LA TERRE ENTRE MOI-MÊME ET MOI


8df9843c1151a70587c78f9455208fa7

LA TERRE ENTRE MOI-MÊME ET MOI

Une autre écriture une autre langue un autre malheur

les rizières à la place des champs de blé

ici les cosmos et les marguerites là-bas

les montagnes qui se découpent sur l’horizon différemment

J’essaie d’identifier quelques caractères

en les confrontant sur les panneaux de signalisation

aux bizarres transcriptions en lettres occidentales

m’étonnant souvent du son que j’entends

Les enfants qui défilent dans les monuments nationaux

ont des uniformes brillants jaunes pour la plupart

comme le chrysanthème sauvage mais aussi

de toutes les autres couleurs même céladon

Certains de leurs camarades plus âgés

se risquent parfois à se détacher de leur groupe

pour me murmurer « Welcome in Korea »

avec un sourire timidement effronté

Les couleurs des deux drapeaux sont bien les mêmes

mais alors que chez nous cela fait trois panneaux

comme les deux battants immobiles d’une porte

entrouverte on l’espère sur l’aube et le départ

Ici les vagues du yin se lovent dans les flammes du yang

et les trigrammes aux quatre coins ajoutent

le noir de leur écriture mathématique

sur la plage blanche qui claque au vent

L’ail et les cigales comme en Provence

l’explosion des villes et des autoroutes

la hantise des frontières meurtrières

les traces partout des catastrophes et massacres

Amis de l’ancien royaume ermite avant de continuer

mon tour du monde en m’enfonçant de plus en plus

à l’orient si bien qu’à l’extrême je retrouverai

mon village dans ses montagnes à la frontière

Où je vais semer des cosmos pour vous accueillir

tentant de faire passer au brouillard de mes mots

un peu de la lumière de vos soies campagnardes

un peu de la fraîcheur chaleureuse de vos épices

Je souhaite en levant un bol d’alcool de riz

bon voyage à vos inventions votre langue et votre écriture

tout autour du monde pour lui apporter un peu du calme

que vous avez su conserver parmi tant de bruit

 

Michel Butor

AQUA BON


235ace712cbd4ebfaf15281edb94b543

AQUA BON

Cette manie de changer ce qu’on n’a pas demandé ça sert à quoi ? Juste à compliquer au prétexte de prétendre faire plus simple. Quel foutoir.

L’inutile poursuit les décideurs qui ont la réforme-chronique pour seul souci.

Ainsi l’enfant-gâté de la société, le tout-puissant oblige la terre entière à subir ses caprices.

Merde à vos bans.

Laissez-moi mon bord de mer sans changer la couleur de l’ô, ni la fleur de sel, ni les claires, ni les bouchots, ni la lune et son système amarré.

Niala-Loisobleu – 14/11/18

 

AU SEUIL DE LA RUCHE DE SURVIE

Quel miel cherches-tu

reposant tes ailes

entre les rayons

devant le portail

abeille aux yeux noirs?

Celui du désert

dans les alvéoles

entre les écailles

des fûts de colonnes

ou troncs de palmiers

La suie devient sable

dans les alentours

de la basilique

métamorphosée

en une oasis

Je cherche le temps

de l’autre côté

du bourdonnement

le pollen des morts

et l’or du silence

Michel Butor