QUAND LA DOSE DEPASSE LA MESURETTE


eb1a457af417432a016f412d4f44f536

QUAND LA DOSE DEPASSE

LA MESURETTE

Autour de la fraîcheur que la nuit a étalé dans des déplacements humides, les plis d’un tango révolté parvenus à se tenir au sec traversent la rue.Il ne reste que les pavés pour luire en dehors de toute frime, un coup d’oeil suffit à faire comprendre qu’ils se tiennent prêts. Tant de semelles à la corde usée les ont poli, un coup de travers, deux coups à l’endroit, que leur empeigne fait la gueule aux mesurettes proposées.. En léchant les décollages d’affiches, la désinformation que le vent crache tente de tout faire tomber. Pareil que quand l’envie de foutre le camp ailleurs, fait gémir les chiens au bas du porte-manteau du couloir qui conduit au dehors. La cendre froide d’une série de ronds de fumée ronfle de tout son relent de macadam éteint. Plus personne ne vient, l’heure est au vide des bennes à ordures qui affament  le sommeil à coups de freins. J’ai jeté les entrées fourbes  mises en proposition qu’un instinct primaire montre sous sa vraie nature. Six mois de répit en se servant du côté rapace  de tout commerçant et de la naissance du drone de vierge illuminée de guirlandes, champagne, foie-gras et autres victuailles, garde-tout pour les dindes Monseigneur ou alors réponds..Poussée par les rafales d’un mépris total on se dégrise en salle.   Oui , il nous  faut la réponse à la question posée et pas glorifier l’intérêt du nanti, l’insensibilité, l’absence d’odorat , l’aveuglement et l’errance.

Mais ses plis aux yeux du bandonéon, ne seraient-ce pas les sillons des larmes venus de cette poignée d’êtres qui ont senti le sol foutre le camp ?

SI tout à coup nous nous montrions libres de voler  oiseaux. Un immense silence en eux.

Tiens, vois, la boule du plafond qui jette des lumières, ça lézarde et fissure le blindage !

La vie est mon amour, mon amour est ailes. J’habite un visage dont le corps est un village de petites maisons pressées l’une contre l’autre. Des fruits d’un autre parfum, qui pulpent sa langue verger en rendant le fruit charnu d’un rond arc-en-ciel. Au cou des reflets venus du ciel se baignent dans un lac de dents. Comme si j’avais eu besoin de devenir un rebut interdit de ses épaules tous mes doigts en saut de l’ange accompagnant ses seins d’où tombent les peurs. Elle est bleu profond, d’une eau au cristal allumant des violons tziganes, débarrassant l’étable où les soues du cochon de pouvoir s’offre toute l’indécence des privilèges…

Niala-Loisobleu – 05/12/18

DANS LA MARCHE


René Char

DANS LA MARCHE

 

Ces incessantes et phosphorescentes traînées de la mort sur soi que nous lisons dans les yeux de ceux qui nous aiment, sans désirer les leur dissimuler.

Faut-il distinguer entre une mort hideuse et une mort préparée de la main des génies? Entre une mort à visage de bête et une mort à visage de mort?

*

Nous ne pouvons vivre que dans l’entrouvert, exactement sur la ligne hermétique de partage de l’ombre et de la lumière. Mais nous sommes irrésistiblement jetés en avant.
Toute notre personne prête aide et vertige à cette poussée.

*

La poésie est à la fois parole et provocation silencieuse, désespérée de notre être-exigeant pour la venue d’une réalité qui sera sans concurrente.
Imputrescible celle-là. Impérissable, non; car elle court les dangers de tous. Mais la seule qui visiblement triomphe de la mort matérielle. Telle est la Beauté, la
Beauté hauturière, apparue dès les premiers temps de notre coeur, tantôt dérisoirement conscient, tantôt lumineusement averti.

• Ce qui gonfle ma sympathie, ce que j’aime, me cause bientôt presque autant de souffrance que ce dont je me détourne, en résistant, dans le mystère de mon cœur :
apprêts voilés d’une larme.

