ME VOILA QUI MONA LISE…AH !!!


ME VOILA QUI MONA LISE…AH !!!

Higelin est-île responsable ,

ça c’est serre teint

à voir comme j’ai peint

y me donne la banane le Frère Jacques

un vrai jardin

avec des fleurs au sein des odeurs de couleur

Cette femme-là mon Cousin

c’est le trottoir au soleil qui racole pas

twoo qui donne

La grande toile m’hisse au-delà de France

vide

en galaxie assemblage des toiles

klaxon mon ah

comme à me refaire d’jeune…

Niala-Loisobleu – 29 Juin 2021

Mona Lisa Klaxon

Jacques Higelin

Je n’connais qu’une fille qui se nomme Mona Lisa Klaxon
Elle vit dans une île entourée de crocodiles et de fantômes
Noire comme l’ébène, souveraine, elle joue du trombone
Personne ne m’appelle aussi quand le téléphone sonneJe sais que c’est Mona Lisa Klaxon
Allô, ça va
Oh Mona Lisa Klaxon, ha, comme ça
Mona Lisa Klaxon, et toi
Oh, Mona Lisa Klaxon je n’en peux plus
Danse, danse, remue pour moi au téléphoneMona Lisa Klaxon
Oh, Mona Lisa Klaxon
Oh, Mona Lisa Klaxon
Oh Mona Lisa, Mona, Mona, Mona, Mona, MonaLes soirs où Mona Lisa Klaxon a le cafard
Elle s’enferme dans sa cuisine avec son grand léopard
Tandis qu’elle entre en transe tout en lui mordillant l’échine
De la jungle en démence monte cette incatation divine
Ô divineMona Lisa Klaxon
Joue du trombone
Mona Lisa Klaxon
Sors ton trombone
Ô Mona Lisa Klaxon
Trombone
Mona Lisa Klaxon, je n’en peux plus
Je suis fou, fou, fou de toi, de la danse de tes pasOh, Mona Lisa Klaxon
Oh, Mona Lisa Klaxon
Oh, Mona Lisa Klaxon
Oh Mona Lisa Klaxon
Oh, Mona Lisa KlaxonQuand soudain derrière elle surgit le célèbre King-Kong
Il a la bave aux lèvres et la banane comme un canon
Dans les yeux fous du monstre passe une étrange lueur
Esclave de la danse, Mona ne l’a pas senti venir
Il va pour se resaisirOh, Mona Lisa Klaxon
De ton trombone
Oh, Mona Lisa Klaxon
Planque ton trombone
Oh, Mona Lisa Klaxon
Trombone
Oh, Mona Lisa Klaxon
Et moi, qui reste là, pendu au téléphoneOh ne coupez pas
Ne coupez pas
Oh ne coupez pas

CHAMPAGNE – JACQUES HIGELIN


CHAMPAGNE – JACQUES HIGELIN La nuit promet d’être belleCar voici qu’au fond du cielApparaît la lune rousseSaisi d’une sainte frousseTout le commun des mortelsCroit voir le diable à ses troussesValets volages et vulgairesOuvrez mon sarcophageEt vous, pages perversCourrez au cimetièrePrévenez de ma partMes amis nécrophagesQue ce soir, nous sommes attendus dans les marécagesVoici mon messageCauchemards, […]

HIGELIN SYMPHONIQUE ET ARTHUR H – Lettre à la petite amie de l’ennemi public n°1


HIGELIN SYMPHONIQUE ET ARTHUR H

Lettre à la petite amie de l’ennemi public n°1

Oh c’est ok, joue moi ce vieux truc

J’vais te dire j’ai mal au cul et au coeur
Ça fais trois heures que je glande
Dans ce bar d’la rue Delambre
Quand j’serais dehors
J’en aurais fini pour longtemps avec leurs gueules d’enterrements
De croque-morts

Ça fais longtemps que j’roule ma bosse
Les honnêtes gens me cherchent des crosses
J’suis foutu, yeah
À moins qu’tu t’pointes dans ta vieille Rolls
Pour m’emmener voir les baby-dolls a Honolulu

Comprend-moi bien ma petite Lulu
Depuis qu’j’ai toute cette flicaille au cul
Faut qu’j’change d’adresse car dans la presse
Vu le portrait qu’ils m’ont taillé
Y a plus personne pour repasser
Mes chemises

