FEUILLETS D’ HYPNOS


René Char

 

FEUILLETS D’ HYPNOS

(fragments)

L’intelligence avec l’ange, notre primordial souci. (Ange, ce qui, à l’intérieur de l’homme, tient à l’écart du compromis religieux, la parole du plus haut silence, la
signification qui ne s’évalue pas.
Accordeur de poumons qui dore les grappes vitaminées de l’impossible.
Connaît le sang, ignore le céleste.
Ange : la bougie qui se penche au nord du cœur.)

Vous serez une part de la saveur du fruit.

Amis, la neige attend la neige pour un travail simple et pur, à la limite de l’air et de la terre.

L’acte est vierge même répété.

Le poème est ascension furieuse ; la poésie, le jeu des berges arides.

Si l’homme parfois ne fermait pas souverainement les yeux, il finirait par ne plus voir ce qui vaut d’être regardé.

Notre héritage n’est précédé d’aucun testament.

On ne se bat bien que pour les causes qu’on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s’identifiant.

Agir en primitif et prévoir en stratège.

Nous sommes des malades sidéraux incurables auxquels la vie sataniquement donne l’illusion de la santé.
Pourquoi •>
Pour dépenser la vie et railler la santé ?

(Je dois combattre mon penchant pour ce genre de pessimisme atonique, héritage intellectuel…)

René Char

 

 

 

Aimer

Le don sans demande de caution

Dans le noir de la tête le coeur s’auréole au pouls et en mesure

absente de hallebarde 

La générosité écorche à vif

sans doute pour désinfecter le mal d’aimer

A tout prendre

le mauvais choix que j’ai fait  de vouloir aimer sauve ma conscience et me guérit d’une lèpre incurable, comme je me doigts d’être pour me respecter.

Niala-Loisobleu – 18/03/19

Evadné


René Char

 

Evadné

 

L’été et notre vie étions d’un seul tenant

La campagne mangeait la couleur de ta jupe odorante

Avidité et contrainte s’étaient réconciliées

Le château de
Maubec s’enfonçait dans l’argile

Bientôt s’effondrerait le roulis de sa lyre

La violence des plantes nous faisait vaciller

Un corbeau rameur sombre déviant de l’escadre

Sur le muet silex de midi écartelé

Accompagnait notre entente aux mouvements tendres

La faucille partout devait se reposer

Notre rareté commençait un règne

(Le vent insomnieux qui nous ride la paupière

En tournant chaque nuit la page consentie

Veut que chaque part de toi que je retienne

Soit étendue à un pays d’âge affamé et de larmier géant)

C’était au début d’adorables années

La terre nous aimait un peu je me souviens.

René Char

 

 

(Dans son écoute René vient une fois de plus de me tourner à toi)

Le bois nous cachait, une faîne, un gland  si bien en taire, que le vert se lisait poétiquement

le corps sans erreur de description

d’autres vents l’odeur était faite

et une paix que seule une guerre pouvait avoir mise au monde. Irrésistiblement présente

Le vacillement du repos reste en sommeil debout – au pied de la lettre – la fatigue garde en veille ses virgules sur le mur

 

Passé présent

nos nudités se promettent de trouver la force d’attendre.

 

Niala-Loisobleu – 8 Mars 2019

 

evadne-the-shortest-way14

 

DANS LA MARCHE


DANS LA MARCHE

René Char

 

Ces incessantes et phosphorescentes traînées de la mort sur soi que nous lisons dans les yeux de ceux qui nous aiment, sans désirer les leur dissimuler.

Faut-il distinguer entre une mort hideuse et une mort préparée de la main des génies? Entre une mort à visage de bête et une mort à visage de mort?

*

Nous ne pouvons vivre que dans l’entrouvert, exactement sur la ligne hermétique de partage de l’ombre et de la lumière. Mais nous sommes irrésistiblement jetés en avant.
Toute notre personne prête aide et vertige à cette poussée.

