Tu m’aimes dis ? Caresse-moi, je sens toi partout en moi…


f686b0ac9286b04cbae78fe46e7909be

Tu m’aimes dis ? Caresse-moi, je sens toi partout en moi…

La pièce à vivre s’est retirée du bruit des machines, même l’horloge s’est tue de tic-tacs, le soleil est le seul a pouvoir entrer. Dans le pas de la porte une jarre tient ses cannes en sommeil, rien ne boîte pourquoi sortiraient-elles ? Sur la longue table de ferme quelques fruits se coupent sous le feuillage du bouquet de tournesols que le broc garde en son é-mail histoire de laisser courir ses pensées. Du papier de soi en porte les empreintes. Tout comme le canapé sur lequel le chat ronronne. Présence d’une échappée: quelques vêtements jonchent le sol. Le tapis témoin du feu qui crépite tient l’odeur des corps dans ses longs poils. Le piano dispense une musique tamisée que reprend le chevet du livre allumé. Des livres, un morceau de miche entamée, une terrine de campagne, , le fil du couteau garde la trace d’un partage, un reste de Côtes-du-Rhône attend dans deux verres où la lumière se fait rubis sur l’ongle.

  • Tu m’aimes dis ? Caresse-moi, je sens toi partout en moi…

Niala-Loisobleu – 22/05/18