LES VÊPRES INTERROMPUES


2539b631c3c9028a6fe85ebf5454416c

 

 

LES VÊPRES INTERROMPUES

Ce que je garde en moi je l’étouffé et le tue
Et quand je fermerai les yeux à la lumière
Nul ne saura de toi ce que j’en aurai tu
Douceur des choses coutumières

Je n’ai plus très longtemps devant moi désormais
Chaque vers que j’écris c’est mon sang que je donne
Si je fais le choix d’août sans doute est-il un mai
Que ne dira jamais personne

Tout soir élu n’a-t-il pour effet un matin
Au fond de ma mémoire à jamais qui demeure
C’est un triste marché qui me laisse incertain
Devant en moi tout ce qui meurt

Or notre cœur s’éteint peu à peu doucement
Avec ceux qui premiers dans l’ombre nous devancent
Depuis douze ans déjà tu n’es plus là
Maman
Pour te rappeler mes enfances

Chacun porte à sa lèvre une main dérobée
A ses propres baisers chacun se reconnaisse
Je n’aime pas marcher sur les roses tombées
Pourquoi parler de sa jeunesse

Nous avons tous cueilli dans nos jours et nos nuits
Ces trèfles que séchés si longtemps nous gardâmes
Et la fraîcheur d’une aube en mil neuf cent dix-huit
Me ramène au
Chemin des
Dames

Je pourrais en parler mais sauriez-vous pourquoi
Le silence soudain m’effraye et tout m’étonne
L’absence de canon
L’espace devant moi
Ce lent cavalier dans l’automne

La guerre abandonnait devant nous ses tranchées
On voyait au lointain des champs encore verts
C’est là que j’ai trouvé ce livre ayant marché
Sur un mort qui lisait des vers

Je l’ai comme un voleur pour le lire emporté
Dehmel
Liliencron
Wedekind votre lied
Cette dernière nuit lequel l’avait chanté

A ce pauvre enfant aux yeux vides

Klingling, bumbum und tschingdada
Zieht im
Triumph der
Perserschah?
Und um die
Ecke brausend brichts
Wie
Tubaton des
Weltgerichts,
Voran der
Schellentrager…

Passez mes souvenirs mes ombres mes idées
J’ai parlé quelque pari de ces faisans si lourds
Qui tombaient fascinés par le
Rhin débordé

Dans la plaine au nord de
Strasbourg

Terrasses de parfums ma ville d’épopée
Ronda d’Andalousie une nuit de chaleur
Que le tage profond coupe comme une épée
Ici j’ai connu ma douleur

J’en portais avec moi partout la symphonie
Londres dont les soleils dans la brume agonisent
Paris ses marronniers tout de suite jaunis
J’ai voulu mourir à
Venise

Passez mes souvenirs folie ô mes années
Et tu vins en novembre et sur quelques paroles
Ma vie a tout d’un coup tout autrement tourné
Un soir au bar de la
Coupole

Avant toi je n’étais qu’une ombre inassouvie
L’errement de moi-même aveugle aveugle et sourd
Tu m’auras tout appris lumière de ma vie
Jusqu’à voir la couleur du jour

Toi qui rouvris pour moi le ciel de la bonté
En moi qui réveillas les musiques profondes
Toi qui m’as fait moi-même et m’as dit de chanter
Comme un enfant devant le monde

Demeure mon amour heureux et malheureux
Demeure mon amour dans mes bras prisonnière
Soleil secret du cœur qui n’est que pour nous deux
Ma chère amour seule et dernière

Si de ce que j’écris ne restait que ton nom
Je saluerais la gloire éternelle des choses
Où ton nom chanterait comme fait le
Memnon
Au seuil brûlé des sables roses

Souviens-toi
Trente-six
Octobre nébuleux
Eisa c’était la nuit
La guerre et son silence
Pour la première fois prirent la couleur bleue
Pour nous dans la rue à
Valence

Trois ans
Ce fut
Paris à son tour qu’on vendit
Une fenêtre ouverte à
Nice sur la mer
Choisis le ciel de ton supplice avais-tu dit
Nous rendit l’hiver moins amer

La vie est ainsi faite et la beauté du chant
Fait oublier parfois que triste est le poème
Le bouquet d’Éluard comme il était touchant
A la gare du
P.
L.
M.

Les voilà réunis les frères séparés
Si longtemps si longtemps cela fut donc possible
Un jour viendra trop tôt nos deux mains desserrer
Soyons des amis invincibles

Non la nuit ne peut pas durer l’éternité
Paul et l’aube viendra du grand amour de
France
J’ai quitté pour le vrai ce faux nom emprunté
Dans l’été de la délivrance

Le plus beau jour toujours contient quelque regret
Dont on trouve le goût peu de temps après boire
Et que la vie est belle après tout le dirait
Simplement l’histoire d’un soir

Vêpres où l’hirondelle à longs coups de ciseaux
Rejoint l’ombre du nid je choisis l’instant calme
Où s’apaisent les cris de l’homme et de l’oiseau
Dans le crépuscule napalm

Avec quel mauvais goût s’achève la journée
Les nuages ont pris des teintes de folklore
Le couchant martyrise une terre vannée
De procédés technicolores

L’hiver tiède a l’odeur douce des machmallau
C’est l’heure où la lumière apparaît périssable
On attend pour rentrer que s’éteigne l’éclat
D’une mer mourant sur le sable

Une mer qui ressemble aux jardins suspendus
Une mer où la nuit en plein jour se devine
Et qui pour s’endormir comme un refrain perdu
Cherche l’épaule des collines

Le vent disperse une lessive de forains
Comme une barbe de deux jours bleuit la brume
Dans les bas-fonds tandis que les toits riverains
Tournent à des couleurs d’agrumes

Tendre camélia sur les neiges rosies
Le ciel se fane et l’ombre au fur et à mesure
Monte de la montagne aux confins de l’Asie
Jusqu’aux réserves de l’azur

Qu’est-ce que c’est mes yeux que cet égarement
Qui fait que vous cédez à ce libertinage
On m’accuse déjà je ne sais trop comment
De trop aimer les paysages

Est-ce un crime vraiment de dire ce qu’on voit
Partager son amour chanter chercher des rimes
Je ne sais pas vraiment ce que l’on veut de moi
Est-ce vraiment vraiment un crime

De rêver au bonheur dans la gueule du loup
Et de dire à minuit que l’alouette est proche
Mes amis mes amis que cela soit de vous
Pourtant qu’en vienne le reproche

Le paysage
Allez je sais ce que l’on dit
Il faut peindre l’histoire il faut peindre la lutte
Et que nous venez-vous en pleine tragédie
Jouer un petit air de flûte

C’est la charrue et l’homme ici que je veux voir
Connaître exactement la date de vos neiges
Qui tient la terre et qui la travaille et savoir
Ce que signifie ce manège

Le soir le soir Ça va
C’est lorsque les fumées
Font du charme en montant dans l’air avec lenteur
Mais dites-moi par qui le feu fut allumé

Pour quel maître est ce bleu menteur

Marines de
Jongkind et d’Aïvazovski
Nymphéas de
Monet
Ruines de
Piranèse
Exemples qui ne font que cacher les
Yankees
Et mettre la bombe à son aise

D’où nous revient cette débauche d’horizons
Ce retour offensif des vaches dans les mares
Ces avalanches de huiliers ce
Barbizon
Ce coryza de l’art pour l’art

Vous allez arrêter ceux que nous entraînons
Avec vos prés vos bois vos monts vos maisonnettes
Des paysages c’est toujours le
Trianon
De quelque
Marie-Antoinette

 

Louis Aragon

LE MOT « VIE »


bdb6276e2987a85b2b408fe3e79af7f4

LE MOT « VIE »

J’entends la douce pluie d’été dans les cheveux mouillés des saules
Le vent qui fait un bruit d’argent m’endort m’éveille à tour de rôle
Je rêve au cœur de la maison qu’entoure le cri des oiseaux

Je mêle au passé le présent comme à mes bras le linge lourd

Et cette nuit pour moi la mémoire fait patte de velours

Tout prend cette clarté des choses dans la profondeur des eaux

On dirait que de la semaine il n’est resté que les dimanches
Tous les jardins de mon enfance écartent l’été de leurs branches
La mer ouvre son émeraude à ce jeune homme que je fus

Te voilà quelque part au mois d’août par une chaleur torride
Allongé dans l’herbe et tu lis
Gœthe
Iphigénie en
Tauride
Par le temps qu’il fait un verre d’eau ne serait pas de refus

Ailleurs tu marchais le long d’un canal sous des châtaigniers verts
De ce long jour écrasant les bogues sur les chemins déserts
Personne excepté les haleurs qui buvaient du vin d’Algérie

