ENTRE UNE HEURE ET L’AUTRE


a55f5394324b113ab4b95b577e853809

ENTRE UNE HEURE ET L’AUTRE

La chaise à portée

Le cerne s’assied au bord des yeux fatigués d’un souvenir froissé

Qu’un journal chemine aveugle aux cannes des bouleaux et le front cogne

Pour traverser le vide à tâtons pas un cygne au fil de l’eau ne traverse les ondes

Cette main qui cherche mitaine à une épaule s’est prise dans de la buée d’haleine

Rouge coeur noir l’anémone frissonne à la sortie du bouquet au parfum rance

Un froid cran d’arrêt sévit sur les bronches à faire tousser l’envol de l’oiseau

Au coin de l’espace non-fumeur

Le crachoir cuivre sa sphère entre un rendez-vous manqué et deux tables de marbre

Prédiction un chat noir tacheté de poils blancs va passer

du

LE LIVRE DE LA JUNGLE

ouvert

je tire ce qui rugit en corps d’odeurs fauves

Niala-Loisobleu – 25 Janvier 2017