OASIS ÉPHÉMÈRE


OASIS ÉPHÉMÈRE

Anéantie par cette douleur,
Qui de toute part,
Me cisaille;

Assoiffée et seule
Sur le sable aride
De ce désert de désolation;

Où rien ne peut subsister
Sauf l’incohérence
Face à l’ampleur de mes failles;

Des délices de ces étranges délires
Dans lesquels m’apparaissent
Cet Oasis en voie d’extinction;

Je m’abreuve,
Me délecte,
M’inspire jusqu’à la Lie
Telle la source intarissable
De cette passion inassouvie;

Dans l’espoir
Aussi futile soit-il
De concrétiser cette sublime,
Voluptueuse,
Sensuelle vision;

Pour conquérir
Le sourire flamboyant
De cet Astre Incandescent
Dont le reflet,
Dans mon pâle regard ,
Pétille!

Ainsi donc,
Je fuis cet indécent,
Etrange,
Insidieux monde de silence;

Car ces antiques mythes
Alliés à ces infâmes blasphèmes
N’ont plus aucune raison d’ Etre

Puisque de mon entrée triomphale,
En fanfare,
Dans cette folklorique danse;

Je m’enivre,
Sans la moindre restriction,
Dénuée d’attention,
Vers cette foule accablée
Par cet illusoire paraître;

Afin d’enfin humer
L’essence même de cette Vie
Grâce à mon absolue confiance
En cet inouï sixième sens!

Joh Hope

« Oasis éphémère »
Copyright Joh Hope, 29.03.2012Extrait de:  Recueil: « D’Ombre et de Lumière »

ETALON MYSTIQUE


ETALON MYSTIQUE

Ô, dans l’éternel sillage
Du plus majestueux des Etalons
Au Coeur si noble

Galopant fougueusement
Sur ses chemins de vie
Aux innombrables virages;

Se métamorphose cette silice corrosive
Incrustée dans ces regards ignobles

En un halo d’inextinguibles étincelles
Dont la chatoyante Lueur
Annihile ces odieux clivages;

Issus de l’insoutenable odeur
De ces charognes en putréfaction
Imprégnée dans l’instinctuel imaginaire

De cette louve solitaire aux abois
Dégueulant toute l’intensité de sa rage
Sur leurs sinistres sarcophages;

Avant de chevaucher,
Sans la moindre retenue,
Désormais transfigurée,
Le plus mystique des Chevaux de Lumière;

Et se blottir,
De toutes ses forces,
Contre sa flamboyante crinière

Pour y déverser,
Pudiquement,
Les flots amers de cet infernal orage!

Joh Hope

« Etalon mystique »
Copyright Joh Hope, 10.01.2013 Extrait de:   » Confidentielle dissidence »

L’ENVOL DU PAPILLON


bc5b77df13a2ecc40ee83031f99af871

L’ENVOL DU PAPILLON

J’ai fini par me l’avouer:
Je me suis forcée à ses apparences
Afin de ne point affronter
Cette peur de la différence!!!

Sans doute pour éviter ce rejet,
Cette triste indifférence,
Et réaliser cet intense souhait
De me sentir enfin appréciée!!!

Qu’en ai-je donc retiré?

J’ai bien essayé dans cette masse
De toute mes forces, de me fondre
Mais ce ne fut pas très efficace!!!
Aujourd’hui, je m’effondre…

A force de plaire à ces gens-là
Je ne cesse de me morfondre!!!
Oui,, je me suis perdue là-bas
Enfermée dans ton monde, Ô silence
Gênant, lourd, destructeur, terrifiant
Evocateur de cette détresse immense:

– Ô tu me renvoies l’écho puissant
De tous ces mots enfouis profondément!!!!-

Bien sûr, ils hurlent depuis si longtemps
Créant un véritable champs de bataille
Au creux de mes entrailles
Et cherchent cette porte de sortie
Pour enfin assouvir cette envie
D’exprimer l’intensité de cette rage
De s’être retrouvés prisonnier
Au coeur de ce violent orage
Sans jamais pouvoir se confier
Sur ta simple décision, Ô Esprit:

