CETTE VIE A NOUS


Louis Aragon

 

CETTE VIE A NOUS

 

A
Guendrikov pereoulok nous étions tous ensemble assis
Autour de la table dans la pièce commune comme si
Dans l’encadrement de la porte il allait à l’instant paraître
Trop grand pour les meubles-jouets comme un soleil pour les fenêtres

La mort en cinq mois aisément d’habitude on s’y habitue
Tout homme on en parle au passé sur-le-champ quand sa voix s’est tue

Qu’il vous hante c’est une idée un artifice de mémoire
Mais quand dans la chambre à côté s’ouvrait la porte de l’armoire
Et l’on voyait pendre au revers ses cravates qui est-ce qui
N’aurait derrière soi cru voir soudain passer
Maïakovski

On a beau faire on a beau dire il est là joue aux cartes fume
Et ses vers chantent quelque part dans la poche de ses costumes
Il s’étire un peu c’est cela que vous appelez voyager
Avec ces épaules qu’il a les horizons lui sont légers 1 lui faut l’espace des mers pour que son poème appareille
U lui faut la roue et le rail pour scander la rime à l’oreille
U dit qu’il partira demain sans savoir encore pour où
Pour
Paris ou pour le
Pamir pour la
Perse ou pour le
Pérou
Le monde est pour lui du billard et rouge en tête la parole
Roule à travers le tapis vert et fait à tout coup carambole

Hélas il est vraiment parti
Pourquoi
Le saura-t-on jamais
Le demander serait féroce à ceux-là qui vraiment l’aimaient
Tant de fois il avait promis de ressusciter des enfers Ça semblait une métaphore
Au moins une drôle d’affaire
On en a le cœur à l’envers maintenant quand on le relit
Et s’il s’en revenait un jour
Taisez-vous je vous en supplie
La
Neva ne dérive plus d’ours comme lui pris dans ses glaces
Il ne sera qu’une statue un boulevard un nom de place
Familièrement l’oiseau viendra se poser sur son bras
Dans le bronze du vêtement c’est le vent qui frissonnera

J’aurai toujours devant les yeux le
Mostorg de mil neuf cent trente
Grande halle mal éclairée et rien du tout ou presque en vente
Comptoirs déserts avec une maigre marchandise dans un coin
Que les gens comme du brouillard se contentent de voir au loin
Sous les longues banderoles de toile rouge à lettres blanches
Où sur la pauvreté de tout l’avenir prenait sa revanche
Des paysans dépaysés des femmes demandant les prix
Il y avait au fond un sombre rayon de joaillerie
Cinq petites cuillers en argent que gardait un employé pâle
Et la neige faisait à terre un réseau de pas triste et sale

J’ai connu les entassements entre des murs jamais repeints
J’ai connu les appartements qu’on partage comme une faim
Comme un quignon de pain trouvé l’angine atroce des couloirs
Les punaises les paravents les cris et les mauvais vouloirs
J’ai connu le manque de tout qui dure depuis des années
Quand une épingle est un trésor
Et les enfants abandonnés
Et tous les soirs dans les tramways ces noires grappes de fatigue
Aux marchepieds où les fureurs et la brutalité se liguent
Et les souliers percés l’hiver dans une ancienne odeur de choux
Et les bassesses qu’on ferait pour s’acheter des caoutchoucs

