AU BORD DE TIGE


AU BORD DE TIGE

C’étaient rien de ce qui fait l’affiche, la réclame, le must, le clou

ô non, ne me dites pas que la couleur prend naissance au terne

je sais la différence entre la vraie fleur sauvage et l’ornement de vase

Aussi allais-je délester d’une présence le plomb d’un corps-mort happant au fond. A se crocheter aux rochers, sol dur où l’encre se casse l’écriture. On met des bourrelets sous le rai des portes comme on garrotte l’air d’un libre-penseur porteur de lumière. J’aime le blanc de sa peau quand il se marie à son âme, pas le tulle d’un cérémonial  qui étouffe sa virginité. En partant plus loin de ce qui reste de l’écume j’ai laissé ma pensée dire « t’inquiètes je sais que l’on appuie sur ta tête pour te noyer ». Puis j’ai laissé les Muses se remettre en Mémoire.

Niala-Loisobleu – 20 Octobre 2016

kasia-derwinska-photography-5