DÉNONCIATION DU CORPS


Joel-Peter-Witkin-photography

DÉNONCIATION DU CORPS

Corps où les doigts, les femmes laissent, blanches, cent empreintes, où le goût du thé longe l’empire de la . jambe, où tu vins, comme un laitier sans cri, sans
nervures, libérer mon jade, mon corsaire.
Nous fûmes ce que nous fûmes.
Ton récit de trains et de roses, je le suivais, neutre et attentif.

Apparut nu celui qui parle, et glissent en moi l’arbre colorié, la haine alanguie, l’étui fourré de menthe; rêve en moi l’encre possessive (et ses fragments, ses
incertitudes, ses continents, ses fracas, ses contemplations mates); je serre ton corps, qu’importe, le vois de la jambe à la jambe, le sais là de tous ses os, de toutes ses
vieilleries, de tous ses organes sans nom, évanouis, essentiels pourtant.

Rompre, et pampre, ou pourpre.
Et pourquoi ce clair-obscur?
Pourquoi ce mouvement de la main qui écrit quand hurle celui qui naît ailleurs?
Et parole.
Et parole enfermée.
Tu bouges dans ta peau sans savoir l’aventure du corps.
Tu viens vers moi.
J’essaye de le croire, de l’écrire, de le dire, de le lire.
Ville enfoncée dans les maisons, dans les carcasses.
Tu casses le sang.
Avide, te voici lépreux sous les bras.
Que disions-nous de celle qui nous enveloppe, nous trompe ?
Fardeau de citrons et de socs, ton corps vers l’hiver déchire les linges oubliés, les turbans tachés de rouille, et le sang se répand sous la peau, plus vite, inondation
nocturne, où le meurtre est vain, où les oiseaux plats filent ventre à terre, comme de folles guillotines.

Avare, tu parles, tu touches toi-même le papier, la peau, l’œil.
Et c’est une lenteur de terre fraîche, de tissu mouillé.
L’obstination mûre des sueurs, le calvaire sec du sang, la jactance insensée des prunelles ; tu tournes vers moi un visage qui n’est pas le tien; les poignets près des cuisses,
les tuiles rouges où des gardiens battent des voleurs…
Dans mon bras, ton poing serre des touffes et des aisselles, des blocs de houille, des seins de neige.
Estaminet sans peuplade ou chambre de chaleur.

Jacques Izoard

CORPS SOUS LA PEAU, CORSAIRE


7333729_bras1

CORPS SOUS LA PEAU, CORSAIRE

Jette les boules de vêtements

(vêtements de
Victor ou d’Arthur)

dans l’eau de pluie, lave

le corps d’un voleur endormi.

La peau sans géographie,

peau pâle, papier sans âme,

peau d’ange sans regard.

Cheminement lent des billes

sur le tambour tendu du cœur.

L’Angine et l’Aéroplane

unissaient leurs destins.

J’étais fille, je touchais

la vie d’un garçon bleu

sous l’abîme et le col.

Jeunesse, passe muscade.

Monsieur, vous n’y arriverez pas,

je suis trop jeune;

il faisait le mort, je posais

mes lèvres, mes rêves

sous sa peau immense,

et la salive du lilas

enrobait nos tumultes,

nos luttes lacérées,

le gel soudain de nos cris.

Me dit-il.
Me murmure-t-elle…
Lilas pointus sous les ponts en chemise.
Chêne vierge sous l’eau de
Meuse.
Et nous bénissions de nos mains nues les sorciers en capuchon, qui geignent, peignent les trottoirs, déchirent les joues des petites filles légères.
Où souffle un feu noir, caresse les grands rats amis, les longs crocodiles de menthe, et tous les véhicules ensablés, les totems anciens qui craquent.

Chambre du conseil: les oiseaux y cherchent le grain, l’eau vive et le sommeil. Étudie leur savoir, leur plumage.
Arrache un seul miroir; la foudre, alors, avec ses chapelets de buis secs, ses couteaux, écartèle un pantin de pleine terre.
La chambre est un grenier de cerises, où l’on fauche à grands coups le sommeil des renards.

Herbes.
Irène.
Spa.
Ciguë.
Et que siffle un sifflement d’eau lisse à l’assaut des talus, des monticules.
Herbes à satiété pour cacher les sosies des voleurs de grands doigts.
Les bouleaux enfarinés ont le cœur très tendre.
La mort meurt toujours.

La langue allonge.
Ou bascule dans les mots.
Aplomb bleu des sarcelles.
Longe le bras très long d’un géant mangeur d’herbes.
Imite aussi le franc parler des oiseaux, des mille oiseaux que l’aube délivre.

Le petit pouce accueille l’empreinte, l’onguent bleu.
La faux coupe l’herbe et le gaucher connaît l’inverse, la récidive, le clos de l’œil qui fixe l’autre moitié du corps.

Vélo rêvé des rouilles, feu troué des manœuvres.
Je visite le dé menu des dents et des phalanges, rompant le corps, l’arbre.
Et la main sur la main cache le pesant lingot, la rivière pétrifiée.

Château d’haleine posé sur le sein d’une fille très belle.
Les joues.
Les jambes.
Tout le corps glisse dans l’arbre creux.
Mais le fourreau serre la langue du bouffon noir.

Que celui qui m’épie

demeure dans le puits

sous la maison creuse !

Peut-il toucher le gel

couvrant le corps entier?

Je l’aime comme on aime

un jardin foudroyé.

Chargement de sabots et d’épées,

cri sourd des cagoules…

Le lierre quitte

les maisons qui s’écroulent

et cherche le cœur secret

de la ville qu’on détruit.

Me touche la voix basse

du gel et de l’absence.

Et je serre contre moi

l’anneau de cheval bleu.

Erre d’île en île.
Toutes les rues du citron, la fraîcheur les capture.
Le voleur volé marche à pas légers de thé.
Nous feuilletons l’album des pâles photos d’antan.
Nous avons cent ans.

Jette un arbre entier dans le puits sec et vide.
Tu verras cent oiseaux faire boule de bleu dans la chambre immobile…
Passe ton chemin, vendeur de clous et de pals !

Écriture en bombance, en folie.
Petits mots battus, penauds.
Petits cris, petits murmures.
Le fil de l’encre éclaire le parloir des paroles.
Et siffle, salive !
Un paquebot échoue dans le juillet des jardins.

Et fourbe avec la poix que l’horloge encense.
Pieux dès le matin quand le linge amoncelle nos rêves hissés très blancs jusqu’au sommet du corps.
Me voici comme obscur avec les taches d’encre d’un sommeil très profond.

Dix mille muscles.
Et l’eau jaillit.
Mémoire s’effondre.
On ne sait dire le sang qui file.
Salive et suc sont belles caresses.
Mais cent mille nerfs lacèrent la peau.

Petit amandier des lèvres, demeure dans mon haleine, donne à chacun de mes mots l’amer désir de mort.
Celui qui court sans rêve touche le cœur des oiseaux, le vent, l’amandier, l’embellie

Œufs hôtes, œufs très ronds, vivez en moi longtemps.
Nous amputons la rivière de son flux le plus dur.
Dans l’herbe très lisse naît le membre immédiat.

 

Jacques Izoard

DIX ASSEMBLAGES


0daeef061737f26e173c0c7aa84f8d64

DIX ASSEMBLAGES

Assemblage de dents, de paille, de laine,

de débris de mors noir

qu’un travail exténue, de tessons.

