LE TABLEAU DE BUEE


LE TABLEAU DE BUEE

Dans l’aiguille le fil de voix s’enfile au bout des doigts

l’atmosphère s’embue durant l’installation des étals au marché couvert

Dehors c’est la remise des cageots à l’entrée des demains

hier s’est tétin nouveau-né

Du poil reste sur le passage des ras musqués

un chat efflanqué guette les miettes au banc du fromageL

L’espoir a toujours faim d’un passage surélevé pour visiter les étapes du Grand Magasin de la Samaritaine

pendant que la Seine a été déménagée des douves du Louvre, les antiquaires se sont abonnés au musée

Le moment bute sur sa confusion entre l’avant et l’après

difficile, voire inexplicable à justifier le retournement, à moins que ça ouvre une piste sur l’inconnu à l’heure du réallumage des feux

Sous l’arc un vol de grives remonte les chants élysées

Offenbach fanfare

D’un remous du bassin l’arlésienne cache son absence de maillot à l’avenue

Par une fenêtre en terrasse sur la cour, une radio nostalgique évade l’Appel du 18 Juin 40

remontée aux fortes-marées des carreaux-cassés pour ranimer le sel aux marais

La croix de Lorraine en résistance étreint la fenêtre de ses grands bras pugnaces.

Niala-Loisobleu – 14 Juin 2021