Dans un village perdu les gens à ton passage se taisent Ô l’auberge de farine et de bière où tu mangeas des fraises
Et la toile rêche des draps qui sentaient la buanderie

Cette vie avait-elle un sens
Où t’en vas-tu croquant des guignes
Jamais le soir les filles de
Soliès ne te feront plus signe
Reverras-tu jamais le cheval qui tournait la noria

Il y avait une fois dans le
Wiltshire une dame en jaune
Elle se balança longtemps dans un rocking-chair sur le loan
Et quand tu pris sa main comme une ville une bague y brilla

De temps en temps tu te souviens de la jeune morte d’Auteuil
Pâle sur son oreiller
Son père la regarde assis dans un fauteuil
Et toi tu n’as qu’à sortir de la chambre comme un étranger

Cette vie avait-elle un sens
En a-t-elle un pour les lézards
Et même alors dans le
Salzkammcrgut on jouait du
Mozart
On peut dépayser son cœur mais non pas vraiment le changer

Les
Naturfrcunde t’ont menacé du geste et de la parole
Passant des neiges sans rien voir toi qui traversais le
Tyrol
Le ciel était si déraisonnablement rose à l’horizon

Mais des nuages de corbeaux couvraient l’Autriche des suicides
Un beau jour tu es parti pour
Berlin la poche et le cœur vides
Spittelmarkt tu habites chez un marchand de quatre-saisons

Ah cette ville était une île au cœur même des eaux mortelles
Toutes les îles de la mer leurs merveilles que seraient-elles
Sans le péril qui les entoure et la tempête et les requins

Septembre de
Charîottenbourg les longs soirs assis aux terrasses
Et l’on s’en revenait parlant tard sous les arbres de
Kantstrasse
Vous en souvenez-vous toujours mes frère et sœur américains

Est-ce
Jérusalem à l’heure où sur
Samson le
Temple croule
Devant l’U-Bahnhof
Nollendorf
Platz chaussée et trottoirs la foule

D’une bière amère à pleins murs emplit la coupe des maisons

Et comme un feu dans les fourmis dans le poulailler le renard
Soudain voici qu’en tous les sens la charge des
Schupos démarre
Et ce n’est pas ce coup-ci que l’homme de chair aura raison

Il y a quelque chose de pourri dans cette vie humaine
Quelque chose par quoi l’esprit voit se rétrécir son domaine
L’on ne sait de quel côté se tourner pour chasser ce tourment

Rentrer chez soi
Qu’est-ce que c’est chez soi
Mais il faut bien qu’on parte

Place
Blanche on ira retrouver ses amis jouer aux cartes

Pour se persuader qu’il est avec l’enfer des accommodements

Cette vie avait-elle un sens et de quel côté sont les torts
Ce n’est qu’un décor pour toi
Kurfurstcndamm
Brandenburger
Tor

On y dévaluait d’un même coup le mark et les idées

Paris
On a bouleversé
Paris ses parcs et ses passages

Où donc est la
Cité des
Eaux palissades et fleurs sauvages

Ce sentier secret dans la ville où nous nous sommes attardés

C) femme notre cœur en lambeaux sj quelque chose en doit survivre

Faut-il que cela soit comme une fleur séchée au fond d’un livre
Cette lueur de coupe-gorge aux jardins de
Cagliostro

Vraiment faut-il que de tous les instants cet instant-là demeure
Odeur des acacias descendant vers la
Seine où se meurt

Dans
Grenelle endormi la toux intermittente du métro

Si longtemps entre nous deux un autre homme avait jeté son ombre

Il nous semblait qu’aucune nuit pour nous joindre fût assez sombre
Assez profonde aucune mer sous le rideau des goémons

Trois ans nous nous sommes cherchés mon
Amie éclatante et brune
Aux soirs d’éclipsé elle m’était le soleil ensemble et la lune
Et son parfum m’est demeuré longtemps dans les
Buttes-Chau-mont

À reculons j’ai regardé s’enfuir ma reine blanche et noire
Elle est partie à tout jamais nonchalamment dans le miroir
Et je ne l’ai pas appelée et je ne l’ai pas retenue

C’est étrange un amour qui finit sans même un soupçon de plainte

Ce silence établi soudain quand la musique s’est éteinte

Et ce n’est que beaucoupplus tard quel’onsaurale mal qu’on eut

Cette vie avait-elle un sens ou tout est-il contradictoire
L’expression des gens parfois que l’on croise sur les trottoirs
C’est comme un cinéma permanent quand on entre au beau milieu

Nous avions parlé notre nuit
Je l’ai mené jusqu’à la gare
Paul Éluard quittait
Paris et sa vie un matin hagard
On ne connaîtra jamais du film que la scène des adieux

Adieu tu ne retourneras jamais à
Sarcelles-Saint-Brice
Paul une maison peinte dans
Ithaque attendait-elle
Ulysse
Tandis qu’autour de son esquif la mer se faisait mélopée

À toi de t’en aller par les atolls hantés de la
Sirène

Tu ne monteras plus ici dans les balançoires foraines

Tu ne reverras plus les
Gertrud
Hoffman
Girls croisant l’épée

L’aurore tous les jours se lèvera sans toi rue des
Martyrs
Ne te retourne pas sur cette ville en feu
Tu peux partir
Comme un faucheur derrière lui qui laisse les foins et la faux

Tu m’as dit en dernier je ne veux pour rien au monde qu’on brode
Sur les raisons de mon départ
Va-t’en tranquille aux antipodes
C’est juré
Je rirai de tout
Je t’injurierai s’il le faut

O mes amis tombe à jamais le rideau rouge à la
Cigale
Un à un sur les ponts j’ai vu s’éteindre les feux de
Bengale
Et gémissante vers la mer une péniche au loin fuyait

Desnos c’était un bal dans ce quartier où l’on mange kascher
Qui se souvient des amants dérangés sous la porte cochère
Nous allions parlant de
Nerval un soir de quatorze juillet

Il disait que l’amour est une plaie en travers de la gorge
Et d’Amérique ces jours-là s’en revenait
Yvonne
George
Avec ce chant brisé des oiseaux qui volèrent trop longtemps

Nous passions déjà le seuil tragique d’une nouvelle époque

Le drapeau d’Abd-el-Krim s’était levé déjà sur le
Maroc

On entendait dans l’ombre énorme un énorme cœur palpitant

Cette vie avait-elle un sens ou n’était-elle qu’une danse

Quel est ce chien noir qui me suit
Tout n’est-il que nuit et silence

N’est pas miroir tout ce qui luit ce que j’aime et ce que je suis

Ce monde est comme une
Hollande et peint ses volets de couleurs
Car l’hiver la terre demande à se reposer de ses fleurs
Et je m’efforce à mieux comprendre hier de mes yeux d’aujourd’hui

Je ne récrirai pas ma vie
Elle est devant moi sur la table
Elle est comme un cœur de chair arraché pantelant lamentable
Un macchabée aux carabins jeté pour la dissection
Pourquoi refaire au jour le jour le chemin des illusions
Filles des vents de la soif et des sables

La lumière de la mémoire hésite devant les plaies
Soulevant comme une noire draperie au seuil des palais
Le farouche et bruyant essaim que font toutes sortes de mouches
Ah sans doute les souvenirs ne sortent pas tous de la bouche
Il en est qu’une main d’ombre balaie

Le monde qu’on se fait de tout
Les perpétuelles blessures
Propos surpris
Rires des gens
Baisser les yeux sur ses chaussures
Se sentir une marchandise en solde une fin de série
Comme un interminable dimanche aux environs de
Paris
Dans ces chemins sans fin bordés de murs

Il y a des sentiments d’enfance ainsi qui se perpétuent
La honte d’un costume ou d’un mot de travers
T’en souviens-tu
Les autres demeuraient entre eux Ça te faisait tout misérable
Et tu comprenais bien que pour eux tu n’étais guère montrable
Même aujourd’hui d’y penser ça me tue

J’allais toujours à ce qui brille à ce qui fait que c’est la fête
Je préférais ne prendre rien à prendre une chose imparfaite
C’est très joli mais l’existence en attendant ne t’attend pas
C’est très joli mais l’existence en attendant te met au pas
Ton histoire est celle de tes défaites

Avec ça tu sais bien que tu avais l’amour-propre mal placé
Tu ne serais pas revenu sur une phrase prononcée
Tu t’embarquais dans
Dieu sait quoi pour camoufler tes ignorances

Tu te faisais couper en quatre pour sauver les apparences
Tu haletais comme un gibier forcé

Probablement qu’il y a dans toi quelque chose du sauvage
Peut-être confusément crains-tu d’être réduit au servage
Peut-être étais-tu fait pour guetter seul au travers des roseaux
Le flamant rose et lent qu’on voit posément sur les eaux
Dans le soir avancer du fond des âges