Oh monte le juke-box
Allez bosse
Pas mal, han
Hou
Oh écrase

Cela dit qu’je comprends qu’tu paniques
Vu qu’t’es l’amie d’l’ennemi public numéro un
J’te préviens s’ils t’mettent le grappin dessus
T’as qu’à leur dire qu’tu m’as pas vu, parole de flic
Oh t’énérves pas

Quand tu recevras cette lettre
Je me serais jeté par la fenêtre d’la PJ
À moins qu’je n’finisse au cyanure
Mélangé à d’la confiture de groseille

Avant qu’les justiciers rappliquent
Faut qu’j’te dise où j’ai planqué l’fric
De cet escroc de milliardaire
Pour que tu t’offres à notre amour
Une petite croisière de non-retour
Autour, tout autour de la Terre
Tant pis pour moi, il est trop tard
Pleure pas, j’ai le cafard

Parolier : Jacques Higelin

« HIGELIN SYMPHONIQUE et, IZIA » – BALLADE POUR IZIA


« HIGELIN SYMPHONIQUE et, IZIA » – BALLADE POUR IZIA

Peut-être ce qui m’attire en toi, tire en toi
N’est rien que l’autre versant de moi, sang de moi
Où m’attendait la jouvencelle
Cachée derrière les portes
Les portes du ciel

Rien de tout ce qui m’inspire en toi
Pire en toi
N’est plus doux que le grain
De ta peau, de ta voix
Dont la magie providentielle
M’ensorcelle et m’escorte
Jusqu’aux portes du cieL

lD’où, d’où, d’où viens-tu?


Oh, ma tendre merveille
Mon amour absolu
Bercée par le flot des sortilèges
Et des rêves étoilés
Sous le grand manège enchanté

Peut-être
Ce qui me relie à toi, lie à toi
N’est autre que ce cordon de soie, don de soi
Que tu m’enroules autour du cœur
Pour l’empêcher de courir
Se faire prendre ailleurs

Et si tout ce que j’adore en toi, dort en moi
Je veux que tu le réveilles en moi, veille en toi
Pour que de la terre au soleil
Des pluies de nos caresses
Naisse un bel arc-en-ciel

D’où, d’où, d’où viens-tu
O ma tendre merveille
Mon amour absolu?
Bercée par les sortilèges et les rêves étoilés
Sous le grand manège enchanté

Peut-être ce qui m’attire en toi, tire en toi
N’est autre que le sourire en moi, rire en toi
Du petit esprit malicieux
Qui lance des étincelles
Dans le ciel de tes yeux

Parolier : Jacques Higelin

« HIGELIN SYMPHONIQUE » La Rousse au chocolat


« HIGELIN SYMPHONIQUE » La Rousse au chocolat

Dans la salle d’attente
De la gare de Nantes
J’attends
Un vieux légionaire
S’endort sur sa bière en chialant
Qu’est-ce que j’donnerais pas pour être au chaud
Dans les bras de cette fille de Saint Malo
Qui serrait son matelot sur le quaiFan-di, tsi, lan
J’ouvre un magazine et je vois
Une jolie petite rousse
Qui s’tape une mousse au chocolat
Ses lèvres gourmandes
M’invitent à en prendre avec elle
Rien qu’une cuillère
Avant qu’sa grand mère ne revienne

Dans la salle d’attente
De la gare de Nantes
J’attends

Juste le retour du printemps

Parolier : Jacques Higelin

Jacques Higelin (La croisade des enfants)


Jacques Higelin (La croisade des enfants)

Les rues ont des Nouvelles-Orléans, des offrandes, petite flamme sur la fleur que l’on confie à l’eau, chandelle que le vent ascendant dans son ballon de toile conduit plein de soleil à l’astre des nuits

pleurent en chantant …

Chante la vie, aujourd’hui s’il y a un mort c’est sur taire

La planète bleue sanguine orange

montre la guerre pour se dire adulte au mauvais sens

les enfants naissent sans penser le devenir

 

Jacques à dit

Négro-spiritual

musique qui accompagne

Je peins, tu peins, mon Amour du soleil

au profond du nombril l’espoir est noué à la vie.

 

Niala-Loisobleu – 6 Avril 2018