MOUVEMENT HORAIRE


a446654637ab47091aad63a01df42025

MOUVEMENT HORAIRE

A la recherche d’un vert aboli par décret météorologique, grande-manoeuvre pour changement d’heure ?

Il y a dans la promesse d’etat comme une énigme , un rébus, un labyrinthe, un train fantôme, un bateau-ivre, un palais des glaces, que sais-je encore ?

Les banc de sable préférés des phoques sont au bord de la côte d’Opale c’est la version maritime de la meuh du bocage normand, ils adorent voir passer les chars à voile.

Je cigogne un ventre d’enfant imberbe de pousses de marguerites, le delta lâche des milliers d’oiseaux blancs.

Je suis entre la colonne tronquée et la vertèbre démoellée, sortant de coupe et de taille pour mettre le jardin sous la couette dans la cabane, je me suis gardé quelques bouts de jasmin pour fleurir l’odeur de menthe qui m’est chair, mon coeur est assez chaud pour tenir l’espèce végétale jusqu’au prochain printemps.

A l’instant de rentrer mes doigts ont fait un dessein pieux, ils se sont envolés pour rejoindre le soleil plus rond qu’un sein lourd…

Niala-Loisobleu – 26/10/18

POING VIRGULE


154421

POING VIRGULE

A la question que je vis se dessiner sur ses lèvres je répondis du tac au tac d’un baiser. Je jurerais avoir entendu les cons emportés d’une seule bouchée. Sur le côté de son flanc gauche battait de plus en plus fort un premier dessin rupestre dans les ocres d’un bistre manuel. Reconnaissant un cheval sauvage aux tâches bleues qu’il avait sur le crin blanc, j’attendis que la horde passe pour sortir le premier bison. De cendre au tison son galop a fait trembler  la fumée sortant de ses narines. Il reste que le feu de cette guerre m’est resté allumé de cette ardeur de vivre particulière. L’espoir, imbécile utopie quand on voit ce que l’homme abîme des millions d’années durant, pour le garder en corps incite à s’y convertir. Aucun dieu ne s’étant risqué à le certifier.

Niala-Loisobleu – 19/09/18

SOLSTICE


776e2a88a2c6e9cc8a297b87d9c533e1

SOLSTICE

Je suis assis au point haut, en bas dans le soleil de son jardin. Elle me dit ses mots qu’elle a mâché de menthe sauvage prise aux mauvaises herbes qui cherchent à gagner. Son ventre résonne plein ma tête à me caresser le coeur. Je l’entends, elle me dit à mots ouverts le passage proche

Je ne parle qu’en Bonne Foy…

Encore

Moi la nuée

Je consens

Moi l’étoile du soir

Je consens

Moi les grappes de mondes qui ont mûri

Je consens

tu connais mon nom Maria-B…

Quand se déposant du ciel d’un passage vocal le cri des oiseaux est entré comme le chant qui accompagne la levée.

 

Niala-Loisobleu – 19 Mai 2018

 

APARTÉ


28c5e361b63da79210a58b2fabd60218981d8e25

APARTÉ

Mais le ciel, qui voudra l’ouvrir à l’ombre que je fus ;
Et l’innocence de l’oubli, qui vous la donnera, mémoire,
Songes que la douceur n’a pu désaltérer, et toi
Sanglant désir rôdeur sous ce crâne d’ours.

Jacques Réda

 

 

M’arrachant l’ortie pour m’en faire la soupe, je pris son élégance et me la mis en silhouette, comme un enfant ne peut voir que le sein emplir sa bouche comme raison de vivre.

Sa robe baillait belle, j’étais à l’écoute de sa version d’Indiana Song. Envoûté et sous le charme de sa réalité qu’un neuroleptique absent ne chimique pas, mais vous ne saurez jamais par quelles portes nous avons accès à notre absolu.

Ils auraient dit le diable en demandant au charbonnier d’aller quérir du bois à bûcher. Reste que ce qu’ils peuvent avoir dans l’esprit n’est certainement pas sain.

Sonne Mâtine, en décroisant les rais des parties obscures, fais ton genou clair. Le cheval  a vu l’endroit où ton corps l’attends pour monter

 

Niala-Loisobleu – 17 Mai 2018

Vous ne saurez quoi dire


a5445ffc4ea048e903fcdc8ded9e913f

Vous ne saurez quoi dire

 

De la pluie qui bat sortent des voiliers invisibles sauf aux porteurs d’amphores pleines de soleil

Le temps pisse un continent

Les étoiles se tendent les deux mains en coupe

Arrive une planète silencieuse, un enfant à cheval dessus ébroue, ébroue, ébroue !

 

Illustration: Peinture de Pierre Bonnard

Niala-Loisobleu – 23 Mars 2018