LA BELLE AMOUR


1dc8bb57059e7c23a1028699654ba896

LA BELLE AMOUR

Dressée bout du chemin, descendant grand-vergue, plus claquante qu’un relevé de mini-compteur un jour de grand-vent

Les yeux ne pouvant se détacher l’image que la glace renvoie tiède-brûlante sur les thyms de garrigues

Un sein palpite

l’autre se met à l’amble

dans la chambre un enfant va naître

Les murs passent les lézardes du malheur des fissures et dire qu’on s’auraient pas connu on aurait rien su grandeur réelle de nos attentes d’enfants que des peurs cognent dans certains moments décevants  tous noirs de nuit froide

Où que tu soie, je mords des dents à la veine vertébrale de l’arbre sauvage, t’as la peau qui parle avec cette voie que les marins ont à la recherche du nouveau-continent, pays de lune, bas de dos, haut de front, mèches rousseur de vache, trempée d’encre en piqué de folie…ô la belle amour !

Niala-Loisobleu – 12/09/18

LA BOÎTE A L’ÊTRE 34


main-header_father-nature

LA BOÎTE A L’ÊTRE 34

BUEES

Traversée du frisson voilà qu’elle ondule

resserrant les épaules

autour du chenal blanc

Juste ce qu’il faut de bruit

dis-je

l’oreille à l’oeil ouvert

Et pas du n’importe lequel

bord d’elle

s’écrient-îles !

Tiens un aile rond

au beau milieu dune carrée ô val…

Long de dieu c’est quoi cette accro bath ?

Non non non

de rien

je ne regrette rien

gouaille le piaf seulement vêtu d’un marcel

Une réception dans la pièce d’à-côtés

c’est quoi ?

Un plat car à ballets

Ah bon excusez-moi

javelle cru des filets de chants élysées

ranimés d’un mors inconnu

Laisse ta fenêtre ouverte que j’voye l’estuaire du lit d’eau

pigeons lavés aux seins marre

qu’un lion de bel fort liche de la crinière

Mordiou quand tu traverses la chambre à air

t’es pas qu’un pneu belle comme l’amour

T’as le jardinet suspendu bien ouvert

qui fait crac boum hue

Dans l’allez les bleus

perdent

les deux mains

La victoire que l’amor trace

a r’trouvé ses deux bras

Pourquoi tu t’arrêtes ?

Chut

Sodade

Un Bleu-Blanc Matin

est devant la porte

aux carreaux en buée

mes doigts s’écrient

« Je t’aime comme la vie »

Niala-Loisobleu

17 Novembre 2013

Matin


Matin

Quand je mourrai, mon bien-aimé
ne chante pas pour moi des chansons tristes,
oublier les faussetés du passé,
Rappelez-vous que c’était seulement des rêves que vous aviez.

Quelle fausse invulnérabilité!
Où est maintenant, où sera-t-il demain?

Quand je mourrai, mon bien-aimé
n’envoie pas de fleurs à la maison,
Ne mets pas de roses sur le marbre de ma tombe, non,
N’écris pas de lettres sentimentales qui seraient juste pour toi.

Quand je mourrai demain, demain, demain
la peur de penser que je serai toujours seul aura cessé
Je serai toujours seul demain, demain.

 

INDIA SONG


INDE DU NORD - Rajasthan - Janvier 2008 136.jpg COPIE

India Song 

Chanson,
Toi qui ne veux rien dire
Toi qui me parles d’elle
Et toi qui me dis tout
Ô, toi,
Que nous dansions ensemble
Toi qui me parlais d’elle
D’elle qui te chantait
Toi qui me parlais d’elle
De son nom oublié
De son corps, de mon corps
De cet amour là
De cet amour mort
Chanson,
De ma terre lointaine
Toi qui parleras d’elle
Maintenant disparue
Toi qui me parles d’elle
De son corps effacé
De ses nuits, de nos nuits
De ce désir là
De ce désir mort
Chanson,
Toi qui ne veux rien dire
Toi qui me parles d’elle
Et toi qui me dit tout
Et toi qui me dit tout
Marguerite Duras