Colle et encre, ensemble,

gardent l’odeur inouïe,

le nœud mou de l’ongle

et ce que tient l’haleine:

des taches de bleu

sur les mots malades.

Assemblage de pattes et d’allumettes,

de rotules et d’objets en étain,

déchets de jarres, de nerfs,

anciens croûtons de pain.

Haute salive où demeurent

la colère injuriée,

la fille, la bonne bouche.

Et les lèvres sans odeur,

le pouce les touche, les enduit

d’un onguent aveugle.

Assemblage des grains et des insectes,

des œufs et des filles,

des écoles et des sucres.

L’oiseau, la statue malade,

l’eau de pluie sur l’épaule

où vit le nerf blessé

achèvent l’histoire.

La laque blanche

dort dans l’hôpital.

Assemblage des jargons et des billes

quand les socs, les sources,

les outils à portée de la main

blessent les membres ou les branches,

prennent la craie

à hauteur des gencives

et donnent à mon épaule

un fardeau de citrons.

Assemblage du gel et du courre, de la femme assise et de l’arbre mort.
Le poing serre les phalanges.
Têtue, la vitre.
Hagard, le pâle désastre où la fille, la gencive ont la bête en elles, comme un désarroi.

À présent, texte ou texte
Déchets d’un plomb gris pâle.
L’écriture est métallisée, plus grise encore ou corail.
Décès du levier, du geste.
Assemblage de la matrice et de l’encre, de la sève pour tout dire, et du bruit qui s’arrête.

Assemblage des poutres et des haleines,

des mains de l’un, des pieds de l’autre,

des becs et des cheveux ;

les loutres et les verges

ont l’élan pour elles,

meuvent le feu aveugle

et le feu qui voit.

Seront ensemble

doigts et ciseaux.

Assemblage des chemins et des pas,

des pierres pillées, des fruits volés.

Bruits d’épines ou d’armes blanches

quand cesse tout frisson

sous la cagoule, sous la paupière.

Fracas de griffes et de tonneaux.

Les vêtements perdus,

en leur souffle, en leur silence,

cachent des gaines, des aisselles.

Assemblage du mot «langue» et de l’organe lui-même, dont la sourde ablation demeure incertaine.
Rien n’arrache l’haleine.
Et l’odeur du givre, cette maison l’enfouit dans le sel ou l’armoire, dans les vêtements usés du père et du fils.

Assemblage des muscles, des papiers,

des goûts et des gels,

des laines que l’œil choisit,

des herbes à la vie facile.

Assemblage de la jambe et de l’aine

où la main contient

le corps, la légende.

Un œil de papier dort dans l’œil.
L’encre est le corps dont on sait le chemin, dont le bleu dit l’absence.
Ici naît le vin que la neige arrondit que ma parole emporte en saccage infini.

La maison n’est pas la bouche : pourtant les dents cassent comme verre.
Voici d’autres denrées : guêpes, lorgnons, papiers, ancien gel de pommes, odeur de puits qui rôde.
Le sang en poudre serre le poignet.
Les femmes frottent l’acajou étouffé.

Les voisins perdent la langue.

Je vole le sommeil

du tambour, de la chèvre.

Combien de doigts les mains

ont-elles ?

Les bras tombent

quand le jour s’éveille.

Épaule au nom d’épaule, épaule où se cache le sang pour dormir, la fille te touche et te voilà semblable à l’épaule du vin que le sommeil brise.

Habiter en soi-même demande patience et clarté.
Où sont les vins, les vêtements?
De quelle pluie attendre bonté de fille, de voyage ?
Demeure allongé, demeure, couvert d’empreintes, de traces, comme un fardeau léger dans ton sommeil de verre.

Déjà nous attendons juin, et que les rixes craquent, ensoleillées comme tant d’autres appareils du corps: les yeux dans leurs loges, gloutons et sereins, les dents d’aix, les
sûres traces de doigts sur la jambe, entre les cuisses bleues-belles, longues du feu tapi.

Éclate le verre :

sourds et bègues, les arbres

et les donjons où dort

le pantin sûr de son venin ;

nulle masse n’est morte.

Déjà les filles les plus lentes

prennent d’assaut la chambre

De temps en temps hurle

un train de voyageurs.

À ce qu’on dit

je préfère

ce qu’on ne dit pas :

calebasse sans vergogne:

cette chambre oscille.

Les doigts mis à l’épreuve;

rouet blanc

de la main enroulée,

va et vient l’allongée ;

dans le poing s’engouffrent

les nerfs du jardin.

Pétrie, la rose embellit

mon odeur,

pétrifie prunelles et jambes

et déjà la voix longe la voix,

la voix perd ses ongles.

Les lilas, les nerfs la main les touche; la maison dans le poing serre les vieux habits.
A présent, l’embellie, la jambe exacte.
Et tu respires sans y penser.

Les revêtent, les aiment.
Le sang imbibe chacun d’eux.
Chacun d’eux loge l’autre quand dort la voix, quand le verre mince arrondit l’œil, caresse le camarade.

Tu demeures vigoureux quand les dents mordent la vitesse nouvelle des têtards nombreux, des pâleurs d’oxygène.
Ah !
Tu perds l’ouïe, tu plonges dans ta main (souvenir d’ivraie, de suc !).
Voici l’eau mûrie, la verte innocence, et laisse le corps assembler la neige !

.. et dans la vieillesse, et pâle.

De temps à autre un mot

plus bleu, comme vide,

et qui veut dire

le sang léger à la tête,

ou le froid très clair

qui saisit l’haleine

et brise le coude…

et, parlant bas,

parlant très bas,

les vitriers de lin.

… et le pouvoir des muscles

engrange la chaleur

dont tu sais la bonté.

Dans toute la pupille

elle verra le pays,

les outils, les merveilles.

Mais ne dis pas le nom

des os et des vallées.

Garde pour toi

la longueur déchirée

de la main sur la jambe.

… du corps joint à celui qui part, qui revient vers lui-même ou qui s’endort croyant voir les objets, les muscles, les petites maisons serrées l’une dans l’autre, ou les doigts
fidèles qu’on oublie, qu’on jette loin de soi…

Dans ta vision, l’encrier

bleuit pupille et paupière,

chats d’Espagne.

Tel opticien de papier sourd

frappe la main,

ferme la fenêtre.

Tu traverses l’obscurité

où l’œil meurt au centuple.

Sois toi-même pantin : touche la très sainte glaise, offre à qui t’aime doigts ou coquilles.
Il faudra caresser torse et jambes.
Arrondis le sang, la sève et bois cidre en
Espagne dès que l’ombre est fragile, dès que monte à la tête l’odeur de bleu moulin.

Les marchands d’almanachs sont amis des merciers : c’était à
Liège en 1602.
Boiseries croulent et tout n’est que poussière; pousse en avant les bras : le noir te mange et c’est l’hiver, l’enfance à facettes.

Tu es de bon renom : l’odeur des pommes te plaît, tu caresses l’âtre et la vitre…
Afin d’obtenir douceur tu parles à voix basse.
La maison où tu loges est fourrée de papier : tu dois t’en souvenir : fabrique seaux et bouteilles, dors, tu dors, meunier de vin, pouce du pont des
Arches.