Pourtant c’est dans ces heures-là cette crudité d’éclairage

Je ne m’explique aucunement comment s’est produit ce mirage

Que j’ai pour la première fois senti sur moi des yeux humains

Frémi des mots que prononçaient des inconnus sur mon chemin

Tout comme si j’avais reçu la révélation physique

Du sourd à qui l’on apprend un jour ce que c’est que la musique

Du muet à qui l’on apprend un jour ce que c’est que l’écho

L’ombre a pour moi pris la clarté des nuits qu’a peintes
Dovjcnko

Je me souviens
C’était alors
Un film intitulé
La
Terre

Le clair de lune était si beau qu’il n’y avait plus qu’à se taire

Il s’échappa du serre-tête une mèche de cheveux blonds

Grande fille couleur de pierre au fond de la pile d’un pont

Qui creusait la boue et le fleuve
Elle s’arrête elle s’étonne

De tant de gens sur le chantier
O
Dnieproguess ô pluie d’automne

Ô grand barrage d’espérance et devant l’ennemi demain

Tant de courage et tant de peine il sautera des mêmes mains

Un soir de
Nice on écoutait la radio douze ans plus tard

J’ai retrouvé ce souvenir la fille blanche et son regard

Et j’ai revu tous les détails de ce travail mal défendu

Et les morts et les survivants qui vont rêvant au temps perdu

Comment trouver les mots pour exprimer cette chose poignante
Ce sentiment en moi dans la chair ancré qu’il pleuve ou qu’il

vente

Que tout ce que je fais tout ce que je dis tout ce que je suis
Même de l’autre bout du monde aide ce peuple ou bien lui nuit
Et nuit à mon peuple avec lui
Crains ah crains jusque dans tes

rêves

Quand l’outil pèse qu’on soulève d’agir comme un briseur de

grève

Et je vois les gens ricaner supérieurs indifférents
L’architecture leur déplaît
Bien sûr c’est aux chefs qu’on s’en

prend

Mais ceux qui saignent de tenir une pierre un câble une corde
Que venez-vous leur raconter professeurs de miséricorde

 

louis Aragon

Chanson noire


1274129873_aragon_triolet

Chanson noire

Mon sombre amour d’orange amère
Ma chanson d’écluse et de vent
Mon quartier d’ombre où vient rêvant
Mourir la mer

Mon doux mois d’août dont le ciel pleut
Des étoiles sur les monts calmes
Ma songerie aux murs de palme
Où l’air est bleu

Mes bras d’or mes faibles merveilles
Renaissent ma soif et ma faim
Collier collier des soirs sans fin
Où le coeur veille

Dire que je puis disparaître
Sans t’avoir tressé tous les joncs
Dispersé l’essaim des pigeons
A ta fenêtre

Sans faire flèche du matin
Flèche du trouble et de la fleur
De l’eau fraîche et de la douleur
Dont tu m’atteins

Est-ce qu’on sait ce qui se passe
C’est peut-être bien ce tantôt
Que l’on jettera le manteau
Dessus ma face

Et tout ce langage perdu
Ce trésor dans la fondrière
Mon cri recouvert de prières
Mon champ vendu

Je ne regrette rien qu’avoir
La bouche pleine de mots tus
Et dressé trop peu de statues
À ta mémoire

Ah tandis encore qu’il bat
Ce coeur usé contre sa cage
Pour Elle qu’un dernier saccage
La mette bas

Coupez ma gorge et les pivoines
Vite apportez mon vin mon sang
Pour lui plaire comme en passant
Font les avoines

Il me reste si peu de temps
Pour aller au bout de moi-même
Et pour crier Dieu que je t’aime
Je t’aime tant

 

Louis Aragon

JE T’AIME PAR LES CHEMINS NOIRS


fa211e31b2cb6aa24b849a83a75eb383

 

 

 

 

 

 

JE T’AIME PAR LES CHEMINS NOIRS

 

Je t’aime par les chemins noirs comme ceux-là qui n’ont demeure
Et qui marchent toute la nuit toute part à se dépenser
J’inscris ton nom sur tous les murs qu’avec moi mon amour ne meurt
Qu’ils soient mémoire à mon murmure et preuve par où j’ai passé

Où j’ai perdu mon ombre humaine où j’ai mêlé vivre et mes rêves
Où j’ai pris ta main dans ma paume et croisé tes pas de mes pas
Tant qu’enfin le temps qui se lève ainsi qu’un parfum parachève
L’aube de nous dont la merveille est que nous ne la verrons pas

Je t’aime au-delà de mon âme au-delà des soirs et des jours
M’entends-tu quand je dis je t’aime à t’’enlacer à t’en lasser
Je suis la faim que rien ne comble et la soif que rien ne secourt
Et pas un instant de ma chair assez ne t’aura caressée