La seule signature au bas de la vie blanche, c’est la poésie qui la dessine. Et toujours entre notre cœur éclaté et la cascade apparue.

Pour l’aurore, la disgrâce c’est le jour qui va venir; pour le crépuscule c’est la nuit qui engloutit. Il se trouva jadis des gens d’aurore. À cette heure de tombée,
peut-être, nous voici. Mais pourquoi huppés comme des alouettes?

René Char

 

 

 

Ô combien tu m’es de commune présence aujourd’hui encore René…je te croise vêtu de jaune aux quatre coins de l’hexagone et c’est beau comme l’espoir remis au fronton de la devise républicaine qu’un triste sire et sa cour piétinent.

Abus de pouvoir allant jusqu’à interdire l’intention .

Vos allégations minimisantes sont en train de vous rentrer dans la gorge…petit-ministre de l’Intérieur, lèche-bottes à la solde du Roi des Riches…

 

-Un petit-jaune ?

-Oh oui et à la notre !!!

 

Niala-Loisobleu – 17 Novembre 2018

 

20181115120028960-0

 

VOS GUEULES SOYEZ PAS VACHES


 

09a0607a69c510abf1e0925f21bae2be

VOS GUEULES SOYEZ PAS VACHES

 

Les douze salopards n’étaient pas encore  remontés du saut hygiénique que l’élan donnait déjà de la bande. Comme si tout à coup le vent s’était pris dans l’hélice on vit distinctement les poissons en hibernation passer devant, sans pour autant faire le moindre signe. La moelle s’en raidit comme à tourner en gelée. Un nouveau streptocoque  entre la hune et la quille ? Question idiote quand la carène ne présente rien qui pourrait faire impétigo ou un court-circuit méningé. N’empêche qu’il y a un lézard dans la flottaison pour que ça panne comme ça. Faudra que je téléphone à l’Amirauté pour savoir si Macron aurait pas nommé un de ses protégés aux affaires-maritimes faute de pouvoir dégoter un ministre à l’intérieur. Faut dire que si ça n’a pas de rapport direct avec mon truc de navigation internet, faut reconnaître que l’enflure étant partout avec notre république devenant bananière, ça dérape pas qu’un brin.

Des êtres hybrides il y en a plus que des voitures, curieux ça pourrit le climat, alors qu’on dit qu’avec ce genre d’auto on le protège. Si besoin était voilà qui expliquerait qu’entre ce qui faut et ce qu’on fait y a pas concordance. Exemple jusqu’à hier des milliers de bouteilles de cognac quittaient chaque jour la ville de François 1er pour rejoindre les pays destinataires à bord de porte-containers. Les-dits containers étant chargés en gare de Cognac par une société filiale de la SNCF qui a plié ses gaules hier. A partir de ce jour les containers prendront place sur des camions pour tailler la route. Celui qui dit le premier que la route ça pollue sera classé danger public et condamné aux dépens.

La méchanceté est devenue d’usage courant. Entre le dégoût que le comportement citoyen procure, la confusion des genres de Lili Pute qui poétise au trottoir, le morveux qui se mouche dans tes doigts, le miro qui montre une merde d’art comme ce qu’une profondeur de pensée lui a évoqué, l’enseignant qu’on bagne de peur qu’il ouvre des horizons sur l’innocence, le philosophe qu’on limoge pour avoir osé vouloir s’exprimer à la télé, les enfants de rockeur qu’on déshérite, ma diva qui perd ses faux saints, le député d’une France dite n marche alors qu’elle cule qui s’insurge qu’on trouve à y redire au point qu’il dépose un projet de loi pour suppression de la libre-expression,, je ne m’étalerais pas sur le souci grandissant de la Mafia qui sait plus comment blanchir son argent ni sur la grève de la faim de l’évadé récidiviste…n’en j’tez plus la cour est pleine…

Niala-Loisobleu – 10/10/18

LA VIE DOUBLE


LA VIE DOUBLE

Henri Michaux

J’ai laissé grandir en moi mon ennemi.

