PAR ECHAPPEES DES FORTIFS


 

ea0d89ff242f6b6f20bd285b7a07cd7a

PAR ECHAPPEES DES FORTIFS

 

Paris n’est pas en corps clos par sa ceinture verte

Les Maréchaux en revanche la tourne en boulevards comme une fille à soldats

C’est la faute de la grosse Bertha qui en cette année la canonne

Le bon Rousseau en rage derrière son octroi, obligé de contrôler le passage quand on est habité par un fabuleux voyage de concert avec un facteur Cheval, ça pue le côté étriqué d’un administratif concept

Et l’Epoque s’évade avant l’Exposition Coloniale aux goûts un tantinet esclavagistes. il faut glisser de l’exotisme dans les corsets et les faux-culs pour laisser l’authenticité des somptueuses touffes préservées lâcher le pouvoir de leur voyage

Aujourd’hui le tour opérator démolit le monde et le rasoir saccage les savanes fauves des grandes lionnes, quel sacrilège, je remonte ton grand fleuve cher Douanier au moment où il se pourrait que l’espace Shengen cadenasse

J’ai ton ombre dans la poche, avec le caillou, qui me taquine le vélo, ô Henri, et le reptile de mon calecif soulève le couvercle en se disant flûte, sortons-en…

Niala-Loisobleu – 1er Mars 2020