Peut-être étais-tu fait pour lutter contre les autres éléments
Non pas contre l’homme et la femme avec qui l’on ruse et l’on ment

Mais les volcans pour leur voler le feu premier qu’ils allumèrent
Et nager comme on dort les yeux au ciel sur le dos de la mer
Lourde de sel et de chuchotements

Tu n’as pas eu le choix entre l’âge d’or et l’âge de pierre
Tu habitais au quatrième étage à
Neuilly rue
Saint-Pierre
De temps en temps sur le
Grand
Lac tu faisais un peu de canot
Tu prenais le tramway jaune pour aller au
Lycée
Carnot
Plus tard
Beaujon
Broussais
Lariboisière

Laisse-moi rire un peu de toi mon pauvre double mon sosie
Tu n’as pas le coffre crois-moi qu’il faut à ta
Polynésie

Mais regarde-toi donc
N’importe quel miroir ferait l’affaire
Ce chapeau mou ce pardessus dont c’est bien le troisième hiver Ça va comme un gant à ta poésie

Il y a les choses qu’on fait parce qu’il faut pourtant qu’on mange
Et les soleils qu’on porte en soi comme une charrette d’oranges
Il ne faut pas trop en parler c’est très mal vu dans le quartier
Après tout je vous le concède il y a métier et métier
La littérature en est un d’étrange

Ma mère a pleuré d’abord et trouvé cela bien affligeant
Comprends mon petit quand on écrit pour eux on dépend des gens

Tant que ce n’est pas sérieux tu peux en agir à ta guise

Mais il faut songer à l’avenir que veux-tu que je te dise

Tiens moi j’en frémis rien qu’en y songeant

Chacun se bâtit un destin comme un tombeau sur la colline
Il n’est plus de chemin privé si l’histoire un jour y chemine
Et dans la rumeur de l’exode où sont nos calculs hasardeux
Maman la chambre d’hôpital à
Cahors en quarante-deux
Comment se peut-il qu’on se l’imagine

Même au-dessus du cimetière il y a toujours les cieux À celui qui vit assez longtemps pour cela devant ses yeux
Il n’y a pas de malheur si grand qu’au bout du compte il n’arrive
Ce serait vivre pour bien peu s’il fallait pour soi que l’on vive
Et même pour ceux qu’on aime le mieux

Où donc se sont évanouis tous les gens de ma connaissance
La famille il n’y en a plus
C’est vrai j’en avais peu le sens
Et les amis n’en parlons pas
Ce sont chansons d’une saison
Pour nous séparer comme un fruit il ne manquait pas de raisons
Un amour d’un jour creuse pire absence

Au-dessus d’un monde mort il continue à traîner des cerfs-volants
Poignées de main de
Castelnaudary
Bons baisers du
Mont
Blanc
Un bonjour de
Saint-Jean-de-Luz
Salutations de
La
Baule
Je suis depuis trois jours ici
C’est plein de
Parisiens très drôles
Nous avons fait un voyage excellent

Ô la nostalgie à retrouver de vieilles cartes-postales
Où le ciel est toujours bleu l’arbre toujours vert la mer étale
Sans doute on ne les met dans l’album que pour les photographies
Je suis seul à savoir ce que l’écriture au dos signifie
Les diminutifs les phrases banales

Je me souviens de nuits qui n’ont été rien d’autre que des nuits
Je me souviens de jours où rien d’important ne s’était produit
Un café dans le bois près de la gare à
Saint-Nom-la-Bretèche
Le bonheur extraordinaire en été d’un verre d’eau fraîche
Les
Champs-Elysées un soir sous la pluie

 

Louis Aragon

PROGRAMME


Louis Aragon

PROGRAMME

Au rendez-vous des assassins
Le sang et la peinture fraîche
Odeur du froid
On tue au dessert
Les bougies n’agiront pas assez
Nous aurons évidemment besoin de nos petits
outils
Le chef se masque
Velours des abstractions
Monsieur va sans doute au bal de l’Opéra
Tous les crimes se passent à La Muette
Et cœtera
Ils ne voient que l’argent à gagner Opossum
Ma bande réunit les plus grands noms de France
Bouquets de fleurs Abus de confiance
J’entraîne Paris dans mon déshonneur Course
Coup de Bourse
La perspective réjouit le cœur des complices
Machine infernale au sein d’un coquelicot
Ils ne s’enrichiront plus longtemps C’est à leur
tour
Étoile en journal des carreaux cassés
Je connais les points faibles des vilebrequins
mes camarades
On arrive à ses fins par la délation sans yeux
Le poison Bière mousseuse
Ou la trahison.
Celui-ci Pâture du cheval de bois
Je le livre à la police
Les autres se frottent les mains
Vous ne perdez rien pour attendre
Il y aura des sinistres sur mer cette nuit
Des attentats Des préoccupations
Sur les descentes de lit la mort coule en lacs
rouges
Encore deux amis avant d’arriver à mon frère
Il me regarde en souriant et je lui montre aussi
les dents
Lequel étranglera l’autre
La main dans la main

Tirerons-nous au sort le nom de la victime
L’agression nœud coulant
Celui qui parlait trépasse
Le meurtrier se relève et dit
Suicide
Fin du monde
Enroulement des drapeaux coquillages
Le flot ne rend pas ses vaisseaux
Secrets de goudron Torches
Fruit percé de trous Sifflet de plomb
Je rends le massacre inutile et renie
le passé vert et blanc pour le plaisir
Je mets au concours l’anarchie
dans toutes les librairies et gares.

Extrait de:

Feu de joie (1920)

Louis Aragon

IL N’Y AURA PAS DE JUGEMENT DERNIER


pinterest sharing button
linkedin sharing button10257671_10206186594369994_4131339878208225857_n

IL N’Y AURA PAS DE JUGEMENT DERNIER

 

Mon amour à la fin du monde

Ah qu’au moins ma voix te réponde

Rêves éteints romances tues
Tout est ruine d’anciennes
Romes
Dans cette épouvante des hommes
Où l’on tue au coin de la rue
Campements fous de faux vainqueurs
Où s’est paralysé le cœur
Où es-tu lumière où es-tu

Déjà ni
Vété ni l’hiver

Ni le ciel bleu ni le bois vert

Avenir promesse trahie
Tout a pris la couleur des cendres
Et les chanteurs ne font entendre
Mon long soupir ô mon* pays
Que peur amertume et désert
La beauté masque à la misère
Dans ce faux-jour de
Pompéi

Déjà bleuissent les paupières
Déjà c’est la cité des pierres

Les maisons encore debout
Cimetière immense qui tremble
Les amoureux encore ensemble
Nuit qui n’a pas de jour au bout
Et nos enfants vivants encore
Pourtant ce n’est plus qu’un décor
Une encre bue un peu de boue

Déjà déjà plus d’yeux pour voir
Déjà le soir n’est plus un soir

Paris ouvrant sa paume nue
Ses doigts de
Rueil à
Vincennes
Imaginez les quais la
Seine
Imaginez les avenues
Et ce sommeil fait d’un coup d’aile
A chaque étoile un cœur se fêle
A chaque dalle un inconnu

Déjà rien ne bat rien ne saigne
Déjà c’est le vide qui règne

Imaginez aux
Tuileries
N’étions-nous donc que ce brouillard
I
J’ai vu sur les photographies
Au vent de l’atome qui passe
Comment un être humain s’efface
Mieux que la craie et sans un cri

Déjà toutes choses sont feintes
Déjà les paroles éteintes

C’est
Peter
Schlemihl inversé
Ici l’ombre a perdu son homme
Et dans un ciel sans astronome
Pour en épeler l’a b c
Sur le tableau noir du désastre
La blanche équation des astres
Reste inutilement tracée

Déjà la mort sans jeux funèbres
Déjà la nuit sans les ténèbres

De tous les yeux que l’on ferma
Le fer le feu la faim les fours
Les fusils couverts de tambours
L’agonie arborée aux mâts
L’hôpital et l’équarrissage
Manquait à notre apprentissage
Le néant peint d’Hiroshima

Déjà toute rumeur se perd
Déjà plus rien ne désespère

Une meurtrière magie

Nous rend à quelque préhistoire

Des corps manquant à l’abattoir

Nul doigt n’écrira les ci-gît

Quels yeux braient aux schistes blêmes

Où la mort a fait grand chelem

Notre paléontologie

Déjà plus de maître au domaine
Déjà les saisons inhumaines

A qui ferions-nous le récit
Par quoi l’univers se termine
Le mineur saute avec la mine
Ni témoins ni juges ici
Ni trompette qui départage
Les prétendants à l’héritage
Contrairement aux prophéties

Déjà les mots n’ont plus de sens
Déjà
Voubli déjà l’absence

L’homme est frustré du règlement
Qui vertu pèse et crime classe
Et chacun remet à sa place
A droite à gauche exactement
Comme bons et méchants se rangent
Sur le tableau de
Michel-Ange
Il n’y a pas de jugement

