QUI QUE QUOI


téléchargement

QUI QUE QUOI

 

Les tracas ne fleurissent qu’au coeur des coins de délices, pour ne pas infirmer que l’exception n’en veut pas à la règle. Le miroir à peine allumé dans ce matin bouché, où la pluie métronome sur le haut des bretelles, je sortis mon Janus du coffret à couverts.  Logé dans sa ouate, au confort organisé où il n’y a pas de place pour l’improvisation, le bougre mine de rien est allongé. Quand on veut faire semblant. Mais si qu’on se prénomme Janus on est l’un où l’autre, pas les deux en même temps. Le prenant entre le pousse et l’index je le sortis et le mis à poil, pour qu’il dise la vérité avant de lever la main droite. J’avais ôté la Bible de séjour, ça fait trop hôtel qui Trump, dès la table de nuit.

-Alors mon brave, dis-moi tout de ta pensée, est-ce obligatoire de se cacher derrière une assurance de propos avec lesquels on a rien à voir ?

Le miroir eut besoin d’un instant pour que la buée disparaisse, je ne lâchai rien, il se fit apparaître. Je vis tout de suite le nombre incalculable de quiproquos qui donnent un paquet d’occasions au fourbe pour mentir. Analyser demande des moyens au-dessus des capacités du malhonnête, à voir le toupet avec lequel il se défile quand on le prend en flagrant délit. On appelle ça la mauvaise foi.

Profitant de la présence du témoin irrécusable de notre égo, je lui demandai de me dire Dupin. Sa réponse fut tac au tac: à part la prière commune pour le quotidien, perds pas ton temps avec le Jacques, personne en majorité n’y entrave que dalle. Cependant pense que si c’est en liaison directe avec une personne choisie que tu le cites régulièrement, te prives pas. Le poète vivant n’a jamais été perçu de son temps, raison majeure de lui rendre justice. On est assez gavé par Jupiter qui pose des pardons politiciens à droite comme à gauche dans sa France qui s’arrête,

Qui que quoi

Qui que quoi dont d’où
la cantilène expulsée
atteindrait le point
où se peut écrire
sans penser

il casse une lettre
il ébruite trois
la lettre cassée s’endort

quoi relire quoi
merveille
à l’instant de l’air
déchiré

et recommence ou commence
à ouvrir la boucle, à éreinter
la monture

à piaffer de rire
dans la glu du marigot

.Jacques Dupin

 

Avant que la pluie vienne ton soleil arrosait tes cuisses d’un tempérament énergétique. Je gage que ce jour levé pluvieux, rajeunira ce seoir d’un coup. Aussi difficile que ça puisse être c’est dans son contraire exposé que la vérité est à dégager de sa gangue. Nous ne sommes rien que poussière, il est donc indispensable de balayer devant notre porte. Les simagrées ne tiennent pas devant l’armature du fond de chaque chose…

Niala-Loisobleu – 07/10/18

 

ENTRE TIEN EMOI 31


a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c8

ENTRE TIEN EMOI 31

Reste ce qui seul compte dans cette diarrhée verbale d’évènements de transit entre une période où on sait plus pourquoi on travaille et celle où on part en vacances pour faire semblant de l’oublier. Que nous en arrivons à le faire pour de vrai intestinablement. Histoire de compenser ?  Ma foi ,  s’attache à croire que la fumée sans le feu ça n’existe pas, on a encore un corps pour réactif, c’te vieille cuti qui ment pas. Heureux non ? Ouais seulement si tu ne fais pas comme si tout y compris la surmerde c’était normal. Il faut s’empresser de courir au fond de son jardin à soi, plutôt qu’à sa cabane. Le boyau c’est la soupape qui n’a nul besoin de bible pour jurer. Alors que ce type de littérature qui n’est que littérature sorte du tiroir aux polichinelles, l’amour pur clamé par des représentants pourris ça me fait chier, ben voilà je l’ai dit.

On se fait son univers en fonction de ses besoins spirituels

Ceux qui n’ont d’idées que du matériel n’entrent pas dans mon concept du bonheur

Alors imagines…

La loi des séries adore le noir, c’est prouvé depuis bien avant l’invention de l’électricité. Seulement mis à part les dévissés du normal, personne n’en veut vraiment pour emblème, le prince du noir qui Soulages est un adorateur du matériel, seuls la spéculation le motive comme ses disciples, le monde est instrumentalisé pour ne reconnaître que cela au point que la nature qui ne s’y retrouve en rien se rebiffe.