Je t’aime au-delà d’être un homme au-delà de toucher et voir
Au-delà des mots qui me font au profond du cœur ce grand bruit
Au-delà même du vertige où tes yeux m’étaient seuls miroirs
Je t’aime au-delà de moi-même où même t’aimer me détruit

Je t’aime comme d’épouvante et comme de mon ventre ouvert
Je ne suis que le cri terrible où tu t’éloignes de ma plaie
L’arrachement de ta présence et le péril de ton désert
O toi mon éternel partir toujours de moi qui t’en allais

 

Louis Aragon

 

 

LUNDI DE PENTE CÔTE


P1050865

LUNDI DE PENTE CÔTE

(L’Epoque 2019/27 – Niala – Acrylique sur toile 46×33)

 

Vent sur lui-même

Une concrétion surgie brise le tain du ciel

les pontons comme des bers qui chôment sont en pause

L’Île St-Louis écumée la fondation de Notre-Dame demeure

sauf la justice et le chêne

Rive-Gauche

l’Ecluse garde Barbara vivante comme cette marguerite qui tient l’effeuillage passionnément dans l’égarement d’Aragon pris entre deux genres sexuels et une politique sacrilège de foi abusive

À CHAQUE »PAS
À »chaque »pas »lent »hors »des »pas
hors »des »pas »hors »du »paysage
on »tire »à »chaque »pas »trop »lent
hors »de »soi »toute »l’image
pour »aller »vers »le »souvenir
voyageur »qui »recule »en »avant
sans »bouger »de »l’énorme »instant
dont »chaque »pas »à »chaque »pas »nous »sépare

Ludovic Janvier

Paris gisant, la pierre granite sa rosace anale à l’horizontale d’un roi dément

J’ai la main gauche bisexuelle de l’Androgyne et les deux pieds dans L’Epoque 2019 pour un 27ème à deux en solo

Le dos en taire battu de la cathédrale enfouie sous la mer de Porto-Cristo, village natal de Rafael Nadal

Obstination insoumise et irrévérencieuse du cheval qui laboure en vers et contre tout un lundi de congé.

 

Niala-Loisobleu – 10 Juin 2019

ENTRE TIEN EMOI 54


cropped-a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c81

ENTRE TIEN EMOI 54

 

Roux d’un poil de sang le renard la gueule pointue rentre des dents. Sous le grillage de basse-cour se presse la poitrine. Le dos de la chaise frémit. La mort supposée sent passer un rai moins moribond que les déceptions successives. La vie sans comprendre éprouve l’espoir sans se poser de question véritable. L’amour n’est-il pas autodidacte ? L’à prendre par soi-même qui n’en doit pas passer par là ?

POESIES POUR TOUT OUBLIER

Voulez-vous parlons d’autre chose

Il y a des esprits moroses

Des esquimaux des ecchymoses

Desnos disait des maux exquis
Il neige sur les mots en ski
Chez qui chez qui

On ne meurt plus que de cirrhose
On ne lit plus que de la prose
On s’en paye une bonne dose

Desnos disait que c’est la vie
La prose et peignait au lavis
Ce bel avis

Le dernier poème où l’on cause
Le dernier laïtou qu’on ose
Où ai-je mis le sac à
Rrose

Desnos ne vous a pas dit tout

Ni pourquoi les jolis toutous

Vont à
Chatou

Il faut prendre à petite dose
Les lapins animaux qu’on pose
Dans les bois de
Fausse-Repose

Si l’on veut les points sur les i
On a perdu la poésie
A
Vélizy

C’est par un matin de nivôse
Sur l’autoroute l’auto rose
D’un oto-rhino l’on suppose

En passant qui laissa tomber
Dans un numéro de
Libé
Le beau bébé

Il règne des vues diverses
En matière de divorce
On n’en tranche point en
Perse
Comme en
Corse

Il y a des gens simplistes
Devant la gare de l’Est
Qui reprochent aux cyclistes
D’être lestes