*

La poésie est à la fois parole et provocation silencieuse, désespérée de notre être-exigeant pour la venue d’une réalité qui sera sans concurrente.
Imputrescible celle-là. Impérissable, non; car elle court les dangers de tous. Mais la seule qui visiblement triomphe de la mort matérielle. Telle est la Beauté, la
Beauté hauturière, apparue dès les premiers temps de notre coeur, tantôt dérisoirement conscient, tantôt lumineusement averti.

• Ce qui gonfle ma sympathie, ce que j’aime, me cause bientôt presque autant de souffrance que ce dont je me détourne, en résistant, dans le mystère de mon cœur :
apprêts voilés d’une larme.

La seule signature au bas de la vie blanche, c’est la poésie qui la dessine. Et toujours entre notre cœur éclaté et la cascade apparue.

Pour l’aurore, la disgrâce c’est le jour qui va venir; pour le crépuscule c’est la nuit qui engloutit. Il se trouva jadis des gens d’aurore. À cette heure de tombée,
peut-être, nous voici. Mais pourquoi huppés comme des alouettes?

René Char

 

Couleur primaire d’un mélange éteint que reste-t-il qui ne s’éteigne dès la mise en tube ? Le vent instable fixe l’encablure d’un jour venu à attendre.

On jette plus de pain qu’on en mange. Au point qu’on ne pense même plus à le garder pour nourrir tous ces lapins que le présent élève comme un sacrement.

Ou le dessert à la recette de gâteau manqué.

 

Niala-Loisobleu – 07/02/19

 

LIGNE DE MIRE


f5dabae1f0c2ec04aa9f2c351f3ad27c

LIGNE DE MIRE

 

 

Après le virage de la rue des questions sur le chemin à suivre

à hauteur de butte se creusent les carrières

les champignonnières s’enfoncent en couches

Mises bout à bout les heures de vols changent la forme de la couleur du présent sans que celle d’hier y soit pour grand-chose. La mode cultive l’artificiel pour se faire bonne conscience vis à vis de son sens rétrograde rien ne change sur le fond si ce n’est un recul qui s’accélère. En écoutant ce que je me tais de prononcer j’arrive à mieux lire. Je m’enrichis par une peinture qui s’appauvrit au contact. Tant de place est donnée à ceux qui s’auto-proclament qu’à moins d’une approche psychomotrice de l’art au mental bétonné, la liste des défenestrés genre Nicolas de Staël serait en forte progression.

 

 

Carte postale

 

Mardi

Bien Cher Nicolas,
Le jour est ici presque comme la nuit
du Parc des Princes, mais le sol et le ciel sont
peu animés !
Je suis dans un drôle d’état.
J’aperçois quelquefois la folie à l’horizon
comme la cime rompue du mont Ventoux.
Ce n’est pas désagréable du tout, mais il faut
y aller…
Là le vent ne vous pousse pas !
Toute ma pensée affectueuse

R. C.

Paris, 26 avril 1952

Très cher René,
Je fais pour toi des petits paysages
des environs de Paris pour t’apporter un peu
de mes ciels d’ici et calmer mon inquiétude
à ton sujet ; ce n’est pas que je croie que cela
puisse t’être efficace, mais cela me rassure
un peu en pensant à toi, des couleurs plein
les mains, à ciel ouvert.
De tout coeur.

Nicolas

Ces deux lettres sont extraites de la Correspondance René Char/ Nicolas de Staël.

 

Au vu de la clientèle qui erre sur WordPress, il est clair qu’à moins de vouloir faire accroire, je ne vois rien qui justifie le non-lu par tous ses likes. Mais ne pas penser qu’on ne gagne qu’à rester modeste est incompatible avec un système fondé sur l’imposture et l’impuissance.

 

Niala-Loisobleu – 2 Février 2019

 

 

Stael_Char

DANS LA MARCHE


René Char

DANS LA MARCHE

 

Ces incessantes et phosphorescentes traînées de la mort sur soi que nous lisons dans les yeux de ceux qui nous aiment, sans désirer les leur dissimuler.

Faut-il distinguer entre une mort hideuse et une mort préparée de la main des génies? Entre une mort à visage de bête et une mort à visage de mort?