Corps disloqué puisque

nerfs disent nerfs,

jambes, jambes.

Corporation bleue des citrons,

des touches volées, des sucreries.

A-t-on donc sucé

le sang des merciers ?

Obéis à l’agneau.

Celui qui vend du cuir

ne peut qu’être benoît.

Quand le bras dort,

la jambe allonge le sang,

la cheville s’appelle
Mathilde,

coupe le sommeil.

Le pied court.

Plus que jamais le pouce

est fourbe et gourd.

Si l’épaule t’appartient,

lève le bras : main,

te voici transparente

dans le commerce du sommeil.

Chaque empreinte

est, sur la langue,

tampon sourd de salive.

Sois sommeil enseveli, sois enfant très mince ou feu jaloux : maison vole ou réveille le pouls pâle et glacé.
C’est l’Amblève qui parle et le moulin qui rit : le corps fait boule, rondeur de sud, se coule en la clarté d’un voleur aveugle.

À bec pointu, langue dodue.

J’ai, dans mes longs poils,

un objet de ténèbres,

la douille de l’œil.

Mes griffes, mes lèvres

ont la douceur obscure,

ont la douleur aiguë

du miel, du dard.

Les femmes frottent les coqs,

les gens couchés dans l’herbe.

Sûr disciple du citron, cède à l’œuf ta rondeur, enseigne aux tambours le cri du coq.
Et le village et l’épaule vivent en commun.
J’étais sur le point d’être nerf, vacarme.
Attends :

la voix replie ses ailes, dort de tous ses a, fait la jatte engourdie, le héron sur un pied.

Mai, comme l’hiver, sans grave courroux, prend les vitres, les gares.
Avons-nous serré filets et tas de noix dans les greniers ?
C’était, vous dis-je, la liqueur pâle à la bouche, qui amincit le corps.

Faits observés :

chemin de mains et de papiers,

va-et-vient de pupille,

de doigts le long de doigts,

fontaine dont on ne boit

ni l’herbe, ni la langue

(y passe le feu glacé

des cerises, des sifflets !).

La maison d’aujourd’hui

contient le sang aveugle.

Profusion de pattes : voici l’herbe arrachée; le patient s’affaiblit dès que l’aveugle entre dans la maison menue.
Projette salive.
Nomme

avalanche d’haleine ou pression de pouce.
Quel vaincu saisit la soie métallique entre les paupières ?

Plan d’attaque :

verre ou casse-cascade,

enfin, les merveilles, les monts

dont nous sommes les gardiens,

les sauveurs débonnaires.

Et c’est la lutte :

cherche à saisir la jambe

dont le sang pèse lourd

dès qu’on abolit

la main livrée au rêve.

Sourd, tu respires mieux.

Tu fais face au sarcasme

des cheveux et des lèvres.

Paralyse l’eau : tu seras sans outils, sans demeure blanchie, sans liens autour du bras.
Tire l’arbre à tâtons vers le ventre où tu dors.
Les mots sont mécaniques.
Le vin, dans sa victime, s’empare du poing, visite l’estomac pâle et la maison des guêpes.

Donne à ce conseil

le juste équilibre:

l’embellie, la foudre

seront sœurs.

Et tu veux toucher

les objets cousus, les pelotes

dont les épingles

ont des dents de hiboux.

Tu ne peux connaître

l’étendue du pays :

ferme l’épaule hâtive,

serre l’œil dans son habit.

Retrouve en ton sommeil

mille poings, mille pattes.

La femme naïve étreint

le garçon qui ne peut courir :

sors la langue, donne

au premier venu

les yeux, les mains, les jambes

L’embuscade est tendue

au-delà du genou.

Enveloppe à bon escient

la bête en sa vigueur.  »

… et la langue y persiste,

y pose douceur vaine,

tandis qu’au pressoir,

dans le jardin de chaux,

les ouvriers savent

ce qu’il faut de travail,

de cris, de halètements,

de mouvements sans fin.

Qu’adviendra-t-il

des jarrets et des coudes,

des vêtements usés, des faucilles

dont l’odeur déchire

la vitre du papier?

De jambe en jambe, jambe d’ivoire ou de bois, jambe de sel ou de
Jean, jambe de peau de bête.
Tiens la jambe et caresse le pied bleu ou bot.
Qu’est-ce qu’un soulier?
Le lieu où le corps perd l’espace, où le talon de verre, d’un coup à la tempe, tue
Cendrillon.

Outils et pains, coquilles sont partout dans la salle.
On dirait un pays noir du souffle des oiseaux.
La serpe à l’affût ne craint pas la chèvre.
Tonneau qui roule perd paroles et citrons.

Goût du goût sans bleu, goût de la veine, de l’haleine dont tu es léger, frère sourd du feu.
La main dort en elle-même.
Elle touche, ce jour-ci, genoux et cadenas, ou chêne.
Tu ne sais pourquoi tu as le mot judo à la bouche.

… doit boire la lie.
Si la jambe a sommeil, mille points de rouille pillent le corps entier.
Il pleut à verse: gueux sont les doigts.
Hébété, tu cours, car les couteaux tirés sont posés sur la table

Herse blesse.
Féminin, tu parles : c’est le décès du chanvre, dès que tu tiens à la main tel jouet au sang gelé.
Tu casses le papier liquide.
Par temps chaud, tu meurs.

C’est une bleue.

Tu la voyais sur la langue

tenir chaque doigt, chaque objet.

Tu la voyais dans l’œil

garder bonne contenance.

Adieu paniers, poitrails,

gens de sabots et de bouteilles !

Toi, tu te tais :

tu es blanc

comme une
Agnès.

Accord des oiseaux et des arbres sous les tambours nus ou sourds.
Accord des cœurs et des herbes, quand le rêve des enfants devient un puits sans fond.
Accord de la jambe et du sexe, dès que sont criards les porcs, les poulies, les voix.
Accord sous l’eau noire.
Accord sous l’enclume.
Quelques morceaux d’enfants sont dans la noce rebelle des soldats qui ne meurent pas.

Abus glouton des poings qu’on serre et qu’on écrase !
Nain cousu, je respire dans le tambour sans portes, dans l’eau allongée.
Chacun parle à l’autre du temps passé, des ouailles, du pouce gelé, de juin.
Vivat !
Vivat !

Vois en toi-même : l’autre bras t’entoure ou te passe corde à la jambe.
Et tu ris d’avoir volé le sang du voisin.

Te voici long ou bleu :

fête, en ce coude,

le bras, l’avant-bras.

Le territoire allongé

(ou qui s’allonge)

est fleuve ou cité:

les poings dans les poings

hissent étendards et renards,

cris empaillés, fracas de rhum.

Dort dans mon oreille

celui qui fait le sourd.

En la ronde ardeur tu fais le sourd ou le muet.
Crains-tu l’approche de la main, de la jambe ?
Le corps grossit dans l’eau, coupe le pouce étiré, donne au pauvre sabot brassée de ligaments, pas perdus de papier.

Housse où vit le corps :

l’aveugle en bleu

n’y voit personne.

Nul voleur n’y vole

un peu de sang.

Nul toucheur d’épaule

n’y cherche un amandier.

Qui j’ignore

mesure la longueur

du pouce et de la jambe.

Mais la langue fait coquille

près du cœur, près du poing.