Je n’ai pas accepté de rentrer dans cet ordre depuis toujours, aujord’hui ma Muse tu me donnes des raisons impérieuses de penser que c’est le bon choix, je ne pourrais refaire le monde, s’il va à sa perte je refuse d’aller à la tienne, on a le choix de construire notre maison sur nos plans, pas sur un plan-type. Ce que nous disons tout seul jusqu’à voie haute arrive à la bonne adresse. Raison de pas se priver de dire avec les mots qui vont dans le sens de faire. Les jeteurs de sort n’arriveront pas à nous mettre hors l’un de l’autre, ceci se prouve en termes de cultures créatives, ce qu’on s’aime agrandissant nos greniers, ça se passe de commentaires. Je maintiens que nous ne sommes pas le résultat du hasard mais la volonté d’exister. Nos facultés conjointes de créer suffisent à le prouver. La couleur et tes mots sont plus qu’une phrase, c’est le m’aime acte. Je ne partirais pas d’ici sans se les avoir. Quand la mer après un long transfert mutant ramène à l’ô séant plus proche, le sel n’en est que plus abondant. Nous n’avons pas eu à choisir, sa fleur est venue couvrir le carreau de sa perspective si nue que rien n’en détourne l’esprit. Quelque part j’entends avec force ta classe monter au tableau, le Mékong à l’étal…