Déjà ni le moment ni l’heure
Déjà ni douleurs ni couleurs

Des soleils de confusion
Tournent aux voûtes de personne
Nulle part d’horloge qui sonne
O visions sans vision
Plus ombre d’homme qui permette
Au croisement d’or des comètes
Le calcul et l’illusion

Déjà c’est l’abîme physique
Déjà c’est la mer sans musique

Si les chants s’en vont en fumée
Que me fait que nul ne m’écoute
Les pas sont éteints sur les routes
Je continue à les rimer
Par une sorte de démence
Te répondant d’une romance
Mon seul écho ma bien-aimée

Louis Aragon

 

 

 

LES MINES AUX TORTS A RAISON 2


ea55f320c67760397579dce95d43843e

LES MINES AUX TORTS A RAISON 2

 

Déjà décidé à rétablir la vérité, j’entrais à l’Ecole convaincre l’Académie que le bleu c’était pas une couleur froide. Toi tu démontrais ta parfaite connaissance de Marguerite. Ce qui montra immédiatement combien notre communauté solaire n’était pas une de ces idées qu’on se glisse dans la tête. D’ailleurs la tête, mis à part tes passages toro, ça a  jamais été notre lieu de prédilection

Pendant que tu montais le podium, je traînais S’-Germain-des-Prés comme une seconde nature, une même femme en tête de liste dans nos agendas, Barbara qu’à s’appelle toujours, j’y suis passé le premier par son Ecluse. Une vraie forge de Vulcain qui m’a amené à fréquenter des gens très recommandables, Ferré, Brassens, Brel, Reggiani, Bertin et des quantités d’autres, l’Epoque là était pas radine en beauté. Sans compter que le Tabou comme fournisseur c’était haut de gamme. Boris était une sacrée sphère à lui tout seul. Juju avant de se faire refaire le nez avait mis sur la place son né fabuleux, un tablier de sapeur qui lui valut le titre de Miss Vice. Imagines, le vice d’alors comparé à celui d’aujourd’hui

On aimait bien la Rose Rouge aussi. C’était un lieu d’acteurs cinéma et théâtre le fréquentait

Puis clou du spectacle, Char, Camus, Eluard, Breton, le Surréalisme, Sartre, Le Castor, Aragon, Prévert, Cocteau, Picasso, et d’autres comme nourriture difficile de faire mieux

Nos nuit à la Rhumerie et au Babylone ont des oreillers neufs, ont dormait pas

La Ruche, en plein Giacometti, Chagall…

Rien que de voir passer ce tant là, je comprends ta rage à vouloir pas en être écartée. L’amour est fondé en ces lieux

C’est mon Paname au complet réunissant le passé au présent, Montmartre et Montparnasse avant la grande débacle

Et vinrent les années de guerre…

Niala-Loisobleu – 25 Mars 2020

FATA MORGANA


a26b0dcd0c692ea0be8a9ccdae830a66

FATA MORGANA

Ce matin la fille de la montagne tient sur ses genoux

un accordéon de chauves-souris blanches
Un jour un nouveau jour cela me fait penser à un

objet que je garde

Alignés en transparence dans un cadre des tubes en

verre de toutes les couleurs de philtres de liqueurs

Qu’avant de me séduire il ait dû répondre peu importe

à quelque nécessité de représentation commerciale

Pour moi nulle œuvre d’art ne vaut ce petit carré fait

de l’herbe diaprée à perte de vue de la vie
Un jour un nouvel amour et je plains ceux pour qui

l’amour perd à ne pas changer de visage
Comme si de l’étang sans lumière la carpe qui me tend

à l’éveil une boucle de tes cheveux
N’avait plus de cent ans et ne me taisait tout ce que

je dois pour rester moi-même ignorer
Un nouveau jour est-ce bien près de toi que j’ai dormi
J’ai donc dormi j’ai donc passé les gants de mousse
Dans l’angle je commence à voir briller la mauvaise

commode qui s’appelle hier
Il y a de ces meubles embarrassants dont le véritable office est de cacher des issues

De l’autre côté qui sait la barque aimantée nous pourrions partir ensemble

A la rencontre de l’arbre sous l’écorce duquel il est dit

Ce qu’à nous seuls nous sommes l’un à l’autre dans la grande algèbre

Il y a de ces meubles plus lourds que s’ils étaient emplis de sable au fond de la mer

Contre eux il faudrait des mots-leviers

De ces mots échappés d’anciennes chansons qui vont au superbe paysage de grues

Très tard dans les ports parcourus en zigzag de bouquets de fièvre

Écoute

Je vois le lutin

Que d’un ongle tu mets en liberté
En ouvrant un paquet de cigarettes
Le héraut-mouche qui jette le sel de la mode
Si zélé à faire croire que tout ne doit pas être de toujours
Celui qui exulte à faire dire
Allô je n’entends plus

Comme c’est joli qu’est-ce que ça rappelle

Si j’étais une ville dis-tu
Tu serais
Ninive sur le
Tigre
Si j’étais un instrument de travail
Plût au ciel noir

tu serais la canne des cueilleurs dans les verreries
Si j’étais un symbole
Tu serais une fougère dans une

nasse
Et si j’avais un fardeau à porter
Ce serait une boule

faite de têtes d’hermines qui crient
Si je devais fuir la nuit sur une route
Ce serait le

sillage du géranium

Si je pouvais voir derrière moi sans me retourner
Ce serait l’orgueil de la torpille

Comme c’est joli

En un rien de temps

Il faut convenir qu’on a vu s’évanouir dans un rêve

Les somptueuses robes en tulle pailleté des .arroseuses

municipales
Et même plier bagage sous le regard glacial de l’amiral

Coligny
Le dernier vendeur de papier d’Arménie
De nos jours songe qu’une expédition se forme pour

la capture de l’oiseau quetzal dont on ne possède

plus en vie oui en vie que quatre exemplaires
Qu’on a vu tourner à blanc la roulette des marchands

de plaisir

Qu’est-ce que ça rappelle

Dans les hôtels à plantes vertes c’est l’heure où les charnières des portes sans nombre

D’un coup d’archet s’apprêtent à séparer comme les oiseaux les chaussures les mieux accordées

Sur les paliers mordorés dans le moule à gaufre fracassé où se cristallise le bismuth

A la lumière des châteaux vitrifiés du mont
Knock-Farril dans le comté de
Ross

Un jour un nouveau jour cela me fait penser à un objet que garde mon ami
Wolfgang
Paalen

D’une corde déjà grise tous les modèles de nœuds réunis sur une planchette

Je ne sais pourquoi il déborde tant le souci didactique

qui a présidé à sa construction sans doute pour une

école de marins
Bien que l’ingéniosité de l’homme donne ici sa fleur

que nimbe la nuée des petits singes aux yeux

pensifs
En vérité aucune page des livres même virant au

pain bis n’atteint à cette vertu conjuratoire rien

ne m’est si propice
Un nouvel amour et que d’autres tant pis se bornent

à adorer
La bête aux écailles de roses aux flancs creux dont

j’ai trompé depuis longtemps la vigilance
Je commence à voir autour de moi dans la grotte
Le vent lucide m’apporte le parfum perdu de l’existence
Quitte enfin de ses limites
A cette profondeur je n’entends plus sonner que le

patin
Dont parfois l’éclair livre toute une perspective

d’armoires à glace écroulées avec leur linge
Parce que tu tiens

Dans mon être la place du diamant serti dans une vitre
Qui me détaillerait avec minutie le gréement des

astres
Deux mains qui se cherchent c’est assez pour le toit

de demain
Deux mains transparentes la tienne le murex dont

les anciens ont tiré mon sang

Mais voici que la nappe ailée

S’approche encore léchée de la flamme des grands vins
Elle comble les arceaux d’air boit d’un trait les lacunes des feuilles

Et joue à se faire prendre en écharpe par l’aqueduc
Qui roule des pensées sauvages

Les bulles qui montent à la surface du café

Après le sucre le charmant usage populaire qui veut

que les prélève la cuiller
Ce sont autant de baisers égarés
Avant qu’elles ne courent s’anéantir contre les bords 0 tourbillon plus savant que la rose
Tourbillon qui emporte l’esprit qui me regagne à

l’illusion enfantine
Que tout est là pour quelque chose qui me concerne

Qu’est-ce qui est écrit

Il y a ce qui est écrit sur nous et ce que nous écrivons

Où est la grille qui montrerait que si son tracé extérieur

Cesse d’être juxtaposable à son tracé intérieur

La main passe

Plus à portée de l’homme il est d’autres coïncidences
Véritables fanaux dans la nuit du sens
C’était plus qu’improbable c’est donc exprès
Mais les gens sont si bien en train de se noyer
Que ne leur demandez pas de saisir la perche