– Envahi par cette terrible appréhension
Tu redoutait tant tes ennemis
Qui n’étaient qu’incompréhension
Face à ton besoin d’exister
Pimenté d’une pointe de folie;
Tu en as suscité des jalousies:
Tant qu’il fallait te retrancher
Et mettre un terme à cette existence
Qui éveillait tous tes sens!!!-

Moi qui autrefois donnait toujours le « la »
Et rayonnait par tant de présence
JE fais aujourd’hui le premier pas
Après cette si longue absence!!!

Dorénavant, je vivrai à ma manière
Et tant pis si je déplais
Car je veux rejoindre cette lumière
Celle qui m’attire et me plait!!!!

Oh, je sais du fond de ma raison
Que certains médiront et me mépriseront
Mais avec moi-même, je serai en paix
Et gagnerai ma liberté de m’exprimer!!!

En bref, voici ma petite conclusion,
Je suis juste un être de passion.
Tout comme ce magnifique papillon!!!

Ô je ne vous en donne pas la définition
Pour éviter toute provocation
J’apprécie cette expression:

Au diable toutes ces frustrations
Vive la révolution de mes émotions!!!!

Joh Hope

« L’envol du papillon »
Copyright Joh Hope, 2011 – Extrait de: « Ma Petite Plume d’Or, mon Trésor »

 

 

 

EXPONENTIELLE HÉGÉMONIE


IMG-0033

EXPONENTIELLE HÉGÉMONIE

Affranchir la damnation mémorielle d ‘une transcendance spectrale à l’agonie,
Confinée dans ces murs porteurs mais exfoliée par leurs postures lascives;
Hégémonie exponentielle impérativement liée à cette mystique alchimie,
Où pavoisent idéations sensorielles et fastidieuses compromissions intuitives!!!

S’astreindre à ces soliloques épiques émis avec une logique surréaliste imparable:
Orchestration arbitraire dans cette opulence dépouillée de perspectives génériques,
Impulsions frénétiques de cette perfectibilité obsessionnelle pratiquement immuable;
Lorsque crépite cette paradoxale éloquence sous ces feux de Bengale hystériques,
S ‘en approprier ainsi l’éponymie providentielle, cette indicible résilience pourtant si friable:

– De ces balbutiements primitifs à ces versifications incisives , » Antre ciel et terre mythique »,
Oser enfin ce cheminement existentiel vers cette personnification symbiotique intarissable!-

« Exponentielle hégémonie »
copyright Joh Hope Auteur-poète,
30.06.2014

 

 

 

Paradoxal état des lieues, on est plus près de loin que tous les stratagèmes du destin s’ingénient à mettre en oeuvre pour nous séparer, escadrille migratoire tu me v’oies à me dire qu’en tes zèles déployés l’orgasme dit oui en rabattant ses non répétés aux bans publics, la vestale, l’amazone monte et prend les rênes du char-à-bancs

Au soir le matin

Le missionnaire passe à la trappe, hardi petit cru-moi à la force du vent qui ne rabat plus mes plissées aux genoux pour traverser la rue sans passer par le trottoir d’un site de rencontre, redevenue vierge d’un viol mondain 

Des hauts-de-hurlevent 

skyzofrènes

le rameau sort sa colombe

Vivre pour vivre et non pour attendre entre deux planches que le charpentier creuse la solution 

Je t’aime sain sans me sentir d’interdits autre que tous ces maux pour rien qui en font des caisses pire qu’almanach , handicapés du sot d’obstacle, indigents de la perception du sens intrinsèque, à coups phène parasite auditif

Le tableau n’a rien de chasse.

 

Niala-Loisobleu – 10/03/19