Un camelot vend de la crème À raser boulevard du
Crime
Tandis qu’à maquiller les brèmes
Un maquereau s’escrime

C’est un sale métier que de devoir sans fin

N’étant coupeur de bourses
Bonneteur charlatan monte-en-1’air aigrefin

Vendre la peau de l’ours

A
Paris les fourreurs écrivent en anglais

Selon d’anciennes mœurs
Le mot furs que la rime enseigne s’il vous plaît

À mieux prononcer
FURS

Cela n’attire plus les clientes blasées

Par ces temps de be-bop
Et ni le lapin russe ou le mouton frisé

Dans leurs tristes échoppes

La martre-zibeline allez c’est plus joli

Sur
Madame en
Packard
Que quand le paradichlorobenzène emplit

Le nez et les placards

On demeure parfois pendant des jours entiers
Tout seul dans sa boutique

Et cette odeur de peaux qu’il faut que vous sentiez
N’est pas très romantique

L’opossum à la fin c’est tout aussi lassant

Que la loutre marine
Oh qui dira l’ennui qui prend le commerçant

Derrière ses vitrines

Quand je pense pourtant aux perceurs de plafonds

Dont la vie est si dure
Au cinéma j’ai vu comment ces gens-là font

Et
Dieu sait si ça dure

À ceux qui pour avoir le respect du milieu

Et de belles bottines
Livrent leur sœur cadette à de vilains messieurs

Pour des prix de famine

À ces voleurs d’enfants que de stupides gens

Familles inhumaines
Faute de déposer dans un arbre l’argent

A l’assassinat mènent

À ceux pour hériter qui se trouvent réduits

A saigner dans des cuves
Des femmes qu’en morceaux fort longuement on cuit

Sur un fourneau
Becuwe

Je me dis caressant mes descentes de lit

Mes manchons mes écharpes
Qu’il ne faut pas céder à la mélancolie

Et se joindre aux escarpes

Qu’un magasin vaut mieux que de faire en prison

Des chaussons de lisière
Et mieux cent fois brosser les manteaux de vison

Que buter les rentières

Mieux lustrer le renard que d’aller proposer

L’héroïne à tant l’once
Mieux chez soi demeurer où sont entreposés

Le castor et le skunks

Et puis qu’on ait ou non vendu son chinchilla
Son hermine ou son phoque

Il vous reste du moins cet amer plaisir-là
Vitupérer l’époque

Vous direz ce que vous voudrez
Mais le progrès c’est le progrès

Tout change et se métamorphose
Avec le temps il est des choses
Qu’on croyait de bon placement
Et qui n’ont duré qu’un moment
Par exemple l’eau de mélisse
Dont nous avons fait nos délices
Croyez-vous toujours qu’il y a
Des
Dames au
Camélia À présent mourir poitrinaire
Est tout ce qu’on fait d’ordinaire

Vous direz ce que vous voudrez
Pour un progrès c’est un progrès

Qu’un banquier voulût se choisir

Pour successeur tout à loisir

Un jeune homme propre et rangé

Il lui suffisait de bouger

Un peu ses rideaux sur la tringle

Et de le voir pour une épingle

Traversant la cour se baisser
Le professeur
Freud est passé
Refermez donc vos brise-bise
Rien de fait sans psychanalyse

Vous direz ce que vous voudrez
Pour un progrès c’est un progrès

Ceux qui faisaient tirer naguère
Leur ressemblance par
Daguerre
Et qui pour leur salon s’offraient
Un petit
Dagnan-Bouveret
Ah les cochons comme ils ornèrent
Leurs vaches de cosy-corners
Mais aujourd’hui c’est à
Dali
Qu’ils demandent leurs ciels-de-lit
Ils remplacent leurs lampadaires
Par des mobiles de
Calder