Dans les matériaux que je trouvai dans mon esprit, dans mes voyages, mes études et ma vie, j’en vis quantité qui m’étaient inutilisables.
Après des années et des années, je vis que quoique je fisse ou approfondisse, il en resterait quantité d’inutilisables.
Inutilisables, mais là.

J’en fus contrarié, mais pas autrement ému, ignorant qu’il y avait des mesures à prendre.
Je laissais en arrière les matériaux non utilisés, innocemment, comme je les trouvais.

Moi, comme font tous les êtres au monde, j’utilisais le reste, pour le mieux.

Or petit à petit, s’édifiant sur ces décombres forcément toujours un peu de la même famille (car j’écartais toujours les choses d’un même type), petit à
petit se forma et grossit en moi un être gênant.

Au début, ce n’était peut-être qu’un être quelconque comme la nature en met tellement au monde.
Mais ensuite, s’élevant sur l’accumulation grandissante de matériaux hostiles à mon architecture, il en arriva à être presque en tout mon ennemi; et armé par moi
et de plus en plus.
Je nourrissais en moi un ennemi toujours plus fort, et plus j’éliminais de moi ce qui m’était contraire, plus je lui donnais force et appui et nourriture pour le lendemain.

Ainsi grandit en moi par mon incurie mon ennemi plus fort que moi.
Mais que faire?
Il sait à présent, me suivant partout, où trouver ce qui l’enrichira tandis que ma peur de m’appauvrir à son profit me fait m’adjoindre des éléments douteux ou
mauvais qui ne me font aucun bien et me laissent en suspens aux limites de mon univers, plus exposé encore aux traîtres coups de mon ennemi qui me connaît comme jamais adversaire
ne connut le sien.
Voici où en sont les choses, les tristes choses d’à présent, récolte toujours bifide d’une vie double pour ne pas m’en être aperçu à temps.

Henri Michaux

 

 

ENTRE TIEN EMOI 20


a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c8

ENTRE TIEN EMOI 20

Le nœud noir

Je me redis, Beauté,
ce que je sais déjà,
Beauté mâchurée
d’excréments, de brisures,
tu es mon amoureuse,
je suis ton désirant.
Le pain que nous cuisons
dans les nuits avenantes,
tel un vieux roi s’avance
en ouvrant ses deux bras.

Allons de toutes parts,
le rire dans nos mains,
jamais isolément.
Corbeille aux coins tortus,
nous offrons tes ressources.
Nous avons du marteau
la langue aventureuse.
Nous sommes des croyants
pour chemins muletiers.
Moins la clarté se courbe,
plus le roseau se troue
sous les doigts pressentis.

René Char, Ces deux qui sont à l’œuvre
(Ibid)

Il faut oublier

Asie frelatée un resto thai a vomir, où les prix prohibitifs sont renversants. A Bangkok pour le prix d’un seul plat, tu es logé nourri une semaine….et tu te régales.

Ainsi en est-il partout dans un monde de merde n’ayant qu’en vie du fric…cafard n’a homme

redonnes-moi le sourire de tes seins purs.

Niala-Loisobleu – 19 Août 2018

LE FAUX DU ROI


187767

LE FAUX DU ROI

Le temps présent à l’image de la fatigue de la nature, traîne sa décadence à grand renfort de roulements de tambours et tarte aux fraises aux goûts amers…

Le héros du jour, est bien l’exception qui confirme la règle…donner sa vie pour en sauver d’autres, j’imagine que ça a du l’étonner le premier après coup de voir le rataplan mené par le grand récupérateur d’indices de satisfaction.

On calcule pas avec son existence, si on la donne c’est tout le contraire de l’extrémiste illuminé qui lui,  a fait un putain de calcul paradis.

Après Johnny, Madeleine fait proust-proust…ah les flons-flons…

Mais je ne tomberai pas dans le mauvais goût qui consisterait à me moquer de cet Homme d’un autre temps, l’invalide c’est la nation.

