VOIE MARITIME


7b6e13902574798ab7a1eae66d0a262f

VOIE MARITIME

 

Le neutre en reculant de plusieurs pas avance plus nettement les contours

Je pense n’être plus qu’à un souffle de tes lèvres

Cette haleine est la preuve du largage des amarres

Elle porte sur elle les fragrances des épices mises en cale

les châssis sont tendus comme un trois-mâts.

 

Niala-Loisobleu – 20/11/19

ENTRE TIEN EMOI 118


cropped-a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c81

ENTRE TIEN EMOI 118

 

Tu n’auras pas les commentaires que j’avais fait sur ton dernier article réédité. Worpress me les a avalé en prétextant qu’une erreur s’était produite. C’est d’autant plus faux que j’exprimais mon attachement à ton écriture, au-delà de tout autre. Je ne dis jamais sa beauté pour ne pas en effriter son visage. A dire avec des mots que l’emphase va réduire, manque la part orgasmique éprouvée. On vient pas dire ça au monde. C’est profondément vertical. Je te regarde en levant les yeux. Traversé, rendu muet, transporté, d’un oeil empoigné. Le paysage se fait d’une réalité qui trouble, Il est les seins nus devant tout. L’imaginaire est d’une réalité confondante. Pour un sale type comme je suis, imagine, on est dans le cas de conscience. Et ce poème que tu remettais, je tombe dedans comme on voit tout devenu bonheur, complicité totale, l’écriture traversière, la nudité collée, je touche ta terre au fond de son herbe drue. Tiens l’automne ramasse la mer et la remet aux arbres, qu’est-ce que ça élingue, ces oiseaux sont les derniers habitants de la canopée. Fou et fier de l’être.

Niala-Loisobleu – 19 Novembre 2019

COMME VIENS LA MUSE


Tu le sens par cette odeur qui veut sortir. Quelque chose t’aspire sous les pieds qui ne peut être marécage. Trop de rayonnement vital dedans.

Tu le reconnais. C’est fluide et pâteux. Ça vient de la tripe. Et l’âme l’entoure.

Déshabille-là la toile jusqu’à toi. Tes doigts vont la tordre, la pincer. D’herbe, de menthe, de marguerite il faut qu’elle coule de tout son sel.

T’es à mer prêt à peindre.

Niala-Loisobleu – 19/11/19

L’ENVOL DU PAPILLON


bc5b77df13a2ecc40ee83031f99af871

L’ENVOL DU PAPILLON

J’ai fini par me l’avouer:
Je me suis forcée à ses apparences
Afin de ne point affronter
Cette peur de la différence!!!

Sans doute pour éviter ce rejet,
Cette triste indifférence,
Et réaliser cet intense souhait
De me sentir enfin appréciée!!!

Qu’en ai-je donc retiré?

J’ai bien essayé dans cette masse
De toute mes forces, de me fondre
Mais ce ne fut pas très efficace!!!
Aujourd’hui, je m’effondre…

A force de plaire à ces gens-là
Je ne cesse de me morfondre!!!
Oui,, je me suis perdue là-bas
Enfermée dans ton monde, Ô silence
Gênant, lourd, destructeur, terrifiant
Evocateur de cette détresse immense:

– Ô tu me renvoies l’écho puissant
De tous ces mots enfouis profondément!!!!-

Bien sûr, ils hurlent depuis si longtemps
Créant un véritable champs de bataille
Au creux de mes entrailles
Et cherchent cette porte de sortie
Pour enfin assouvir cette envie
D’exprimer l’intensité de cette rage
De s’être retrouvés prisonnier
Au coeur de ce violent orage
Sans jamais pouvoir se confier
Sur ta simple décision, Ô Esprit:

– Envahi par cette terrible appréhension
Tu redoutait tant tes ennemis
Qui n’étaient qu’incompréhension
Face à ton besoin d’exister
Pimenté d’une pointe de folie;
Tu en as suscité des jalousies:
Tant qu’il fallait te retrancher
Et mettre un terme à cette existence
Qui éveillait tous tes sens!!!-

Moi qui autrefois donnait toujours le « la »
Et rayonnait par tant de présence
JE fais aujourd’hui le premier pas
Après cette si longue absence!!!

Dorénavant, je vivrai à ma manière
Et tant pis si je déplais
Car je veux rejoindre cette lumière
Celle qui m’attire et me plait!!!!

Oh, je sais du fond de ma raison
Que certains médiront et me mépriseront
Mais avec moi-même, je serai en paix
Et gagnerai ma liberté de m’exprimer!!!

En bref, voici ma petite conclusion,
Je suis juste un être de passion.
Tout comme ce magnifique papillon!!!

Ô je ne vous en donne pas la définition
Pour éviter toute provocation
J’apprécie cette expression:

Au diable toutes ces frustrations
Vive la révolution de mes émotions!!!!

Joh Hope

« L’envol du papillon »
Copyright Joh Hope, 2011 – Extrait de: « Ma Petite Plume d’Or, mon Trésor »