Pays du Crois sans Foi


 22.03.16 - 1

Pays du Crois sans Foi

Tu t’rappelles à air au port

On aime jamais métro

La vie ça vous épris  et boom

Pas le temps de Trenet

Que youp la boum ça saute

T’as décollée pour toujours

Alors je rêve que je dors

Dans chacun de tes p’tits mors sauts

Epars

Pillé

De Toi

Je  t’aime en corps

Dédicace à tout un chacun qui sème

L’amor

Au mauvais endroit du mauvais moment

Niala-Loisobleu

 

Parfaitement parce que


Parfaitement parce que

« J’aime les grands brûlés. Eux seuls répandent cette poignante odeur des fraîcheurs primordiales. J’aime les grands acteurs, avec un seul rôle, celui de leur vie à tenir, à claquer, à brandir. J’aime les saints, leurs couronnes d’épines brillantes des rosées de l’âme. J’aime certains hommes, ceux qui savent que la seule liberté que nous possédons, c’est de choisir ses barreaux. J’aime les poètes, qui claudiquent sur les marelles du mystère d’être, et qui chantent des mots de moelle et de sang à travers tous les bâillons du monde. Je t’aime Philippe Léotard. »

Claude Nougaro

 

 

 

 

Demi-mots amers


Demi-mots amers

D’une épave

échouée

de ce qui reste tu

on entend l’erre

de mots aigres-doux

Ah

laisse cabêche

La couleur grattée

des embruns

rentre au cimetière-marin

Des vertèbres d’une charpente

que l’herminette

avait tirée du bois trempé

le je ne pus se draine

de faux-motifs

gangrènent l’étrave

il faut amputer le non-dit

du coquillage muet

Là au bord

avant que  la prochaine lune

plante sa serpe

dans le do

qui cérumen le chant du sel

Niala-Loisobleu

10 Février 2016