La haine n’est plus que le produit dont on a besoin pour régner…le racisme de pacotille critiqué est mis en exergue  par les voiles, termes interdits, lieux de culte, etc…qui au lieu de l’éteindre l’entretiennent. Nous sommes au bord d’un retour aux années noires de l’antisémitisme, du bouffage de nègre, de l’élimination du gitan , des races impures. Arrêtez de nous prendre pour des truffes M. le Président !

Monsieur le Gendarme comme vous j’ai honte du profit que le courage donne aux lâches…

 

Niala-Loisobleu – 28 Mars 2018

LA CHASSE A COURRE


ce0b2c6dc311d43262a544c3c333dcb2

LA CHASSE A COURRE

C’est la faute au cor de chasse
Qui s’enivre à sa voix.
C’est la faute au vent des races
Qui n’ont pas la même foi.

Ce petit meurtre délasse
L’amazone au tendre cœur.
Que veux-tu que ça lui fasse
Tout ce rouge des piqueurs ?

Si la poursuite harasse
La bête au front de corail.
Que veux-tu que ça lui fasse
A l’amazone : un bétail ?

Et c’est la faute aux abois
De cent gueules perspicaces.
C’est la faute aux saines lois
Des terres, des ciels voraces.

Que l’entraille se dénude
Pour la meute qui glapit
Si ce goût de chair prélude
Aux festins du paradis.

Tout ça pour le prix léger
D’un gibier qui meurt en gloire :
Il faut des chairs à manger,
Il faut du sang pour l’histoire.

Seul contre tous, ô faconde.
Bravant chiens, chevaux, chasseurs.
Et qu’il gagnât, fut. mes sœurs.
Contraire aux pivots du monde.

Moi. je dis que tout est bien :
La dent veut de la carcasse.
On est du parti des chiens.
C’est la faute au cor de chasse.

Géo Norge

DIVERGENCE


IMG-2144

 

DIVERGENCE

 

D’un coup d’oeil rapide que reste-il après le tour du décor ? Il y a tout ce qui n’a rien à voir avec l’idée qui vous habite, des meubles, des objets, formant une ambiance qui est  étrangère au fond de la pensée, mais qui se fait aussi son véhicule. Chez moi peu de choses n’ont rien à voir avec ce que je suis. Même dans le réfrigérateur, on peut me trouver. Je suis un saucisson, un fromage qui pue, un vert de salade, un bocal de cornichons. Et là, présentement je me transbahute à côté des livres, de leur contenu, des sculptures, tableaux, dessins, souvenirs, relais, bornes de vie jalonneuses accompagnées de la présence de ceux qui se sont assis dedans. Avec qui j’ai fait l’amour sur un tapis, un fauteuil, une table, assis, debout, marchant…Vivants, de cette façon qui les caractérise, qui n’appartient qu’à eux. Surtout celles-là, les belles images, avec qui j’ai l’envie intacte. Depuis plusieurs semaines on m’a fait entrer dans une OBLIGATION DE PENSER. Entré dans une divergence causée par Noël. La fête chrétienne la plus païenne qu’il m’ait été donné de connaître. Mais je ne peux tomber dans l’excès contraire. La connerie a ce don de pouvoir se loger partout. Aussi je suis intimement parti à Millas. Je m’y reconnais en rien qu’à me taire pour mieux accompagner. C’est pourquoi je vous dirais pas. Je suis pas une émission people, vous avez ce qu’il faut, rien ne manque. Voilà et le reste, moi aussi ça fait plus qu’il ne m’en faut pour pousser de toutes mes forces ce jour à la porte.

 

DIVERGENCE

 Le cheval à la tête étroite

A condamné son ennemi.

Le poète aux talons oisifs,

A de plus sévères zéphyrs

Que ceux qui courent dans sa voix.

La terre ruinée se reprend

Bien qu’un fer continu la blesse.

Rentrez aux fermes, gens patients;
Sur les amandiers au printemps
Ruissellent vieillesse et jeunesse.
La mort sourit au bord du temps
Qui lui donne quelque noblesse.

