COMMUNE PRESENCE


012-quality-photo-manipulations-miraccoon

COMMUNE PRESENCE

Tu es pressé d’écrire
comme si tu étais en retard sur la vie
s’il en est ainsi fais cortège à tes sources
hâte-toi
hâte-toi de transmettre
ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance
effectivement tu es en retard sur la vie
la vie inexprimable
la seule en fin de compte à laquelle tu acceptes de t’unir
celle qui t’es refusée chaque jour par les êtres et par les choses
dont tu obtiens péniblement de-ci de-là quelques fragments décharnés
au bout de combats sans merci
hors d’elle tout n’est qu’agonie soumise fin grossière
si tu rencontres la mort durant ton labeur
reçois-là comme la nuque en sueur trouve bon le mouchoir aride
en t’inclinant
si tu veux rire
offre ta soumission
jamais tes armes
tu as été créé pour des moments peu communs
modifie-toi disparais sans regret
au gré de la rigueur suave
quartier suivant quartier la liquidation du monde se poursuit
sans interruption
sans égarement

essaime la poussière
nul ne décèlera votre union.

René Char

(Commune présence, in Le Marteau sans maître (1934-1935)

2bc7d457f8a466110df1f47cde31be9a (1)

https://www.youtube.com/watch?v=u6bjwZqo8wc

CHAQUE MATIN D’UN TANT QUI REFAIT SA VITRINE 1


1_Gilbert_garcin_courtoisie_galerie_les-filles_du-calvaire_paris__Etre_maitre_de_soi[1]

CHAQUE MATIN D’UN TANT QUI REFAIT SA VITRINE

Chaque matin d’un tant qui refait sa vitrine, le changement d’ouverture se demande à quelle heure il pourrait se vouer l’essaim. Y a toujours les gros titres que le soutif a du mâle à maitriser. Ils font la hune, sans crier taire, vu le rôle d’est-ce-ta-fête qu’on leur a définitivement alloué. Et puis toi qui gonfle du bulbe, as-tu pensé à leur bonté naturelle, les gros ils ont une compassion pour le lecteur myope qui n’existe pas dans les alinéas des conditions d’assurances. Sont que pour des tournées d’inattention. Bien que mes doigts manifestent une émotion non rentrée devant les beaux nibards, là, mes mains con descendent à pas mettre à l’index. J’suis qu’un manuel – n’ayant rien à voir avec le Valls heurt de nôtre roi faits-néant- je me presse de préciser, vu la confusion générale du mot ment, qu’on lance comme une vérité sans appel.

Aujourd’hui c’est lessive si je reviens dans mon enfance. Après un Dimanche propre, chez moi on va pas à la messe, ma mère sort la putain de grosse lessiveuse et se la colle cul au feu, vache. Je me barre top content de retourner à l’école, tellement ça va puer le bouilli de sueur. Elle a mis des boules de bleu dans l’eau. Paraît que ça blanchit le linge. J’aime pas trop. Mon idée du bleu est noble. Elle est loin de vouloir boucher les yeux du contribuable. En aparté, fur et mesure que j’écris, je constate qu’en français énormément de mots commencent par con en première syllabe. Pas étonnant qu’on soit dans cette panade. Aparté, moi c’est le cas fait qui m’intéresse. J’chui pas de la race des causeux, des qui sont en toutes saisons atteints de gastro chronique du verbe. Comme disait Léo, vu que je suis de ceux qu’on jamais de papier sur eux, ça explique. L’herbe ça peut torcher sans que ça remonte polluer la canopée.