Vous direz ce que vous voudrez
Pour un progrès c’est un progrès

Quand je pense que l’on s’obstine
A user de la guillotine
Moyen qui peut être excellent
Mais un peu lent mais un peu lent
Mandrin de nos jours et
Cartouche
Font enfantin pour ce qui touche
Aux modernes philosophies
La bagnole et le rififi
Il faut bien donner au trafic
Son visage scientifique

Vous direz ce que vous voudrez
Pour un progrès c’est un progrès

Il a fui le temps des apaches
Plus de surins et plus d’eustaches
Plus d’entôleuse au coin des rues
La cuisinière de
Landru
Relève de la préhistoire
Depuis qu’on a les crématoires
Qui déjà soit dit entre nous
Font un peu conte de nounou
Quand on pense à ce qu’on peut faire
En passant par la stratosphère

Vous direz ce que vous voudrez
Pour un progrès c’est un progrès

On n’a pas épargné les phrases
Quand
Guillaume employa les gaz À plus rien tout ça ne rima
Au lendemain d’Hiroshima
Sans doute l’homme vient du singe
C’est un singe qui a du linge
Des lettres des traditions
Nous sommes en progression
De l’homme sur le quadrumane
Du pithécanthrope à
Truman

Vous dire ce que vous voudré
Il y a prograis et prograis

Louis Aragon

 

Dans l’intervalle où la lagune pose l’espace pour combler le manque, une barque glisse, juste des cris d’oiseaux pour la tracter. Impression en tâches de couleurs pointillées. Le poussin a grandi. Le renard transporte sa faim. Sur la voie initiale demeurée pure l’oeuf va éclore prématurément. Il faut un certain temps pour sortir la Merveille de son plan. La buée des étoiles l’arrose à constituer sa nappe.

 

 

Niala-Loisobleu – 05/04/19

ENTRE TIEN EMOI 41


 cropped-a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c81

ENTRE TIEN EMOI 41

Branlant à déchausser, la pierre de voûte sortant du trousseau monta à bord d’un vol vers le triangle des Bermudes. Irréductible phénomène soumis à variations de disparition. Comme les problèmes de robinets sont liès aux fuites. La goutte paralyse. Arrachant dans son bain d’urée, d’acides propos qu’on aurait pas soupçonnés une minute avant. On dirait du Monsieur de La Pallice laissant un écrit pour épitaphe: « Cinq minutes avant de mourir il vivait encore ». Donner le bien et voir qu’il est mal reçu trouble l’entendement. Le triste se joint au gai, sol y sombra, où va-t-on ? Nulle part on est en plein dans  la confusion où se déroule la vie. Eternel chassé-croisé du sol y sombra. Et cette histoire est vraie il ya bien un grave problème d’eau chez moi…

Niala-Loisobleu – 27 Mars 2019

 

 LES MOTS QUI NE SONT PAS D’AMOUR

 

Il est inutile de geindre

Si l’on acquiert comme il convient

Le sentiment de n’être rien

Mais j’ai mis longtemps pour l’atteindre

On se refuse longuement
De n’être rien pour qui l’on aime
Pour autrui rien rien pour soi-même Ça vous prend on ne sait comment

On se met à mieux voir le monde
Et peu à peu ça monte en vous
Il fallait bien qu’on se l’avoue
Ne serait-ce qu’une seconde

Une seconde et pour la vie
Pour tout le temps qui vous demeure
Plus n’importe qu’on vive ou meure
Si vivre et mourir n’ont servi

Soudain la vapeur se renverse
Toi qui croyais faire la loi

Tout existe et bouge sans toi
Tes beaux nuages se dispersent

Tes monstres n’ont pas triomphé
Le chant ne remue pas les pierres
Il est la voix de la matière
Il n’y a que de faux
Orphées

L’effet qui formerait la cause
Est pure imagination
Renonce à la création
Le mot ne vient qu’après la chose

Et pas plus l’amour ne se crée
Et pas plus l’amour ne se force
Aucun dieu n’est pris sous l’écorce
Qu’il t’appartienne délivrer

Ce ne sont pas les mots d’amour
Qui détournent les tragédies
Ce ne sont pas les mots qu’on dit
Qui changent la face des jours