C’est sur les hauteurs de l’été
Que le poète se révolte,
Et du brasier de la récolte
Tire sa torche et sa folie.

René Char

 

Mon grand-père m’a raconté ses Noël en tranchées. La sienne et celle de l’ennemi déclaré faisaient trêve pour une nuit. Imagines la fête, tu t’empiffres de casse-croûte à soldat, de cocktail à monter à l’assaut, parce qu’à l’aube tu tueras où tu seras tué… Là qui sait, la mise à jour fera en sorte de mettre un attentat quelque part. Faut prévoir les commémorations, c’est ça gouverner.

Je souhaite des jouets en bois d’oranger, l’olivier ça un côté casque bleu qui me dérange. Tu sais dans une nuit où y a plein d’étoiles, le gosse qui voit rien qu’il aurait pu demander à faire l’orgueil des parents, tranquille dans la pureté de cette chandelle à part, qu’on saura jamais qui c’est qu’à le briquet, mais qui finit toujours par allumer la joie de l’enfant.

Niala-Loisobleu – 24 Décembre 2017

Skip James – Hard Time Killin’ Floor Blues


53386583

Skip James – Hard Time Killin’ Floor Blues

 

Hard times is here and everywhere you go
Les temps sont durs ici et partout où vous allez
Times are harder than they ever been before
Les temps sont plus durs que jamais auparavant

Um, hm-hm
Hum, hum-hum
Um-hm
Um-hm
Um, hm-hm
Hum, hum-hum
Um, hm-hm-hm
Hum, hum-hum-hum

You know that people they are drifting from door to door
Vous savez que les gens ils sont à la dérive de porte à porte
But they can’t find no heaven I don’t care where they go
Mais ils ne peuvent trouver aucun ciel, je ne se soucient pas où ils vont

Um, hm-hm
Hum, hum-hum
Um-uh-hm
Euh-euh-hum
Mm-hm-hm
Mm-hm-hm
Um, hm-hm-hm
Hum, hum-hum-hum

Hear me tell you people just before I go
Écoutez-moi vous dire que les gens juste avant que je parte
These hard times will kill you just dry long so
Ces moments difficiles vous tuer juste sécher longue pour

Um, hm-hm
Hum, hum-hum
Um-uh-hm
Euh-euh-hum
Mm-hm-hm
Mm-hm-hm
Um, hm-hm-hm
Hum, hum-hum-hum

Well, you hear me singing this old lonesome song
Eh bien, vous m’entendre chanter cette vieille chanson lonesome
People, you know these hard times can last us so very long
Les gens, vous savez ces moments difficiles peuvent nous durer si longtemps

Hm, hm-hm
Hm, hm-hm
Hmm, hmm
Hmm, hmm
Hm, hm-hm
Hm, hm-hm
Hm, hm-hm-hm
Hm, hm-hm-hm

People, if I ever can get up Off of this old hard killing floor
Les gens, si jamais je peux me lever hors de cet étage meurtre vieux dur
Lord, I’ll never get down this low no more
Seigneur, je ne serai jamais descendre si bas au plus

Um, hm-hm-hm
Hum, hum-hum-hum
Hm, um-hm
Hum, hum-hum
Hm, hm-hm
Hm, hm-hm
Hm, hm-hm-hm
Hm, hm-hm-hm

You know, you’ll say you had money you better be sure
Vous savez, vous allez dire que vous aviez de l’argent il vaut mieux être sûr
But these hard times gonna kill you just drive a lonely soul
Mais ces temps durs va vous tuer juste conduire une âme solitaire

Um, hm-hm
Hum, hum-hum
Umm, hmm
Hum, hum
Umm, hm-hm
Umm, hm-hm
Hm, hm-hm-hm
Hm, hm-hm-hm

(guitar)
(Guitare)

Umm-hm
Umm-hm
Hmm-hm-hm
Hmm-hm-hm
Umm-hm
Umm-hm
Hm-hm-hm
Hm-hm-hm
Hmm, hm-hm-hm
Hmm, hm-hm-hm

(guitar to end)
(Guitare à la fin)