Dit : en ce temps-ci, la main ne tient outil que par méprise.
Récit : haillons dans le sel, amis coiffés de petits ânes, tels sont pensers d’ici.
Constat: chef du vignoble ou du corps très blanc…
L’aisselle où tu vis, la main la creuse, y fait pelote ou soleil.

Étendue du corps par où l’on regarde : ainsi l’œil, petit appareil, fait patte à tout venant, lèche le bout du feu, l’extrémité de la jambe, ou la langue qui
appartient à ma langue, laquelle est dans la langue du gel.
Tire vers toi l’échelle, oublie le nom des doigts, l’œil-index, l’œil-pouce, enveloppe de bordeaux tout le métal des ormes.

Langue brûle.

Petits os de main

sont en petits morceaux.

Jambe est séparée

du corps.

Poing serre poing.

Doigt droit

touche pouce;

au pays nerveux,

on pille déjà.

… j’attendais que la main

soit chèvre encore, ou touffe

de mimosa dans les yeux.

Ma fille fait bien

de se tenir tranquille :

et ses cuisses et ses coudes

attachent le corps.

Et voici la langue,

élève humide et dodue,

court chemin

des dents à la racine.

Corps de logis : rouge à l’aisselle.
Au creux du genou dort la tache d’encre.
J-es marchands avaleurs de bêtes ou de sonnailles te poursuivent, alléchés.

Et voici qu’un grand couturier me prend par la jambe et me conduit vers les noix entassées dans la chambre.
Y a-t-il déjà, dans ce sac, les outils

amoureux de rouille, les roues dentées, les flacons ?
Longe de la main l’anorak bleu, le moteur.
Nous parlons,
Hélène, d’un parfum cousu, d’une aumône.

La main droite

est la main de la main gauche,

comme l’œil gauche

est le voisin de l’œil droit.

Voleur, tu caches

l’œil central.

L’œil ovale

n’est pas l’amande

qu’on serre entre les dents.

Herbe où les nains cherchent ma jambe.
Herbe où les nains cherchent mon cœur.
La faux coupe en quatre le trèfle et le thym.
La montagne est belle dans l’œil de
Nalôn : cinq doigts caressent une lampe de mineur.
La rivière arrondit cailloux et remous.

Je me servais des bras pour franchir l’orifice et clouer au papier les plumes, les épingles.
On demande la faveur de mourir, de détruire l’amande en fusion, l’œil écarlate.
Tous les objets cuits, les fouloirs du peuple.

Est ou se tait.
Demeure volé, caché, sous

on ne sait quoi.
On tient en vie comme par.
Et déjà le froid, déjà les mains, les jambes abondent.

Enfant coupé du nord au sud,

voici tes bras vus de l’intérieur.

Tel juin, le laitier meurt

et les passants verts attendent

la venue des jacinthes, des tambours.

Aurait-on pu penser cela ?

Ouvert, le corps entre

en respiration lente et sûre.

Elle a raison de s’éloigner,

l’haleine.

Elle est dame légère,

on ne la voit jamais voiler

la cécité des guêpes.

Dans l’ongle où jacassent l’oiseau menu, le feu plié, se cache aussi le dé à coudre.

Cesse de couper le fil de laine.
Cesse de limer l’œil : maints plumages caressent le regard nègre.

 

Jacques Izoard

COMME DIT A LA RECREATION


03c2bdbae5324b513f568cb5b6d22f81

COMME DIT A LA RECREATION

 

Tu voulais savoir ce que je ferais

alors voilà

je vais  où je t’ai dit…

N-L 6 12/06/19

OURDIR LE BLEU

Ourdir le bleu

dont on possède l’ombre ou la clarté.

Les savoyards logent dans la maison croquée.
Comme l’étain.

le cuivre est sourd :

cruches et tabatières

en témoignent.
Passe ton chemin.

porteur de coquilles.

Ensemble de tracés, de clameurs.

Les genoux ont des coussins.

La sombre, en son poivre,

est fagot de sureau,

blancheur mourante.

On ne peut que voir

à petit feu.

On ne peut qu’annoncer

la langue et sa manœuvre.

Nerfs dont on ne sait ni le nom, ni le chemin, ni la rivière fluide, nerfs de laine ou de foin, nerfs, je vous appelle.
Vous longez, silencieux la main, la jambe.
C’est le cœur qui vous tient serré dans sa lumière.

Cri mâle ou parole qu’on jette aux ajoncs !
Souvent, le souvenir.
Souvent, la récolte.
Quinquets et sabots sont dérision.

Grondeur intègre et bleu.
Les plantes et les veines emmêlent tiges et cheveux.
J’arrive au sommet du mont : le clocher dressé, la fièvre.
Opaque devin qui me traîne.
Les pirogues ont des mains papelardes et des éboulis muets.
J’élève l’élève, et la langue, en ce moulin moelleux, fait figue, fait flèche.
Et c’est le démêlé très doux qu’on suppose en la cosse.

Vin chantant.
Toupie.
Lave l’œuf à grande eau.
Bonnet de laine ou grain de blé.
Bon sabot plumé.
Ou orge, ou gorge.
Ou orme assouvi.

Maisons de papier, de foin, où vivent ensemble arbres et mulots, voici vos villes, vos étreintes
La poutre et le carreau ont mille raisons de craquer, de fendre toits et portes.
Au jardin, le linge prend feu pâle, capture en vain papillons ou mains.

Tout est bon : le lierre, les murs gris, le feu franc, les lèvres et les jambes.
Nous irions voler, dès qu’aube tombe, chats et bestiaux, femmes sans langue.
Et je marche à travers les souches mates, les sapins, comme endormi, palpé sous la peau, animal sans ombre.

Le doux appareil frotte le linge contre la main.
Et nous sommes sûres de voir muscles et tendons.
Fallait-il amincir la peau fine et les ongles ?

L’œil sans cloison n’étouffe qu’une clarté sans famille.
Me voilà dans l’épaule.
Me voilà dans le talon qui claque ou qui ronronne.
Partout, les mains dorment, frêles et liquides, dans le geste enfermé d’un dormeur bleu.

Touche toutes les armes

l’orange et la chaux,

la douleur très ronde

où l’œil est un puits,

le genou dodu, la châtaigne.

On verra le pays

vivre dans la querelle

du charbon repu.

L’écureuil poursuit jabots ou crécelles.
Claque un cabaret !
Mon timon noir ameute les filles, les femmes.
En chandail jacquard, je fais le jade, franchis l’éventail du coq et du pou.

Chacun des bras, chacun des doigts.
Y compris la cuisse et le genou, la maison, le papier, l’enclume, et l’odeur ovale des arbres, le lait qu’on avale.
Papiers à grandes jambes dans le ruisseau vert.
Repas de grenouilles.
Jambes courtes du sang, jacquemart bleu d’amblève, amande en langue de chat.
J’allonge en vain le cœur jaune: jambe de bois n’ose.

Bourgeons ronds, menus grains

dont l’œil s’emplit.

Et c’est la pluie

dont nous aimons

les liens, les pattes,

les boules de nerfs.

Déjà, plumes et châtaignes

font rouler l’ombre :

on dirait qu’un soleil

meurt noyé,

qu’un enfant court

dans le parfum des aulnes.

