GRANDS FONDS 2 – Juliette Gréco:Jean De La Providence De Dieu


C’était en l’an dix-neuf cent deux
Quand Jean d’ la Providence de Dieu
Ouvrit la porte sans carte blanche
Son front était cuit et recuit
Par le soleil et les soucis
Son sac était lourd sur sa hancheMais la mer du Nord s’engouffra
Dans l’ bar où tenions nos états :
Y avait Machin, Chose et Langlois
Y avait Frances, et c’était moi !

Nous étions tous les cinq à l’aise
Dans le vieux bar de l’Irlandaise !

En ce temps-là, y avait Langlois
Machin et Chose, l’Irlande et moi

Le vent qui soufflait de la mer
Nous a pris dans ses bras de fer
Pour en emporter deux en douce
Il ne resta dans l’ cabaret
Après qu’ils se furent taillés
Car ils avaient l’ diable à leurs trousses
Que Langlois, moi et ce curieux
Jean de la Providence de Dieu !
Y avait donc Jean, et Cætera
Langlois, et la môme qu’était moi
Langlois, très fauché, mit les voiles
Pour retrouver sa bonne étoile
Alors nous ne fûmes plus que deux
Moi et la Providence de Dieu !

On m’ nomme aussi « Saint-Jean bouche d’or »
Me dit ce grand matelot du Nord
Et quand je chante ma complainte
Au petit jour, passé minuit
Ici ou là, comme un défi
Toutes les garces se croient des saintes !

Puis il disparut en chantant
Autant en emporte le vent…
Y avait Machin, Chose et Langlois
Maintenant, il n’y avait plus que moi !

J’étais seule devant les bouteilles
Elles m’offraient d’autres merveilles !
En souvenir de Jean, j’en bus deux
Et tout l’ reste à la grâce de Dieu !

Que sont devenus mes copains ?

À dire vrai, je n’en sais plus rien
L’Irlandaise a fermé boutique
Machin et Chose ont disparu
Dans le décor des inconnus
C’est la faute au vent hystérique :
Il fit entrer ce Jean de Dieu,
Sa Providence et ses bons vœux !

Ah, les bistrots des ports de mer !
Lorsque le vent pleure en hiver
Et vous prend pour toute la vie
Avec ses orgues de Barbarie !
C’était en l’an dix-neuf cent deux
Au Rendez-vous des amoureux

Pierre Mac Orlan

Juliette Gréco – Les Annees d Autrefois


Juliette Gréco – Les Annees d Autrefois

 

Un pont sur la mer
Nos pas sur les canaux
Soleil sur la pierre
Des palais cardinaux
Ta main dans ma main
Le monde dedans tes yeux
Au ciel italien
D’un bleu miraculeux

Dis, t’en souviens-tu
Des années d’autrefois,
Des années perdues
Où nous allions là-bas ?

Un pont sur la Seine
Nos pas sur les pavés
Une chambre d’hôtel
Nos passions apaisées
Ta main sur mon cœur
La pluie sur nos matins
Le goût du bonheur
Ma peur des lendemains

Dis, t’en souviens-tu
Des années d’autrefois,
Des années perdues
Où nous ne dormions pas ?

Un pont sur ma vie
Nos pas dans le silence
Au bout de mes nuits
L’écho de ton absence
La pluie sur les carreaux
Tant d’heures enfuies
Ô mirage des mots !

Dis, t’en souviens-tu
Des années d’autrefois,
Des années perdues
Où nous n’avions pas froid ?

Dis, t’en souviens-tu
De notre histoire d’amour ?
Dis, as-tu perdu
L’espoir au long du jour ?

Dis, as-tu perdu
Nos rires et nos toujours ?
Dis…

 

J’AI LE COEUR AUSSI GRAND


IMG-2423

J’AI LE COEUR AUSSI GRAND

D’abord le galop des garennes

plus sauvages qu’une lampe de civet

près d’un livre pas en corps écrit

c’était lampion de la chanson de rues

le bagout du camelot vendant son sirop d’éternité

l’eau vivante du caniveau entre les jambes des quat’-saisons

bougnat sur façade

contre avaleur de couleuvre et sabreur de ragot

Les feux d’un réverbère prenant la voie fluviale

de l’éclusier

par la direction polaire de sa propre étoile

boussole de rêves boulimiques d’une géographie apprise chez Jules Ferry

entre deux éviers à faire la vaisselle

et un vers vide à remplir

sans jamais que mon coeur ne crise autrement que mis en étroitesse…

Niala-Loisobleu – 7 Décembre 2018