Niala-Loisobleu – 29/08/18

ÊTRE


321239

ÊTRE

Les ombres se frottaient au store, signe de l’existence de quelques marionnettes mises en mouvement par des fils invisibles. D’un réseau de cordes qui se croisaient, pendaient des habits qui séchaient au vent brûlant de l’été. Des figurines en cire se consumaient. Ces choses vivantes se mettaient à fredonner, la mort dansait derrière la nuit.
Un minuscule humanoïde de sexe masculin fondu dans un haillon en ruine déambulait sur la planche, il était taillé, modelé d’un bois pâle et dur. Ses petits pieds chaussés de deux sandales grotesques avaient peine à toucher le sol. Une jolie poupée en polyester fardée d’une beauté d’un genre commun, une copie d’une série de mille autres identiques l’arrêta et l’embrassa sur sa bouche mal usinée. Cette vie en bois était l’œuvre d’un artisan maladroit, quelque apprenti-menuisier qui était probablement destiné à faire autre chose dans sa vie. La poupée, elle, était l’œuvre d’une machine, elle sortait d’une boîte colorée, l’œuvre d’une industrie de mensonges à multi-usage.
Certes la cire qui fondait témoignait d’un climat chaud, mais l’atmosphère était glaciale, un froid qui terrifiait le bois, la cheminée ouvrait sa gueule, l’âtre était vide, même ce baiser était aussi froid et sec, il n’avait ni goût ni odeur, il annonçait l’hiver.
La musique s’arrêta net et l’homme de bois laissant ses sandales effleurer le plancher dit sans ouvrir la bouche :
— La musique est la forme la plus abjecte de l’art, n’importe quel trou de cul peut en produire. Moi-même j’en fais !
— Ce que toi tu fais est magnifique. lui dit le polyester femelle.
— Ce que je fais est toujours magnifique, mais c’est ce que je ne fais pas qui est utile.
Les fils qui le suspendaient se desserraient, on eut dit qu’il allait s’effondrer.
— Arrête de réfléchir et viens avec moi. lui proposa la poupée.
— La réflexion est une nécessité pour certains, une passion pour d’autres, mais une chimère pour ceux qui croient réfléchir. C’est d’ailleurs leur unique sujet de réflexion. Ils pensent à penser ou à ne pas penser.
Il était complètement étiré sur le plateau. Eparpillé serait le mot juste.
— Arrête de poignarder ta jeunesse ! lui cria la poupée.
— Ma jeunesse ! Je serai à jamais jeune, il n y a pas de temps, on ne vieillit pas on s’use.
On tira les fils et il se releva (Il se ramassa).
— Viens avec moi, et on inventera le temps, on vieillira ensemble et on mourra, inventons des années, inventons l’espoir.
— Si l’espoir était un homme, son dos serait voûté, on le verrait tendre la main pour ramasser, on le verrait se prosterner devant un semblable, devant ce néant qu’on appelle par pitié pour nous-mêmes dieu, devant n’importe quoi. Il voudrait exclure le doute, il voudrait voir ce qu’il n’y a pas, créer des insanités. On aurait pitié de lui. Ce n’est pas rien la pitié, c’est un noble sentiment……………. La pitié est une horreur et non un sentiment.
— Tu dois m’aimer. reprit la poupée.
— Si l’amour est un devoir, j’irai louer la haine, si la haine devient devoir je me ferai indifférent. lui répondit l’homme de bois.
— Il n’y a rien à faire, je ne puis me taire, je dois bien jouer à être quelqu’un, c’est plus facile en bavant. J’ai pris à la vie ce qu’elle avait de mieux : la chair, de la bonne viande rouge, ou plutôt rose, je préférais la rose, sans âme et sans vertu. -Une prostituée fera l’affaire- Je m’étais dit. C’était inutile, j’étais fait de bois, j’étais la mort qui vivait dans ma sève. Je suis censé être un arbre, pas un guignol.
— Arrête de te faire des nœuds dans la tête, moi aussi je n’aime pas trop le monde, mais je ne me fais pas chier à lui lancer des flèches, se serait humiliant de s’arquer pour les ramasser.
Il y a certes des natures insondables, néanmoins le fossé qui sépare deux de ces natures peut renseigner le Spinoza sur la dimension de l’une et l’autre, non en les mettant sur une échelle mais en traversant lui-même cet abîme. L’empreinte du silence sur un visage est beaucoup plus expressive que toutes les phrases qui s’impriment sur un vulgaire papier. Le silence est la forme la plus raffinée et subtile de l’art, c’est sa forme la plus élevée. Le non dit n’est pas l’oublié, il n’est pas le non su, il n’est même pas l’indicible, Il est l’art, il est la pensée qui redoute les mots.
— Viens avec moi. lui dit le polyester femelle en posant ses lèvres sèches sur les siennes et ces dernières restèrent indifférentes à ce baiser volé.
— Tu ne vois donc pas que je suis suspendu.
— Il te suffit de dire oui, de décider de venir avec moi et tu seras libéré de ces cordes… Viens avec moi, nous traverserons les champs, nous serons heureux, nous vaincrons cette honte qui t’accable. Nous serons riches.
— Les riches de notre époque jouent au golf ou je ne sais à quels autres jeux futiles, les riches d’une certaine époque écrivaient des livres. Ce n’est pas pour dire qu’il y a une évolution dans le temps, mais pour dire que rien n’a changé. C’est toujours la même histoire. Avoir pour être. Je préfère mes cordes.
On tirait sur les fils et il se releva.
— Nous autres poupées, on court chercher les balles. C’est cela ? dit la poupée en s’éloignant.
— On est les balles, des sujets, des trucs.
— Non, les balles sont identiques, pas nous. Moi je suis une femme et tu es un homme.
— Ce n’est pas ce qui nous distingue, on est des poupées le sexe est une différence banale.
— Tu es insensible, tu es de bois, fais-moi confiance, viens avec moi, je ne pourrai bouger d’ici sans toi, j’ai besoin de toi, j’ai besoin de t’avoir pour être. Viens, viens…
Sa voix s’éteignait.
— Il est vrai que je parais insensible, c’est toi-même qui le dis, je suis de bois. Mais je peux aimer, je peux aimer cette fleur (Il n’y avait aucune fleur sur scène) et si je te le montre, si je te fais voir cet amour, tu aurais honte du tien. Tu comprendrais certainement que tu es incapable d’amour.
— Pourquoi tu ne me le montres pas ? Tu n’as rien à faire d’autre, aime-moi, il n’existe aucune autre, il n’y a que moi et toi, aime-moi. Ton attente est ridicule.
— Qu’est ce que tu en sais ?
— Il y a dans une femme ce qu’il n’y aura jamais dans un homme, un vagin. Il y a dans un homme ce qu’il n’y aura jamais dans une femme, un pénis. Il y a là le véritable sens de l’existence : baiser en attendant ton godot, ce n’est que du théâtre.
— Il n’y a dans l’existence, ce théâtre de guignol aucune intrigue, aucun style, aucun sens c’est à peine un endroit.