Oubli gelé de la sève très blanche, l’hiver.
C’est ici le lieu, la rotonde.
C’est ici le lieu.
Nul ne se cherche un visage : flots de givre en mon ventre, flots d’étoffe, de graines, ou de grains coupés en deux.
Les enfants font des rondes, avalent des poignards.
Mettront-ils à feu et à rêve le home des voleurs ?

Langue avide vers le couloir que défend la herse aux oiseaux froids.
Déluge emplumé des yeux, dédale de doigts très fins.
Dans la maison ronde, l’arc du borgne, touche le cœur.

Nous vivions de laine,

de crayons de couleur,

d’eau fraîche, d’estampes.

Les fenêtres en papier

n’étaient pas des tambours.

Nous aimions le candi, la cannelle,

les femmes sans bras,

les garçons sans regard.

Muscles doux et volés

sous la peau qui caresse

la peau, qui coupe

le souffle.

Court projet des doigts,

des dents à la carie.

Salve de salive !

Donc, tu vis, tu choisis

la maison détruite,

ses poutres, ses mannequins,

l’empire de la main nue.

Péroné rouge, te voici, long sous le gel, outil de longue taille, cassé deux fois, vers midi.
Enfant de petit doigt, nous aimons ta nage et clamons à cris nus : feu logé ! vaste neige !

J’avoue qu’un ouvrier serre le plus grand talon, conserve un outil bleu le plus longtemps possible.
Vive épreuve, action de neuve envergure, où l’arbre est debout dans la bouche du parleur.

La main laisse à la main la paume et les dix doigts, la femme ou l’étendard.
Viens à moi, fileuse, fille sans recours…
L’épaule gauche est la bosse du deuxième cœur.

Coupe en quatre lèvres et cheveux : l’épingle est visitée, le sabot parle bas, le chemin fait le tour de la chambre et du cœur.

Langue à vendre

ou œil sourd

dans un panier d’aveugle…

Et va la veine

au cœur.

Et dort le dormeur

dans le poing, dans l’oiseau.

Le feu volé, je le donne à ce parleur dans une maison vide, à ce marcheur très doux dans une forêt touffue.
Et je coupe les ciseaux.
Je ne tranche pas le cou de la femme que j’aime.

Connais-tu le figuier?
La clarté sans couture vit dans la bouche.
C’est la femme endormie qu’il faut suivre: la rivière l’assouvit, la très pâle enchantée, muscade en son parfum, l’éveillée sans retour.

Jetais cavalcade ou sel pur dans le chemin des veines, le chameau de l’aiguille ; forêt, je salue tes étais, tes papiers fondus. À mamelon entier, je préfère
demi-sabot, quenouille, ou grenouille dans la bouche: c’est soleil, c’est fracas d’eau nourrie de viviers, de vive nuit, de vin clair qu’on a bu dans les fermes, au fond des puits glacés,
claquant dents et scies; marchez vivants, enfants de laine, dont les yeux sont jouets de cerises, et caressez goupils et filles.
Orée des cheveux.
Orée des mains, des chemises.
Mentirai-je sur les doigts?
Je fuis à courte paille au sommet des maisons.

Carcans et châssis font ténèbres.
Chassent la peau, la neige, et j’essaie de retenir bras d’enfants, chenilles, paupières dans cette chambre où, finalement, tout se joue: le vivre à perte d’œil, le nourrir
en son melon, le grossir en cette potiche gardeuse de billes, de pièces de monnaie, de fragments d’ongles de jade !
Exulte le chant très franciscain.
De l’attente enfiévrée, je sors très pâle et seul, près des ciseaux primaires.
Des masses de foin fondent.
On entend les osselets crisser, les drapeaux coudre leurs couleurs.

Car si je scie le doigt, je scie le feu, la flamme femelle du corbeau: anis, cannelle, pépins, levain, radis, poivre, voilà plus qu’il n’en faut pour survivre en ce cocon
touffu.
Tout fait farine à
Iveldingen.
Je me souviens: j’essuyais les cheveux, les vitres, les carreaux, les verres laissés à terre, que les bafouilleurs avaient oubliés.
Et nos enfants juteux marmonnaient maints embrouillaminis; lève un seul sabot: la houe rouille.
Fourre de papier le mannequin que tu portes sur le dos, tel un nain tatoué, un frelon nu qu’on châtre sous le préau.
Allonge un long membre dans la maison des doigts: lave le va-et-vient qui meurt dans la mort.

Coquin vêtu de vert, je t’embrasse en tes balafres, et te crie: scie les mains et les sabots, et cherche en ton chien les plumes ennuagées.
Viens avec moi: la peau tire les genoux vers les yeux ; je tue le feu, le linge où vit le plat papillon du front, les charbons délavés des veines, les pupilles mates des bambins
qui vont à l’école.
Et je me dresse, et je hurle à la hâte les indistincts mots du pus noir.
Voile, voile l’orage, l’organisation des pas du sable et du bois.
Rêveur chaud que la menthe assouvit, vis ici parmi les encres et les chiffons et les fragments de peau; pulpes, verrières, plantes grasses, émaux n’étoufferont pas la petite
femme dans la savonnette.

Opaque lointain.
Montagne en neige.
Le papier noyé boit les mots où la femme en lèvres fend le cuir dont tu sais les tendons, les mortes frondaisons.
Mirabelles dans des paniers de lin; fleur d’amandier dans l’œil.
De quel époux se séparer?
Je touche outre.
Au-delà des doigts, l’orfraie ou la haie fïleuse et ses chemins poudrés ou pointus, qui vont vers les étangs piles, les miroirs gredins, les puits vengeurs, d’où
sortent des brassées d’enfants minuscules.
Ah!
Sommet de nos centaines de vitres, de nos moleskines, de nos trajets coupés en huit.
Février est un homme court.
Les doigts pendus aimaient les doux vernis d’Isabelle en gris, les cœurs de jade ou de
Jacques.

Ma campagne passe par l’œil dont tu cousais l’étoffe, la blancheur canaille, la prunelle.
Et les cloutiers rêvaient.
Et les dormeurs, appuyés aux échelles, aha-naient.
Fruits duvetés des pommiers, la coque est pleine.
Hors d’ici, voleurs de filles; qui secondera les bras courageux de l’hyène et les efforts du grand cheval bleu?

Pourvu que j’écrive «froidure» ou «demi-sentier» ou «carcasse» ; haute givrée, la voici onglée sous l’œil jeune et je ne sais lui parler,
mangeant les mots qu’elle donne, hurlant «scalpel» , matins ouverts dans une maison, dans un oursin, dans une espagne à l’envers, où le nalôn se sert de mes mots.
Je juge un juste espoir.
Je pends le papier à l’aide d’un croc.
La main prend peur si le fruit rapetisse ou gagne le grenier vrai des filles qu’on engrosse, qu’on veut toucher demain dans la dent, toujours à l’intérieur.

Puisque claques font ténèbres, jeu de peuple en naufrage.
Ouvrier de bonne menthe, je sais que tu m’aimes.
Eclate.
Suis la poutre et saute à travers l’œil glacé de la poule ou fais semblant de l’enivrer, lucide.
Je suis l’odeur de mon odeur, corps déraciné qui naquit de mon ombre, dans la foulée d’un incendie qui marche à pas de sang dans mes membres, et mes vertèbres, et mes
épaules fragiles.

