Fermer

Barbara, Göttingen


picasso24

Barbara, Göttingen

Barbara compose cette chanson en 1965. Ce qui l’anime, c’est un « profond désir de réconciliation et non d’oubli ». Il s’agit en effet d’un hymne à la réconciliation franco-allemande après les traumatismes de la seconde guerre mondiale. Le message de ce titre est d’autant plus émouvant que Barbara dut se cacher et fuir avec sa mère, parce qu’elles étaient juives. Entre 1939 et 1943, la jeune Monique Serf et ses parents doivent ainsi déménager à de nombreuses reprises (« Menaces de rafle dont les parents sont informés. Dénonciation par un voisin. »).

Aussi, en 1964, lorsque le directeur du Junges Theater de Göttingen, Gunther Klein, lui propose de venir chanter outre-Rhin, elle commence par refuser catégoriquement. Pour elle, « l’Allemagne était comme une griffe ». Mais Klein trouve les mots qu’il faut, Barbara se ravise et remporte un immense succès. L’accueil des « enfants blonds de Göttingen » lui inspire une chanson sobrement intitulée Göttingen (qu’elle enregistrera également en Allemand).

En 2003, à l’occasion de la commémoration du traité d’amitié franco-allemande de 1963, le chancelier Schröder entonne quelques vers de la chanson: « Oh, faites que jamais ne revienne / le temps du sang et de la haine… » Il poursuit  » A l’époque, j’habitais moi-même Göttingen, où je suis resté pendant plus de dix ans et où j’ai fait mes études. Malheureusement, je n’ai pas eu la possibilité d’assister au concert de Barbara, mais cette chanson résonnait dans toute la ville. Ce que Barbara a chanté à Göttingen, et qui nous est allé droit au cœur, c’était pour moi, jeune homme, le début d’une merveilleuse amitié, de l’amitié qui devait unir les Français et les Allemands. »

Revenons désormais sur la réconciliation franco-allemande depuis 1945:

Toute réconciliation avec l’ennemi héréditaire allemand semblait très délicate en 1945 (« O faites que jamais ne revienne / Le temps du sang et de la haine / car il y a des gens que j’aime, / A Göttingen, à Göttingen »). Or, très tôt, dans le contexte de la guerre froide et de la construction européenne, la France et l’Allemagne de l’ouest se rapprochent. L’entente devient franchement cordiale avec la création de la CECA (1951), puis de la CEE. Désormais, l’axe franco-allemand devient le fer de lance de la construction européenne et ce duo restera soudé quelque soit les présidents ou les majorités politiques (nombreuses rencontres de Gaulle/Adenauer, Giscard d’Estaing/Schmidt, Mitterrand/Kohl).

Ce rapprochement se caractérise par des rencontres symboliques entre les deux ennemis héréditaires: en 1962, Charles de Gaulle et Konrad Adenauer se rendent à Reims, dont la cathédrale avait été détruite par les Allemands au cours de la première guerre mondiale; ou encore la rencontre symbolique de François Mitterrand et Helmut Khol à Verdun, en 1984.
source : http://lhistgeobox.blogspot.com/2008/10/109-barbaragttingen.html

Bien sûr, ce n’est pas la Seine,
Ce n’est pas le bois de Vincennes,
Mais c’est bien joli tout de même,
A Göttingen, à Göttingen.Pas de quais et pas de rengaines
Qui se lamentent et qui se traînent,
Mais l’amour y fleurit quand même,
A Göttingen, à Göttingen.Ils savent mieux que nous, je pense,
L’histoire de nos rois de France,
Herman, Peter, Helga et Hans,
A Göttingen.

Et que personne ne s’offense,
Mais les contes de notre enfance,
« Il était une fois » commence
A Göttingen.

Bien sûr nous, nous avons la Seine
Et puis notre bois de Vincennes,
Mais Dieu que les roses sont belles
A Göttingen, à Göttingen.

Nous, nous avons nos matins blêmes
Et l’âme grise de Verlaine,
Eux c’est la mélancolie même,
A Göttingen, à Göttingen.

Quand ils ne savent rien nous dire,
Ils restent là à nous sourire
Mais nous les comprenons quand même,
Les enfants blonds de Göttingen.

Et tant pis pour ceux qui s’étonnent
Et que les autres me pardonnent,
Mais les enfants ce sont les mêmes,
A Paris ou à Göttingen.

O faites que jamais ne revienne
Le temps du sang et de la haine
Car il y a des gens que j’aime,
A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l’alarme,
S’il fallait reprendre les armes,
Mon cœur verserait une larme
Pour Göttingen, pour Göttingen.

Mais c’est bien joli tout de même,
A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l’alarme,
S’il fallait reprendre les armes,
Mon cœur verserait une larme
Pour Göttingen, pour Göttingen.