Le malheur où te voilà pris
Ne se règle pas au détail
Il est l’objet d’une bataille
Dont tu ne peux payer le prix

Apprends qu’elle n’est pas la tienne
Mais bien la peine de chacun
Jette ton cœur au feu commun
Qu’est-il de tel que tu y tiennes

Seulement qu’il donne une flamme
Comme une rose du rosier
Mêlée aux flammes du brasier
Pour l’amour de l’homme et la femme

Va
Prends leur main
Prends le chemin

Qui te mène au bout du voyage

Et c’est la fin du moyen âge

Pour l’homme et la femme demain

Cela fait trop longtemps que dure
Le
Saint-Empire des nuées
Ah sache au moins contribuer À rendre le ciel moins obscur

Qui sont ces gens sur les coteaux
Qu’on voit tirer contre la grêle
Mais va partager leur querelle
Qu’il ne pleuve plus de couteaux

Peux-tu laisser le feu s’étendre
Qui brûle dans les bois d’autrui
Mais pour un arbre et pour un fruit
Regarde-toi
Tu n’es que cendres

Chaque douleur humaine sens-La pour toi comme une honte
Et ce n’est vivre au bout du compte
Qu’avoir le front couleur du sang

Chaque douleur humaine veut
Que de tout ton sang tu l’éteignes
Et celle-là pour qui tu saignes
Ne sait que souffler sur le feu

Mais tout ceci n’est qu’un côté de cette histoire
La mécanique la plus simple et qui se voit
Une musique réduite au chant d’une voix

Il y manque ce qui dans l’homme est machinal
Les gestes de tous les jours qui ne comptent pas
Les pas perdus
Les pas faits dans ses propres pas

Tout le silence et les colères pour soi seul
Tout ce qu’on a sans jamais le dire pensé
Les meurtres caressés les démences chassées

Il y manque tout ce que parler effarouche
Il y manque l’accompagnement d’instruments
Comme d’une barque barbare au loin ramant

Ce qu’on peut tous les jours lire dans le journal
Ce qui vient déranger les rêves à tout coup
Ce qu’on n’a pas choisi qui soit et vous secoue

Il y manque avant tout les tremblements de terre
Et comme on se sent jusqu’à l’os humilié
Un jour à rencontrer un regard spolié

Il y manque le hasard au tournant des routes

Les passions les occupations qu’on a

Et l’art comme le vin des
Noces de
Cana

Tenez
Qu’est-ce pour vous ce voyage en
Hollande
Où vous ne verrez pas ces étranges statues
Devant la mer comme des fauves abattus

Qu’un trafiquant naguère apporta dans des caisses
Avec cent autres merveilles des pays chauds Échafaudages peints d’encre d’ocre et de chaux

Mis à intervalles réguliers sur la terrasse

A tout jamais sur les steamers qui tourneront

Le coquillage vert et roux de leur ceil rond

Que comprenez-vous au jeune homme dont je parle
Si vous ne connaissez chez lui ce goût profond
Des sculptures qu’au bout du monde des gens font

Et comment s’expliquer son voyage à
Genève
Que fait-il à
Cardiff dans la saison des pluies
Au
Caledonian
Market est-ce encore lui

Qui cherche avidement des dieux dans la poussière

Vieux continent de rumeurs
Promontoire hanté

Nous nous sommes fait d’autres idoles

Il y a des reposoirs dispersés à ces religions non écrites

Souvent comme une profanation secrète des autels apparents

J’ai traversé l’Europe

Je me suis assis un peu partout sur des pierres je me suis

Arrêté dans le pays des rêves

Combien de fois ai-je été voir à
Anvers la braise d’or de tes cheveux ô
Pécheresse

À
Strasbourg la
Synagogue aux yeux bandés comme dans la chanson de celui qui tua son capitaine