Le lit fonce sur ses rails de miel bleu

Libérant en transparence les animaux de la sculpture

médiévale
Il incline prêt à verser au ras des talus de digitales
Et s’éclaire par intermittence d’yeux d’oiseaux de

proie

Chargés de tout ce qui émane du gigantesque casque emplumé d’Otrante

Le lit fonce sur ses rails de miel bleu

Il lutte de vitesse avec les ciels changeants

Qui conviennent toujours ascension des piques de

clôture des parcs
Et boucanage de plus belle succédant au lever de

danseuses sur le comptoir
Le lit brûle les signaux il ne fait qu’un de tous les

bocaux de poissons rouges
Il lutte de vitesse avec les ciels changeants
Rien de commun tu sais avec le petit chemin de fer
Qui se love à
Cordoba du
Mexique pour que nous ne

nous lassions pas de découvrir
Les gardénias qui embaument dans de jeunes pousses

de palmier évidées
Ou ailleurs pour nous permettre de choisir
Du marchepied dans les lots d’opales et de turquoises

brutes
Non le lit à folles aiguillées ne se borne pas à dérouler

la soie des lieux et des jours incomparables
Il est le métier sur lequel se croisent les cycles et

d’où sourd ce qu’on pressent sous le nom de musique

des sphères
Le lit brûle les signaux il ne fait qu’un de tous les

bocaux de poissons rouges
Et quand il va pour fouiller en sifflant le tunnel charnel
Les murs s’écartent la vieille poudre d’or à n’y plus

voir se lève des registres d’état-civil
Enfin tout est repris par le mouvement de la mer
Non le lit à folles aiguillées ne se borne pas à dérouler

la soie des lieux et des jours incomparables

C’est la pièce sans entractes le rideau levé une fois pour toutes sur la cascade

Dis-moi

Comment se défendre en voyage de
Parrière-pensée

pernicieuse
Que l’on ne se rend pas où l’on voudrait
La petite place qui fuit entourée d’arbres qui diffèrent

imperceptiblement de tous les autres
Existe pour que nous la traversions sous tel angle

dans la vraie vie
Le ruisseau en cette boucle même comme en nulle

autre de tous les ruisseaux

Est maître d’un secret qu’il ne peut faire nôtre à la volée

Derrière la fenêtre celle-ci faiblement lumineuse entre bien d’autres plus ou moins lumineuses
Ce qui se passe

Est de toute importance pour nous peut-être faudrait-il revenir

Avoir le courage de sonner

Qui dit qu’on ne nous accueillerait pas à bras ouverts

Mais rien n’est vérifié tous ont peur nous-mêmes

Avons presque aussi peur

Et pourtant je suis sûr qu’au fond du bois fermé à clé qui tourne en ce moment contre la vitre

S’ouvre la seule clairière

Est-ce là l’amour cette promesse qui nous dépasse

Ce billet d’aller et retour éternel établi sur le modèle de la phalène chinée

Est-ce l’amour ces doigts qui pressent la cosse du brouillard

Pour qu’en jaillissent les villes inconnues aux portes

hélas éblouissantes
L’amour ces fils télégraphiques qui font de la lumière

insatiable un brillant sans cesse qui se rouvre

De la taille même de notre compartiment de la nuit
Tu viens à moi de plus loin que l’ombre je ne dis

pas dans l’espace des séquoias millénaires
Dans ta voix se font la courte échelle des trilles

d’oiseaux perdus

Beaux dés pipés

Bonheur et malheur

Au bonneteau tous ces yeux écarquillés autour

d’un parapluie ouvert
Quelle revanche le santon-puce de la bohémienne
Ma main se referme sur elle
Si j’échappais à mon destin

Il faut chasser le vieil aveugle des lichens du mur

d’église
Détruire jusqu’au dernier les horribles petits folios

déteints jaunes verts bleus roses
Ornés d’une fleur variable et exsangue
Qu’il vous invite à détacher de sa poitrine
Un à un contre quelques sous

Mais toujours force reste

Au langage ancien les simples la marmite

Une chevelure qui vient au feu

Et quoi qu’on fasse jamais happé au cœur de toute

lumière
Le drapeau des pirates

Un homme grand engagé sur un chemin périlleux
Il ne s’est pas contenté de passer sous un bleu d’ouvrier les brassards à pointes acérées d’un criminel célèbre

A sa droite le lion dans sa main
Voursin
Se dirige vers l’est

Où déjà le tétras gonfle de vapeur et de bruit sourd les airelles

Voilà qu’il tente de franchir le torrent les pierres qui

sont des lueurs d’épaules de femmes au théâtre
Pivotent en vain très lentement
J’avais cessé de le voir il reparaît un peu plus bas sur

l’autre berge
Il s’assure qu’il est toujours porteur de l’oursin
A sa droite le lion ail right
Le sol qu’il effleure à peine crépite de débris de faulx

En même temps cet homme descend précipitamment un escalier au cœur d’une ville il a déposé sa cuirasse
Au dehors on se bat contre ce qui ne peut plus durer
Cet homme parmi tant d’autres brusquement semblables
Qu’est-il donc que se sent-il donc de plus que lui-même
Pour que ce qui ne peut plus

durer ne dure plus
Il est tout prêt à ne plus durer lui-même
Un pour tous advienne que pourra
Ou la vie serait la goutte de poison

Du non-sens introduite dans le chant de l’alouette au-dessus des coquelicots
La rafale passe

En même temps

Cet homme qui relevait des casiers autour du phare

Hésite à rentrer il soulève avec précaution des algues

et des algues
Le vent est tombé ainsi soit-il
Et encore des algues qu’il repose

Comme s’il lui était interdit de découvrir dans son ensemble le jeune corps de femme le plus secret
D’où part une construction ailée
Ici le temps se brouille à la fois et s’éclaire
Du trapèze tout en cigales
Mystérieusement une très petite fille interroge
André tu ne sais pas pourquoi je résédise
Et aussitôt une pyramide s’élance au loin
A la vie à la mort ce qui commence me précède et m’achève
Une fine pyramide à jour de pierre dure
Reliée à ce beau corps par des lacets vermeils

De la brune à la blonde

Entre le chaume et la couche de terreau

Il y a place pour mille et une cloches de verre

Sous lesquelles revivent sans fin les têtes qui m’enchantent

Dans la suspension du sacre

Têtes de femmes qui se succèdent sur tes épaules quand tu dors

Il en est de si lointaines

Têtes d’hommes aussi

Innombrables à commencer par ces chefs d’empereurs à la barbe glissante

Le maraîcher va et vient sous sa housse

Il embrasse d’un coup d’œil tous les plateaux montés cette nuit du centre de la terre

Un nouveau jour c’est lui et tous ces êtres

Aisément reconnaissables dans les vapeurs de la campagne

C’est toi c’est moi à tâtons sous l’éternel déguisement

Dans les entrelacs de l’histoire momie d’ibis

Un pas pour rien comme on cargue la voilure momie d’ibis

Ce qui sort du côté cour rentre par le côté jardin momie d’ibis

Si le développement de l’enfant permet qu’il se libère du fantasme de démembrement de dislocation du corps momie d’ibis

Il ne sera jamais trop tard pour en finir avec le mor-celage de l’âme momie d’ibis

Et par toi seule sous toutes ses facettes de momie d’ibis

Avec tout ce qui n’est plus ou attend d’être je retrouve l’unité perdue momie d’ibis

Momie d’ibis du non-choix à travers ce qui me parvient

Momie d’ibis qui veut que tout ce que je puis savoir

contribue à moi sans distinction
Momie d’ibis qui me fait l’égal tributaire du mal et

du bien

Momie d’ibis du sort goutte à goutte où l’homéopathie dit son grand mot

Momie d’ibis de la quantité se muant dans l’ombre en qualité

Momie d’ibis de la combustion qui laisse en toute

cendre un point rouge
Momie d’ibis de la perfection qui appelle la fusion

incessante des créatures imparfaites
La gangue des statues ne me dérobe de moi-même

que ce qui n’est pas le produit aussi précieux de

la semence des gibets momie d’ibis
Je suis
Nietzsche commençant à comprendre qu’il

est à la fois
Victor-Emmanuel et deux assassins

des journaux
Astu momie d’ibis

C’est à moi seul que je dois tout ce qui s’est écrit

pensé chanté momie d’ibis
Et sans partage toutes les femmes de ce monde je

les ai aimées momie d’ibis
Je les ai aimées pour t’aimer mon unique amour

momie d’ibis
Dans le vent du calendrier dont les feuilles s’envolent

momie d’ibis
En vue de ce reposoir dans le bois momie d’ibis sur

le parcours du lactaire délicieux

Ouf le basilic est passé tout près sans me voir
Qu’il revienne je tiens braqué sur lui le miroir
Où est faite pour se consommer la jouissance humaine

imprescriptible
Dans une convulsion que termine un éclaboussement

de plumes dorées
Il faudrait marquer ici de sanglots non seulement

les attitudes du buste
Mais encore les effacements et les oppositions de la tête
Le problème reste plus ou moins posé en chorégraphie
Où non plus je ne sache pas qu’on ait trouvé de mesure

pour l’éperdu
Quand la coupe ce sont précisément les lèvres
Dans cette accélération où défilent
Sous réserve de contrôle

