BRIBES (XX)


P1050759

BRIBES (XX)

Défaite d’empreinte la marque du passage

disparaissait doucement sous la montée des herbes en reconquête

le silence, ici chez lui, ne s’alarma point quand il sentit l’air remué d’ailes,  laissant le passage à la construction du nid après qu’elle en eut choisit la place

entre les tâches que la natte porte

chaleur d’un ouvrage au métier

parcelles d’un labour

fiente de bonheur

que l’araire du peintre émiette en suivant l’envolée de son imaginaire

Reste au show de l’atelier, les parfums de ta menthe et la fleur de ton arbre à soie mis aux brindilles du nid, bienvenue chez Toi…

Niala-Loisobleu – 05/12/18

BRIBES (IV)


a87599e6ecd0f8626201a705749eb2e3

BRIBES (IV)

Courant qui se répercute

langue commune

au plus profond du nombril

Fut la grotte dans l’abominable denture du dinosaure et la flamme du dragon aux ailes d’un futur mont

que la mer au galop mettra en Normandie

prouvant l’inexistence du hasard

Mis à feu

vois l’arbre qui sort des menthes

à t’empoigner mille sabords dans sa bouche à feu

bien rangée dans l’enclos des yeux..

Niala-Loisobleu – 23 Novembre 2018

EN ATTENDANT QUE REVIENNE LE JOUR


8b516de25143c78531be8937252a90b4

EN ATTENDANT QUE REVIENNE LE JOUR

 

Les doigts encore tremblants du jardin que les ongles ont fouillés, des iris jusqu’aux noyaux, la feuille frémit comme un claquement de langue, la table de ferme s’ouvre comme une fringale…

L’armoire normande grimpe aux chaumes,

les pommiers tournent en cabane, le pressoir c’est en bolée, nous itou…

 

N/L/03/11/18

ATELIER D’UN LUNDI


9acf181f00890e74c43535a74dd3b698

ATELIER D’UN LUNDI

Un doigt de vent, tu te souviens comme ta poitrine déboutonnait les endroits cachés, pourtant le chemin tu l’avais emprunté pour avoir le droit d’y croire, pourtant la clairière que tu ne cessais de croire n’y était pas.

L’herbe fait vivre le sentiment de se donner au bonheur avec un arôme qui voyage. Les lointains y sont proches, l’encens brûle en cordes de balançoire auxquelles on ne peut rester étranger.

Le mouvant de l’eau aide à tenir souple.

Ta peau avec les traces que tu en laisses mue à me greffer, c’est vrai Nous c’est une brûlure au degré élevé à l’origine.

Au bord du chevalet suspendue l’envie d’être n’est plus la même. Au tapis le coin où tu poses, tape des deux poings assis en tailleur. Ces fleurs qui t’habillent sentent la femme qui sort du soleil trempée de rayons. Et toujours une cabane éventrée longe le bord de mer…

Niala-Loisobleu – 22/10/18

Le bonheur, ça vient de là !


IMG-0360

Le bonheur, ça vient de là !

Le caillou s’agite dans le creux de la poche. Au beffroi de ta poitrine ça s’est mis d’un coup à carillonner. J’appuie ta tête contre la mienne, les fleurs de ton corps sage sortent sur le devant des portes, la période de la fraise je la guarriguette du sein droit au sein gauche puis recommence en sens inverse. On est dans l’atelier que le soleil baigne. Tu es assise parterre. Ton regard envoie à la toile le bruit de tes sabots, pourtant tu es calme, ta main comme jointe à celle qui peint. Nous nous cherchons, nous inspirant en silence. Ce qui passe est créateur de vie. Les cathédrales sont montées haut à cause de leur tracé au sol. Un plan gravé en fondation, sans se préoccuper du quand se sera qu’on se promènera dans l’ogive, des morceaux de vitrail dans les toiles. L’aria est vierge. Le choeur vient de lui. Il y a des mots, en langue de jardins suspendus aux chapiteaux. Et dans les cordes du plus vieil instrument nous vibrons à l’unisson. Des fleurs se font belles pour venir, des fruits germent dans des ventres d’arbres, les maisons s’étalent en rondes, toutes fenêtres chantantes, des amoureux aux secrets d’alcôves passent à table en compagnie d’oiseaux gourmands. Une certaine fête en fond de thème, ne se départit pas de sa joie malgré tout ce qui croit pouvoir trouver une raison de faire du mal. Le bonheur ça vient de là.

