LEVE DU JOUR


IMG_0048

LEVE DU JOUR

Dépassé les délétères promises les fumées d’encens se retirent des nausées du roulis des enfants de choeur.Reste la couleur des saris pour amener un autre témoignage. Boudha ne relève pas du dogme religieux. A suivre le fleuve au flanc duquel il est allongé, la position des mains éveille d’autres vérités, que l’omniprésence du non-dit ne trouble pas de son rite éculé..Les safrans, des moines sont complémentaires du bleu. Bien que le Gange ne l’a sans doute jamais été, les offrandes qu’il flotte sur son échine, ne sont pas incompatibles avec les douceurs du kama-sutra, la sortie du panier de la flûte du cobra, et les dents du tigre. On y trouve une forme de sélection naturelle pleine de franchise. Le tout dans un rite portant le silence de la pauvreté humaine au dôme des stupas. Grands pavois tendus sur l’Himalaya. Feuilles d’or posées sur le dôme des intouchables. Les chats font des sauts périlleux d’un ponton de teck à un jardin flottant naviguant sans cartes. Fleurs écloses d’un balancier à l’autre, sur des pilotis moins branlants que la cigüe des belles fleurs du mal. Pavot qu’une pipe éclose au levé d’une désespérance étoilée a maquillé en lotus. Tout à l’heure je ressortirai le rêve que ma nuit m’a donné. Tranquillement j’en analyserai les phases mot à mot. Je sais déjà qu’il va falloir que je m’affronte sans complaisance.

Quoi qu’il arrive ma Bien-Aimée sera dans l’encre de ma plume. C’est ainsi que le jour se lève…

Niala-Loisobleu

5 Août 2015

photo

https://www.youtube.com/watch?v=g-siE-9EI50

ROULEURS D’ECUME


Victor Hagea  800 (1)

ROULEURS D’ECUME

Des manches à air retroussées ce ne sont

ni la peine ni le regret  qui me cachent la vue

à ton quai

j’ai le front de mer altier

défait de la promenade des anglais,

il lave son pont à grands sauts de reins

pour qu’à la fourche de ton bassin

mon Coeur

ô mon bateau

je fasse radoub

Les alluvions de marie-salope

n’ont pas de lisiers

En tant d’aime

à cheval sur mon porte-bagage

je te lâche du guidon

pour t’attraper plain-seins des demains

Là où le noir,

encensé comme une vertu,

ne

Soulages

que du porte-monnaie

pissons dru

que du bleu crénom de dieu

Nous n’irons point aux pays d’où jamais on revient

je traverse, tu traverses, nous traverserons

pour aller denser

denser chez temporel…

Niala-Loisobleu

1er Août 2015

Thiny Things by Mrs-White on deviantArt

https://www.youtube.com/watch?v=8TFvlvbl-30

ERRE A T’HOMME


Matthieu-Bourel-Collages-2

ERRE A T’HOMME

Il m’est paru,

dans la presse,

qu’à réfléchir trop on déraille

plus et d’avant âge

quand

dans la locomotive le mécanicien est plus fantôme que le train

Ainsi parlait z’haras tousse gras, le cheval qui me sert des talons quand ma folie se lâche

Alors je sors des grilles

des murs

des enceintes (excepté les parturientes)

des haies pleines des pines contaminées

des préjugés bourges

manières de saintes-nitouches

positions non reconnues par le kama-sutra

statistiques en tous genres et sermons d’obédiences

particulièrement les fausses-promesses qui font la loi

et

tout ce qui fait prothèse

(faux-culs, faux-seins, faux–bois, faux-marbres, faux-soyeurs, etc….)

