CASS/HEUR


DSC01102

CASS/HEUR

Place d’Italie j’ai vécu une de mes deux Ecoles
Estienne
à la pierre lithographique
début de mon autre combat à la guerre finie
presse le coeur mon gars
mes yeux rêvent d’un bleu qui serait de sel
je m’habille de salines
je ne cherche pas de pardon mais de l’amour
Place d’Italie m’en souvienne cette force de vouloir faire
Les mots de Grindel à l’encre sur la pierre
la leçon de Char à l’effort de la presse
Le monde ne peut changer mais durant ma traversée
il aura tenu parole de poésie
le temps de Chagall
Et ce que j’avais trouvé
des monstres n’ayant que le néant pour devise
associés au mic-mac politique
le brûlent avec la valeur humaine
Place d’Italie, j’ai eu la vie en grain de sel …
Niala-Loisobleu – 18 Novemmbre 2019
Les Salines
Il dit « je ne parle pas et mon cœur brûle »
Je voudrais traverser ce pays
Mes yeux sont plein de guerres, à bouche sèche
Et je n’ai pas d’amis
Il dit « je viens de la mine dans la ville »
Je cherche le pardon et l’oubli
Je m’habille bleu sur la poitrine
Je marche vers les salines
Il dit « personne ne m’a vu »
Il dit que les prières nous sauvent
Et qu’il ne se met plus à genoux
Ceux qui m’ont mis au monde
Ne sont plus en vie
Il dit « personne sur terre ne me connaît »
Je ne parle pas et j’ai tout donné
Le monde est plein de ronces
Et ce que je cherchais
Je ne l’ai jamais trouvé
Il dit « je ne parle pas et mon cœur brûle »
Et j’ai

ENTRE TIEN EMOI 103


cropped-a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c81

ENTRE TIEN EMOI 103

Rue de Seine c’est mes méandres c’est là que je venais vers les Beaux-Arts manger un oeuf dur au percolateur. L’herbe continue de cerner le Louvre bien que les Chargeurs Réunis aient d’autres remorquages en tête. Le Carrousel n’arrive pas davantage que depuis à s’accommoder d’une pyramide aux yeux bridés. Souvent les yeux collés je me réveillais  après la première cigarette sur le quai du métro. Roule la ferraille qui secoue ses cris dans le tunnel, devant soi les yeux absents d’un voyageur de l’immobile, cette femme assise qui a le siège de la galanterie parle comme une marchande de poisson. Premières odeurs d’un paradoxe qui va durer jusqu’à la débauche du soir. Le trottoir me rend à l’air matinal, le musc de ta peau vainc toutes les agressions mélangées, genre celle à la menthe que la dame pipi répand dans les toilettes publiques. L’automobile a encore du  respect pour le piéton, des gosses jouent dans la rue qui sent le boulanger. Les mômes jouent à taper dans une gamelle, le football est loin d’être un bisness qui prend le sport pour alibi. Quand j’ai dit bonjour aux dames de Maillol en traversant les Tuileries, je crois que ton poil que j’avais gardé sur la langue n’a pas réussi à me faire zozoter. J’ai coupé Jeanne d’Arc par la rue de Rivoli, victorieux des sornettes de chaumières et de gardiennes de mous tons. Sur le chevalet, un moineau dans le poing est sur la toile.

 

Niala-Loisobleu -7 Juin 2019