NON-STOP


d9f275b58cfd2ed93c6eb093879f5b88

NON-STOP

 

La nuit parcourue à train d’en faire

à part les signaux qui s’énervent

font que

nos voix parallèles ne se trompent pas de vaches en choisissant la contrée à traverser

En nocturne l’ouverture est un succès total

ce qui fait qu’arrivé au matin c’est sans discussion que ça reste ouvert

Depuis que nous voyageons en tapis-volant les Cheminées-de-Fées qui se dressent tout du long font servent de carottes pour avancer.

 

Niala-Loisobleu – 21 Janvier 2020

ROUGEUR DES MATINAUX


af837c0066bccf771a4b2ab00abd354f

ROUGEUR DES MATINAUX

La vérité est personnelle.

Prenez garde : tous ne sont pas dignes de la confidence.

Accolade à celui qui, émergeant de sa fatigue et de sa sueur, s’avancera et me dira : «Je suis venu pour te tromper. »

Ô grande barre noire, en route vers ta mort, pourquoi serait-ce toujours à toi de montrer l’éclair?

 

René Char

L’AUBE DU RAYON


 

f2912f69c885907ad382492b9c5358a4

L’AUBE DU RAYON

 

Les buttes des fortifs ont des étreintes que l’histoire trimbale en ne changeant rien à la salive des baisers, ça restera toujours l’essentiel de cette première fois.

Le rire pourrait-il avoir une autre eau quand c’est l’enfant fille ou garçon qui lui donne source ?

Au-dessus de la cour j’ai fait passer un avion en papier catapulté par la rampe de mon escalier. Elle et ses rubans, sa jupe plissée et le petit-bateau qui joue dessous à papa et maman, moi mes galoches, mon béret, mes culottes-courtes et ma pèlerine sous le cartable à dos, le zizi dans l’encrier, que la devanture du bistro bise-bise.

Avant les cathédrales

le noir

Verticale élévation

Tout ça pour dire qu’avant de trouver faut chercher ailleurs que chez Messie.

On a commencé avant que le poil nous sorte, il y avait plus d’oiseaux et moins de tracteurs, mais toujours depuis la vilaine bête des temps jurassiques avec un moyen de faire la guerre.

Avant que les hommes sachent lire et écrire, il me semble que leur humanité avait plus de spontanéité. Les écoles sur ce plan là, ça rend bête.

Si l’arbre et moi on cause c’est bien parce qu’il a plus à dire qu’un rhéteur de foire. D’ailleurs, Ma, je t’ai reconnu le premier jour comme une essence. Tu pousses, deviens forte et donne du fruit. Au bord du chemin de la rue que t’es devenue, de voir tous ces troncs touffus, ça me donne un espoir insensé qui se justifie. On se pose plus la question on est la réponse.

Les cathédrales c’est tout simplement ça.

 

Niala-Loisobleu – 20 Janvier 2020

DE CE BLEU ENTRE LE CHEVALET EMOI


5b2e597168c5b4861a941df0db328ef2

DE CE BLEU

ENTRE LE CHEVALET EMOI

 

D’abord, du coin de la rue du Bac

le rire d’enfant qui s’ouvre avec le caniveau

les éboueurs emportent la nuit avec le bruit du laitier

dans le noir, pelotonné au lit ,  l’imaginaire gratte déjà d’un bleu esquissé

Il y la hauteur d’un cheval

la force du courant

cet inexplicable amour qui fume sur les lèvres de Marthe dans le bol de chocolat

Passent des hauteurs effrayantes que le socle stabilise

sur la rue en éveil la perspective humaine se dessine

je me lève …

Niala-Loisobleu – 20 Janvier 2020

L’EPOQUE 2020/1: SEMAISON


L’EPOQUE 2020/1: SEMAISON

 

Après les Époques 2018 et 2019, voici le premier de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : SEMAISON.

L'EPOQUE 2020 1 SEMAISON 46X38

L’EPOQUE 2020/1

SEMAISON

Niala

Acrylique s/toile

46X36

 

Comme on porte en nous

Les analogies les rudiments de tout

Tu me renifles je deviens

Jusqu’au terme et debout

Tu me promènes dans tes prairies

Humaines Je te conçois et te rassemble

Mufle ravi

Nos mains lentes nos mains lestes

Font tomber les clôtures

Qui figuraient l’amour

Ses harpes diffuses ses accords insensés

Ma fureur vaincue ta douceur accélérée

Habitent le geste en signent la facture

Le fruit La terre célèbre sa totalité

Sa semaison sous nos sabots secoués

De rires s’érige LA maison

 

 

Barbara Auzou.