A deux mains, si vous l’voulez bien …

Niala-Loisobleu

9 Novembre 2015

Low Tide by Baden Bowen

https://www.youtube.com/watch?v=lAPkO_7kL3k

LE CACHE NÉ



Dans les trous où tu te loges bien mieux que dans le plat d’une vie à deux, nous ne reculons devant rien pour oser l’absence en tout ce qu’elle a d’habitudes. Au questionnement auquel est plus ou moins soumis l’humain nous pourrions répondre à toutes questions du type : là où tu prends chaque jour ton pain j’ai l’odeur de ta mie présente, bien que n’ayant aucune idée du chemin qu’on doit prendre pour le boulanger. Il en va ainsi de gestes par milliers, le bruit du raclement de ta chaise lorsque tu te lèves, la voix du chien si t’en avais un, c.est possible après tout, comme ce qui face à toucher et qu’on ne voit jamais. La vie est un  multiple de recherche permanente du bonheur dont le plus grand nombre court ou trop vite ou ne pars jamais. À rire. Il faut. Tiens à ce propos je ne me tromperai pas de seins quand ta poitrine se laisse aller, alors que je pourrai ne pas t’entendre te rincer les dents. Un instant ouvrir le tiroir. Pour aérer le refoulé ça vaut une place de si né. Les gens s’étonnent à me voir. Je dois reconnaître que la fantaisie est une couleur qui fait peur au plus grand nombre. Je cherche pas. Pourtant ça marche tout seul. Et je ne dis rien. Le bavardage me priverait trop de l’observation. Mis sur le trottoir des sites sociaux, le sentiment humain n´est que du simili.Tiens de te sentir comment tout le fourniment du quotidien te cache, c’est plus proche du beau que de tout ce laid répandu .Et ce que personne ne saura jamais c’est ce que Toi t’es seule à me vivre toute entière dans mon cœur. Toi toute ma Poésie. Mon plus beau parcours d’amour.

Niala-Loisobleu

20 Octobre 2015


 IMG_0567

A L’AUBE D’UN COUCHE


60c011897aa9fb7a2c229416063635db

A L’AUBE D’UN COUCHE

Sur les étagères

du morne étendu, un sentiment de confusion admet

pêle-mêle

les préservatifs pour le coeur et les conserves

sauf le produit à vaisselle

de l’aliment taire se nourrit le non-dit

Ne pas aller vers se reconnaître est d’usage

courage fuyons

Ah tiens bonjour je vous ai reconnu

votre invisibilité quiète mon pouls

je n’ai plus peur

je vous vois à travers

vide

curé

de ces sentiments qui disait-on faisaient l’homme qu’avait vu l’ours

A vous marcher à l’amble

au moins le doute est omniprésent caché

rassurant

tout est mis de côté

voici le figuratif-abstrait

beau comme ce qui outre-noir

Soulages

l’élite mise sur le cheval gagnant

M’aime pu besoin de roi des cons pour être bourge-gentilhomme

je suis must

tu es must

ils sont musts

Must à fa m’aime comme disent les quarante-voleurs

dans la caverne des jarres rives méditerranéennes

Toc toc

à l’ô c’est qui

Néant-d’air-talé

le primate qui donna

pas rien que des couilles

du jus avec

Le thym qui polit la glace garrigue pour te prendre la main

Viens-tu z’y  ?

C’est le dernier mets trot…

Niala-Loisobleu

16 Octobre 2015

A Distant Future by Raluca Deca

AUTOMNE TU FECONDES LE PRINTEMPS


A2-Niala 87_1(Automne tu fécondes le Printemps – 1984 – Niala – Acrylique s/contrecollé 65×50)

AUTOMNE TU FECONDES LE PRINTEMPS

Cette couleur fauve, un rôti d’ocres aux carmins qu’on trouve le soir quand les guitares quittent les musiques en boucle des zones commerciales, cette couleur rhésus qui fume en spirales aux naseaux des réverbères d’un seuil nomade, chaleur de flammes, pétille, craque et sue sans façons, omniprésente, devient mon intime pensée. Les géraniums ont repris le train des dernières vacances, le temps est au bord de devenir froid. Pourtant, indien, le soleil se la joue retour d’été. Se mêle alors l’indistinct, le non-accompli, la zone de gestation. Les pourritures sont autres. Celles du monde des hommes disparaissent pour un temps, celles de la nature apparaissent, organisatrices, faiseuses d’un ordre immémorial qui survit à une décadence en voie d’accomplissement. Les azulejos des rives atlantiques bleuissent, mes regards fados me donnent sa voie. Quelle est-elle ? A la question je répond merde.

« Il est des moments où il faut choisir entre vivre sa propre vie pleinement, entièrement, complètement, ou traîner l’existence dégradante, creuse et fausse que le monde, dans son hypocrisie, nous impose. »

Oscar Wilde

L’odeur prend les roux sillons, des argiles ouvertes, au sommet du compas des cuisses. La sève perle, là le végétal pileux ne tombera pas avec les feuilles. Je pense qu’il faut un gardien au sacré, quel qu’il soit. Le lieu de la naissance du monde, caverne à jamais, rupestre pour toujours de cette première main qui y apposa son empreinte. Accompagné des brames des cerfs, assaut des bisons, feulements d’avant le Verbe. J’ai perdu mon âge avec la raison d’une folie qui rebondit. Des carreaux des salines arrivent des reflets d’un érotisme de sel plus charnel que poinçonneur des lits las. De ses yeux de chien battu Leny sort la chansonnette, y veut plus mourir. Il sent bien l’arrivée de l’ibère, même si son idéal communiste est d’une autre utopie. Il veut avoir cette autre chaleur. L’absolu de la poésie.

