OCRES


35aec7d44e10c3e644460bfff076a664

OCRES

 

Le sol est là, un chien accourt, il est audible le cri qui se libère du caillot

la pluie tourne en ne lâchant qu’un nuage

dans l’odeur de terre remuée le cheval souligne d’un trait le chemin de la maison

 

Niala-Loisobleu – 18/08/19

DU BITUME ABSENT


téléchargement (1)

DU BITUME ABSENT

Tiens prendre une pomme et se laisser croquer par Cézanne devant la victoire d’une montagne forçant le classicisme académique à se corriger. Le silence ne se rompt pas dans le bruit des cartes que les joueurs abattent. Pas plus que la fumée des pipes n’éteint le passage de l’absinthe à travers la cuillère. La salle est si vivante. Les murs ont du dans leur jeunesse avoir une liaison avec la blancheur. Le temps des aventures a laissé ses traces. Le volet bat au fenestron du grenier. Le peu de lumière peut laisser les araignées dans l’ombre, sous la poussière plus rien ne salit, les toiles de Paul ne font que mûrir avec clarté. Ma pensée en traînant dans les senteurs fruitières monte la vallée. Hier j’ai ensemencé l’herbe dans l’endroit de la cigogne. Depuis une maison blanche se penche au-dessus de la falaise quand je passe. je peux prendre le bruit des vagues pour me rafraîchir les tempes, les yeux puisent très profond. Il me semble parfois que je n’ai plus pied.

Niala-Loisobleu – 01/07/19

REBLOG


157419

REBLOG

A deux pas de ma naissance…je me souviens de tout… j’arrivais un matin de Novembre dans une ruche plus que fourmilière. Un froid si aigu règnait en mâitre que je ne vois d’autre explication à la présence créative qui imposait son énergie. D’un piano sans queue sortaient les cris de la pierre tordue dans le métal d’une statue équestre, pendant que la laine filait la lisse d’une vague enchantée. Ô des Capitaines sur chaque pont de ma rive gauche de Seine…ça ne manquait pas.

Des peintres, des sculpteurs, des lithographes, des compositeurs, des danseurs, des comédiens, des poètes, des chanteurs, des acrobates et puis et puis….Avec des empreintes de Bateau-Lavoir et de Dôme, mon dernier foyer créatif parisien se dressait sur ses pieds en faisant venir des artistes pluridisciplinaires du monde entier. Force, énergie, puissance, rien n’y manquait. Le monde se révoltait dans l’arène de la capitale du pays France. Révolution d’Octobre, révolution Khalo, révolution Picasso, révolutions qu’un créateur sans précédent avait tiré de lui, monsieur Paul, Cézanne pour la Ste-Victoire de l’Art. Zola torchant l’article, si J’accuse, les voleurs de blogs aujourd’hui c’est pour l’irrespect qu’ils portent au génie humain.

Quand Barbara se laisse partir à la plume que ou qui crois-tu qu’elle copie hein, Bouffi, crois-tu qu’elle a pas germé la naissance de sa pensée dans ses tripes, en accouchant ses mots ?

Et c’est à elle, à personne d’autre ce qu’elle écrit, personne a le droit de le copier sans son autorisation, c’est la propriété intellectuelle, la propriété de tous les écrits littéraires, musicaux, plastiques, musicaux, etc…

En vous les livrant elle vous donne…ne lui prenez pas…Sans au moins un commentaire.

Niala-Loisobleu – 7 Juillet 2018