Et voici l’astuce, le terrain mou des yeux, des regards de glu sous la table.
Hésitez, soyez plus noir que l’horloge éventrée dans des jardins engloutis.
Je marche et suis vieillard.
Je marche dans le parleur orange, dans l’oreille immense d’un parc de vitres, où chaque plante sort d’un œuf.
Hurle ou ne hurle, tu verras des maisons sur le flanc, des enfants d’orge, qui viennent voir leur mère dans le ventre de ta mère.

A sombre venue, je lisse la chambre et suis organe de noir massage à travers maints ouvriers les pieds cassés, les moignons bien vivants dans des guêpes et des encriers nus, dont
j’étais le sauveur.
Perpétue la trace et le fol enjeu, damne et cloue, laitier bébé que je tatoue, que je traverse d’une masse argileuse, avec mes aigrefins, mes vautours pointus, mes cadenas
enveloppés de laine. À qui dirai-je que j’écris pour écrire un seul mot qui me tient à jambe?

Arrache à foudre sans demain le glas poilu de l’œil: déjà tu te sers des mâchoires pour avaler l’œuf premier, puis la langue, et des milliers d’amandes, dont le
goût te traverse, hors du toucher rêche.
Prunelles ou baies par tombereaux, assaillez-moi !
Pitié, poux ou arbres de noir rejet, vierges carnages !
Je dirai demain que je pars vers vos étraves, prêt à déchirer les jutes, les ganglions, les estomacs, les tissus somptueux des jaunes d’œuf, dans le dédale sec du
palais d’os que ma main possède.
Et je suis ici dans chaque cri qui coupe en deux la nourriture.
Ave.

Village dont on se sait brisé ou gourmand.
Je lance à bonne vitesse un flacon d’orange et je dors dans le village de mes épaules, dans le village de mes jambes, dans le village de mes yeux, dans le village de mes cheveux, dans
le village de mes ongles que je regarde souvent.
Ongles sans
Pyrénées, sans vains parloirs : êtes-vous là, étiez-vous là sans histoire, quand on me demandait d’entrer dans la prison
Saint-Léonard, poupée bouffie de son ?

Bois à goulée le citron, la neige, le thé.
Je n’écris pas, je mange à poings perdus dans ma vie effilée, fil tendu de l’ongle, où des cerfs lèchent un peu de bon sang pendu.
Je m’insurge à chaque rondeur du corps où mes mains inondent une douleur de grenade, un bon sens évidé: luxe ou taillis, réminiscence, plan d’eau vaine, plan de
verveine à chaque étage.
Au grenier, je nage entre les os norvégiens des enfants.
Je saute et diminue de clarté, car le tambour que j’ai aimé m’engrange et m’endors roulé dans un grain de sel.

Petits souliers mous, je vous aime, puisque je vis à
Halbachermuhle, dans un moulin creux, qui croît le long des aulnes, à
Amblève, où sont mes blancs parents, de longs chemins enroulés dans les jambes.
Quatre caisses de bois craquent, et mon cœur, mon corps allègent le feu qui palpe une dernière fois les hanches des branches, les landaus muets de quelque châtelain
cru.
Navigateur béni, crois-moi, je tiens à courts bras l’orfraie dont les plumes poissent le col ; ma femme plie le linge enneigé, les plies, les soles, dans l’armoire en
noyer.
Incestueux promeneur, mange ton ombre et grave, ce mardi, ton nom et le mien dans le cuir peureux, dans l’écorce mate.
Mille phalènes sont dans les yeux ; les fourmis, dans les jambes, ont des genoux minuscules, et nous économisons notre regard en ne le posant qu’où nos lèvres se posent, sur
le chemin chevelu de
Meyerode.

Glotte où petits oiseaux me font mourir de cris.
Sont, sont ainsi longs doigts de pied ou jouets de couleur pour de nègres oranges.
L’étouffement de la paume a permis le voyage : le voyeur est caché dans la dernière phalange et casse tout : les yeux qu’on gardait pour le bon regard, les pieds bots
empalés.
Ah! juristes sans vérité, que faire?
J’oins les parties de mon corps de liquide douceâtre et de miel et suce enfin arbres et robinets.
Passe, garde à cheval, et ne me crois pas.
Je vis le remous à l’intérieur du cœur et ne suis ici qu’en demi-voyageur.

Bête à bête.
On dit bien qu’on ira battre une panse à pleines mains, cacher dans la fontaine un gigot de velours, voler le cœur gonflé d’un garçon très noir, dont les muscles en
sommeil n’ont pas de nom, n’ont que fièvre sans foudre, ou jardin épais.
Je suis joyeux ; ceci me donne un remontoir de papier, puisque je vais à la campagne faire mûrir les tambours, récolter les rivières ou lécher l’eau pure, compter les
grains moussus, les cerises cerise.

Jacques Izoard

LE POING PRES DU CŒUR


798be5855a128d01c1d4756f7af09402

LE POING PRES DU CŒUR

Midi dormant.
Trembleur, voici les écoutilles, les bâts, la rivière au long cou dont je touche l’embellie, la pierre-fendre ou le lit.
Voici repos carré, bonne entente.
Rêvons de muscles ou de leviers, de jardins tués, de grenouilles, d’attelles, de piliers du cœur.
Pâle, ô parle ou fais parler ceux qui nous caressent, excitateur savant des tempes, grand chemin que la foudre mord, malmène, détruit.
Blanche, la secousse assaille le bref délire, le doigt creux, le sommeil soudain, la camarde.

Blanc d’œuf.
Luge.

Bon caillot léger du coude.

L’épicier dort dans l’œil

d’un borgne à court d’haleine.

L’épervier pille le cœur

d’un dormeur qui nage.

Et les doigts touchent

l’obscur pays

des sabots wallons,

le miroir exsangue, la châtaigne.

Femme au lever des bras :

la main descend près du visage.

Nous nous parlons.
Cheveux.

Noyaux.
Jardins qui tombent.

Âne très blanc de ton corps,

qui est un corps de femme,

un corps qui vint ici,

qui n’est que salive,

et sueur, et eau.

Pouce au doigt sans engeance.

Grand parc de poudre aux yeux.

Jubilation du sommeil

entre les jambes.

Cheville de verre: longue sarbacane où vit le maigre voleur de sable qui dort dans mes cheveux.
J’appelle à l’aide: roule ta bosse, tambour; petites femmes sans chaussures, fermez les yeux du mort.

La marche est légère : je donne à mes doigts le feu des cerises.
Le savon, dans la cruche, pierre de patience, douceur d’eau douce, a le ventre moins rond qu’une fille rieuse.
Une échelle de voleur sort du puits sans vacarme.

La langue est dans la langue

un mot qu’on ne dit plus :

la main touche la main

la plus blanche ou la plus gelée.

Tu vis dans le fourreau

d’une chambre étroite.

Et le frère et le voleur savent

les objets que tu veux :

le poing tout près du cœur,

l’aiguille dans la paille,

l’étui moussu du feu,

le gouvernail contre la jambe.

Les jambes dans l’herbe, serrent les jambes et les jambes.
Je volais ta langue, tes doigts et tes toupies, voleur couvert de froid dans le village du dimanche, dans la chambre du tambour.
Tu mords la laine ou le feu, tu aimes ce que tu aimes : l’animal cousu, la pierre trouvée, le doux venin de l’œil, le givre allongé de l’arbre.

