit, elle est restée lettre morte durant un quart de siècle.

Une réforme en place depuis… 2008

Alors d’où vient la nouveauté ? En réalité, elle date de… 2008. A cette date, un Bulletin officiel de l’éducation nationale venait rappeler que « l’orthographe révisée est la référence ». Ce que confirme par exemple le site de l’académie de Grenoble, qui indique que « les programmes 2007 (…) imposent aux profs d’enseigner l’orthographe révisée ».

Dans la réforme des programmes intervenue fin 2015, on trouve la même mention : « Les textes qui suivent appliquent les rectifications orthographiques proposées par le Conseil supérieur de la langue française, approuvées par l’Académie française et publiées par le Journal officiel de la République française le 6 décembre 1990. »

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/02/04/non-l-accent-circonflexe-ne-va-pas-disparaitre_4859439_4355770.html#oucQSioXMqCuHTBt.99