*

Nous ne pouvons vivre que dans l’entrouvert, exactement sur la ligne hermétique de partage de l’ombre et de la lumière. Mais nous sommes irrésistiblement jetés en avant.
Toute notre personne prête aide et vertige à cette poussée.

*

La poésie est à la fois parole et provocation silencieuse, désespérée de notre être-exigeant pour la venue d’une réalité qui sera sans concurrente.
Imputrescible celle-là. Impérissable, non; car elle court les dangers de tous. Mais la seule qui visiblement triomphe de la mort matérielle. Telle est la Beauté, la
Beauté hauturière, apparue dès les premiers temps de notre coeur, tantôt dérisoirement conscient, tantôt lumineusement averti.

• Ce qui gonfle ma sympathie, ce que j’aime, me cause bientôt presque autant de souffrance que ce dont je me détourne, en résistant, dans le mystère de mon cœur :
apprêts voilés d’une larme.

La seule signature au bas de la vie blanche, c’est la poésie qui la dessine. Et toujours entre notre cœur éclaté et la cascade apparue.

Pour l’aurore, la disgrâce c’est le jour qui va venir; pour le crépuscule c’est la nuit qui engloutit. Il se trouva jadis des gens d’aurore. À cette heure de tombée,
peut-être, nous voici. Mais pourquoi huppés comme des alouettes?

René Char

 

 

 

Ô combien tu m’es de commune présence aujourd’hui encore René…je te croise vêtu de jaune aux quatre coins de l’hexagone et c’est beau comme l’espoir remis au fronton de la devise républicaine qu’un triste sire et sa cour piétinent.

Abus de pouvoir allant jusqu’à interdire l’intention .

Vos allégations minimisantes sont en train de vous rentrer dans la gorge…petit-ministre de l’Intérieur, lèche-bottes à la solde du Roi des Riches…

 

-Un petit-jaune ?

-Oh oui et à la notre !!!

 

Niala-Loisobleu – 17 Novembre 2018

 

20181115120028960-0

 

FERME TA BOÎTE A WEB


60e5241d24dfeadf9f5b9cc39a8d6c99

FERME TA BOÎTE A WEB

 

Vie triée, vie triée…

Me voici à coeur du livre, le marque-page à la corne, Aline et ah comme une chanson tirée par la plage. Nous traversons la glace, couche trop mince qu’un teint jugé pâle n’aura su retenir bien conforme au reflet. Du coup notre image s’en ramasse plein la gueule comme si de connivence ce qui marche pas chez toi doit rejoindre le travers d’ailleurs pour fermer le cercle. Ces jours là sont les plus propices à l’autodafé, sous le coup de la peine injuste on a l’allumette de son propre bûcher sortie de la boîte, bonne à gratter comme si un méjugé pouvait se gagner en appel. Ah la couleur grisée non je la refuse et préfère la brûler que lui ouvrir l’épidémie. Connerie, malversation, c’est assez dur à vivre soi-même sans devoir ramasser pour l’embrouille des autres. Quand on a la merde chez soi faudrait vraiment être maso pour prier celle des autres de venir passer à table. On gagne à se taire plutôt qu’à paraître…

Niala-Loisobleu – 23/09/18

 

ENCART

 

René Char

Les routes qui ne promettent pas le pays de leur destination sont les routes aimées.

La générosité est une proie facile.
Rien n’est plus attaqué, confondu, diffamé qu’elle.
Générosité qui crée nos bourreaux futurs, nos resserrements, des rêves écrits à la craie, mais aussi la chaleur qui une fois reçoit et, deux fois,
donne.

Il n’y a plus de peuple-trésor, mais, de proche en proche, le savoir vivre infini de l’éclair pour les survivants de ce peuple.

La pluie, école de croissance, rapetisse la vitre par où nous l’observons.

Nous demandons à l’imprévisible de décevoir l’attendu.
Deux étrangers acharnés à se contredire — et à se fondre ensemble si leur rencontre aboutissait!

En amour, en poésie, la neige n’est pas la louve de janvier mais la perdrix du renouveau.

René Char