ENTRE TIEN EMOI 97


cropped-a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c81

ENTRE TIEN EMOI 97

Sur le pont les grues en week-end avaient laissé un noir de nuit sale qui fit un matin mort-né

Les jardins ne sont pas destinés à faire la couronne de la fin de la lumière

Une poitrine aux seins par-terre ça fait trébucher entre d’indéfinissables questions sur un sujet trouble à haut-le-coeur

Je n’ai rien qui veut mourir par défauts imputés sans en avoir franchi la porte. L’acariâtre m’ulcère. L’ingratitude prise en alibi pour cacher la trahison est la gale d’une sanie purulente d’un coeur bon à jeter

Les formes du jardin sous la nuisette et le chien qui joue avec  voilà le disert d’une végétation liée au pouls en état. Nous entendons les oiseaux pondre et les vaches aiguiller les trains au cinémascope de la joie d’un soleil à discrétion

Le papier se tend comme une toile désireuse de caresses

Je cabre à la flèche prête au lancé

Non je refuse d’étouffer halète-moi de ton élan respiratoire. Tu sens le soleil 0à partager. Moment capital des passages encombrés

Comme qui dirait

comme qui dirait à serrer à demain pendant aujourd’hui et toujours plus en corps…

Niala-Loisobleu – 31/05/19