Lorsque la question d’où que je viens se glisse entre le d’où que je vas,

se pose

je me chante du grand Jacques sur une musique de Gauguin,

à l’abri sous les Marquises qui vont tout bien

Puis corps élancé dans un esprit de sel, je plonge dans le noir pour en ressortir

plus bleu qu’un fromage

tout puant

ben coulant

pour que l’époisses en reculent battues sur leur propre terrain

Je suis heureux d’un ensemble de malheurs

mécréant plus croyant qu’un prêche ne remplacera jamais un acte

Mon erre heur

en bande houlière  je vas éjaculant d’encre d’échine

Ô mon bateau, ô mon Capitaine

la vie je l’avale et bien…

Niala-Loisobleu

29 Juillet 2015

alex-alemany-6

https://www.youtube.com/watch?v=sBo7OaFpHIg


Siegfried Zademack - Tutt'Art@ - (32)

CABANIERES VEINULES

Instinctivement je cueille une mèche à ton front

curieusement tu fouilles derrière

dans ma nuque

pour trépaner le casque

de l’ogresse armure

ce désir
remue
et retourne de ton émotion

à mes cordes sensibles

poitrines battant la chamade
pour trouver ce peu de terre humaine
où sont restées les marques des courses animales
passées au travers des pierres
disséminant ici et là
faines et glands
Sans demande des lèvres
la nuance insère la teinte de la vibration
au blanc no man’s land
poussant la couleur intérieure a se prononcer
Le silence change de portée
nous amenons nos doigts au coeur de l’herbe a tresser des paniers
La gorge en feu le soleil irradie les vases de verts maraîchins
les lentilles gardent notre reflet au secret
le temps d’un nuage transbordeur
Aux frémissements désordonnés de tes seins
mes lèvres attrapent la cadence
je ratèle ton ventre de mes dents
pour retenir la senteur de ton creux
L’arbre surgit de temps de poussée
mirliton dépliant sa musique
aux extrémités de ses bras
tranquille
insignifiant
telle cette force qu’aucun pouvoir tramé ne saurait avoir
Un témoignage sans droit de gage

Nous émergeons des nasses

la cage de métal peut rouiller

je suis en nage dans ton aquarium

pubien ne peut nous faire du mal

te voilà nue sur la toile

Chante virginale !

Niala-Loisobleu
22 Juillet 2015

20101029_a_quest_for_beauty_by_temporary_peace-600x600

https://www.youtube.com/watch?v=dt8XxrRLUnk

VENT D’SEL 2


407ea568dc05a55ece844b0dbdf2b7c2

VENT D’SEL 2

– Ben oui,

des questions …

– On en a tous jours qu’on vit

Mais comme au tir qui est pas abonné à la pochette-surprise

faut ajuster la cible sans fermer un oeil pour que les deux visent pas  à côté

Qu’on aille à pied ou qu’on se déplace par un autre moyen,

peu importe,

tous les voyages commencent par une gare.

Seulement gare gare, les vraies ne distribuent les billets qu’après qu’on se soit assis

d’avoir beaucoup beaucoup beaucoup trop marché,

à en déborder la tolérance.

Dans le tunnel, on voit rien,  on sait plus,

juste un lumignon qui balance au centre de la voie

qui dit stop

qui dit j’existe

donc je suis être

dans un espace néant dans lequel on s’enlise.

Et la gare s »allume

De là à ce que les rails, les wagons, les locomotives, les aiguillages, les signaux,

et tous les itinéraires

soient toujours en rose,

faut pas pousser le bouchon trop loin

Le rose c’est bébé donc faut qu’ça grandisse au grand bleu.

Et le grand bleu bieu ça appelle l’arnica.

Les gnons si y en avait pas comment qu’tu crois que t’aurais l

la première notion du bonheur vrai ?

A priori l’amour en ce monde c’est rien d’autre que ce qui te manques.

C’est pas un objet, un ustensile, un faire-valoir

pas plus qu’un du d’un mauvais payeur.

L’amour c’est le courage de la bataille de ton âme.

Dans toutes ces heures de tout seul avec les autres qui t’ont jamais vu comme t’es

. Qui t’affublent, t’étiquettent, te classent, te rangent.

Allez ouste sois belle et tais-toi.