Ahmed Yahia Messaoud
Extrait de:  Le Fantastique Editions Edilivr

SOLDE AVANT FERMETURE


LEJARD~2

SOLDE AVANT FERMETURE

 

J’ai rêvé d’impossible

pendant que ma main dessinait droite, l’image est sortie tordue sur le mur d’en face

le bleu des mots si vrai

a été affiché sali

par ce que jamais il n’a dit

Ouvrir les tiroirs du passé pour y puiser matière à se venger par pitoyable calomnie

dépasse l’atteinte à la liberté individuelle

Niala-Loisobleu – 4 Juin 2018

 

 


Lithographie  (Henri Michaux)

LE GRAND COMBAT

Il l’emparouille et l’endosque contre terre ;
Il le rague et le roupéte jusqu’à son drâle ;
Il le pratéle et le libucque et lui baroufle les ouillais ;
Il le tocarde et le marmine,
Le manage rape à ri et ripe à ra.
Enfin il l’écorcobalisse.
L’autre hésite, s’espudrine, se défaisse, se torse et se ruine.
C’en sera bientôt fini de lui ;
Il se reprise et s’emmargine… mais en vain
Le cerveau tombe qui a tant roulé.
Abrah ! Abrah ! Abrah !
Le pied a failli !
Le bras a cassé !
Le sang a coulé !
Fouille, fouille, fouille,
Dans la marmite de son ventre est un grand secret.
Mégères alentours qui pleurez dans vos mouchoirs;
On s’étonne, on s’étonne, on s’étonne
Et on vous regarde,
On cherche aussi, nous autres le Grand Secret.

« Papa, fais tousser la baleine », dit l’enfant confiant.
Le tibétain, sans répondre, sortit sa trompe à appeler l’orage
et nous fûmes copieusement mouillés sous de grands éclairs.
Si la feuille chantait, elle tromperait l’oiseau.

(Qui je fus Gallimard, 1927)

 

 

MA VIE

Tu t’en vas sans moi, ma vie.
Tu roules.
Et moi j’attends encore de faire un pas.
Tu portes ailleurs la bataille.
Tu me désertes ainsi.
Je ne t’ai jamais suivie.
Je ne vois pas clair dans tes offres.
Le petit peu que je veux, jamais tu ne l’apportes.
A cause de ce manque, j’aspire à tant.
À tant de choses, à presque l’infini…
À cause de ce peu qui manque, que jamais n’apportes.

(Extrait de « La Nuit Remue » Poésie/Gallimard)

Henri Michaux
Henri Michaux (1953)

L’Inventeur de L’Amour


2a16e2686bc188649008c90661bcf4e1

L’Inventeur de L’Amour

D’une tempe à l’autre

le sang de mon suicide virtuel

s’écoule

noir, vitriolant et silencieux

Comme si je m’étais réellement suicidé

les balles traversent jour et nuit mon cerveau

arrachant les racines du nerf optique, acoustique, tactile – ces limites –

et répandant par tout le crâne une odeur de poudre brûlée

de sang coagulé et de chaos

à mon propre déséquilibre

C’est avec une élégance particulière

que je porte sur mes épaules

cette tête de suicidé

qui promène d’un endroit à l’autre

un sourire infâme

empoisonnant

dans un rayon de plusieurs kilomètres

la respiration des êtres et des choses

Vu de l’extérieur

on dirait quelqu’un qui tombe

sous une rafale de mitraillette

Ma démarche incertaine rappelle celle du condamné à mort du rat des champs de l’oiseau blessé

Comme le funambule suspendu à son ombrelle

je m’accroche

Je connais par cœur ces chemins inconnus je peux les parcourir les yeux fermés

Mes mouvements

n’ont pas la grâce axiomatique

du poisson dans l’eau

du vautour et du tigre

ils paraissent désordonnés comme tout ce qu’on voit pour la première fois

Je suis obligé d’inventer une façon de me déplacer de respirer d’exister

dans un monde qui n’est ni eau ni air, ni terre, ni feu

comment savoir d’avance
Si l’on doit nager voler, marcher ou brûler

En inventant le cinquième élément le sixième

je suis obligé de réviser mes tics mes habitudes, mes certitudes

car vouloir passer d’une vie aquatique

à une vie terrestre

sans changer la destination

de son appareil respiratoire

c’est la mort

La quatrième dimension (5e, 6e, 7e, 8e, 9e) le cinquième élément (6e, 7e, 8e, 9e, 10e, 11e) le troisième sexe (4e, 5e, 6e, 7e)