Au moment où l’on se noie les menus faits de la vie
Mais les cabinets d’antiques abondent en pierres

d’Abraxas
Trois cent soixante-cinq fois plus méchantes que le

jour solaire
Et l’œuf religieux du coq
Continue à être couvé religieusement par le crapaud

Du vieux balcon qui ne tient plus que par un fil de lierre

Il arrive que le regard errant sur les dormantes eaux

du fossé circulaire
Surprenne en train de se jouer le progrès hermétique
Tout de feinte et dont on ne saurait assez redouter
La séduction infinie
A l’en croire rien ne manque qui ne soit donné en

puissance et c’est vrai ou presque
La belle lumière électrique pourvu que cela ne te

la fane pas de penser qu’un jour elle paraîtra jaune
De haute lutte la souffrance a bien été chassée de

quelques-uns de ses fiefs
Et les distances peuvent continuer à fondre
Certains vont même jusqu’à soutenir qu’il n’est pas

impossible que l’homme
Cesse de dévorer l’homme bien qu’on n’avance guère

de ce côté
Cependant cette suite de prestiges je prendrai garde

comme une toile d’araignée étincelante
Qu’elle ne s’accroche à mon chapeau
Tout ce qui vient à souhait est à double face et fallacieux
Le meilleur à nouveau s’équilibre de pire
Sous le bandeau de fusées
Il n’est que de fermer les yeux
Pour retrouver la table du permanent

Ceci dit la représentation continue
Eu égard ou non à l’actualité

L’action se passe dans le voile du hennin d’Isabeau de

Bavière
Toutes dentelles et moires

Aussi fluides que l’eau qui fait la roue au soleil sur les glaces des fleuristes d’aujourd’hui

Le cerf blanc à reflets d’or sort du bois du
Châtelet

Premier plan de ses yeux qui expriment le rêve des chants d’oiseaux du soir

Dans l’obliquité du dernier rayon le sens d’une révélation mystérieuse

Que sais-je encore et qu’on sait capables de pleurer

Le cerf ailé frémit il fond sur l’aigle avec l’épée

Mais l’aigle est partout

sus à lui

il y a eu l’avertissement

De cet homme dont les chroniqueurs s’obstinent à rapporter dans une intention qui leur échappe

Qu’il était vêtu de blanc de cet homme bien entendu qu’on ne retrouvera pas

Puis la chute d’une lance contre un casque ici le musicien a fait merveille

C’est toute la raison qui s’en va quand l’heure pourrait être frappée sans que tu y sois

Dans les ombres du décor le peuple est admis à contempler les grands festins

On aime toujours beaucoup voir manger sur la scène

De l’intérieur du pâté couronné de faisans

Des nains d’un côté noirs de l’autre arc-en-ciel soulèvent le couvercle

Pour se répandre dans un harnachement de grelots et de rires

Eclat contrasté de traces de coups de feu de la croûte qui tourne

Enchaîné sur le bal des
Ardents rappel en trouble de l’épisode qui suit de près celui du cerf

Un homme peut-être trop habile descend du haut

des tours de
Notre-Dame
En voltigeant sur une corde tendue
Son balancier de flambeaux leur lueur insolite au

grand jour
Le buisson des cinq sauvages dont quatre captifs

l’un de l’autre le soleil de plumes
Le duc d’Orléans prend la torche la main la mauvaise

main
Et quelque temps après à huit heures du soir la main
On s’est toujours souvenu qu’elle jouait avec le gant
La main le gant une fois deux fois trois fois
Dans l’angle sur le fond du palais le plus blanc les

beaux traits ambigus de
Pierre de
Lune à cheval
Personnifiant le second luminaire
Finir sur l’emblème de la reine en pleurs
Un souci
Plus ne m’est rien rien ne m’est plus

Oui sans toi
Le soleil

Marseille, décembre 1940

 

André Breton

LE VASTE MONDE


1edab34366b182e8a2bf3b1c01305d85

 

 

LE VASTE MONDE

Où faut-il qu’on aille
Pour changer de paille
Si l’on est le feu

À moins qu’il ne faille
Si l’on est la paille
Fuir avec le feu

La paille est si tendre
Mais vouloir l’étendre Étendra le feu
Qu’on tente d’étreindre

Or il faut l’éteindre

Le long pour l’un pour l’autre est court
II y a deux sortes de gens
L’une est pour l’eau comme un barrage et l’autre fuit comme l’argent

Le mot-à-mot du mot amour à quoi bon courir à sa suite
Il est resté dans la
Dordogne avec le bruit prompt de la truite
Au détour des arbres profonds devant une maison perchée
Nous avions rêvé tout un jour d’une vie au bord d’un rocher

La barque à l’amarre
Dort au mort des mares
Dans l’ombre qui mue

Feuillards et ramures
La fraîcheur murmure
Et rien ne remue

Sauf qu’une main lasse
Un instant déplace
Un instant pas plus

La rame qui glisse

Sur les cailloux lisses
Comme un roman lu

Si jamais plus tard tu reviens par ce pays jonché de pierres
Si jamais tu revois un soir les îles que fait la rivière
Si tu retrouves dans l’été les bras noirs qu’ont ici les nuits
Et si tu n’es pas seule alors dis-lui de s’écarter dis-lui
De s’é-car-ter le temps de renouer ce vieux songe illusoire
Puis fais porter le mot amour et le reste au brisoir

On a beau changer d’horizon
Le cœur garde ses désaccords
Des gens des gens des gens encore
De toute cette déraison
Il n’est resté que les décors

Elle amenait à la maison
Des paltoquets et des pécores
Je feignais lire
YInprekor
Comme un jour fuit une saison
Il n’est resté que les décors

On a beau changer de poison
Tous les breuvages s’édulcorent
Toutes les larmes s’évaporent
Des fièvres et des guérisons
Il n’est resté que les décors

On a beau changer de prison
On traîne son âme et son corps
Les mois passent marquant le score

De tant d’atroces trahisons
II n’est resté que les décors

Le cœur ce pain que nous brisons
Que les sansonnets le picorent
J’aurais dû partir j’avais tort
Aux lueurs des derniers tisons
Il n’est resté que les décors

À chaque gare de poussière les buffles de cuir bouilli

Les gardes qui font un remuement d’armes et bottes noires

Devant les buffets de piments et d’orgeat

Des femmes sur leurs ballots sombres

Yeux d’olive visages d’huile

Quel est donc ce pays de soif et de bucrânes

Nous roulons sur la terre cuite.
Où sommes-nous

Il n’y a sur la toile énorme qu’un âne et qu’un homme

Une cruche d’ombre un pain bis un oignon

Et le vallonnement uniforme où nous nous éloignons

Le train s’en va comme un caniche
Sous le couchant drapeau de
Catalogne

Primo de
Rivera

En ce temps-là dans les hôtels les domestiques

Surveillaient les voyageurs par le trou de la serrure

Afin que tout fût bien selon l’Église

Dans les premiers froids de
Madrid
J’habitais la
Puerta del
Sol
Cette place comme un grand vide
Attendait quelque nouveau
Cid
Dont le manteau jonchât le sol
Et recouvrît ces gueux sordides
Qu’on jette aux mendiants l’obole
Montrez-moi le peuple espagnol

Primo de
Rivera

Il y avait au
Prado ce qui ne se montrait pas dans
J’ai reconnu le garçon d’hôtel espionnant à la porte
Dans un dessin de
Goya

Ce peintre apprend mieux que personne
L’Espagne et son colin-maillard
Mais par-dessus tout il m’étonne
Me serre le cœur et lui donne
Le secret de ce cauchemar
Par cette épouvante d’automne

Dans un tableau fait sur le tard
Le grand goudron de
Gibraltar

Primo de
Rivera

J’ai parcouru les sierras
Où la procession des villes se lamente
Tolède
Ségovie
Avila
Salamanque
Alcala de
Henarès

Passant les bourgs de terre cuite
Les labours perchés dans les airs
Sur un chemin qui fait des huit
Comme aux doigts maigres des jésuites
Leur interminable rosaire
Le vent qui met les rois en fuite
Fouette un bourricot de misère
Vers l’Escorial-au-Désert

