AU FAIT, L’EXISTENCE ?


AU FAIT, L’EXISTENCE ?

J’étale mes paumes sur la claie

je les ai cueillies aux branches de l’Arbre de sa Vérité

son jardin est si grand qu’on s’y perd d’où la necessité de planter des repaires

La menthe en voilà un de sûr

il sent toute l’année

on croise des fleurs en mouvement comme l’anémone marine et l’arôme terrestre en vitrine dans l’Atlantide

je crois dit Michael, l’illégitime y favorise

moi le mécréant je sais qui est mon père

mais exception faite je le crois son mystique à Lonsdale

il sent l’amour comme la femme qu’on traverse pour rester

sacrée Marguerite nom de Dieu autre

J’étale mes paumes sur la claie

elle sourit verte

la Vie Bleue en franchissant la mort.

Niala-Loisobleu – 22 Septembre 2020

ET LA MER


a673a2dc25ab49026a30372367327281

 

ET LA MER

 

Le regard ne rencontre qu’un voilier posé sur un trait d’hippocampe

les sternes sont encore à table

sans que le grincement des élingues ne contredise la promesse du jour

Depuis les carreaux du marais le paludier monte ses cônes vers les sphères

tandis qu’à terre les vignes se portent garantes de vendanges imminentes.

 

Niala-Loisobleu – 22 Août 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TENIR DES MAINS ET GARDER DES YEUX


5c0ba81209d8d96886300121e418e5ac

TENIR DES MAINS ET GARDER DES YEUX

 

Le long d’une rue en suivant le caniveau

boire un trottoir

la couleur des façades prend la musique de l’aveugle qui joue de l’accordéon

il voit et tient la couleur des choses

j’ai les doigts qui me tirent sur une chaise au bord du bassin

l’enfant est parti sur son voilier

voici la chair de bronze des femmes de Maillol

qui m’entraîne au modelage du jour à vivre

puisqu’aux fenêtres la lumière reste ouverte…

 

Niala-Loisobleu – 19 Août 2020

 

5e9f6384faa9963417e6420f485eea69

 

 

AVIDE PERMANENCE


5d59f7fb896bc0da1b3c6b775e249ea2

 

AVIDE PERMANENCE

 

L’éclusier du soleil entre par la porte des Artistes

la ruelle tenant la joue des façades accolée

l’abeille aux jardinières butine

entre les souches c’est toit

Et main tenir la lumière au niveau de la limite

fait l’oeil moins douloureux qu’un mot racoleur

Attention si on vous dit

« Vous êtes entre bonnes mains »

ça peut vous coûter la vue

 

Niala-Loisobleu – 18 Août 2020

SOYONS LIBRES AVEC LE BEL OISEAU QUI PAVOISE


33d1edbebe384edf01f13fd97f1df6e1

SOYONS LIBRES AVEC LE BEL OISEAU QUI PAVOISE

twitter sharing button

 

Le 7-04-2020

SOYONS LIBRES AVEC LE BEL OISEAU QUI PAVOISE

Que de nos révoltes et leurs raisons
Le bel oiseau enivré de silence
Fasse vivre au boisseau : toute distance
Au faisceau de toutes fausses chansons

Son arbre au savoir de sa liberté
Au bruissement avide de ses trilles
Nous renvoie à un beau rêve qui brille
Dont nous trouvons la sève en sa beauté

Nous arborons le drapeau du réel
Dans nos séparations qui nous saisissent
Là – flagellé par le vent – il attise
La nouveau que nous attelons au ciel

Où – comme en partance sillonne Oiseau
Celui du grand air des livres et lyres
Qui résonne en terre comme désir
D’arraisonner guerre avec les ciseaux

De la justice et de la vérité
Pour pactiser avec Savoir qui sonne
Dans tous les pavois de la liberté
Qui – à voir en lice – pour nous rayonne

 