Je salue mon double, mon triple

Je me regarde dans le miroir

et je vois un visage couvert d’yeux

de bouches, d’oreilles, de chiffres

Sous la lune mon corps projette une ombre une pénombre un fossé un lac paisible une betterave

Je suis vraiment méconnaissable

J’embrasse une femme sur la bouche

sans qu’elle sache

si elle a été empoisonnée

enfermée mille ans dans une tour

ou si elle s’est endormie

la tête sur la table

Tout doit être réinventé il n’y a plus rien au monde

Même pas les choses

dont on ne peut pas se passer

dont il semble

que dépend notre existence

Même pas l’aimée cette suprême certitude

ni sa chevelure

ni son sang que nous répandons

avec tant de volupté

ni l’émotion que déclenche

son sourire énigmatique

chaque après-midi à 4 heures

(4 heures

ce chiffre préétabli suffirait à mettre en doute nos étreintes ultérieures)

tout

absolument toute initiative humaine

a ce caractère

réducteur et prémédité

du chiffre 4

même certaines rencontres fortuites les grandes amours, les grandes les subites crises de conscience

Je vois le sang crasseux de l’homme plein de montres, de registres d’amours toutes faites de complexes fatals de limites

Avec un dégoût que je finis par ignorer je me meus parmi ces figures toutes faites

connues à l’infini

hommes et femmes chiens, écoles et montagnes

peurs et joies médiocres révolues

Depuis quelques milliers d’années on propage

comme une épidémie obscurantiste l’homme axiomatique : Œdipe

l’homme du complexe de castration et du traumatisme natal

sur lequel s’appuient les amours

les professions

les cravates et les sacs à main

le progrès, les arts

les églises

Je déteste cet enfant naturel d’Œdipe je hais et refuse sa biologie fixe

Et si l’homme est ainsi parce qu’il naît

alors il ne me reste plus qu’à refuser

la naissance

je refuse tout axiome

même s’il a pour lui l’apparence

d’une certitude

A supporter comme une malédiction cette psychologie rudimentaire déterminée par la naissance nous ne découvrirons jamais la possibilité de paraître au monde hors
du traumatisme natal

L’humanité oedipienne mérite son sort

C’est parce que je ne me suis pas encore détaché du ventre maternel et de ses sublimes horizons que je parais ivre, somnolent et toujours ailleurs

C’est pour cela que mes gestes semblent interrompus, mes paroles sans suite mes mouvements trop lents ou trop rapides contradictoires, monstrueux, adorables

C’est pour cela que dans la rue rien, pas même le spectacle infamant d’un curé ou d’une statue ne m’irrite davantage que de croiser un enfant

Si je passe mon chemin

c’est que le tuer serait un geste

déjà fait et trop vague

Je préfère être parmi les gens comme un danger en suspens plutôt qu’un assassin

comme un provocateur de longue agonie

De cette position non-œdipienne

devant l’existence

je regarde d’un œil maléfique et noir

j’écoute d’une oreille non acoustique

je touche d’une main insensible

artificielle, inventée

la cuisse de cette femme

dont je ne retiens ni le parfum

ni le velours – ces attractions constantes

de son corps magnifique – mais l’étincelle

électrique, les étoiles filantes de son corps

allumées et éteintes une seule fois

au cours de l’éternité

le fluide et le magnétisme de cette cuisse

ses radiations cosmiques, la lumière

et l’obscurité intérieures, la vague de sang

qui la traverse, sa position unique

dans l’espace et le temps

qui se révèle à moi sous la loupe

monstrueuse de mon cerveau

de mon cœur et de mon souffle

inhumaine

Je n’arrive pas à comprendre

le charme de la vie

en dehors de ces révélations uniques

de chaque instant

Si la femme que nous aimons ne s’invente pas sous nos yeux

si nos yeux n’abandonnent pas

les vieux clichés

de l’image sur la rétine

s’ils ne se laissent pas exorbiter se surprendre et attirer vers une région jamais vue

la vie me semble une fixation arbitraire à un moment de notre enfance ou de l’enfance de l’humanité