En v’là des idées d’avoir une sensibilité, un langage,

une ne serait-ce que toute petite envie de voir avec ton regard

sans qu’on te balance la honte d’avoir

ton langage,

tes idées,

un point de vue,

de la vraie solitude

ne ressemblant  pas aux corvées

de la cuisine,

la vaisselle,

l’aspirateur

les courses,

le tapis-brosse de ton corps,

le lit bido de l’autre,

non un vrai jardin secret qui t’oblige plus à ne plus être l’intégral de ton genre,

Merde au mariage pour tous,

hétéro ou homo

j’veux l’sexe de ma nature

pas celui d’un de ses accidents

Combien faut-il de gares pour pas prendre un train mécanique ?

J’ai pas la réponse pour tous

je sais juste

qu’aimer c’est d’abord comprendre souffrir

car l’amour c’est l’exact contraire de l’ô de rose

ça pue la sueur du devoir subir

T’es pas mon pare à puits

mon Coeur

t’es ma seule vérité…

Niala-Loisobleu

14 Juillet 2015

Manipulations+by+Collin+Baptiste

https://www.youtube.com/watch?v=X-5y1wOw6NQ

LE PETIT BLEU


561400cff702bc0d4d4bfedb5cd70ad5

LE PETIT BLEU

Quand il venu au monde

c’était encore la cosmogonie

qu’on disait à l’école

un bout d’argile qu’une poterie d’ancien avait laissé à suivre

à côté de ses ô

sous une pierre à feu

accompagnée d’un dessin sur la roche

Des sanguines que le bison avait pas retiré de l’odeur originelle

ça courrait de partout

sans qu’une promo en soit prétexte

Du cheval en veux-tu en voilà

crôtinait cahin-caha

en dehors de tous commerce du géranium

Faut dire que tant de fleurs sauvages peuplaient les chants d’oiseaux

que l’idée funeste du fric ne pouvait pas venir à l’innocence des nudités

Les dames avaient leur fourrure naturelle

les môssieurs l’aqueux du piano en bretelles

qui faisaient la tripe sans besoin de mode de quand j’s’rai riche

Des millions d’années

et toujours le Sud chantait Nino

avant d’aller se perdre

dans un m’aime champ de blés

que Vincent dans le Nord

Pan

Les corbeaux noirs à deux coups ça fauche la Beauté sans pitié

A l’aube

quand y reste un quartier de lune dans un levé de soleil

avant que les prédateurs sortent de la digestion

le Petit Bleu

poursuit son chemin

pour éloigner ses petits-frères de l’amer

en criant

dans le muet des temps modernes

nous sommes vivants…

Niala-Loisobleu

12 Juillet 2015

f882bf273288279574b2d2d97c991ccf

DE LA PEINTURE..


DSC_4662

DE LA PEINTURE…

Les souffles des déodorants étouffent la protection solaire

sous la suée du désherbant.

Au point que les pinèdes fouillent dans la boîte à couture

pour trouver

la bonne aiguille.

Comment écrire sur papier-gras ?

L’encre s’y refuse

Mais peindre

oui c’est toi

quand je sens que ça me prend

que tu lèves l’impossible

ma Muse

le pinceau glisse sur tous les embarras

Tes yeux ont passés outre la fadeur des pare-héo, qu’un dingo normal se recule pour ne pas renifler des planchas à la sardine.

J’ai toujours à la place du portefeuille cette longue mèche que tu tiras de ton odeur déculottée.

Couleur grand-teint, elle garde tout de toi Amour. Tu me fais vitrine sans passer.

De pierres d’âtres te voilà qui m’interpelles :

