L’EPOQUE 2020/24: CHIENS DE PRAIRIES 2


L’EPOQUE 2020/24: CHIENS DE PRAIRIES 2

 

 

Après les Époques 2018 et 2019, voici le vingt-quatrième de cette nouvelle Époque 2020 avec le peintre Niala : CHIENS DE PRAIRIES 2 . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

              L’EPOQUE 2020/24″Chiens de prairies 2″NialaAcrylique s/toile 33×41

 

 

 

Je t’emporterai dans mes bras

Poignante présence

Le mors obscur qui nous retient

Se détendra sous nos pas

Il pousse des arbres dans notre respiration commune

De grands peupliers à l’ailleurs démesuré

Ajoutés à ta peau ajoutés à tes mains

Escortées toujours d’un surplus de lunes

Partout on plante des fleurs sur notre endurance

Et sur la prairie de tes yeux tes yeux et leur tendresse canine

A croire qu’on peut tout par amour

Et puis surtout tes mots pour le dire

 

 

Leur dire de sel à laisser 

La soif vacante

 

 

 

Barbara Auzou.

L’EPOQUE 2020/23: LES CHIENS DE PRAIRIES 1


 

L’EPOQUE 2020/23: LES CHIENS DE PRAIRIES 1

 

Après les Époques 2018 et 2019, voici le vingt-troisième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : LES CHIENS DE PRAIRIES 1 . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

    L’EPOQUE 2020/23″Les chiens de prairies 1″NialaAcrylique s/toile 35×24

 

 

 

Les arbres ondulent

Se plissent c’est pour nous

Les miettes de l’entendement

Qu’ils jettent au vent complice

Et tu les ramasses à genoux

Avant qu’elles ne pénètrent 

Les entrailles de la pierre

Chaque fois la terre se creuse

Plus profond dans le clair

D’une couleur qu’on n’arrête plus

Près de toi noir un grand chien

Qui te sait heureuse

Monte la garde dans un coin

De l’indicible qu’il a mordu

Au rebond

 

 

Barbara Auzou.

L’EPOQUE 2020/22: COMPLICITÉ SALINE 2


L’EPOQUE 2020/22: COMPLICITÉ SALINE 2

 

Après les Époques 2018 et 2019, voici le vingt-deuxième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : COMPLICITÉ SALINE 2 . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…


L’EPOQUE 2020/22″Complicité saline 2″
Niala
Acrylique s/toile 65×54

 

 

Tu as ouvert ma poitrine

Avec des doigts d’eaux

La grenade rose c’était pour l’oiseau

À l’assaut de l’âme et pour la complicité

Saline Il y avait des roulements de dunes

À se parfumer les os à en oublier

Que parfois les seins s’ennuient

Quand la mer a toujours le dernier mot

Avec ses yeux violets toujours venus

Sur le tard  Et moi dans tes bras j’étais nue

Dans le fourreau d’un mystère

Rempli de mots qu’on ne connaît pas 

Et de fleurs intervallaires qui ne font que tourner sur soi

Dis-moi où se trouve le bout quand le songe se poursuit

Contre tous les récifs contre toutes les lois

Et que le sable demeure ce qu’il sera

Pareille ta main sur mon genou

 

 

Barbara Auzou.

L’EPOQUE 2020/21: COMPLICITÉ SALINE 1


L’EPOQUE 2020/21: COMPLICITÉ SALINE 1

 

Après les Époques 2018 et 2019, voici le vingt et unième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : COMPLICITÉ SALINE 1 . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

L’EPOQUE 2020/21 -NIALA – Acrylique s/toile 55×46               

 

Nous n’aurons rien cédé au temps

Seulement pivoté un peu pour prendre l’espace

Nous n’étions pas seuls  partout des hommes 

En grappes lointaines revenaient s’adosser

À leur ombre  prendre le relais des terrasses

Et la banalité des propos qu’ils échangeaient

Montait en lianes d’eau pour s’orienter vers l’évidence

Et toi bord de mer toi fleur intervallaire tu bénéficiais

De la complicité saline et de celle des oiseaux qui guettaient

Derrière leurs chevrons de brumes tes mauves foulées

Vers la joie  moi je démâtais mon visage au matin

Pour apercevoir blanche l’ablette de ton âme 

Sa flottaison parfaite sur le miroir des eaux

 

 

 

Barbara Auzou.

L’EPOQUE 2020/20: LES BAIGNEURS 2


 

L’EPOQUE 2020/20: LES BAIGNEURS 2

 

Après les Époques 2018 et 2019, voici le vingtième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : LES BAIGNEURS 2 . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

     L’EPOQUE 2020/20″Les baigneurs 2″ – Niala – Acrylique s/toile 61×50

 

 

Jamais on ne marchandera la mer son sel roux

Je te maintiendrai bien au-dessus du mot son 

Aérienne inconstance son cielleux bestiaire

Et s’il le faut même bien au-dessus de Nous

De Charybde en Scylla  l’injonction

À être heureux est un galet plat

Qui ne ricoche que quand on a l’âme au travers des yeux 

Et s’il faut remercier la vie on le fera

Comme des oiseaux sauvages 

Engendrés par sa bonté imprévue

Sa tardive récompense nous serons

Si peu surpris de notre propre délestage

Que nous attendrons

Les monstres debout

 

 

Barbara Auzou

 

 

