ENTRE TIEN EMOI 17


a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c8

ENTRE TIEN EMOI 17

A peine traversé

le 16 porte ses îles et son pertuis en 17

la quiche note, suis originaire de Lorraine

sel qui fleure en sabots

Quelques échassiers

des rescapées batraciennes

un lézard plus leste qu’un coup de Jarnac

retrouvent les anses de sortie touristique

Et encore un reste de canicule

au bateau-phare de cette Nouvelle-Lune

qui se prépare

dans la chaleur d’une éclade de moule

Reste nue

à maintes portées

mon carreau atout de fleur de celle

valet bien de se passer d’une messe…

Niala-Loisobleu – 17 Août 2018

PANNE DE SEXE HEUR


 IMG-0902

PANNE DE SEXE HEUR

 

N’importe comment déshabillée l’oreille louche comme si le né aurait tenu à la petite écuyère en argent

l’amer monte, le safran s’échappe, renversant la coque au gouvernail démâté, Moby Dick je t’aurais, crie le vitrier en remontant le trottoir

lasse la rampe laisse choir

l’escalier rétrécit, rien à faire le truc en plumes est en manque de largeur, la nuisette n’a pu empêcher qu’un poil se marche sur la langue

quand les yeux se sont éteints, une panne de sexe heur a soufflé sur la flamme genre saut d’eau pour décoller les chiens en proie à jouer dans le rut

Comme un oiseau que le vent a mis au bord des rives paisibles de la Charente, un reflet joue du cornet chocolat-vanille, se remplir la barbe d’un parfum commun à la route de la soie

Délice d’hâler cru nu bord de mer sans besoin de gilet…

 

Niala-Loisobleu – 22 Juin 2018

MON CAP SUD-OUEST


img_0517

MON CAP SUD-OUEST

 

Enfant, je découvris la  Charente-Maritime, ce large, qu’adulte resté innocent je ne cesse de voguer vers l’absolu. J’ignorais alors combien ma vie y serait liée…

1936 – Les premiers congés-payés, les trains de plaisir allaient me faire entrer  au bonheur des vacances familiales…

1939 – De St-Trojan où nous passions l’été, mon père et mon grand-père furent mobilisés…nous rentrâmes à Paris…

1940 – L’exode. Ma mère chargea la grosse C4 et en route pour l’exode…péripéties d’un chemin surchargé, ponts sur la Loire plus qu’aléatoires, Jeux Interdits…on finit par arriver…à Marrans où quelques jours après je vois les premiers soldat allemands entrer…

1945 – Fin de la guerre retour aux premières vacances depuis cinq ans…Mes parents choisissent l’Ile de Ré, où j’irai durant des années au Bois-Plage….

1972 – J’ai définitivement quitté mon Paname et m’installe à St-Georges-de-Didonne, suivront La Rochelle, St-Jean-d’Angély, Cognac et enfin la cabane en Moëze-Oléron…

Tour de Brou le gros noyer garde les pierres, debout au coeur du Marais de Moëze-Oléron, tout près, ma cabane s’y appuie la joue, yeux fermés sur un large tous jours grand ouvert…mon Île, mon Asile de Paix…parmi les oiseaux, le sel et le ciel qui n’en finit pas de joindre son bleu à la mer…

Le Ras d’Eau et Le Tiki à Royan  plus que ma Côte Sauvage, un temps fort de mon épopée, ma mue.

On ne sait jamais combien une histoire d’amour ça peut vous hâler votre tour de vie…

Niala-Loisobleu – 30 Janvier 2017

 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/emissions/cap-sud-ouest

A L’ABRI D’ANTIOCHE


 

balise-dantioche

A L’ABRI D’ANTIOCHE

 

Je sors du coma, j’ai tombé sur la tête au petit-jour, un réflexe de survie pour pas lui interdire de devenir grand. Depuis des années, à la suite d’un terrible traumatisme con sans gain, dès que  l’automne ferme ses volets, de violents coups de lame me labourent l’écorché, comme si je n’étais qu’un tas de viande létale destinée aux désirs de connaissance ludique de carabins en apprentissage. Le bistouri s’est ébréché, moi je me suis éméché des longs tifs de la gorgone qui au fin fond du tréfonds me tenait pétrifié comme la plus belle des moches.

Je veux plus de cette ordure, j’assassine Nono.

Les foies gras des menteries, les bourrages de crâne au chocolat, les sapins de la mauvaise peinture, les cocufiages des t’as d’beaux yeux, les appels au secours dans la tempête comme si j’étais le bateau-hôpital, les silences au profit des conversations avec d’autres, le coup du franc soit et j’en passe, eh ben j’ai donné.

Je coupe la laisse

Je suis plus l’Autre du Père Noël, je le truicide chui là !

Gardez vos guirlandes, étoiles de manèges, ma cabane c’est pas une niche pour chiens égarés, ma cabane c’est mon vaisseau de traversée., à l’abri des naufrages de la balise du Pertuis d’Antioche.

« Son nom viendrait du fait qu’il était la voie d’accès privilégiée au départ des villes de Saintes sur la Charente et deRochefort vers le Proche-Orient où les Templiers possédaient la Principauté d’Antioche.

À différentes époques, dans le but de protéger les ports de Rochefort et de La Rochelle, il a été entouré de nombreuses fortifications (fort des Saumonards à Boyardville, fort Boyard, fort Liédot et fort de la Rade sur l’île d’Aix, citadelle duChâteau-d’Oléron, forteresse de Brouage). Mais aussi de nombreux blockhaus du Mur de l’Atlantique répartis sur toute la côte sud-ouest de l’île de Ré, notamment les batteries Kora et Karola sur la commune d’Ars-en-Ré et sur la côte nord-est de l’île d’Oléron et parfois intégrés aux éléments cités ci-dessus.(Source Wikipédia)

 

Niala-Loisobleu

21 Décembre 2015

cartePertuisAntioche