– Eh le peintre…

tu serais pas tenté par mes estrans, regarde, vois-moi

je penche la tête pour être toute barbouillée de ta peinture de manuel…

Pas de sirènes donc pas d’étocs

les naufrageurs sont pas encore rendus sur les lieux des baignades

Esprit frais au coeur des nuisances

tu laves les fonds de leur mauvais

au prix d’un mimétisme de survie  contre tes prédateurs

Me voilà

je te recommence en continu

frais des embruns d’un rêve

tableau d’un vivant inachevé

ce jardin où nous savons protéger

ce que nous voulons ressaimer

éternel regain bleu

Niala-Loisobleu

10 Juillet 2015

DSC_4506

https://www.youtube.com/watch?v=ncjenmnN4ew

SHALOM ALEICHEM


4e23cc1e676202da96c90b3a1b132d94

SHALOM ALEICHEM

Hors de l’ailé ment

les maux dénoyautés osent  l’ô live

en décollage immédiat

Posée sur le socle d’un désert aride

la

Pierre Brute

méduse

les mauvais compagnons

en voie d’acte criminel

la terre tremble sous la poussée de l’acacia

Du frémissement sorti de la gangue

l’utopie de soi

s’arrache des vertèbres de l’enfoui

L’habit n’est plus que derme

face à l’oeil

d’Horus

surgit du frontispice

comme symbole de renaissance

de régénération

Le fleuve s’est unit au soleil

De la chair végétale

ELLE

s’est faite sillon

sous le semeur

métamorphosée en delta fertile

Shalom Aleichem

« Que la paix soit avec vous et qu’elle se pose sur vous ».
Niala-Loisobleu
9 Juillet 2015
vegetal spine w

PIERRE A FEU


704b4ca5afff64c69d930dcd4f4c019d

PIERRE A FEU

Etaient-ils partie osseuse, dorsale d’une à l’autre rive

ou peut-être centre nerveux

horloge du sentiment ?

La question est ouverte

peu importe la réponse

le courant qui en découle

ne souffre pas le moindre doute

ces deux là quoi qu’ils laissent à voir

se montrent bien demandeurs de l’intime contact

quoi qu’ils disent

se nouent bien la langue aux baisers du madrigal

La corde à noeuds de la divine comédie refoule l’affect

inhibant l’intime conviction vers la retenue

Le vent qui couche à tort soudain lève à vouloir

Foin des herbes sèches

la rosée bruine

les lèvres dégercent de l’angelure

La corolle retourne sa peau

l’écrin libère sa perle

le coquillage irisé se détartre de la prise calcaire

Entends-tu les frissons de la nature

porter le chant des oiseaux

plus haut que le grave des basses du crapaud ?

Non ce n’est pas la reptation du refus qui remue le sol

c’est la sève qui est sortie des racines qui pousse à se donner

Le pour et le contre

ont trop longtemps balancés entre deux eaux

Les seins en ont assez de jouer au ballon prisonnier

ils veulent crier

comme le ventre

aux rouleaux de la vague

qui fait glisser le maillot au large

par l’étincelle de la pierre à feu…

Niala-Loisobleu

5 Juillet 2015

ff

https://www.youtube.com/watch?v=MeXS8S3ftwU

MA M’Z’AILES GIGI


15 - 1

MA M’Z’AILES GIGI

Col blanc au ruban noué,

te voilà tout droit sortie de Colette,

pointes en semence sur la tapisserie  que l’haleine de ma pensée tisse.

Quand le bout de mes doigts,

liés des poils aux rêves que mes nuits ont voulues garder à mes jours

se mettent au clavier,

tu ne m’inventes que ce bruit de sel que déhanche l’océan.

Pas besoin de canot pour flotter,

tes seins m’ont appris la plus longue traversée

avant m’aime d’avoir pensé à nager.

Tu serais loin, qu’en corps plus près,

j’aurai la chair de poule à laisser mes yeux s’émouvoir.

Peut-être que le cap nous attend au creux de la crique

avec les deux mains ouvertes.

Peut-être que le pont s’est fait à l’idée du levis

Peut-être que là où la lune se meurt de rencontrer le soleil,

l’allumeur de réverbère est en train de monter à son échelle

Quoi quil advienne,

à part

Toi

il n’y a personne

Tu ressembles à mon enfance comme cette ficelle qui savait tout faire d’un bouchon, d’un morceau de bois, d’une craie, d’un caillou à pierres, du son de l’encre, écrin rose et coquelicot brun près de l’autre,

, l’instant des yeux dans les mains de la prière.

De l’amour sans retour en arrière…

Niala-Loiobleu

4 Juillet 2015

7-Russian-nicolai-kochergin-the-flying-ship-Fantasy

https://www.youtube.com/watch?v=XkZvyA69wCo