Merde à vos bans

Je mimétise automnal

J’veux sentir humus sans numéro

Avoir les pores qui repoussent les plagistes

l’aisselle qu’on choisit

jusqu’à la dernière griffe qui rognera la terre

Au bord de la petite mer…

Niala-Loisobleu

13 Octobre 2015

A2-Niala 45

https://www.youtube.com/watch?v=FzreJdLzxR0

ET TU TE RECONNAÎTRAS


digital sculptures by kyuin shim ++kyuin-shim-51

ET TU TE RECONNAÎTRAS

Sans jamais devoir étiqueter tes composants

quand bien m’aime tu fus en surcharge de sots d’hiommes

génération des cadences oblige

au rire de tes seins déployés

libérée des mâles façons de vouloir dépasser les quarantièmes rugissants

simplement femme

qui veut l’être et le rester

tu te reconnaîtras

sans que je donne le nombre de points de rousses heures

que nous avons fait flamber en ta cheminée

Sans jamais dire le grade de la pierre à franchir

l’usage du bon outil nécessaire à se polir

le tablier de sa peur

d’eau, d’air et de feu

tu testes amanteras l’épreuve philosophique

un peu de sel beaucoup de soufre

et personne pour te tenir la chandelle

juste Toi

à devoir te connaître

Au bord de nous

rien de derrière ne bouche de vent

la traversée ne prend les rides que du temps inutile

Mains tenant

les yeux fermés

ton ventre me porte

sans judas contrôleur d’entrée

Du monde qui s’effrite nous aurons étayé

en nous transvasant l’ô jusqu’à l’estuaire

pour appareiller l’amour au large sans dire de non

Niala-Loisobleu

10 Octobre 2015

Bed

D’ARBRES MORTS EN FEUILLES VERTES…


11665763_906686692738035_8090643488399278095_n_Learning to fly by Yves Lecoq

D’ARBRES MORTS EN FEUILLES VERTES …

Mon pays n’est pas d’ici, tout au moins d’ici-bas, puisqu’il est de désir plus haut. Ce qui fait que les septiques et toutes autres fausses, n’ont pas à s’interroger sur le comment con fait pour y aller. On n’a que ce qu’on mérite. Qui restent là où y sont, c’est leur place.La mienne est t’ailleurs de pierre, donc je polis

J’allais à la Plaine des Jarres autrement que par l’inaugural crash d’air France, sans un ersatz, au volant du zinc à Ulysse, pour me refaire un plein d’air de mine de rien, fait de satisfaction à pieds, pas en auto. Un air d’aimer jouir de la vie sans nécessairement avoir besoin de pilules, poudre, où fumées magiques, pour tenter d’y parvenir. juste avec trois gouttes de bon sens. Simple plande déménageur.

Dans leurs longues queues et leurs belles crinières des pointes d’étoiles brillaient encore. Tant qu’il n’y aura plus d’hommes le bonheur sera illusoire. Et au vu du depuis quand ça dure, m’arrive de frémir en pensant que la terre aura cessé d’être avant que les pseudos y parviennent. Mais qu’on se rassure d’ici là ils auront débarqué les premières équipes de démolition sur Mars.

Ce soleil brille à faire enrager Saturne et malgré tous ses efforts à me pourrir l’existence, aujourd’hui je pars bichonner la cabane en vue de la mise au sec d’hiver. Le sel c’est une autre peinture personnelle dont un univers pourri ne saurait pouvoir s’astreindre.

N’oublions pas la coutume :

Amis de Fesses de Bouc

Bon Jour !

Niala-Loisobleu
9 Octobre 2015

tumblr_nmt3j9IsQS1rs79hco1_500_NCF

ETAT DES LIEUX 4


Catrin Welz Stein --tothelighthouse

ETAT DES LIEUX 4

Chemin tremblotant dans l’épaule, le long d’un long coude, monte la brume du matin rampant au sol.Quelques étoiles falotes se balancent entre les premières fermes du village. Suivies des aboiements de chiens qui tirent sur leur chaîne. Le jour qui se lève laisse le bois dans la pénombre au chevet des gouttes . La cheminée s’est endormie vers l’aube, sous le poids des rondins qu’elle a réduit en cendres.

Dans les plis des vêtements pendus aux couloirs de la vie, l’enfant n’a pas ôté les cailloux que ses doigts ont polis à force de prières. Ils reposent avec les morceaux de ficelles effilochés qu’un noeud retient à la filature de l’histoire. Mieux que des cadres, ils retiennent plus d’images du puzzle, qu’un album, où faute d’air, elles jaunissent aux érosions du temps. Ne laissant survivre que le bord blanc du cliché.