une façon de mimer

la vie de quelqu’un d’autre

En effet, la vie devient une scène

où l’on interprète
Roméo,
Caïn,
César et quelques autres figures macabres

Habités par ces cadavres

nous parcourons comme des cercueils

le chemin qui relie

la naissance à la mort

et il n’est pas étonnant

de voir surgir

du cerveau abject de l’homme

l’image de la vie après la mort

cette répétition, ce déjà vu

cette odieuse exaltation du familier

et de la contre-révolution

Je hume la chevelure de l’aimée et tout se réinvente

Humer la chevelure de l’aimée

avec l’idée subconsciente et dégradante

de l’embrasser ensuite sur la bouche

de passer des préliminaires à la possession

de la possession à l’état de détente et de celui-ci à une nouvelle excitation résume toute la technique limitative de ce cliché congénital qu’est l’existence
de l’homme

Si en exécutant cet acte simple : humer la chevelure de l’aimée on ne risque pas sa vie on n’engage pas le destin du dernier atome de son sang et de l’astre le plus lointain

si dans ce fragment de seconde

où l’on exécute n’importe quoi

sur le corps de l’aimée

ne se résolvent pas dans leur totalité

nos interrogations, nos inquiétudes

et nos aspirations les plus contradictoires

alors l’amour est en effet ainsi que le disent les porcs une opération digestive de propagation de l’espèce

Pour moi, les yeux de l’aimée sont tout aussi graves et voilés que n’importe quel astre et c’est en années-lumière qu’on devrait mesurer les radiations de son regard

On dirait que la relation de causalité

entre les marées

et les phases de la lune

est moins étrange

que cet échange de regards (d’éclairs)

où se donnent rendez-vous

comme dans un bain cosmique

mon destin

et celui de l’univers tout entier

Si j’avance ma main vers le sein de l’aimée je ne suis pas étonné de le voir soudain couvert de fleurs

ou que tout à coup il fasse nuit

et qu’on m’apporte une lettre cachetée sous mille enveloppes

Dans ces régions inexplorées que nous offrent continuellement l’aimée

l’aimée, le miroir, le rideau la chaise

j’efface avec volupté

l’œil qui a déjà vu

les lèvres qui ont déjà embrassé

et le cerveau qui a déjà pensé

telles des allumettes

qui ne servent qu’une seule fois

Tout doit être réinventé

Devant le corps de l’aimée

couvert de cicatrices

seule une pensée œdipienne

est tentée de l’enfermer

dans une formule sado-masochiste

seule une pensée déjà pensée se contente d’une étiquette d’une statistique

J’aime certains couteaux

sur lesquels l’emblème du fabricant

ressuscite dans l’humour

les vieilles inscriptions médiévales

J’aime promener un couteau sur le corps de l’aimée certains après-midi trop chauds où j’ai l’air plus doux inoffensif et tendre

Son corps tressaille soudain comme il le fait toujours lorsqu’il me reçoit entre ses lèvres comme dans une larme

Comme si j’avais laissé traîner

ma main dans l’eau

pendant une promenade en barque

sa peau s’ouvre de chaque côté du couteau

laissant glisser dans sa chair cette promenade onirique de sang que j’embrasse sur la bouche

Je vois d’ici

le cerveau satisfait de l’homme qui me dénonce à la psychologie comme vampire

Je vois d’ici dans d’autres après-midi

quand mon amour est une flamme

égarée dans sa propre obscurité

poursuivi par sa propre inquiétude

se lançant à lui-même des pièges souples

et déroutants, des questions

et des réponses simultanées

de longs corridors

des escaliers tournant à l’infini

des chambres murées dans lesquelles

je me suis tant de fois suicidé

une végétation sauvage, un fleuve

je vois d’ici les circonvolutions

simplificatrices, orgueilleuses

et cyniques

qui découvrent en moi un narcisse encore un narcisse, encore un fétichiste un scatophage ou nécrophile ou somnambule ou sadique, encore un sadique

Avec une volupté secrète et inégalable qui rappelle l’existence travestie du conspirateur et du magicien

je prends la liberté de torturer l’aimée de meurtrir ses chairs et de la tuer sans être sadique

Je suis sadique exactement dans la mesure où l’on peut dire : il l’a tuée parce qu’il avait un couteau sur lui

J’ai sur moi une psychologie sadique

qui peut me surprendre

en train de violenter une femme

mais à cet acte

auquel participe tout mon être

ne participent pas

toutes les virtualités de mon être

Aucun acte ne peut dire son dernier mot mais dans n’importe lequel même dans l’acte le plus élémentaire je risque ma vie

