Le Bateau Givre


patternprintsjournal13alberto_seveso

 Le Bateau Givre

Désespérant de t’apercevoir

je retapisse de mémoire les trous de serrure.

Au chevet la lirette prise dans les pantoufles

se tapie

Rien que tu n’aies laissé givrer au carreau

l’ongle s’y casserait

impossible d’écobuer l’haleine

pour sauvetage.

Les bois ont le souffle coupé

c’est encore l’automne

on se croirait avancé en hiver

sans un grog minet à se glisser autour de la gorge

Le  sein du jour tombe au genou

prière

ou

 dernier signe de prostration

Le sauvage s’enfuit

domestiqué à l’aliénation d’un affect rendu frigide

alors qu’il crépite de craquements d’étreintes enflammées

dans l’âtre que je connais.

Niala-Loisobleu – 3 Décembre 2017

 

PLAN Ô SEC


PLAN Ô SEC

Avant m’aime que sa main

se soit posée sur la crémone

son flux sanguin

visitait ses deux hémisphères

L’apporte fenêtre grande ouverte

et les jets radium en pleine floraison

faut s’remuer l’erre

et pas qu’un peuh

Psittttttttttt

impair impasse

fais-toi la paire

et gare anse

atmosphère, atmosphère

caillot dégagé d’l’hôte aile du nord

Circule y a rien avoir

à la sein marre teint

quand l’amour se taire

à quoi serre les bras

se dit-il,

j’vaux mieux qu’un raccourci

de bretelle

Une langue qui haletant de rin

ça étouffe à raser

de baisers baîlle au nez

Laisse ton ambulance au garage

et à pieds enjambe c’te panne de secteur

gagne le mas sage du coeur

là où l’ô live

les abeilles s’font pas passer pour des scies gales

viens fourres m’y !!!

Niala-Loisobleu – 8 Décembre 2016

Man Meditating on a Rock at the Beach --- Image by © Royalty-Free/Corbis

 

Ballade en auto gare


spitzner

Ballade en auto gare

Au petit matin

un reste de brouillard se balance

au dégoulinant des branches des vergues

L’éther assoiffé n’a pas la gueule de bois

Perdu

de l’eau d’un côté comme de l’autre

le hunier ausculte l’horizon

Ô voilà sans vin jour qu’on navigue

j’ai plus de sel sur la langue qu’au bout de l’aqueux

marmonne l’équipage

en tirant des bordées de la veuve poignet

Le con qu’a dit que le matelot à une fille dans chaque pore

devrait être mis en gars l’erre

pour apprendre que 1569 pour 1 mousse

ç’est bien trop long pour chaque un son tour…

Niala-Loisobleu – 05/08/16

paul-delvaux-2

Les je sont faits


Les je sont faits

 

J’en allais

du bruit et des odeurs foraines de fin de marché

Remballe

les caniveaux restent seuls avec leurs têtes de poissons

Les paniers où les dames font provisions

fantasment du banc de légumes

au fruit défendu

tenant l’aqueux par la branche

de l’Arbre de Vie

 

Un camelot sans armure ni destrier

tournoie sa langue cette fois avec sa table-ronde

loterie à faire planer le plomb l’instant d’un tour

faites vos je

rin ne va plus

En rentrant des courses cette femme aux yeux cernés

ne trouve pas la main qui l’empêche de bien dormir

Ses seins lourds tombent à plat de son désir

ses pores sont ensablés

 

Mais est-ce la faute à qui ?

On en cause d’abord

on demande à voir

et on se pose

en plein centre de la question

 

Niala-Loisobleu – 02/04/16

 

14x-Svyat Bazyuk. Surrealist Painter.

 

 

Je n’t’en veux pas, je t’en veux plusse


27 - 1

Je n’t’en veux pas, je t’en veux plusse

Le cartable plein

trousse

d’une maladie de poitrine

Ah que spirales

mes petits carreaux sont pleins de larmes

J’ai cassé ma plume

en piqué

contre ton mur d’absence

Chat fait si longtemps que tu te montres molle

que faudrait te remettre à l’heur d’été

ma grande aiguille

s’fait dépasser par la trotteuse de dit amants

Niala-Loisobleu

27 Février 2016