Niala-Loisobleu – 24 Avril 2018

LA CHAMBRE DANS L’ESPACE


 

 

IMG_2044

 

LA CHAMBRE DANS L’ESPACE

 

Tel le chant du ramier quand l’averse est prochaine – L’air se poudre de pluie, de soleil revenant –, je m’éveille lavé, je fonds en m’élevant ; je vendange le ciel novice.

Allongé contre toi, je meus ta liberté. Je suis un bloc de terre qui réclame sa fleur.

Est-il gorge menuisée plus radieuse que la tienne ? Demander c’est mourir !

L’aile de ton soupir met un duvet aux feuilles. Le trait de mon amour ferme ton fruit, le boit.

Je suis dans la grâce de ton visage que mes ténèbres couvrent de joie.

Comme il est beau ton cri qui me donne ton silence !

René Char

Les Matinaux, La Parole en archipel, © La Pléiade, p.372

 

 

 

La Peinture m’est , je suis Peinture depuis une naissance que je ne recopie pas mais crée jour après jour.

Foutue présence du son. La tôle frappée des pensées en couleur non retenue entraîne les stimuli sensoriels.

Derrière le papier-peint l’espace a le goût du plâtre. La fissure insinue l’air.

Marches-tu sur un fil ô Peinture funambule, qu’à peine mue, tes pieds me jettent leurs chansons aux paumes.

Bleu

Outremer

Cobalt

Phtallocyanine

Prusse

Coeruléum

Vos pierres aiguisées au fusil, allument un rai sous ma porte.

J’ai pu lire l’arc-en-ciel l’instant de l’éclair.

Mot à mot.

En courant sur la passerelle de ses voyelles.

Cadnium d’un escabeau jaune levé le premier.

Des rouges remuent aux queues des branches, déplaçant le suc sorti de la motte de tes reins adossés à l’espalier. Une nervure prometteuse à la ligne de la feuille.

Je dirais à tout le Monde comme je t’aime. A toi je tairais l’artificiel.

Mes mains iront écoper les sueurs de la canopée, pour ranimer les volcans éteints.

Pas besoin d’un silex. Il suffit que tu dégrafes tes aisselles pour que tes seins glissent.

Vas où la virginité indélébile regarde les viols s’auto-détruire. J’ai ta robe blanche à mes nuits pures.

Les arbres sont en orée des clairières. J’ai peint, je peindrai.

Pour limer la solitude stérile au ras des barreaux du lit des rivières.

Un rose tyrien émergé des fraises de ta poitrine. Pris à pleine bouche.

L’eau pure fait chanter tes battements de pieds.

Ecailles dépeignées tu bruisses aux branchies de mon oui.

Tu as aboli le temps. Empalant la pendule sur les aiguilles d’un maquis corse.

Ils seront aucun. Nous serons deux à comprendre l’auto-da-fé

Ma mer cobalt rejoint les ocres où les coraux se reproduisent. A pas lents d’une course océane.

Je t’aime partout

ma Muse m’y guide dans la transparence de ton rayon.

Je t’aime à la force du souffle qui me donne ton existence !