Barbara

CREE D’Ô


 

9ad7ce7308310abdf8d4e3b8562de7a5

CREE D’Ô

Entourés de serrures à trous ouverts, faisant l’affligeant spectacle permanent d’un monde qui se renie sans la moindre épargne, blackboulés en décalage ou réunis en voie de garage nous refusons le boulier pour jouer à se conter les poings. Il y a un choix en tout. Qui ou quoi qu’on soit on ne peut échapper à la merde du jour, elle s’est mise à table avant d’avoir coupé la première tartine.

Haïssez -vous à votre aise en demeurant cachés pour pas qu’on vous reconnaisse, Nous on a en vie le goût de paraître tels, natureliche, sans le moindre abus, tout simplement comme quand on aime pour seule devise.

Niala-Loisobleu – 8 Novembre 2018

NOTRE JARDIN BLEU 8


NOTRE JARDIN BLEU 8

 

 

Tout perdure et reste peuplé

d’attente au poplité

que l’on ouvre avec une douceur émue

devisant encore sur le prix du blé,

le destin tremblant des mots d’or

et la couleur flouée de l’absolu.

Rouges au bleu pareilles

nos fondations comme des cabanes érigées

sur le grand loisir des pleines journées

et des grands soleils peuplés d’oiseaux féconds

que je devine à la pomme de leur chant picorant alertés

le pain chaud et rond de ta blonde poitrine.

Comme on bâtit  et comme on reste

nous faisons des champs à nos pieds

nos objets rares, nos objets neufs, nos émoluments terrestres.

Il y a un goût de sel fin et d’éternel

sur les fleurs poussées dans le jardin de l’amour

et le genou ouvrier à terre, on signe le pacte

comme un siècle d’homme en quelques jours

apaise la joue fardée et la bête alarmée de nos actes.

Barbara Auzou

P1050754

Notre jardin bleu 8 – 2018 – Niala – Acrylique s/toile 73×60, encadré.

AIMER


4090e08065c5ab74353b39dab14b69e0

AIMER

Il est minuit dans les cages vertes

Minuit comme un chardon bleu dans du verre bleu

Comme une ombrelle ouverte dans le ciel vert

Il est minuit un feu mouillé coule sous l’écorce

Un feu biseauté et de roseau tranché

Un feu de fruit coupé

Derrière le rideau soulevé des rapaces écarlates

Il est minuit et le verre nocturne

Fend doucement la chair nocturne

Il est minuit comme un prisme

Au bout des seins de cette femme amoureuse

Qui tient une aile entre ses dents

Minuit comme un diamant

Sur le sexe tremblant de cette femme abandonnée

Qui jette des dragées blanches aux orties blanches

Il est minuit comme un pavot éclaté

Dans les yeux démesurés de cette femme solitaire

Qui fait tinter tout son sang dans la nuit

Minuit comme un couteau dans une orange

Au cœur rouge de cette femme triste

Qui veille au pied de ses statues mortes

Il est minuit comme un corbeau sur un œuf

Dans les mains pâles de cette femme nue

Qui joue avec de petits sabliers nus

Il est minuit entre les hommes

Comme un fût d’air entre deux faulx.

 17 juillet 1941

 
Marc PATIN

(Poème extrait de Christophe DAUPHIN, Marc Patin, le surréalisme donne toujours raison à l’amour, Librairie-Galerie Racine, Les Hommes sans Epaules, 2006

L’ANNONCE DU LEVE


ea0c6a37bf4528aec1ca31940a2b03ba

L’ANNONCE DU LEVE

La blancheur me pousse à l’extrême-bleu

quand tôt le froid m’a vu peindre

l’archipel où mon étrave accostait n’avait pas de possibilité de mots à amarrer

Les tôles épaisses qu’ils collent  à l’herbe

le garrot qu’ils nouent à la gorge de l’air

la mort qu’ils métastasent aux cellules vivantes

le pincement qui émascule l’enfant

l’excision qui ampute du genre

le manquement primaire fait au pouls

tout ça et plus en corps

me dit soit bleu mais à partir du blanc

qui dévoile l’accent du vrai sentiment

NOTRE JARDIN BLEU 8

est en voix de le laisser paraître ma Barbara…

Niala-Loisobleu – 4 Novembre 2018

LE NAGEUR D’UN SEUL AMOUR


9e179eda39c6e3b9ca702657ea1b9434

LE NAGEUR D’UN SEUL AMOUR

Comme un enfant d’autrefois dont le cri se perd
Dans un verger de pommes blanches
Quand la lune couvre tout de son amour
Je revois dans un miroir désert
Mes souvenirs avec des cannes blanches
Et je ne sais pas qui d’eux ou bien de moi
Est le plus à plaindre
Tellement les années sont cruelles
Lune légère ô miroir d’absence …

.

GEORGES  SCHEHADE

(1985)

Revenir en haut
%d blogueurs aiment cette page :