À respirer l’ail.
Toupie crie crécelle. À respirer la craie.
Le cri déchire l’œil. À respirer la menthe.
Doux feu l’endort. À respirer ma propre haleine.

… et me dit que j’arrache

poutres et balivernes.

Et que je cesse d’être

domicile de sable

ou serre sans chaleur.

C’était écrit quelque part :

c’était ce peu de peau

qu’on cherche et qu’on caresse.

On respire l’odeur

des maisons qu’on détruit.

Le bon chemin dort dans la loutre. (Est-ce un animal ?)
Le venin rond, le pouce affûtent le fil de l’œil.
J’embrasse la crosse d’une arme vaine dont je trouve le nom sous l’écorce peinte de tel arbre debout.

Je dirai septembre de sangliers dont on meurt ; glacis des châtaignes dans chaque poing, chaque doigt, chaque phalange.
Et nos villages traversés d’enfants.
Nos oursins gonflés de jaunes d’œufs.
Mais rien n’est gelé dans l’œil: la petite pupille rétrécit.
Le levain dort dans l’avoine à coudre.
On enveloppe de laine chaque regard qui vit sa propre vie.
Déjà, l’on dit déjà; l’on refait le mouvement du bras gauche qu’on croyait perdu.
Vents et marées sont vents et marées.

Sous l’escalier, le front de taille étouffe les mineurs allongés, qui ont dans le front cent lampes de papier bleu.
Nous voici montant vers la colline, calvaire, cal, carcan sans soleil.
Avec des enfants creux et légers.

Vingt élèves dorment la tête dans le foin, les membres immobiles, les yeux sous les paupières comme de minuscules collines cachant des mines d’or.
Et les nerfs sont dans la jambe.
Et les doigts serrent les caresses: fourrages, prunes, œillets, pierres sans odeur, grains fructueux, tout se tait. (Les grands enfants n’ont qu’un poing endormi !)
Je n’ai jamais connu la moindre chose: ni les chemins pointus ni les étangs trouvés ni les langues arrachées.
Voici que vient le paysan patient sur les épaules d’un promeneur de laine.
On crie dans la bouche.
On vit dans le bras gauche.
Les ongles sont des faux.
Les onguents apparaissent à travers la peau: sang toujours plus rouge qu’on ne croit, fouillis de fibrilles, lait qui fait le sourd bonheur du sein.
Et l’on voyage comme un passeur d’eau.
On coupe le papier.
On écrit le poème.

Ici montèrent cagoules et essieux.
Arbres surplombent et le nom de pierreuse évoque tombereaux d’oursins, de cailloux lisses.
Haleine très lente de quelques alpinistes.
Soutènement du cœur, dont l’aorte bat.
Carré de soleil de quatre mètres sur trois, qui annonce l’ère de ce qui est, de ce qui vit autour de nous.

Pâle escalier où coule à coulée claire un soleil d’octobre.
Le raidillon déguerpit vers les terrils anciens, où vivent les cœurs noirs des mineurs, à la bonne franquette du charbon.

Le tissu nerveux, l’eau-de-vie fêtent la campagne et les monts quant à moi, je marche et marche, et serre osselets ou marrons, billes.
Dès que l’odeur blanche envahit les tilleuls, je dors avec des femmes.
Je nourris mon sommeil de jambes ou de lèvres.
Un chat mange la main d’un dormeur endormi.

Mont de l’épaule,

écart bleu de l’œil à l’œil,

chemin d’une seule veine

qui fait le tour du corps…

La carcasse te protège

des pics, des aiguilles;

ma maison très petite

est dans ma bouche,

y entre qui veut,

vêtu, dévêtu, libre

d’aller et de venir

avec des doigts ou des corolles

La tempe du sabot dort dans le poing de l’œil.
Quelle cruche alléchée fait sourde panse?
Qui tue le sommeil dont le bon grain nous comble ?
Affût pur des oiseaux que la main libère.

Je tourne en rond dans l’œil d’un voyeur du dimanche.
Union des fées et des sabots Épave, écharde, étrave…
Basse amitié des morses, passe d’armes et de ciguës.
Je vole ta langue, ma double voix déchire mon frère le plus pur.

Ceci explique l’hiver, la maisonnée: pots de tabac, maillets, voix de bébés, noisettes.
L’escalier de laine offre aux visiteurs barres de cuivre, tapis de cent ans.
Le bon tonneau cache les vêtements du mort

Ville de mille chambres:

les grands chameaux, le brouillard

l’enjambent, la dissimulent.

Cafés bleus du
Carré.

Bon tabac doré de
Meuse.

Pêle-mêle ou mêle-pêle,

enfants pâles et pierreux :

voici les teinturiers

de bon teint, de grand teint,

de petit teint, les tisserands

tissant l’escalier de laine.

Ville de mille aiguilles

sous la peau, la pluie.

Coupe la main du lecteur:
Judas, dans la laine, tisse le tissu.
Je vécus dix heures dans la peau d’un autre.
Peux-tu bouger la langue dans la bouche du voisin ?
Les intrus ont l’air d’être sourds et aveugles.

Kick starter de la machine.
Moto pâle, moto pâle.
Le venin de la vitesse, le bon venin du nord, te mord ou te dorlote, te pétrifie, te coud d’acier.
Est-ce le chahut des tubes qui casse en mille tessons le fracas des mitrailles?
Roulons vers
Vottem.
Baisons lèvres et pneus.

Le feu parle, hurle, parlehurle.

Feu qui moud n’a pas d’os,

meurt dès qu’on sommeille

ou qu’on dit bleu.

Feu fourré qu’on trouve,

qu’on achève de sucer.

Feu-sexe où l’on brandit

le dard, le doigt sans anneau.

L’herbe étouffe l’herbe.

Y font bombance les noix,

les carabes du dimanche,

les bogues, les chats.

Pourpoints en boule

y ont leur logement,

leurs nuits sans mailles.

Déjà, filles en feu

cassent le sarcasme

de ce qu’on ébrèche.

L’animal bleufeu

rôde et glapit :

chanson sans chanson;

siffle qui peut

dans les doigts que j’aime.

Dans le bras, voici le feu

qui monte, qui monte,

qui fait la bête.

Une seule haleine d’orme

est une leçon d’écriture.

Pourquoi les bourgs

ont-ils gardé les femmes

fileusesde laine?

Mon grand loup, déjà,

quitte la meute et s’en va,

traverse ma paume.

La longue échine, à l’abattoir.

attire les pleureuses.

Touche en même temps

l’ongle et la langue.

Audace de celui qui veut

que la lampe allumée

soit toujours avalée.

Nous perdions les dés sous la table.

Et le jour tombait.

Mendiants frappaient aux portes :

un peu de lait, s’il vous plaît,

un peu de farine et de miel…

Mais nous cachions dans nos armoires

nos escarres, nos moignons, nos pieds bots.