Minod Alain

DU TEMPS RETENU


bdda2a4482a70b8a9d99bbf58a1e3296

DU TEMPS RETENU

Au bout des pavés la barricade s’est retirée

le cheval prend la porte-cochère

Déjà se dessine ton visage

un sourire large de seins sortis

Des vagues que le vent soulève

tes hanches tiennent l’amphore

La barque roule d’un bord à l’autre de l’envie

aux cordes qui accompagne le feuillage jusqu’aux oiseaux

 

Niala-Loisobleu – 16 Août 2020

Il fait un froid à se couper aux mâchoires du vent


dbfeb8713c0a01f07b4f34417c1d8025

Il fait un froid

à se couper aux mâchoires du vent

 

Fatras, ces jours vides ont le don d’être plein de confusion. On en arrive à devoir se curer du prêchoir, pour entendre sa voix intérieure faire bonne toilette entre l’ornière et le Centre du chemin. Faire entrer la voix. L’oeil resté enseveli sous l’avalanche du non-dit, n’avait fait que se protéger sous la visière de la paupière. Si les cons volaient, sans doute ne pourrions-nous plus arriver à nous tenir à la verticale. Tenir debout c’est plus prometteur que ces étalages racoleurs de traiteurs outranciers devant la file des Restos du Coeur. Vitrines de fêtes, putasserie autorisée par une prostitution affranchie par décret. L’enfant est le plus sûr véhicule d’abus sur toute la ligne. Entre le Bien et le Mal du débat philosophique séculaire, Noël insère sa zone franche.

Il fait un froid à se couper aux mâchoires du vent.

Le ressassé ne peut se réchauffer, il se dégoûte froid. Exsangue, une tête de suicidé dans l’espérance. Que j’aime po Noël, c’est prouvé. Je le dis pour le transiter comme le déchet alimentaire qu’il est. Vous allez bien à la selle, demande le véto à l’étalon ? Je monte toujours à cru, répond-île.

J’Amour plus que jamais. Les illuminations artificielles d’une ville à l’autre déplacent le ça à ras en métropole. A faire du brouillard pour truquer le rêve. Les mirages sont justes bons à bombarder les populations. Imagines l’horreur d’avoir l’oeil crevé par un coup de nichon qui n’a d’autre intention qu’aimer. Horrible. Bible ou pas, non je ne tendrais pas l’autre au second.

Faut que je te dise qu’alors que jamais on n’avait pas eu moins d’horizon, j’ai jeté la douleur de ton manque aux façades. Une fois que leur poussière a été retombée, puti  je t’ai vu toute nue, belle comme quand t’es née, couverte de ce premier cri de sang qui mord sans attendre d’avoir des dents !

Niala-Loisobleu – 5 Décembre 2017

 

Aria


Aria

Quel gonflant voile ses cheveux où le fond du vent avoue ne pas s’y trouver ? La beauté se retient de signer ses aveux, pudeur, non, avant tout, refus de se donner à tous. Le corps comme seul composant n’est que l’envoi de l’enveloppe sans lettre à l’intérieur.

Sur la scène d’un regroupement de produits, l’être-caddy embouteille vide. On ne peut se donner à tous du m’aime sentiment, ni appartenir en dehors de soi.. Ce qui rampe s’enfuit au premier bruissement. Dans sa fente la corolle attend la dernière détonation de l’artifice pour laisser sa teneur exhaler (sans bouquet) . Pas besoin de bretelle pour retenir sa poitrine. Le trou de la dentelle contrebande des idées-fausses au creux de l’aisselle.

Je l’aimais. Sans masque, ni jeu-de rôle. Dés non-pipés dans le cornet. Et j’ai perdu, sauf à gagner l’incompréhension quasi-générale. Je n’ai pas la tessiture d’un crooner. Libre à ailes, je ne changerais pas des pôles dans l’image de ma glace.

Niala-Loisobleu – 1er Octobre 2017

 

3261d20fd60b011d67cbb3dfdee227cf

Raoul Dufy