 

Niala-Loisobleu – 7 Avril 2018

 

SOURCE MURÉE


SOURCE MURÉECOPIE DE MES IMAGES 002

Ils mutilent leurs traits pour que reculent les miroirs, et c’est un masque qui pousse le cri. La terre ne soutire plus. Une courte fumée s’engouffre dans le masque. Dehors, avec
d’obscures précautions, s’ouvre l’eau corrompue, l’eau pacifiée, l’eau minuscule…

La fatalité que j’illustre n’est pas exempte de rupture, de félonies, de tremblements : mes imprécations, mes ratures. Mais déjà la racine du temple a percé le
pied du marcheur pourrissant. Déjà l’étincelle a changé de prison.

Jacques Dupin

UN BON JOUR


1965_019_o2

 UN BON JOUR

Opaque étoilé. Entre les montants du châssis des tempes, le marteau de la pensée brise la cécité.

On sent sans voir, dans cet état animal, qui met aux naseaux des yeux perçants, et aux yeux le touché de l’odeur à pister. Rien n’est tout à fait clair, le lucide s’infiltre dans tous les pores du flou. C’est pour moi, le moment où le cerveau passe le relais au coeur. Préemption naturelle.

L’oeuvre est présente, et elle me pénètre pas à pas. Déshabillage sans effort, sans fausse pudeur de l’intellect. Le raisonnement n’a pas la faculté de conduire à la Beauté. Il en masque l’essentiel, la partie cachée. Le creux où en passe d’absolu il mûrit. Par macération de l’instinct gardé animal.

Je suis programmé comme tout un chacun. C’est bien pour aller chercher le pain, faire pisser le chien, dire « Bonjour, comment ça va », sans que ça engage en quoi que ce soit. Merci M. Pavlov….

Et j’arrive devant la toile blanche. Cet espace aux côtes supposées définies, est en réalité une ouverture sur l’infinité des possibles. Je peins, rien de ce qui m’entoure au plus près ne figure sur la toile, l’ouvrage s’est introduit à l’intérieur d’une cavité inaccessible à la vue. La relation se veut intime. Le cerveau réunit les compétences dans son espace émotionnel pour donner carte blanche à l’innocence, qui prend le haut commandement des opérations. On accède pas au mystère par d’autres voies que celles du sensible.

Mes doigts touchent sans distance, sans obstacles de tous ordres, l’impalpable, le méconnu du raisonnement. Mes doigts trempent dans l’encre.Le sang de ma Muse. L’acte est charnellement spirituel, c’est l’union transcendante,.Elle a les pieds en Baie de Somme, je la salicorne Atlantique, les frissons qui rident la dune-peau en biseau, le piquant de l’oyat au violet du chardon – nous sommes dans les claies par le vide des barreaux du portail, musique du vent, moulins à eau – les arbres tendent l’oreille, le radeau flotte sur la canopée, un sherpa affranchi confie le courrier aux galops des chevaux sauvages, abreuvés par nos couleurs broyées aux mortiers des ventres assemblés. Des chiens aux têtes de gueules cassées d’un holocauste mordent pour chasser le faux-semblant. Les barbelés doivent être coupés avant les lauriers. Et les miradors débranchés des engins à rafales. Sais-tu qu’il peut venir une érection à tête-chercheuse en peignant ? Les moments de la licorne où ça pointe, disais-je quand j’avais des élèves à poil devant le modèle encapuchonné. Le saute-à-tout-crin sortait, décontenancé d’avoir perdu ses railleries. La couleur de Blanche sortait son arc-en-ciel du cumulus,..à dire chut sans remuer les lèvres. Les puanteurs de métro au levé du jour, et les passées 17 h se disloquent dans la nuit des tunnels. Ce bruit de rail du grincement des dents devient luge. Tout ça pour ne pas dire…

Ce jour, un rayon de soleil m’a tiré de dessous la marquise, je ne lui ai pas demandé des nouvelles. Ce que je vais vivre est affaire d’atelier. Du travail sur l’amour à poursuivre.

Niala-Loisobleu – 22 Janvier 2018