Primo de
Rivera

Une halte de chemin de fer à mi-route entre l’hiver et l’été

Entre la
Castille et l’Andalousie

À l’échiné des monts à la charnière sarrasine

Un jeune aveugle a chanté

D’où se peut-il qu’un enfant tire
Ce terrible et long crescendo
C’est la plainte qu’on ne peut dire
Qui des entrailles doit sortir
La nuit arrachant son bandeau
C’est le cri du peuple martyr
Qui vous enfonce dans le dos
Le poignard du cante jondo

Primo de
Rivera
Primo de
Rivera
Primo de
Rivera

ô bruit des wagons dans la montagne bruit des roues
Et tout à coup c’est le mois d’août
Un souffle sort on ne sait d’où
L’odeur douce des fleurs d’orange

Le grand soir maure de
Cordoue

Qu’au son des guitares nomades
La gitane mime l’amour
Les cheveux bleuis de pommade
L’œil fendu de
Schéhérazade
Et le pied de
Boudroulboudour

Il se fait soudain dans
Grenade
Que saoule une nuit de vin lourd
Un silence profond et sourd

Primo de
Rivera

Le verre est par terre
Un sang coule coule
Dommage le vin
Du bon vin
Lorca
Lorquito
Lorca c’était du vin rouge
Du bon vin gitan

Qui vivra verra le temps roule roule
Qui vivra verra quel sang coulera
Quand il sera temps
Sans parler du verre
Qui vivra verra

Il se fait soudain dans
Grenade
Que saoule une nuit de sang lourd
Une terrible promenade

Il se fait soudain dans
Grenade
Un grand silence de tambours

 

Louis Aragon

JE LUI MONTRE LA TRAME DU CHANT


Louis Aragon

 

 

JE LUI MONTRE LA TRAME DU CHANT

 

Mis dans l’obligation de me plier au bon vouloir d’Orange qui ne me donne plus de connexion internet régulière en instance de fibre depuis, oh oui depuis…mais n’oublie pas de me pomper son montant, je n’écris plus

Alors ce soir je demande à Aragon de donner son avis 

sur ce bordel qu’il n’a pas vécu…

Niala-Loisobleu – 11/02/20

 

 

 

Tout à coup me relisant j’ai du chemin que je prends conscience et j’éprouve le mécanisme en moi de ma parole les hasards semble-t-il de son développement une vieille
rengaine un instant m’y tient lieu d’explication j’avais noté cela quelque part il y a des mois voyons

une feuille de papier griffonnée avec des noms de poètes comme

une note de blanchisseuse

et dans le coin supérieur à droite un pense-bête
La recherche des matériaux la douleur du chant par-ci par-là des broutilles utilisées

rayées

une rime à employer et pourquoi
Chartres mais voici ce que je cherchais

Toute poésie est
Vête qui entraîne le savoir au-delà de lavoir

Me voilà bien avancé j’ai l’horreur en général de ce jargon philosophique il est vraisemblable que c’est la dernière rature

dans la dernière ligne ce
Samothrace introduit après coup le vers d’abord autrement fait où il n’y avait que

l’escdier ténébreux une elliptique vision du
Louvre et

puis comme un point sur les *

Samothrace qui me force la main traçant presque malgré moi cette courbe détournée affirmant avant que j’en puisse contrôler rien

ce caractère périssable de l’Histoire et cet effacement du passé cette mortalité de l’événement contraire ah contraire à ce que j’eusse pensé

de sang-froid les pieds sur la terre et non pas entraîné par l’écriture
Alors

avec la crainte d’offenser ma propre idéologie je me reprends je relis je redis pour toi ces vers à ta semblance

ces vers qui retrouvaient un rythme ailleurs fixé le rythme d’un certain thème d’Eisa dans mes poèmes de naguère et de jadis

comme si toujours à ton entrée il fallait bien ce mélodrame afin

que ceux-là qui des accoudoirs de velours dans l’ombre écoutent l’opéra sachent

que c’est toi qui viens dans la demi-lumière enchantée que c’est toi

dont la voix s’élève au-dessus des violons de la fosse toi toujours et non pas l’un de ces êtres mythiques de la scène
Isolde ou je ne sais qui je relis ces vers et je vois

tout ce qui d’eux tomba chemin faisant de ma pensée ses étapes barrées les repentirs ou les retours les phrases non écrites dont vaguement en moi demeure la mémoire et
voyage de l’esprit que personne après moi ne fera plus s’en tenant

à ce que la plume a laissé sur le papier bleui cette pauvreté du signe comme une abréviation de la chose signifiée et que d’une lettre après tout sait un
buvard

Et je voulais ici m’en revenir en arrière et trouvant le souffle court à ce dernier couplet l’emplir après coup le nourrir d’une interpolation de strophes c’est-à-dire de
huit vers ajoutés dans son déroulement comme la forme ici le demande afin qu’on ne puisse y voir les coutures

respectant l’alternance des rimes je voulais

au moins de huit vers donner un peu d’ampleur à cette étoffe mettre

un peu de flou dans ce voile de nuit allonger

la robe on ne fait plus de traîne aux robes c’est dommage mais pour toi

la mode n’y peut rien toujours derrière toi longuement il y a suivant tes pas quelque chose d’obscur un écho de ta marche un accent renouvelé de ta musique

et c’est mon âme que tu emportes après toi mon âme en forme de branche morte

mon âme par les tapis et les mousses

mon âme sur les pierres et les pavés à ta remorque

en train de rajouter toujours à ton passage une remarque

mon âme en forme de regret

mon âme dont les gens vont rire disant qu’elle n’est

que l’esprit de l’escalier

J’essayerai pour toi cette fois de me suivre

de reconstituer mon itinéraire tâtonnant la genèse

comme dit l’autre du poème au-delà de cette figure de proue

dont tout d’abord remontant le torrent je découvre

qu’elle ne me vient point comme il semble du
Louvre mais

de trois strophes plus haut cette comparaison je dirais innocente

je vis comme un marin et estera par quoi s’engendre.

souterrainement en moi la statue

qui va surgir des navires de guerre au milieu de l’Archipel à la gloire

de
Démétrios
Poliorcète

Au-delà

je me proposais donc de ramener à la lumière un moment de moi-même

un moment entre ce marin que je dis et cette
Victoire

une incidente essentielle et qui n’a point trouvé reflet

dans l’encre

par quoi ce cri de moi dont depuis tant d’années

chaque jour je te lasse

est amené

ce je
Vaime à quoi j’aurais honte lui donnant parure

ornement variations ainsi qu’il te plaira dire

ce je
Vaime que tu crois machinal et pourtant

le résumé de tout ce que j’ai jamais appris au monde

ce je
Vaime ponctuation pour moi du drame d’être

et que j’ai beau vouloir t’épargner je ne puis en moi contenir

et tu tournes la tête irritée et cherchant

pour ne plus m’entendra le sommeil où tu es seule et sourde à moi

le sommeil où tu fuis ces mots qu’à côté de toi je murmure

les yeux ouverts sur ton absence au creux noir où sonnent les heures le sommeil qui te vole à moi

Ah je n’ai jamais pu m’habituer que tu m’échappes
Il faut d’autres mots pour te tenir éveillée que ce malheureux je
Vaime dans ma bouche

Je vais te dire comment le poème se forme espérant peut-être ainsi rivaliser avec la nuit

Je disais donc que toute poésie est l’être qui entraîne-le savoir au-delà de l’avoir c’est-à-dire au-delà de la donnée de l’expérience directe de
l’acquis de la connaissance énu-mérative et le poète celui qui crée au moyen d’une hypothèse image aperçoit à partir de la réalité un rapport jamais
vu par un chemin qui est celui de l’invention musicale à la fois et de l’imagination scientifique comme s’il était doué d’un sens inconnu supplémentaire et c’est tantôt
ce que je tentais dire parlant du radar poésie

Je pourrais justifier de cent façons ce mariage de mots toutes vraies dans l’instant où je formule l’une ou les autres mais tout ce qui cherche à résumer l’acheminement de
la pensée aussi bien

oubliées ses épures successives les idées intermédiaires qui traversent la tête le temps que la plume en l’air je me crois obsédé de la seule recherche sonore
ajustant à des rimes choisies le mouvement de mon esprit les rejetant pour des raisons diverses comme leur emploi trop récent déjà dans le poème leur ressemblance avec
d’autres chansons ou la banalité ou ce sentiment désagréable de la simple répétition d’un mot trop voyant ou l’insuffisance de la langue à offrir dans son
vocabulaire un rapprochement satisfaisant de sonorités similaires

tout ce qui cherche à résumer l’acheminement de la pensée à mes yeux intérieurs prend soudain lumière de mensonge et les voies de l’idée en moi toutes
précaires à expliquer où je déborde ce carrefour aveuglant où je me dis c’est là
Si par-delà ces explications parcellaires je ne découvre pas en moi l’élément organisateur une autre sorte d’image le terme commun à plusieurs images qui ne sera pas
formulé une espèce de miroir secret où la lumière se réfracte et change de nature

et peut-être était-ce là ce frappement du bec au volet qu’avoue
Edgar
Poe cette obsession du corbeau comme solution du poème bien qu’à ce qu’il me semble il y ait une sorte de charlatanerie à cette dissection sèche du never more de l’immortel
never more

