AU BOUT QUE J’ESPERE


AU BOUT QUE J’ESPERE

Du beau naît

du bon naît

tu Nesles trop poli teint pour être honnête

je me souviens comment entre deux stations on apprenait à lire

DU BEAU DU BON DUBONNET

mais jusqu’à l’école qui se spécialise dans la fumisterie ça peut difficilement déboucher

Du pays que je suis, ailleurs depuis le départ, je continue la rame comme toujours on l’a fait ensemble Anne, bien que visionnaires ça change pas le lambda de sortir de l’embuscade. A croire que ça le fouette vu comme il y fonce. Ton côté féministe, le bon, celui que je défends sang pour sang, regarde jusqu’où ça dérape avec le génie lesbien. Alice ô merveille, le bébé dans le Coffin. Moi j’ai l’air de quoi avec mon côté Androgyne- In Temporalibus 1983 ?

Bof allez tire-moi la langue je te ferai mon pied de né faune, rires…

Ce que nous aurons vécu au départ de vraies souffrances aura valu autrement que ce qui attend la livraison des prochaines cigognes

Le Beau ça commence majuscule et ça décramponne pas

Les seins de marbre qui tombent sont de chair grouillante, ils se cavalent pas comme la gélatine du pâté de lapin d’élevage et puis l’épopée qu’il y a dans les rides a du pur-sang dans les curies

Restons jusqu’à la fin visionnaires

Tant pis pour eux…

Bon voyage Anne.

Niala-Loisobleu – 1er Décembre 2020

VERT ET ROUGE


VERT ET ROUGE

La Chaume penche, brumeuse

Au loin rien d’ouvert

Ni de lambda descendu du car

Bridé comme un touriste

La vie est passée de l’autre côté du courant

Bruit du remorqueur en radoub

Une compréhension prend rendez-vous pour un test

En pointant la case les yeux bandés

La recherche pour enlèvement commence sur la base d’un clone

Chat qui pisse pour marquer la course en territoire resté ouvert

Risque d’erreur de guidage du tapis roulant

Correspondances fermées (liaisons dangereuses)

Niala-Loisobleu – 15 Novembre 2020

LA DERNIERE SEANCE


LA DERNIERE SEANCE

Rio Grande par Eddy Mitchell 

Ça commence comme dans un film noir
Un jeune couple embarqué dans une sale histoire
Petit voleurs fichés et recherchés
La vie les a changés en marginaux blessés

En cavale, changeant chaque soir
D’hôtel, d’identité, évitant les bars
Bêtes traqués, une seule lueur d’espoir
Ça sera la fin du blues
Dans l’port de Vera Cruz

Rio, Rio Grande
Dès la frontière passée
Nous serons blanchis, sauvés
Rio, Rio Grande
Le temps va s’arrêter
Pour mieux nous oublier
On s’promet une vie, sans blues
Tout commence à Vera Cruz

Vrais mensonges, rêveurs éveillés
Le Mexique est bien loin du supermarché
Les vigiles nous ont vite repérés
Ça sera toujours le blues
Dans la banlieue d’Mulhouse

Rio, Rio Grande
Dès la frontière passée
Nous serons blanchis, sauvés
Rio, Rio Grande
Le temps va s’arrêter
Pour mieux nous oublier

Rio, Rio Grande
Dès la frontière passée
Nous serons blanchis, sauvés
Rio, Rio Grande
Le temps va s’arrêter
Pour mieux nous oublier

Rio, Rio Grande

Eddy et sa femme

Et juste avant

THE END

Eddy tire sa femme du drame

en noir et blanc

Le temps a passé sur le Récamier mon ciné d’quartier

mais on naît toujours là à aimer

dans un Paradiso qu’on reconstruit

Ma

écoute le bruit de la bobine qui ronronne comme chat

qu’à l’entr’acte on se fait la traction animale en grandes pompes..

.

Niala-Loisoleu