J’aime cette paisible soirée d’été où je regarde par la fenêtre le firmament

Alors que mes yeux se laissent attirer

par une seule étoile

(j’ignore pourquoi je la fixe

avec tant de fidélité)

mes mains fébriles, minces, déroutantes

de vraies mains d’assassin

pèlent une pomme

comme si elles écorchaient une femme

Le sexe en érection

une sueur froide sur tout le corps

respirant de plus en plus vite

je mords le fruit

tout en regardant par la fenêtre

l’astre lointain

avec une candeur de démon

Je ne sais pas pourquoi

je pense maintenant aux deux sadiques

de la végétation

Guillaume
Tell et
Newton

mais si la loi de la gravitation

peut être déduite de la pomme légendaire

de
Newton et l’accélération des mobiles

de la flèche de
Tell

alors mon amour peut être lui aussi

qualifié de sadique

comme toute simplification

mythique et légendaire

J’aime cette aimée inventée cette projection paradisiaque de mon cerveau infernal dont je nourris mon démon

Je projette à l’infini sur sa chair angélique les convulsions, les poisons la colère

niais surtout ma grande

ma terrible passion pour le sacrilège

Cette passion illimitée pour le sacrilège

maintient à la température de la négation

à la température

de la négation de la négation

toute ma haine sans bornes

Ipour absolument tout ce qui existe parce que tout ce qui existe contient dans ses virtualités souterraines un tombeau que nous devons profaner et parce que nous-mêmes à cet
instant

avons la tendance cadavérique de nous accepter de nous axiomatiser

J’aime cette femme qui de ses veines

si précieuses

me prépare tous les matins

un bain chaud de sang

Après cette toilette élémentaire

de mon démon

je ne reconnais plus rien

même pas mon propre sang

 

Ghérasim Luca
b76d6c91b056b7ba55f8011f0e1de86b
Ayant perdu la notion des saisons, j’eus l’oreille mordue par surprise par une créole, imbécile j’attendais un pendentif de cerisier. La toile d’attente n’a de mémoire de coureur des mers, jamais raccourci que l’espérance, pas la traversée de l’Atlantique. Comme si le temps où l’on mettait les chansons dans la cire avait pas brûlé aux vols quand dans les transports. Le premier qui rira aura un billet pour une place d’orchestre au diner de cons. Les problèmes de robinets c’est des histoires d’eau pour l’ô tari. Jongleur ça se conjugue à colin-maillard dans la culotte du zouave, comme dit ma soeur. A la trappe le dernier tango je te la corde. J’invente toujours une manière de vivre, en plaçant l’amor au-dessus de tout. C’est dire ma vraie vision affabulatrice que je dissimule sous un sarment dans les vignes de mes vapeurs, ma part des anges.
Niala-Loisobleu 21 Novembre 2017

Le long des Quais 2


cropped-img_1926.jpg

Le long des Quais 2

Elle travaillait à la chaîne le soir quand les réverbères allumaient leurs clopes. Avec une copine, du Bd St-Germain, elle cherchait autour des troquets de la Place St-Germain-des-Prés de quoi donner à vivre, au poète qu’elle aimait. J’ai jamais été aussi profond dans le labyrinthe du sens moral,  avec les jours que ma vie m’a amené à pas toujours choisir, Germaine m’a fait  affronter ma tolérance dans les coins les plus enfouis de mon être.

Bien sûr la vigilance que ça exige pour éloigner le con type, peut-être au-dessus des moyens du lambda. D’abord il y a ceux que ça choque d’emblée. On trouve souvent tellement d’ignominie en eux que ça me prive de réponse. Que dire au con pourri intégral ?

Pourquoi je parle ça ? Oh, parce que d’un mot échangé avec un écho, remonte le problème de l’absence de résonance de ce monde qui prétend à l’union. Il sont trop fréquents les matins où le congruaire monte en chaire pour me gaver avec ses petites pensées hypocrites. Je suis propre, peut-être que ça explique mon accès à ce que la société juge.

Le blanc qui passait dans les yeux d’une de mes maîtresses quand elle me disait combien elle aimait son époux alors qu’elle répondait à mes coups de reins, m’a débouché les oreilles.

Niala-Loisobleu – 20 Octobre 2017