L’EPOQUE 2020/19: LES BAIGNEURS 1


L’EPOQUE 2020/19: LES BAIGNEURS 1

 

 

Après les Époques 2018 et 2019, voici le dix-neuvième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : LES BAIGNEURS 1 . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…


      L’EPOQUE 2020/19″Les baigneurs 1″- Niala – Acrylique s/toile 35×24

 

 

Vivre 

Est autre chose disais-tu

Que notre propre nuit

transpercée d’un fanal

Qui s’éteint perdu

Dans les premières brumes du matin

Et la mort n’a rien de littéraire

Elle est la mort elle emporte nos désirs déçus

Il faudra tuer la bête et sa démarche de rose fatale

Coutumière d’une chasse étrangère à la vie

Où l’âme découche

Il y a à la bouche des terriers humides

Qui boivent le retour des années

Et remettent au bain l’épine rose du sein

Viens

Au plus près accordée

Enfanter des mers

Baigner l’enfant serein

Dans le grand secret 

De nos visages enfin lavés

De leur fièvre

 

 

Barbara Auzou.

L’EPOQUE 2020/18: MARIE-VOLANTE


 

L’EPOQUE 2020/18: MARIE-VOLANTE

 

Après les Époques 2018 et 2019, voici le dix-huitième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : MARIE-VOLANTE . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

L’EPOQUE 2020/18″Marie-Volante »NialaAcrylique 65×54


Nous avions une grande bataille
À livrer avec et contre nous
Ô Marie-Volante tant de choses
Avant de se dire se sont tues
Dans les puits condamnés de l’origine
Et les solitudes étreignaient des solitudes
Mais voilà que se dénoue ce cri silencieux
Qui mord et qu’en toi je devine
Lorsque tu es nue
Laisse donc là tes colères mes distractions
Tes habitudes il n’y a pas que des promesses de roses
Il y a des maisons dont le vivre est ascensionnel
Dans l’amour se caresse d’abord la gratitude
Le reste est lutte d’ailes jusqu’à épuisement
C’est assez pour s’éprendre et tu es belle du temps
Tissé de ma constante approbation
Tout là-haut tu règnes germe d’amande
Sur l’unique amandier
 
Barbara Auzou.

L’EPOQUE 2020/17:ACCOSTAGE


L’EPOQUE 2020/17:ACCOSTAGE

 

Voici ACCOSTAGE le dix-septième de cette nouvelle EPOQUE 2020 en collaboration avec BARBARA AUZOU.


            L’EPOQUE 2020/17″Accostage » – Niala – Acrylique s/toile 61×50



C’est là que j’accoste ravi

J’ai trouvé une mer où bercer

L’ardeur de vivre dans le rond d’un oui

Parce que ses yeux ont consenti

A me sourire au-delà des eaux

Obsédantes qu’elle porte en croupe

Je célèbre la pluie et l’amande ivre

Et des longues vagues vertes du mystère

Qui nous attachent si profondément

Je tire les plans d’une maison dernière

C’est un nouvel astre que j’accroche bien haut

-Elle est colline tellement par sa pourpre

Que la durée en est moins suspecte-

Et des aurores aux fenêtres

Pour qu’elle veille sur la douleur

Des jardins et sur notre complétude

D’oiseaux fiers

 

 

Barbara Auzou.

L’EPOQUE 2020/16: L’ARBRE DU MIROIR


 

L’EPOQUE 2020/16: L’ARBRE DU MIROIR

 

Après les Époques 2018 et 2019, voici le seizième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : L’ARBRE AU MIROIR. Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

Que sait-on au fond du regard

D’en face une fois déroulé le marron

De la caresse pour solde de tout compte 

Q’illumine un instant une feuille noire ?

De la même race nous nous serons débattus

Avec plus ou moins d’adresse dans la mesure

Qui contrariait notre démesure

Tellement cherché encore ces vaisseaux venus

D’une autre lumière pour ne plus en descendre

S’arrimer au sommet du règne végétal

En respirer l’odorant soleil pyramidal et mellifère

Avec tous ses effets de mains à y visser son front

Depuis toi l’âme et le corps ont le même poids

Grand tour de racines autour du feu central

Les fables recommencent toujours plus promptes

Aux cendres et les oiseaux humides dans l’automne brûlé

De tes yeux sont l’arbre du miroir le miroir de l’amour

 

 

 

Barbara Auzou.

L’EPOQUE 2020/15 : LE COQ À CHEVAL


L’EPOQUE 2020/15 : LE COQ À CHEVAL

 

Après les Époques 2018 et 2019, voici le quinzième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : LE COQ À CHEVAL . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

L’EPOQUE 2020/15″Le Coq à Cheval »NialaAcrylique s/toile 55×46

 

 

La lumière d’un corps

Est un vivant paysage où l’oiseau

Aime écrire

Et la raison ce matin

Darde un buste libre de corset

Elle n’a plus depuis longtemps

Tu le sais ce désir brut

De remplir une forme

Elle est venue étreindre un peu d’éternité

Sous les mains immenses d’un soleil majeur

Vois le coq bander l’arc de ses oracles

Lancer son chant de cuivre en l’honneur

De ta grâce qui bouge

Dans la pensée blonde du  blé

Mon cheval rentre au pré

Suivi d’une triple torsade de parfums

De fleurs de miel et de rut

 

 

Barbara Auzou.