Mais ici nul corbeau n’était mon ombre il s’agissait d’un oiseau tout autre et non point cette fois pour sa valeur de symbole car la chauve-souris dont j’étais hanté je pouvais
dire d’où elle était sortie me visitant à ce moment du dialogue avec
Eisa et par deux fois dans tes écrits la chauve-souris s’est levée et je voyais d’abord cette scène effrayante de
Roses à crédit où
Martine trahie devant l’homme qu’elle aime se change en chauve-souris battant les murs de la chambre les parois de son malheur

et le mystère de cette métamorphose comme malgré moi s’éclaire d’une autre* chauve-souris en passant il y a des lampes qu’on appelle ainsi d’une autre chauve-souris dont tu
parlais ailleurs et pendant un certain temps je m’égare cherchant où cette bête s’accroche dans quels cheveux au jardin le soir quel corridor à l’angle d’un plafond puis
soudain je la retrouve précisément liée au mot radar c’est dans ce discours de
Saint-Denis où tu fis état précisément parlant de la création poétique de cette donnée récente de la science le fait que la chauve-souris se guide non
point comme nous croyons faire avec les yeux mais par un sens inconnu un radar situé dans sa langue si bien que si l’on cloue son bec la voilà parfaitement incapable de sortir de sa
cage

ouverte comme
Martine comme
Martine et n’aviez-vous pas reconnu
Martine à
Pathmos dans le discours de
Jean l’Évangéliste

et ce battement d’aile en moi tandis que j’écrivais engendre ce radar poésie à la fois dans le déroulement d’une logique insuffisante du poème et la hantise intense
inexprimée qui me vient de toi comme tout ce qu’éveille dans ma profondeur l’écho inimitable la rime à proprement parler la rime mentale de l’amour et il n’y a d’apocalypse
aujourd’hui pour moi que celle par quoi dans
Le
Cheval roux j’ai 6enti que peut-être peut-être tu m’avais aimé
Tout ceci simple prologue à ce que j’allais dire
J’avais donc relu ces vers qui précèdent y trouvant comme une grande sécheresse dans la gorge le sentiment d’un manque d’une obscurité
D’une chose qui n’est pas dite jusqu’au bout
D’une chose qui demande encore à naître proche voisine sous-jacente mais cachée encore

encore inaccomplie

Aussi voulais-je réintroduire deux strophes deux quatrains complémentaires dans la substance même du poème que ce radar ne m’arrive plus avec cet air gratuit cet arbitraire
apparent de l’expression ce caractère baroque du geste et je cherchais à reprendre le fil de ma pensée cela se présentait d’abord et naturellement sous la forme d’un
alexandrin

Toute l’expérience humaine est dans ma bouche

Ce n’est que maintenant que je comprends pourquoi voyant dans ce vers palpiter la langue aveugle de la chauve-souris
Alors l’élan m’emportait d’emblée au second vers de la strophe celui qui ne rime point avec le premier apportant l’alternance d’une sonorité masculine à la rime

J’ai barre par les mots sur la réalité

J’étais si loin de cette chauve-souris que je me croyais jouant aux barres dans un préau d’école à
Neuilly ou peut-être à balleteck à l’instant où l’enfant jette la batte et court d’un arbre à l’autre d’un vers à l’autre sans s’inquiéter de la rime à
réalité facile à trouver dans cette langue avec simplement ce préjugé technique que ce ne soit pas un de ces substantifs de qualité qui font rime vulgaire mais un
participe passé par exemple d’un verbe comme précipiter ou tout autre écartant le mot électricité pourtant qui se présente parce que dans mon enfance le jouet
scientifique n’était point encore le radar et m’écar-tant de l’arbre du jeu à courir du j’ai barre je commence le vers suivant d’un hémistiche

Quand je branche le chant

Arrêt Échec
Parce que brancher m’entraîne à des mots qui n’entrent pas dans le cadre étroit de l’alexandrin
Que voulez-vous faire en vers avec la prise de courant
Outre que ce serait pour cette expression de cinq syllabes brûler le mot courant me semble-t-il dont je vais avoir besoin qui est brûlant et sombre un beau mot comme je les aime
Je ne brancherai pas
Je barre
Et peut-être que les mots introduits à la ligne d’avant me permettent de repartir
Les mots
J’écris

Il n’y a pas de mots

Non
Je corrige

Les mots semblent muets

Dans le système inconscient que je porte à cet instant en moi non les mots ne sont pas muets mais aveugles aveugles comme la chauve-souris au bec cloué
Tout cela ne vaut rien n’explique rien n’est pas clair
Je barre tout jusqu’au premier vers* le premier vers compris
Les mots laissons les mots tranquilles ils sont non pas le départ mais l’arrivée
Et là-dessus un quatrain s’écrit d’une haleine à partir d’une image toute différente et qui s’impose à moi les mots tus une image du silence le bec cloué

Le silence qu’il fait dans la chambre aux machines
N’attend que
L’homme enfin qui déclenche le chant
Je roule les cailloux dans ma bouche en marchant
Les mots mûrissent pour des fins que j’imagine

À vrai dire je ne sais pas si c’est tout de suite que j’ai fait la correction du deuxième vers remplaçant
L’homme enfin où enfin me semble une concession à ce goût de l’orchestration auquel trop souvent je cède pour prolonger

Louis Aragon

James Ollivier – Le Figuier (Aragon)


Le figuier

La maison n’était qu’un nœud de ténèbres
Reviens veux-tu bien nos pas recroiser
A-t-elle toujours ses volets funèbres
L’escalier de pierre aux marches brisées

Dis tu t’en souviens de l’enclos de murs
Où les lys avaient follement fleuri
La ronce y poussait dont saignaient les mûres
Nous rêvions alors y chercher abri

J’y revois toujours ta robe légère
Repassons le seuil en vain condamné
Retrouver ici l’odeur passagère
Qui remonte à nous du fond des années

Je trace ton nom sur le figuier mâle
Qui a ce parfum des corps entr’aimés
Ton nom va grandir dans l’écorce pâle
Avec l’arbre et l’ombre au jardin fermé

Peu à peu perdant la forme des lettres
Qu’il s’écarte donc comme font les plaies
Illisible alors au passant peut-être
Ce cri de soleil dont je t’appelais

Les mots que l’on dit sur les lèvres meurent
Le sens qu’ils portaient s’éteint lentement
Il faut apprécier que rien n’en demeure
Les baisers sont seuls partis les amants

Je ne t’ai donné qu’un chant périssable
Comme était ce cœur pourtant qui battit
Ah mon triste amour mon château de sable
Les baisers sont seuls

Louis Aragon

 

PAR-DELA LA SEVE


1268c2b7cf272dc6862d363d98c35cce

                      PAR-DELA LA SEVE

 

La fenêtre est sur la mer

Paris

du Fauve

qui parle du balcon

Ecoutons-le plus loin

par-delà la sève

qui traverse le plat fond

Matisse parle..

Niala-Loisobleu

31 Janvier 2020

 

 MATISSE  PARLE                           

Je défais dans mes mains toutes les chevelures
Le jour a les couleurs que lui donnent mes mains
Tout ce qu´enfle un soupir dans ma chambre est voilure
Et le rève durable est mon regard demain


Toute fleur d´être nue est semblables aux captives
Qui font trembler les doigts par leur seule beauté
J´attends je vois je songe et le ciel qui dérive
Est simple devant moi comme une robe otée

J´explique sans les mots le pas qui fait la ronde
J´explique le pied nu qu´a le vent effacé
J´explique sans mystère un moment de ce monde
J´explique le soleil sur l´épaule pensée

J´explique un dessin noir à la fenêtre ouverte
J´explique les oiseaux les arbres les saisons
J´explique le bonheur muet des plantes vertes
J´explique le silence étrange des maisons

J´explique infiniment l´ombre et la transparence
J´explique le toucher des femmes leur éclat
J´explique un firmament d´objets par différence
J´explique le rapport des choses que voilà

J´explique le parfum des formes passagères
J´explique ce qui fait chanter le papier blanc
J´explique ce qui fait qu´une feuille est légère
Et les branches qui sont des bras un peu plus lents

Je rends à la lumière un tribut de justice
Immobile au milieu des malheurs de ce temps
Je peins l´espoir des yeux afin qu´Henri Matisse
Témoigne à l´avenir ce que l´homme en attend

Louis Aragon