 

Jacques Izoard

BLEU MALO D’UN DORMEUR DE PASSAGE


P1030673

BLEU MALO D’UN DORMEUR DE PASSAGE

Pluie en miettes, en flocons, en nervures.
Et, soudain, la soie du sable amasse les pas des arbres et des parleurs.
Nul ne bouge sous la mer.
Navire de brouillard contre la peau.
Des tambours sourds battent la mort des dunes.
Je cours à perdre ombre et vertige et des oiseaux de nuit accompagnent ma lenteur.
Le gris me paraît bleu, car les paquebots viennent de loin.
Un marin de sable et d’anémone.
Un marin de papier.
Un marin sans poulpe et sans pupille.
Ici se dresse un château sans charnières, où nul voleur n’emporte le vent qui clame son innocence.
Et quel doux rêveur déterre le vélo rouillé d’un cycliste de paille?
Magma de souches et de poings.
Vivons ici sans attaches.
La luette fragile combat la parole sourde.
Celui qui vit près de la mer possède les deux cœurs du bonheur.
Nous traversâmes ensuite le pays des maisons sans toits: centaines de mains y ont touché maints objets de douleur, y ont frotté les cuivres, y ont caressé tempes et
coques.
Tout finit près des dunes qui se glissent sous la mer; elles y rejoignent bancs d’algues et bouquets d’écume.
Vision du bleu
Malo d’un dormeur de passage.
Malo dort sans douves.
Malo sans langue de terre.
Le ferry sonne l’alarme du poème commencé.
Malo libère le feu cousu, l’enclume sans sommeil.
L’ancien esclave noir
Toby
Crosby est mort à
Palatka. en
Floride, à l’âge de 122 ans.
Nous mourrons plus vieux que lui dans un jardin de menthe.
On me coud dans ma peau.
Un souffle d’ourthe accumule les milliers de mots du bonheur.

Salive de fête, salive blanchie du regard des mourants, des filles.
Le vitrier brandit le pal verni des vitres.
On entend les cochers briser les chevaux.
On passe la langue sur le fil de l’haleine.

Deux trains aveugles : crash bleu dans l’herbe.
Salive et sperme éclatés !
Corps, poteaux, pals!
Sang vinaigrier des amis qu’on écorche.
Squale d’essieu désossé!
Le rasoir décapite le pouce et le gland.

Bouche inondée de suie.

Coupe le fil bleu qui m’étrangle.

Un pantin bouffon lacère

mon ventre ouvert,

l’oiseau gonflé de sperme.

Et crache le vent, la nuée.

Je ne toucherai plus

ni l’œuf, ni la coque vide.

Tu me donnes un liseron de fer,

une flèche de rouille et de pus.

Je saurai haïr le tonnerre

dégorgé de ta voix,

les engrenages hirsutes

de tes paroles enterrées.

Ainsi le cèdre et la ciguë.
Et le taureau bleu des lies.
Ce qu’on écrit, l’hiver, sur le tombeau du gel.
Que la chambre soit cosse, graine ou tambour de nain !
J’y cacherai ma semence, mes outils minuscules, petit sommeil et petit feu.

La maison de la petite herbe, la voici réveillée: celui qui sort du puits caresse le miroir et le lierre.
Cache le feu dans le dé à coudre. Éparpille les noix sur le tapis de laine.

Maison gelée dissimule pommeau d’ivoire et puits, petits souliers tressés.
Voici que les voleurs de lèvres cousent dans des sacs des monceaux de paroles.
Dès lors, nous crions sans crier, mourant à perdre haleine.

J’aurais fêté la douceur de tes sabots, de tes casques, des têtes d’insectes et de buis dans la chambre des cendres.
Mais tu pars vers les chevauchées, vers les déserts, loin de moi.
Qui cache la lanterne dont les ombres tuent tes épaules, tes rotules?
Crier qu’un coq agonise.
Affûter l’ongle de l’eau.
Serrer sa voix dans la poche des goussets et des poulpes.

L’encrier de salive sous la langue.
Un carcan de buis noir surveille nos rêves.
Petit étau, petit doigt.
Le feu mord la bouche de qui parle d’étreindre le sosie de la mort.

Janvier bleu.
Manoir sans mémoire.

Des troupes de nains envahissent

l’intérieur des noix, les miroirs…

Les douze mois de janvier, lentement,

traversent ma petite semaine.

Et j’offre à mars février court.

le trajet des mains sur la jambe.

Engrangeons cent mois d’avril

dans nos soutes, nos fenils, nos greniers.

Garçon de mai embrasse

l’eau vive et la saveur de l’herbe

et les étangs de juin nouveau.

Voici que juillet nous assaille !

Août-vertige verra l’andalousie

enfermer deux toucheurs de laine.

Sept septembre centenaires.

Octobre, corps et délices.

Octobre et les vaisseaux.

Les nages blanches, les tigres.

Voici que novembre accueille

nos étouffements évanouis.

L’hiver du dix décembre

a gelé mes dix doigts !

Cent sifflets de laine brisent le cœur du jardin.
Cris et rouets, dans l’enclos, ne vivent que de salive ou de parole perdue. Élèves, sœurs, guêpes ne mourront que demain.

L’œil est chambre d’Éole.
Les écoliers buveurs d’anis pillent la gousse et la bogue.
De très fins fleuves se coulent dans les sillons.
L’escalier tourne et tourne et la femme pâle, qui trébuche, observe les barres de cuivre du tapis de cent ans.

Sous chaque œil, une guêpe fait semblant d’être morte-Amas d’aiguilles cassées, de frottis, de ligaments broyés, de carcasses, de pattes en morceaux, de parois.
Voici que se déploie le corps.
Je mange à peine et je respire, puis je retiens mon souffle.
Il ne se passe rien.

Sabots, écuelles, sébiles

pétrifiés dans le buis.

Quels chocs ébranlent

nos cœurs dans les tambours?

Ici, les cercueils bleus, les élèves.

Le parfum rond délivre

un essaim d’œillets creux.

Cinq doigts protègent le cœur chaud d’un agneau, la boule de nerfs du gui, l’eau glauque ou la brume.
Je perds de vue la maison du lierre, les bras liés du voleur qui meurt dans l’étreinte.

Le genou contient la suie

de tout l’hiver passé.

Je frotte la serpe contre la cuisse,

et les gardiens du gel

ont la garde farouche.

Je ne dors qu’à moitié,

j’attends la clarté, le soleil,

un peu de terre très noire

pour ton corps, désormais.

Tends le bras, les doigts : dés et pétales s’accumulent.
Paroles de menu jour. «Le temps», murmure-t-il.
Et le pavé, le bon pavé tire nos randonnées ; nos regards durs assiègent un ciel sans couture.

Sous la peau des autres, les veines déchirent mon propre visage.
Et c’est un mot nouveau qui atteint la tempe.
Et la langueur inonde le corps entier, la carcasse.

Une calèche de salive succombe et naît la saveur d’une centaine de citrons.
Je noue d’un lien d’herbes les cinq doigts d’un lutteur.
Je touche la tempe d’un laitier sans visage.

Langue d’elle-même.
Ou sans cesse alanguie.
La bleue douceur coupée.
L’Aladin des tempes.
La belle de bouche.
Ce qu’on love élance un jet de miel doux.
Fourche.
Farouche aromate
Demeure d’où les mots sans amour sont absents.
Hampe d’argile.

Découvre les gencives. Ô arbre à blé, arbre à octobre !
Le fil très fin unit ton oreille à l’oreille d’un faiseur de pluie.
Hirsute est le nom de celui qui s’accroche à l’épouvantail moqueur, au lansquenet mort de froid !

L’ongle luit.
Est-ce pluie fine?
Est-ce étang de buis sous le gel opaque, dans la jarre d’Hélène?
Pétale et paupière, plus petits que jamais, meuvent l’âme du feu.

Jacques Izoard