Ta poitrine en me battant au coeur, nourrit ta présence en dehors des repas. J’aime le balancement de tes seins au clocher de ta poitrine. Tantôt nonchalant, il m’emporte à l’intérieur du fourré, derrière lequel pousse mon rêve. Loin des bavards qui ne tarissent pas d’histoires sans goût. Ils ont l’instinct affuté tes seins. Je reste émerveillé, sans rien dire, en les voyant comme deux animaux que rien ne sépare. Ne rien laisser échapper de la moindre manifestation de leur environnement, me dis-je en souriant. Car ils sont bien les vrais géniteurs de mes plus beaux sourires. Ceux qui n’ont de parenté qu’avec le bonheur tranquille. D’instinct ils sentent les changements de temps qui vont survenir. Leur volume diminuant de chapitres, ou ajoutant les pages d’un tome supplémentaire.

Quelquefois, au bord du vent, ils se mettent à courir, se jetant en avant, joyeux de savoir qu’ils peuvent arriver les premiers au bout du sprint. Joueurs comme des chiots ils se roulent l’un sur l’autre, en se mordillant, sous d’inoffensifs coups de griffes.Ils se mordillent, et font des sauts en l’air en jonglant avec leurs balles.

Nous irons à la mer voir le gonflement des voiles, peut-être…

Le soir où poil galeux, comme un chien sans race, méprisé, laissé pour compte, je t’avais trouvé repliée sur le vide d’un bord de gare, j’ai vu un instant briller ton regard de cette envie de ne plus te déplaire. Le boulier a des constipations de calcul mental, pas facile d’être sur le m’aime fuseau horaire. Quand l’âme doit vivre de l’expédient de la littérature, la morsure du froid est profonde dès que la couverture se tire déposer les lunettes sur le livre fermé. Le seul rêve qui tienne ne peut provenir que de la page qu’on écrit soi-même.

Niala-Loisobleu

6 Octobre 2015

Catrin Welz-Stein 13

MAINS TENANT ENCORE


MAINS TENANT ENCORE

Le jour n’avait pas sonné qu’il était encore cette lumière à l’intérieur

déjà..

Dans l’enveloppe du gland, de la faîne, la poche du rein,

la prescience du minéral battant la roche,

la pierre à feu soufrant le bout de l’allumette,

pourquoi pas

le tabernacle

eh oui, si tu veux

le choix est,

le choix sera-t-il ?

Le secret du vote se fout de l’urne, tu le connais dans le coeur

Il n’existe pas ici-bas d’endroit plus haut

Le tremblement bleu-argent, olive dans les branches de ses veines

artères tordues, doigts à l’incision d’où jaillit la sève du vouloir contrer l’impossible

cette puissance qui alimente le néant à perte de vue

partout présente dans nos matins jusqu’au soir

Nous y sommes confrontés

Alors la promesse va devoir défier sans rien d’autre

De partout les bêtes lance-flammes déploient leurs ailes

la ville passe à l’ombre

les rues tombent au fond des souterrains d’un avaloir quotidien

Ne sommes-nous pas sortis de la pire des conditions pour avoir  dit oui à la croisade ?

Le graal c’est l’entité initiatique

P1040758

Mains Tenant 5 – 2015 – Niala – Acrylique sur panneau 65×50

L’amertume déverse le verre fielleux en pleine pulpe

la coupe de fruits se taille au bazooka au verger d’un incendie de faux rais

le vitrier et le rémouleur sont en plein film d’épouvante

qu’est-ce que ça plombe la chasse au bon heur

Jusqu’aux os

jusqu’au par-dessus la tête

Et dans tout ça vous étiez à quel endroit ?

Au fond de la tranchée devant le sifflet de l’officier ordonnant l’assaut

tous les nids de guêpes des mitrailleuses en batterie dans l’axe

Et la mine ?

Anti-perso pour t’arracher les jambes des fois que t’aurais encore des couilles

Et l’à venir ?

Le trou-noir

Ben dis-dont

c’est quoi ce plan ?

L’espoir mon P’tit-Gars

ça qui fait le pigment de mon bleu

qui te propulse à poil pour sortir du mauvais oeil

qui porte quand la rafale lâche ses vagues scélérates

qui rend visible

ce pour quoi tu avais décidé d’un nouveau départ

et qui te relève quand t’es au plus bas, attrapé par la ficelle du cerf-volant

Mains tenant…

Niala-Loisobleu

30 Septembre 2015