FRUIT DE PAUME


Suzanne-Valadon

FRUIT DE PAUME

La fenêtre s’embue dans la lueur tiède  qui sort du lit

La roideur de tes seins tient de la chaleur  du gant de peau mis à mes mains

Tu te fous de l’autobus de transport scolaire  qui klaxonne à la grille

Nous resterons à compter les vaches et les trains qui entrent en gare au verger

Le dernier âne du cheptel copine avec la pouliche au crin blond dès le chant du coq

Suzanne Valadon réveille  toute la toile

Deux gros fruits d’automne se montrent en table d’orientation.

Niala-Loisobleu – 02/12/19

Je suis sur le do pendant qu’il reste du vers dans le pré


Je suis sur le do pendant qu’il reste du vers dans le pré

Ainsi chante l’enfant qui est en moi depuis des années

oh si lucide

que ça échappe à plus d’un

Mais échapper au banc du galérien

n’est-ce pas nager libre ?

En tout cas c’est pas barboter

(au sens propre comme au sale)

Il y des crotales dans les escaliers des villes

comme des ailés fans dans la roseraie

mais des oiseaux qui nichent pour peindre bleu c’est plus rare

Quel foutu bazar que ce souk

où on peut même pas marchander la contrainte

Mais à tout prendre

je me sens moi d’être petit

je vois le monde tel qu’il hait

voilà qui me donne une raison majeure

d’aimer

Niala-Loisobleu – 21 Septembre 2017

 

1014735_v1

Suzanne Valadon