SEL D’EAU DOUCE


38-1274-12.11.1960-macareux-1

SEL D’EAU DOUCE

Dans le noir où se montrent seuls les pas connus, le peu de jour qui lève est balancé au bout de la potence du cadran

Vent violent et tiède d’un orage venant de loin, mais encore décidé.

Le café chaud en frissonne dans la tasse. Quand il s’en est pris à tes cheveux j’ai senti ta peau nouer son bonnet à poil.

Quand je vais tondre le jardin de derrière je garderai la plus haute herbe dans son odeur intégrale. Les oiseaux dépêchés te la donneront à tremper comme du peint. Elle sentait fort la Charente quand je suis rentré, la moiteur de ce moment, la sort du lit. J’ai du rêver un départ en gabarre, quand j’ai ouvert l’oeil j’ai vu que j’étais amarré au coeur de l’estuaire.

Un bon Dimanche au bord de l’eau, Ma, ça dense joyeux comme un macareux déjà debout sur la pointe du rocher. Il se sent bien d’avoir posté son vol.

Niala-Loisobleu – 13/10/19