Le squelette de
Saint-Mihiel le
Portement de
Croix à
Gand

Le visage régulier de
Bath qui semble une place
Vendôme

Le
Rhône comme un batelier fou débarquant les corps des tués aux
Alyscamps

Et le beau
Danube jaune

Quelque part entre
Lausanne et
Morges ces coteaux étayés de murs bleus où mûrissaient les vignes de
Ramuz

Uzès
Le jeune
Racine s’y accoude à la terrasse des clairs de lune

Sospel à chaque fois les pins incendiés comme pour y mieux effacer les traces de l’exil et
Buonarroti proscrit

Mais il y a des pays qui n’ont pas de nom dans ma mémoire

Des gares où j’ai perdu deux heures pour attendre un train

Des villes qui ne sont que passage d’arbres flottés sur leurs fleuves

Un désert d’entrepôts dans un port qu’emplit une futaie l’hiver

De hauts réservoirs dans la montagne

Des villages de soleil et de froment

Une région de fontaines bruissantes je ne sais où sans carte en automobile et que je n’ai jamais retrouvée

Des chemins de crête poudroyants de lumière

Et dans l’à-pic des rocs cette chapelle d’ombre où
Charles
Quint s’humilia

J’ai voulu connaître mes limites

Et ce n’est pas assez de
Brocéliande ou
Dunsinane

De la
Forêt-Noire et de l’Océan

Car j’ai dans mes veines l’Italie

Et dans mon nom le raisin d’Espagne

Est-ce que je ne suis pas sorti de ce domaine de cerises

Où est ma place
Est-elle avec ce passé des miens

Femmes de chez nous le pied court et la jambe haute

Les petits cheveux bouclant sur la nuque dont vous étiez si fières

Avec sous la peau blonde et transparente ô lionne

Le sang lombard des
Biglione

Et le goût des pleureuses à dramatiser la parole

Où roule cet écho profond de l’oraison funèbre

Cette voix d’hier douce et voilée

De
Jean-Baptiste
Massillon aux
Salins-d’Hyères

Est-ce que j’appartiens encore à ce monde ancien

Où est la clef de tout cela
Je vais je viens

Faut-il toujours se retourner

Toujours regarder en arrière

J’ai traversé retraversé l’Europe

Et je traînais dans mes bagages
Quelques livres couverts de feu
Qui venaient du
Quai de
Jemmapes

Comme c’était écrit dessus

Ils parlaient d’un pays la moitié de l’année enfoui dans la neige avec le vent qui siffle à travers les maisons de bois les péristyles à colonnes des demeures
nobles

Les palissades des chantiers beiges grises dentelées

Tout un peuple dans les haillons d’un empire veillant coupant en deux ses cigarettes le fusil

Entre les mains de chaque homme

Les journaux muraux

Et la débâcle et les chansons

Mais tout ce qu’ils disaient ces bouquins au parfum d’interdit

Ils le disaient dans un langage austère et grisant comme un renoncement des poètes

Le vocabulaire abstrait d’une expérience inconnue

Moi je lisais tout cela sans bien comprendre

Comme devant l’obélisque à
Louksor les soldats regardent les signes humains

D’idéogrammes indéchirTrés

Des choses pourtant toutes simples
Sans entendre

Par la campagne le printemps détrempé
Sans voir

Les villes de meetings pleines à déborder d’une passion qui recommence

Et la débâcle et les chansons

Qui a raison d’entre ces hommes

Avec leurs noms compliqués dans le mirage des
Révolutions
Je me perds dans les schismes

Qui a raison

Qu’ai-je besoin du sablier des
Sabéens des
Sabelliens
Je demande ici la vérité des Évangiles

Or j’avais commencé
Lénine à la façon de
Raymond
Lulle ou
Saint
Augustin

Je le tire de ma valise à
La
Ciotat

A
Ustaritz ou à
Saint-Pierre-des-Corps

Bien des choses me sont obscures

D’être écrites précisément dans le parler de chacun

J’avais-t-il oublié le sens élémentaire des mots

À chaque vocable employé je mesure mon ignorance

Il faudra

Il faudra que je reprenne tout du commencement

Tout traduire

Et la débâcle et les chanson

Louis Aragon